Guide d’achat photo 2022 : les meilleurs appareils photo hybrides et leurs objectifs

Mis à jour le 28 octobre 2022

Ces dernières années, les hybrides sont sûrement les appareils qui ont le plus progressé : ils disposent aujourd’hui de nombreux atouts tels que leur gabarit plus compact que celui d’un reflex, une qualité d’image en nette progression ainsi qu’un parc optique qui se développe. Dans ce guide, nous avons sélectionné pour vous les meilleurs hybrides du moment ainsi que les objectifs qui vont avec.

Nous avons choisi de diviser notre sélection en deux guides d’achat distincts. Le premier est consacré aux hybrides Micro 4/3 et APS-C, tandis que le second est dédié aux hybrides plein format.

Pourquoi acheter un appareil photo hybride ?

Un appareil photo hybride est un boîtier à grand capteur (4/3, APS-C ou Full Frame), sans miroir pour la visée et à objectifs interchangeables.

À l’origine, c’est en fait un mélange de compact et de reflex – et c’est là tout son intérêt. L’intérêt premier d’un hybride est sa compacité par rapport à un reflex souvent lourd et imposant. Toutefois, certains modèles (essentiellement haut de gamme) ne gagnent pas toujours en légèreté selon l’objectif avec lesquels ils sont couplés. Si cet aspect vous intéresse, il est donc important de le vérifier. Il est cependant (en général) plus gros qu’un compact pour permettre une meilleure préhension et surtout proposer une qualité d’image équivalente (ou supérieure) aux boîtiers reflex grâce au grand capteur.

Le parc optique des hybrides est en fort développement. S’il est encore un peu moins fourni que celui des reflex chez certains constructeurs (comme Canon et Nikon), il est aujourd’hui possible de trouver des optiques extrêmement qualitatives. Certaines marques partagent même leur monture, comme Olympus et Panasonic pour le micro 4/3 avec des optiques très compactes ou encore Panasonic, Leica et Sigma via la « L-Mount Alliance », dévoilée à la Photokina 2018 pour le format 24 x 36 mm. Enfin, moyennant des adaptateurs, vous pouvez monter quasiment tous les objectifs destinés aux reflex sur ces hybrides.

Avec leur double système AF, qui cumule la corrélation de phase (rapide et utile pour les sujets mobiles) à la détection par contraste (précis mais souvent lent), certains boîtiers hybrides disposent d’un autofocus très réactif, parfois même plus efficace que celui des reflex sur les boîtiers hybrides professionnels.

Le viseur électronique (EVF) des hybrides est également en nette progression, avec des améliorations en terme de grossissement (taille perçue dans le viseur) et en dynamique. Si certains photographes ont pu se montrer réticents, cette fonctionnalité a énormément gagné en confort d’utilisation et en précision. Mais surtout, le fait de pouvoir profiter d’un aperçu de l’image finale (telle qu’elle sera enregistrée) permet de photographier de manière sereine, surtout dans des conditions de basse lumière où les viseurs électroniques s’avèrent très lumineux comparativement au système optique.

Le mode vidéo implanté sur les hybrides a également beaucoup progressé ces dernières années, grâce à l’absence de miroir et à des capteurs et processeurs toujours plus rapides. La vidéo en 4K UHD est désormais quasiment obligatoire, et certains modèles proposent de l’enregistrement jusqu’en RAW 8K pour séduire les vidéastes les plus exigeants et faire de l’hybride un boitier deux en un. Couplé à une stabilisation du capteur et à celles de certains objectifs, c’est aujourd’hui un véritable argument marketing.

Inexistants il y a 15 ans, les appareils hybrides ont connu un véritable boom ces dernières années. Cependant, on assiste à une mutation du marché, qui se recentre vers des appareils plus gros, plus riches en fonctionnalités… et plus chers. Ainsi, les boîtiers d’entrée de gamme se font plus rares, tandis que les modèles haut de gamme se multiplient.

Quel boîtier choisir pour votre pratique photo et votre budget ? Nous y répondons dans nos guide d’achat dédiés aux hybrides.


Quels objectifs choisir pour mon appareil photo hybride ?

Notre guide des optiques indispensables se focalise sur les reflex, un marché mature et très complet (et parfois complexe) concernant les objectifs.

