Aujourd’hui, jeudi 12 avril, nous célébrons la journée mondiale de la photographie argentique. L’argentique a permi à l’histoire photo de s’écrire, se développer et s’exposer et aujourd’hui encore de nombreux photographes utilisent ce médium photographique. Dans cet article, nous revenons sur la photographie argentique et son retour au goût du jour.

Ralph Gibson

Arab Feluca © Ralph Gibson

Depuis 2012, la photographie argentique a sa journée mondiale. Du Polaroid aux premiers Olympus en passant par le Kodak, le Rolleiflex, l’Hasselblad, le Leica ou encore le Nikon F, les appareils photo argentiques sont mythiques et ont marqué plus d’une génération. Encore aujourd’hui, ces appareils sont très demandés en raison de leur résistance, rareté et de leur côté années 70-80.

L’argentique rime d’ailleurs avec les débuts de la photographie, alors un peu de lecture s’impose : Pourquoi Nikon s’appelle Nikon, et autres origines étymologiques des fabricants photo.

Dès 2008, The Impossible Project souhaite reprendre le flambeau de Polaroid après la fermeture d’une usine aux Pays-Bas. À bout de souffle, quelques employés décident de redonner de l’importance à la photographie instantanée. En 2016, ils sortent l’Impossible I-1 à l’aspect futuriste. The Impossible Project a intégré la technologie numérique à l’argentique instantané. La promesse est plaisante mais l’appareil ne fait pas mieux qu’un bon vieux Polaroid.

Impossible I-1 – The Impossible Project

De plus en plus de photographes se remettent à la photographie argentique, comme Vincent Montibus qui a donné une conférence pour Dans ta Cuve dans laquelle il présente les différents formats de films et appareils photo argentique.

Mais quelle idée de retourner en arrière ? Robin Santus nous présente trois bonnes raisons de pratiquer la photo argentique. Coût, réflexion et pérennité des images vont peut être vous faire changer d’avis 😉

– © Robin Santus

Liés à notre enfance, les tirages nous rappellent les vieux albums exposés le long d’une étagère et que l’on ressort de temps en temps. Pour ceux qui n’ont plus que les négatifs, des techniques existent pour les visualiser et choisir de les faire tirer ou non.

Au sujet des négatifs, pour ceux d’entre vous qui ont encore des pellicules photo non développées et tombées dans l’oubli, le temps presse puisque vous risquez de les perdre définitivement. Le film Rescued Film Project le montre bien. Ce jeune Américain nommé Levi Bettwieser a lancé une campagne de collecte à travers le monde pour développer et sauver 18 000 photos.

Dans un monde où tout doit aller plus vite, la photographie argentique n’est pas revenue à l’identique évidemment. Lomography, spécialiste des appareils photo instantanés, sort régulièrement des nouveaux modèles plus vintages les uns que les autres. À l’occasion de la journée de la photographie argentique, la marque a même choisi de présenter une version Remix de son Lomo’Instant Wide au design émanant de la collaboration de six artistes.

D’autres inventions farfelues ont vu le jour pour se mettre dans la tendance néo-argentique. Jason Bognacki a par exemple créé un appareil photo mi-numérique mi-argentique à l’aide d’un Canon 5D Mark II et d’un vieil appareil Piccolette Contessa-Nettel et un objectif Zeiss Ikon 7.5cm f6.3 vieux de 100 ans. Le résultat est à couper le souffle.

© Jason Bognacki

L’argentique, c’est aussi la photographie instantanée, qui permet d’imprimer directement la photographie pour pouvoir l’observer physiquement et la montrer à qui l’on veut. Pendant un voyage, cela permet notamment de proposer à des passants de les prendre en photo pour ensuite leur donner ou bien d’offrir de vraies photographies à qui vous le souhaitez, comme on l’explique sur ce Mercredi Pratique.

En argentique, la réflexion qui précède le déclenchement est également totalement différente par rapport à un appareil numérique. On n’a en quelque sorte qu’une seule chance et le résultat est inconnu jusqu’au moment du développement, là où l’on redécouvre tous nos souvenirs et toutes nos œuvres. Le photographe québécois Zacharie Turgeon avait choisi de voyager à l’argentique pour retrouver une inspiration nouvelle et un challenge palpitant.

En plus de l’inspiration et de l’extase finale, la photographie argentique permet de vivre une séance photo avec beaucoup plus de recul et de considération qu’en numérique. Cela permet de faire de la photographie plus zen comme on l’explique dans notre guide du photographe zen.

Notre fascination envers l’argentique est très grande dans la société contemporaine et beaucoup d’artistes comme Zacharie ont décidé de filmer leur expérience photographique pour rendre hommage à cette technique particulière et si intense. Dans un court métrage nommé Sound of SilenceRobert Marshall a filmé le développement d’une pellicule argentique en se focalisant sur le son du processus.

Beaucoup de photographes utilisent encore aujourd’hui la photo argentique pour leurs projets. On peut citer la jeune Laura Pannack, Antoine d’Agata, Coralie Degenève, Vincent Montibus, Johnny Tang, Léo Coulongeat, Cody CobbValentin DucielKlaus Pichler. N’hésitez pas à découvrir nos portraits ou interviews de ces photographes qui perpétuent la technique.

Pour terminer, nous vous proposons de découvrir une sélection de sacs photo dans lesquels l’argentique trouve sa place au côté des derniers appareils photo numériques. Comme quoi, il est possible d’avoir un pied dans le numérique tout en gardant l’autre dans l’argentique.

DLSP #29 : Dans le sac photo de Baptiste Guilbert

DLSP #56 : Dans le sac photo de Maxime Pelletier

DLSP #62 : Dans le sac photo d’Arnaud Bicand

DLSP #29 : Dans le sac photo de Baptiste Guilbert

DLSP #51 : Dans le sac photo de Diego Parlange

DLSP #40 : Dans le sac photo de Sébastien Brameret

Profitez de cette journée dédiée à la photographie argentique pour jeter un œil à vos négatifs, vos images développées, sortir faire quelques photos en l’hommage de ce moment important de la photographie, qui n’est pas près de s’achever avec le renouveau de l’instantané.