Pour ce 200e Mercredi Pratique, nous souhaitions changer de paradigme. Les Mercredi Pratique ont été créés pour vous aider, débutant ou passionné, amateur ou professionnel, à mieux comprendre la photographie, sa technique, ses règles et ses mille et une facettes.

Face à la technique et au regard des autres, le photographe ressent souvent un sentiment de frustration. Combien de personnes se sont mises à la photographie et ont tout simplement mis leur matériel photo de côté car cela entraînait chez eux une certaine forme d’anxiété ? Impossible d’arriver au résultat souhaité, matériel trop compliqué, pas assez de temps pour pratiquer, etc.

Pour répondre à cela, je vous propose une incursion dans la philosophie « zen » appliquée à la photographie.

Cet article arrive après une longue période de réflexion : il énonce beaucoup de vérités, parfois pas vraiment bonnes à entendre, mais qu’il est important de comprendre pour que photographier reste une joie et un bonheur.

Être zen, un état d’esprit

« Zen » vient du chinois « chan » qui signifie « méditation ». C’est une philosophie dont le principe est d’avoir l’esprit en paix, de lâcher prise et de vivre de manière profonde et calme en cherchant à comprendre qui vous êtes réellement.

Appliqué à la photographie, le zen résonne d’une manière particulièrement profonde, car photographier est souvent un acte personnel, intérieur, qui se rattache à ce que l’on vit à l’instant t.

© Damien Roué

La photographie comme méditation

La photographie s’apparente beaucoup à la médiation. Elle consiste à regarder le monde extérieur là où la méditation permet de se recentrer sur soi-même en cherchant une expérience intérieure. Les deux nécessitent de l’engagement, une discipline et certaines compétences « techniques ».

En photographie comme en méditation, il faut apprendre à voir le monde d’une nouvelle façon. Chaque pratique, à sa manière, permet d’être plus conscient du monde qui nous entoure.

© Leo Piastra

L’expérience de la méditation et de la photographie se rapprochent même jusqu’à se croiser. Pour Henri-Cartier Bresson, « photographier, c’est retenir son souffle quand toutes nos facultés convergent pour capter la réalité fuyante […] Photographier : c’est dans un même instant et en une fraction de seconde reconnaître un fait et l’organisation rigoureuse de formes perçues visuellement qui expriment et signifient ce fait. […] C’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. C’est une façon de vivre. »

Simplifiez votre matériel

Nous n’avons jamais eu autant de choix qu’aujourd’hui. Et ce n’est pas une bonne chose. Le choix, synonyme de liberté, est coûteux pour l’esprit.

Si j’ai plusieurs objectifs, lequel choisir et emporter avec moi ? Chaque jour, des centaines de choix se présentent à notre esprit, ce qui entraîne une fatigue décisionnelle.

Vous remarquerez que les plus grands artistes et photographes ont tous une quantité très limitée de matériel à leur disposition, pour se concentrer davantage sur leur savoir-faire et leur créativité plutôt que sur le matériel utilisé. L’important n’est pas le matériel, mais le photographe.

En simplifiant votre matériel photo, vous réduisez le nombre de choix possibles ce qui permet de maîtriser un certain appareil photo, un certain objectif. Toute maîtrise demande beaucoup de pratique alors mieux vaut se concentrer sur un outil en particulier plutôt que d’en utiliser plusieurs, et finalement être moyen partout.

Limiter le choix, c’est aussi perdre moins de temps à choisir, et passer plus de temps à photographier. Si en ouvrant votre placard, vous n’avez qu’un appareil photo à prendre, pas d’autres questions à vous poser – sauf vérifier ces 3 points avant chaque séance photo.

Le choix, bien plus que d’être libérateur, est un tyran comme l’explique Renata Salecl dans « La tyrannie du choix ». Davantage de choix réduit notre satisfaction au lieu de l’augmenter, car nous pensons toujours aux options non retenues. « Et si j’avais pris cet objectif ou acheté cet appareil photo à la place du mien, etc. ».

Il faut savoir se satisfaire d’une option et en tirer son plein potentiel.

En photographie, que recherchez -vous dans un appareil photo ? Sa prise en main, ses performances, son poids, son style ? En un mot : faites un choix, assumez-le et faites de la photo.