Pour les hybrides, la cible des premiers boîtiers plus grand public pourrait préférer n’avoir qu’une seule optique, mais il ne faut pas oublier que le choix de l’objectif est un critère crucial selon vos usages, d’autant plus si vous voulez tirer parti de votre capteur. C’est pour cette raison que nous avons ajouté une section dédiée aux optiques à ce guide.

Sur les appareils les plus compacts, il est particulièrement intéressant de choisir une optique de type pancake, compacte et lumineuse, qui vous permettra d’avoir un boîtier équilibré et discret.

Pour les modèles haut de gamme dotés de capteurs exigeants, il est préférable de choisir des optiques à la hauteur pour exploiter pleinement l’appareil. Ainsi certaines optiques de kit sont accessibles et tout à fait polyvalente, mais limiteront votre appareil.

N’oubliez pas également que les focales fixes sont un très bon choix. Malgré le fait qu’elles soient plus chères en monture pour appareils hybrides, elles permettent d’obtenir des images de très bonne qualité, et notamment une ouverture plus importante. Il manque encore cependant un peu de miniaturisation pour obtenir un objectif plus petit (proportionnellement au boîtier), mais on se heurte malheureusement aux limites de l’optique.

Quels objectifs en monture Sony E pour hybride ?

Chez Sony, les appareils hybrides utilisent les optiques à monture E (APS-C uniquement) et à monture FE (APS-C et Full Frame, compatibles avec les Sony Alpha 7).

En monture E, pour la gamme Sony A5000 et A6000, nous vous recommandons quelques optiques intéressantes.

De gauche à droite, les objectifs Sony E : 16mm f/2.8, 50mm f/1.8 et 16-70mm f/4
De gauche à droite, les objectifs Sony E : 16mm f/2.8, 50mm f/1.8 et 16-70mm f/4

En focale fixe, Les objectifs pancake 16mm et 20mm f/2.8, ultra compacts, seront parfaits pour la photo de rue, car peu encombrant et plutôt grand angle. Si vous souhaitez un objectif lumineux, les 35mm et 50mm f/1.8 (voir notre article sur quelle focale fixe choisir entre 35mm et 50mm) seront les objectifs à choisir.

Enfin, pour un zoom transstandard, nous vous recommandons sans hésiter le Tamron 17-70 mm f/2,8 Di III-A VC RXD (lire notre test). Léger et assez compact, il opte pour une ouverture lumineuse à f/2,8 et est stabilisé. Il est proposé au tarif de 899 €. Côté Sony, on retrouve l’excellent 16-55 mm f/2,8 Gmais ce dernier fait l’impasse sur la stabilisation et est plus cher. Il est disponible au tarif de de 1170 €.

Si vous ne voulez qu’une seule optique à grande amplitude, le zoom Sony 18-105 mm f/4 est stabilisé et disponible à partir de 549 €. Enfin, mentionnons l’excellent zoom stabilisé 70-350 mm f/4,5-6,3 G OSS (lire notre test), qui vous permettra de capturer sans efforts les sujets les plus lointains. Il est disponible au tarif de 829 €.

Le Sonnar T FE 35 mm f/2.8 ZA et le Sonnar T FE 55 mm f/1,8 ZA
Le Sonnar T FE 35 mm f/2.8 ZA et le Sonnar T FE 55 mm f/1,8 ZA

Du côté des optiques pour boîtiers plein format, le choix s’est largement étendue depuis la sortie des premiers boîtiers hybrides plein format. Nous recommandons toujours les deux excellentes focales fixes : le Sonnar T FE 55 mm f/1,8 ZA et le Sonnar T FE 35 mm f/2.8 ZA. Les deux focales fixes proposent une qualité d’image supérieure pour deux usages un peu différents :

  • le 35mm, ouvrant à f/2,8, est une perle en photo urbaine. Très compact, il permet d’avoir un appareil facile à transporter et à glisser dans un petit sac. La qualité d’image est un gros cran au-dessus du zoom du kit, sans égaler pour autant le 55mm.
  • le 55mm, ouvrant lui à f/1,8, paraît de prime abord bien cher et un peu volumineux. Pourtant il se montre incroyable ! En couple avec l’A7, on obtient des images d’une grande précision, avec un piqué hors norme. La douceur des images obtenues, notamment en portrait, nous a beaucoup plus. Les amateurs de bokeh ont là un outil idéal.

La version FE 50mm f/1.8, plus abordable, permet de s’équiper d’une focale fixe lumineuse sans trop dépenser. Elle est proposée à 185 €, soit plus de 3 fois moins chère que le 55mm de Zeiss.

Sony FE 24-70 mm F2.8 GM

Du côté des zooms également, le choix est pléthorique. Sony renouvelle sa gamme avec des objectifs plus lumineux, comme l’incontournable FE 24-70 mm F2.8 GM ou encore le FE 16-35mm F2.8 GM. D’autres zooms standard comme le FE 24-105 mm F4 G OSS permettent de couvrir une plage focale plus large et surtout à un tarif plus accessible. Comptez 1299 € pour cette très belle optique.

Si vous êtes à la recherche d’un télézoom, Sony a lancé la version 2 de son téléobjectif 70-200 mm FE à ouverture f/2,8 (lire notre test) et propose même un téléobjectif FE 400mm f/2.8 G Masterfocale fétiche des photographes de sport, de news et d’animalier. Plus économique, le 70-200mm f/4 G OSS (lire notre test) est également à envisager pour une solution plus compacte, plus légère et moins coûteuse. Enfin, notons aussi le Tamron 70-180 mm f/2,8 Di III VXD (lire notre test), qui propose une ouverture à f/2,8 et une excellente qualité optique pour un tarif très serré de 1299 €.

Sony a également sorti des optiques à focales fixes f/1,4 pour sa gamme G Master qui comprend aujourd’hui plus de 15 objectifs dont les FE 50 mm f/1,2 GM et FE 100mm F2.8 STF GM OSS adaptés pour le portrait, le FE 24mm F1.4 GM pour le reportage et le paysage, ou encore le FE 14 mm f/1,8 GM pour l’architecture et l’astrophoto. Des optiques exceptionnelles, mais dont le ticket d’entrée est encore très élevé : par exemple, 1799 € pour un 85mm f/1.4.

Sony FE 135 mm f/1,8 GM

Zeiss propose également trois focales fixes « de luxe » avec sa gamme Batis : 18mm f/2.8, 25mm f/2 et 85mm f/1.8. Ces objectifs disposent d’une construction étanche et robuste en métal, d’une excellente résolution et d’un écran OLED permettant de connaître la distance de mise au point et la profondeur de champ de manière précise. Nous ne les avons pas encore testés mais leur prix les réserve aux photographes portraitistes ou d’architectures qui recherchent le meilleur.

Mentionnons également les objectifs de Samyang. L’opticien coréen a réalisé une très belle montée en gamme. Ses derniers objectifs sont de très belles réussites, à l’instar du Samyang AF 24 mm f/1,8 FE (lire notre test). Il est proposé au tarif alléchant de 479 €. Mentionnons aussi les Saymang AF 35 mm f/1,8 et AF 75 mm f/1,8, qui offrent une très belle qualité d’image tout en restant abordables. Elles sont disponible au tarif respectif de 399 € et 375 €.

A la recherche d’un objectif unique couvrant une large plage focale ? Le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD (lire notre test) est fait pour vous. Il bénéficie d’une belle construction et est capable de générer de très belles images. Et son poids de seulement 575 grammes en fait un incontournable pour celles et ceux voulant voyager léger ! Enfin, mentionnons son tarif de 799 €, particulièrement alléchant.

Certes, on retrouve aussi le Sony FE 24-240mm f/3.5-6.3 SEL OSS. Cependant, cet objectif est à la fois plus lourd, moins lumineux et moins performant que le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, et ne peut donc pleinement rivaliser avec lui.

Et si vous aimez les très longues focales, nous vous recommandons vivement le Tamron 150-500 mm f/5-6,7 (lire notre test). Compte tenu de sa focale, il reste assez compact. Il offre une excellente qualité d’image et sa stabilisation est remarquable. Un vrai must pour les amateurs de photo d’animaux ou de sport !

Mais si nous ne devions recommander qu’un téléobjectif pour monture Sony FE, ce serait l’excellent 28-75 mm f/2,8 Di III RXD en monture FE. On apprécie particulièrement sa légèreté, le piqué des images dès f/2,8, son bel effet bokeh… et son tarif très agressif, situé sous la barre des 700 €.