Concentrez-vous sur votre matériel actuel

Chaque jour, vous entendez parler d’un nouvel appareil photo, d’une nouvelle technique, d’un nouvel objectif ou bien encore d’un nouveau logiciel miraculeux pour traiter vos images. Pour avoir l’esprit en paix et laisser votre créativité se développer, concentrez-vous sur votre matériel photo actuel. Je sais que ce n’est pas facile, car on peut toujours rejeter la faute sur le matériel. « Si je ne suis pas bon, c’est à cause de mon appareil ».

Lors d’une récente sortie photo organisée avec les membres du Club Phototrend, une personne est venue me voir. Elle avait besoin d’aide pour régler son appareil photo reflex APS-C. Je lui ai expliqué le couple vitesse/ouverture adapté et elle a pu réaliser sa photo. Pourtant, cette personne n’était pas satisfaite. Très vite, le « plein format » a été abordé. Selon elle, cet appareil photo « plein format » lui permettrait de faire de bien meilleures images. Dans les faits, c’est fort possible. Mais elle n’arrivait pas à utiliser son appareil photo actuel à son plein potentiel.

Le plein format n’est pas la solution à tous les maux.

Le plein format n’est pas la solution à tous les maux, et il vaut mieux continuer à apprendre à utiliser et maitriser son boîtier avant de passer au niveau supérieur.

Ce comportement est naturel pour de nombreuses personnes. La photographie est technique, et avec un meilleur moteur, on pense être plus performant. Or, de nombreux photographes talentueux peuvent faire de très belles photos en utilisant des appareils photo dépassés, voire même des jouets et s’en sortent bien.

Apprenez à utiliser au maximum le matériel que vous possédez . Le matériel évoluant constamment, vouloir avoir le meilleur appareil photo est d’ailleurs une course perdue d’avance.

Simplifiez votre photographie

En tapant « Zen » dans une base de données d’images, vous trouverez à coup sûr une série de photos minimalistes avec des pierres empilées. Sortez vite de ce cliché et pensez vos photos de manière plus simple.

Les photos les plus réussies sont souvent les plus simples.

La simplicité en photographie est difficile à atteindre, mais pas impossible : simplifiez vos compositions, allégez l’image tout en donnant de la profondeur à vos photos.

© Damien Roué

Vivre l’instant présent

Être zen, c’est savoir lâcher prise et vivre l’instant présent. En photographie, cela se traduit par l’acceptation du moment. Si vous sortez, qu’il se met à pleuvoir et que vous n’aimez pas faire de photos sous la pluie, gardez votre appareil photo dans votre sac et regardez le monde seulement avec vos yeux. Une fois l’orage passé, vous aurez sûrement vu de très belles choses que vous n’avez pas pu photographier. Ne soyez pas anxieux et sachez être reconnaissant pour ce moment vécu.

La photographie est une chasse permanente et bien souvent on revient les mains vides. C’est cette quête, ce défi, qui nourrit le photographe. Lâcher prise lorsque les conditions ne sont pas réunies, même lorsque vous voyagez. Demain est un autre jour, et vous aurez un nombre infini d’occasions à photographier.

Profitez du moment et vivez-le pleinement, parfois même sans photo.

Être photographe, c’est faire preuve de beaucoup de patience. Soyez patient, et acceptez que certains jours, la chance ne soit pas là pour réussir vos photos.

Savoir observer et être curieux

Photographier c’est écrire avec la lumière. Il est important d’avoir un bon sens de l’observation pour savoir « lire » cette lumière et la manière dont elle impacte notre environnement. Être zen, c’est être capable de prendre du recul et d’observer le monde avec des yeux innocents et nouveaux.

Si chaque jour je prends le même chemin, je vais rapidement passer en mode automatique et ne plus voir ce qu’il y a autour de moi. Apprenez à sortir des sentiers battus et du quotidien.

Soyez toujours curieux et gardez un œil observateur : c’est justement le thème d’un concours actuel dans le Club Phototrend qui se termine fin août.

© Damien Roué

Ne planifiez pas tout

Planifier est essentiel, surtout en photo de paysage, mais surplanifier est un mal dont souffrent de nombreux photographes. À force de chercher l’endroit, le moment et le timing parfait, on finit par le rater.

Arrêtez de surplanifier et sortez tout simplement. Marcher sans but est une occasion en or pour faire de nouvelles rencontres, et saisir au passage un moment qui ne se serait jamais présenté à vous.

Si nous conseillons souvent de voyager plutôt que de vous équiper, il est également facile de sortir et de se balader à quelques minutes de chez vous. Apprenez à observer le quotidien. Rapprochez-vous, regardez les détails qui vous entourent, vous verrez que votre environnement immédiat, qualifié à tort de rasant et peu intéressant, recèle de nombreuses surprises pour qui sait les saisir.