Enfin, n’oublions pas Sigma, qui a son excellente gamme ART pour les hybrides Sony (ainsi qu’en monture L). L’opticien a ainsi développé de nombreux objectifs à focales fixes et zooms. Mentionnons ainsi le récent Sigma 28-70 mm f/2,8 DG DN, dont le tarif très contenu devrait séduire sans peine. Et du côté des focales fixes, n’hésitez pas à regarder du côté des Sigma Sigma 24 mm f/2 DG DN et Sigma 90 mm f/2,8 DG DN (membres de la série Contemporary). Légères et compactes, elles misent sur des finitions premium et sur un tarif assez alléchant de 619 €.

Quels objectifs Canon RF pour hybride ?

Depuis le lancement de l’EOS R, Canon a dévoilé une gamme complète d’optiques à monture RF. Ainsi, mentionnons les trois objectifs du « trio de base », les Canon RF 24-70 mm f/2,8 L IS USM, RF 15-35 mm f/2,8 L IS USM et RF 70-200 f/2,8 L US USM. D’excellente facture, elles permettront d’obtenir de superbes clichés en toute circonstance.

Les Canon RF 24-70 mm f/2,8 L IS USM, RF 15-25 mm f/2,8 L IS USM et RF 70-200 f/2,8 L US USM

Les photographes en recherche de polyvalence seront heureux de trouver le Canon RF 24-105 mm f/4 L IS USM, qui bénéficie d’une excellente qualité optique. Mentionnons aussi le Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM, qui offre une très belle qualité d’image tout en restant « relativement » abordable.

Enfin, Canon propose plusieurs optiques « élitistes » comme le RF 28-70 mm f/2 L IS USM ultra-lumineux, ou encore le RF 85 mm f/1,2 DS, doté d’une fonction « Defocus Smoothing » pour une transition plus douce et plus progressive entre le sujet et l’arrière-plan, gage d’un bokeh de qualité.

Cependant, les objectifs « abordables » en monture RF restent encore trop peu nombreux. De même, on déplore le faible nombre d’objectifs de constructeurs « tiers », dont les propositions sont nettement moins onéreuses. À noter que Sigma et Tamron n’ont dévoilé aucune optique en monture RF pour le moment.

Quels objectifs Nikkor pour hybride Nikon à monture Z ?

Allant de pair avec les hybrides Nikon Z 50, Z 5, Z 6/Z 7 et Z 6II/ Z 7II, les optiques de la monture Z misent sur un diamètre plus large et un tirage plus court pour une meilleure qualité d’image (la lentille arrière étant placée plus près du capteur).

Mentionnons notamment le Nikkor Z 24-70mm f/4 S, zoom transstandard proposé en kit avec les hybrides plein format en monture Z et disposant d’un excellent compromis taille/poids/qualité/prix pour la monture Z. Les photographes professionnels s’orienteront peut-être vers le Nikkor Z 24-70mm f/2,8 S, l’optique de référence à ouverture f/2.8 qui est particulièrement bien construite chez Nikon – lire notre prise en main – et délivre des photos de très belle facture. Son tarif de 2199 € pourrait toutefois en faire hésiter plus d’un.

Depuis notre précédente version de ce guide, Nikon a également ajouté un zoom professionnel, le Nikkor Z 70-200 mm f/2,8 VR S qui dispose d’une stabilisation optique – en plus de la stabilisation capteur des boitiers Z. Comptez 2799 € pour un téléobjectif à la qualité optique étonnante.

Le Nikkor Z 85 mm f/0,95 S Noct accompagné des Nikkor Z 24-70 f/4 S, 35 mm f/1,8 S et 50 mm f/1,8 S

Pour les amateurs de paysage et d’architecture, le Nikkor Z 14-30mm f/4 S est un zoom ultra-grand angle très séduisant, au tarif de 1349 €. Une version encore plus lumineuse, le Nikkor Z 14-24 mm f/2,8 S devrait également ravir les professionnels et vient compléter la trinité f/2,8 en monture Z. Compter tout de même 2699 € pour cette optique.

Du côté des focales fixes, on mentionnera les 5 optiques à ouverture f/1.8 : Nikkor Z 20 mm f/1,8 S, Nikkor Z 24 mm f/1.8 S, 35 mm f/1.8 S, 50 mm f/1.8 S et 85 mm f/1.8 S qui, bien que n’ouvrant qu’à f/1,8 sur le papier, proposent une qualité d’image supérieure à leur version en monture F.

Si le catalogue d’optiques à monture Z est encore assez restreint, on se consolera avec l’abondante collection d’optiques à monture F, qu’il est possible de monter grâce à la bague d’adaptation FTZ tout en conservant l’autofocus et surtout la stabilisation capteur des hybrides Nikon Z 6 et Z 7, vendue en kit ou au tarif de 269 €.

Depuis la sortie du Nikon Z 50, un boîtier hybride APS-C en monture Z, Nikon a également dévoilé de nouvelles optiques compactes : les 16-50mm f/3.5-6.3 VR et 50-250mm f/4.5-6.3 VR qui pour le moment ne sont pas vendus en dehors du kit.

Comme pour les hybrides de Canon, les objectifs des constructeurs tiers sont encore très rares, ce que nous regrettons. À ce titre, notons que Sigma et Tamron n’ont annoncé aucune optique en monture Z.

Quels objectifs Fujinon XF, XC et GFX pour hybride Fujifilm ?

Chez Fujifilm, la gamme principale d’optiques est la gamme X qui équipe l’ensemble des boîtiers au format APS-C. Il existe également la gamme GFX – les GFX 50s, GFX50r et GFX100 – qui correspond aux appareils moyen format hybrides.

Vous avez le choix entre les objectifs haut de gamme XF (la mention R signifie qu’ils possèdent également une bague de diaphragme pour régler l’ouverture et la mention WR signifie qu’ils sont tropicalisés) et les objectifs XC d’entrée de gamme, plus compacts et destinés aux amateurs, principalement sur un boîtier comme le X-T200.

ZoomsFuji
De gauche à droite : Zoom de kit XF 18-55mm f/2.8-4 R LM OIS, 10-24mm f/4 R OIS et 18-135mm f/3.5-5.6 R LM OIS WR

Par chance, l’objectif de kit XF 18-55mm f/2,8-4 R LM OIS est un très bon zoom trans-standard silencieux, performant et stabilisé. Seul, il est disponible à partir de 649 euros mais de nombreux kits le proposent.

Le Fujinon XF 10-24 mm f/4 R OIS WR est un zoom grand angle imposant, mais léger et très performant (lire notre test). On apprécie aussi beaucoup sa tropicalisation. Pour un zoom polyvalent, vous pouvez regarder le 18-135 mm f/3.5-5.6 R LM OIS WR, tropicalisé lui aussi.

Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Du côté des zooms, nous vous recommandons chaudement le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR (lire notre test). Cet objectif offre une excellente qualité d’image, avec un piqué stratosphérique. Son ouverture constante à f/2,8 est particulièrement lumineuse et permet de jouer aisément sur la profondeur de champ. Sa stabilisation est également de haute volée. À noter que Fujifilm propose aussi le Fujinon XF 55-200 mm f/3,5-4,8 R LM OIS, certes moins onéreux (et moins lourd) mais aussi moins lumineux. Son piqué est bon, mais reste en retrait par rapport au XF 50-140 mm.

Fuji-Fixes
De gauche à droite, le XF 23mm f/1.4 R, le 35mm f/1.4 XF R et le 56mm f/1.2 XF R

Enfin, nous vous conseillons trois focales fixes de qualité : le XF 23 mm f/1.4 R (qui constitue pour beaucoup d’utilisateurs Fuji la focale de base), le 35 mm f/1.4 XF R et le magnifique objectif à portrait 56 mm f/1.2 XF R. Sans oublier le XF 14 mm f/1,4 R (lire notre test).

Fuji XF 23mm et 35mm dans la série f/2 R WR
Fuji XF 23mm et 35mm dans la série f/2 R WR

Si vous pouvez vous contenter d’une ouverture maximale de f/2, la gamme de focales fixes f/2 WR de Fujifilm est excellente sur tous les points : silencieuse, tropicalisée et compacte. On retrouve le 23mm f/2 R WR (lire notre test), le 35mm f/2 R WRle 50mm f/2 R WR, le 90mm f/2 R LM WR et le 200mm f/2 R LM OIS WR.