Acceptez l’échec

De nombreux photographes ne progressent pas parce qu’ils ont peur d’échouer et d’être jugés. Pour pouvoir progresser, il faut être capable d’accepter l’échec et de se placer en position de témoin.

« Sur cette photo que j’ai prise, qu’est-ce qui ne va pas ? Ma photo n’est pas bonne, comment l’améliorer ? »

Trop de photographes sont prêts à donner des leçons sur les photos des autres, mais n’acceptent pas que l’on juge leur travail et encore moins que l’on dise que leur photo n’est pas parfaite ?

Le travail commence par savoir juger honnêtement vos propres photos, et savoir accepter les remarques et critiques.

Analysez vos photos pour vous améliorer

Voici un paradoxe : on observe davantage les photos des autres que les siennes. À travers les réseaux sociaux, on voit chaque jour des centaines d’images qu’on en oublie souvent nos propres photos qui dorment sur notre ordinateur.

Analysez vos photos pour vous améliorer. Regardez vos récentes photos et analysez-les. Qu’est-ce qui aurait pu être amélioré sur cette image ? Cela peut être un petit détail, l’important est de vous placer dans une posture positive et constructive sur votre propre travail photographique.

Si vous postez vos photos sur des réseaux sociaux, regardez également les photos qui attirent le plus de « likes ». Qu’ont-elles de spécial ? Il est tout aussi important de savoir ce qu’il faut améliorer que ce qui est bon dans vos photos.

Arrêtez de vous comparer aux autres

« Comment réussit-il à faire cela ? Moi, en comparaison, mes photos sont moches. » Les réseaux sociaux ont planté dans notre tête une graine insidieuse, celle de la comparaison permanente avec le monde.

Les photographies postées en ligne sont trompeuses. Pour une photo postée en ligne par un photographe, combien de photos ne sont jamais publiées, voire supprimées ?

Les bons photographes savent qu’en partageant moins de photos, leurs photos seront meilleures, ,car seules leurs « 5 étoiles » seront visibles. Ce n’est pas nouveau. Même en argentique, il n’était pas rare qu’une seule photo soit réussie sur une planche contact de plusieurs dizaines d’images.

Regardez donc les photos des autres différemment et arrêtez de comparer l’ensemble de votre travail à ces quelques images visibles. Par contre, étudiez de manière approfondie les photographies qui résonnent en vous. Notez ce qui vous plait sur ces images et demandez-vous pourquoi. Se demander pourquoi, c’est déjà réussir.

© Damien Roué

Soyez humble : l’esprit du débutant

Dans le bouddhisme zen, il est important de garder l’esprit de débutant (shoshin), un état où tout est possible. Cette posture humble est bénéfique pour l’apprentissage. Au fil des années, le photographe acquiert des connaissances et passe souvent d’une posture de débutant à celle d’expert. En conséquence, les critiques ou même les nouveaux savoirs sont moins facilement acceptables.

Peu importe votre niveau de connaissance, il est essentiel de garder un esprit de débutant pour accepter tout nouveau savoir et se placer comme élève et non comme maitre.

Avoir l’esprit de débutant c’est également être capable de remettre en question tout ce que vous connaissez déjà, un peu comme si chaque jour était le premier. C’est aussi pouvoir être ouvert à tout ce que l’on écoute, car le savoir est à venir et il faut chercher la vérité par soi-même, au gré des expériences.

Comme le disait Picasso : « chaque enfant est un artiste. Le problème, c’est de rester un artiste, lorsqu’on grandit ». C’est une idée qui mérite bien sûr quelques nuances, mais vous comprenez le raisonnement.

© Léo Piastra

Conclusion

Le photographe a beaucoup à apprendre de la zénitude. En simplifiant son matériel et en focalisant son énergie sur l’instant présent, le photographe zen réduit son anxiété et peut atteindre le calme de l’esprit, jusqu’à même entrer en état de méditation lors de ses sorties photo.

Pour atteindre ce stade, il faut bien entendu du travail et un certain degré de maturité, qu’il est tout à fait possible d’acquérir en parallèle des connaissances techniques essentielles à la photographie.

Si cet article résonne en vous, dites-le-nous dans les commentaires. Et si ce n’est pas le cas, dites-le-nous aussi. Dans tous les cas, bonne route et bonnes photos.

  • Nathalie

    Wow Quelle magnifique article on ne pouvait dire mieux !!! Merci beaucoup

  • Los Touristos

    Débarrasser l’image du superflu, c’est tout un art. Minimalisme et zen j’adore !

  • Effectivement, avec un sac plein, on peu perdre très vite sa zenitude…

  • Cherif Abada

    très bon article ,la zenitude y’a que ça de vrai !

  • Tof

    Très bon article !! Il me rappel par certains côté le livre « le secret de la photographie minimaliste »

  • Pingback: Le guide du photographe zen - Fabrice Denis Photography()

  • Ounfa Birin

    Un article magnifique. Le meilleur de phototrend selon moi…
    Un article qui résonne en moi, illustre parfaitement ma démarche et le travail que j’expose en ce moment.
    Un article qui me permet de voir le chemin accompli et me permet d’évaluer celui qui me reste a parcourir…
    Merci.

  • Cajera

    Article intéressant qui est une invitation à se recentrer sur soi et à prendre de la distance. Distance par rapport aux règles de cadrage imposées, à la course au matériel toujours plus performant.
    Partir en ballade, appareil en bandoulière et photographier ce qu’on voit, comme on a envie de le photographier

  • Paul Caylar

    Tout simplement le meilleur article que j’ai eu l’occasion de lire ici. Merci

  • Sophie Boissières

    Très bel article ! Au-delà du matériel toujours plus performant, il y a le plaisir, prendre le temps, observer. Garder l’oeil et l’esprit ouverts.

  • Edouard

    Super article pour ce 200ème MP 🙂
    #mindfullness

  • Johanna

    Merci pour ce bel article qui résonne fortement en moi… Garder cette flamme c’est essentiel en photo et protéger notre âme d’enfant également. Chaque sortie photo doit rester du plaisir à 2 000% et non un « triturage de méninges incessant »… Merci .

  • Mélissa Rey

    J’ai eu l’impression de lire quelque chose que j’aurais pu écrire… « la déception lorsque l’on sort pour faire de la photo alors que finalement rien ne s’y est prêté… comparaison +++ aux photos des autres … re-déception… Mais ce qui est le plus frustrant c’est de voir un beau paysage, faire la photo et finalement ne pas arriver à faire ressortir cette beauté… Bref, il faut que je me sorte de toute cette frustration! Merci à vous

  • hoppipolla

    j’y trouve une belle résonance, dans cet article, car je crois que je prends doucement conscience de ce que la photograhie m’apporte, de la place qu’elle a pris dans ma vie et donc de la nécessite si je puis dire d’en faire un allié, un biais d’émancipation, de réalisation de soi-même et donc de se servir de ses erreurs plutôt que de râler sur des séries foirées, etc. Je crois effectivement qu’il est important de se servir de la pratique photographique comme d’un fil d’ariane de sa vie, de s’en servir pour avancer, pour porter un regard sur les autres, certes, mais surtout sur soi-même, etc.
    Bref, très intéressant cet article ; j’ai fait une série l’été passé à Barcelone que j’ai essayée de concevoir dans cette tendance, c’est-a-dire capture du moment présent, spontanéité, sérendipité, cadrage à la volée, etc. Et même si je me suis pas completement affranchi du sentiment « mince, je suis pas content, la série me plait pas, j’ai foiré bla bla bla… », j’ai achevé la semaine en me disant : j’ai pris à coup sûr énormément de plaisir à la prise de vue, et n’est-ce pas là l’essentiel ? »…

  • Miseli Moune

    un article captivant, qui nous donne tous les outils pour réussir de belles prises de vue quoiqu’il se passe et où que l’on soit.
    J’ai toujours mon APN avec moi et quelquefois il ne sort pas de la sacoche,.
    j’aime garder des images des choses ou des événements qui créent une émotion en moi, et cela peut être un simple détail végétal sur ma terrasse (je suis assez fan de macro).
    Tournée vers la photo nature, je m’attache maintenant à progresser dans le portrait et la photo de groupe; (beaucoup de progrès à faire et merci à phototrend dont les articles m’ont bien aidé), ayant pris conscience en visionnant des photos prises par mon père dans les années 50 de la valeur que peuvent prendre ces clichés (parfois de simples scènes de la vie quotidienne).
    pour exemple cette image de ma mère avec quelques soldats américains juste après la libération de son village: https://uploads.disquscdn.com/images/c2386c3b65f7e2177837de937ee8824c4a8f551847d4373f938551e7b9a10bfe.jpg