Enfin, notez que Fujifilm a ouvert les spécifications de sa monture X aux constructeurs tiers. Déjà, certains constructeurs comme Laowa proposaient des optiques très réussis, comme l’ultra grand-angle Laowa 9mm f/2.8 Zero-D ou l’objectif macro Laowa 65 mm f/2,8 2x Ultra Macro, mais ces derniers sont dépourvus d’autofocus. Dès lors, l’arrivée du Tamron 18-300 mm f/3,5-6,3 Di III-A VC VXD est une bonne nouvelle pour les fujistes, qui pourront disposer d’objectifs AF de bonne facture à prix réduit.

Quels objectifs micro 4/3 choisir pour Olympus et Panasonic ?

Olympus et Panasonic se partagent la monture micro-4/3. Les objectifs d’une marque seront donc compatibles avec les boîtiers de l’autre, et vice-versa. Attention, les mécanismes de double stabilisation ne fonctionneront qu’au sein d’une propre marque.

Une chose importante à noter, ce que pour le micro-4/3, le coefficient multiplicateur par rapport au 24×36 est de 2x. Un 25 mm Micro 4/3 équivaut donc à un 50 mm en 24×36.

Avec l’arrivée de la nouvelle monture L pour le format 24 x 36 mm chez Panasonic, nous nous interrogeons sur l’avenir du format Micro 4/3, mais il est encore trop tôt pour le voir disparaître soudainement.

Chacune des marques possède un objectif pancake compact et lumineux. Chez Olympus, il s’agit du 17mm f/2.8 pancake, désormais difficilement trouvable ou vendu d’occasion. Chez Panasonic, c’est le Lumix 14mm II f/2,5 Asph qui est disponible à partir de 219 euros.

f2.8-Olympus
Les zooms ED 40-150mm f/28 EZ Pro et ED 12-40mm f/2.8 Pro

Olympus dispose de 2 zooms de qualité professionnelle et très lumineux : le 40-150 mm f/2.8 ED Pro qui assure un équivalent 80-300 mm en 24×36 avec une très bonne qualité d’image, et le 12-40 mm f/2.8 ED Pro qui dispose d’une construction tout métal, d’une mise au point rapide et silencieuse ainsi que de très bonnes qualités optiques. Ces deux objectifs sont cependant onéreux, et si vous recherchez un zoom d’entrée de gamme, le ED 14-150 mm f/4-5.6, en dépit d’être lumineux, est bien moins cher (à partir de 529 euros).

Chez Panasonic, la gamme d’objectifs micro-4/3 est très étendue, avec de très bonnes focales fixes haut de gamme conçues par Leica, comme l’impressionnant Nocticron 42,5mm f/1.2.

Panasonic
De gauche à droite : Leica DG Summilux 25mm f/1.4, Lumix X 12-35mm f/2.8 Power OIS et 14-140mm f/3.5-5.6 Asph Power OIS

A la recherche d’une focale fixe équivalent 50mm, nous vous recommandons le Leica DG Summilux 25 mm f/1.4 disponible à partir de 649 euros.

Si vous n’avez pas besoin d’une optique aussi lumineuse, le Lumix G 25 mm f/1,7 ASPH est la focale fixe à posséder ! Equivalent du 50mm en 24×36, cet objectif est lumineux, léger (il ne pèse que 50g) et surtout pas cher, car on le trouve à partir de 139 €. C’est simple, c’est le 25mm le moins cher pour la monture Micro 4/3. 

Pour un zoom transstandard, le Lumix X 12-35 mm f/2.8 Power OIS (stabilisation optique) permettra d’obtenir un équivalent 24-70mm lumineux. Pour le photographe baroudeur, le 14-140 mm f/3.5-5.6 Asph Power OIS permettra d’être paré pour toutes les situations.


Notre guide d’achat sur les hybrides se termine. Pour rappel, ces guides ne se veulent pas exhaustifs et certains bons appareils ou objectifs risquent de ne pas y figurer. C’est à la fois un choix éditorial mais aussi l’impossibilité de tous les connaître.

Les autres guides d’achat photo