Guide d’achat photo 2022 : les meilleurs appareils photo hybrides plein format

Mis à jour le 28/10/2022

Inauguré par Sony il y a presque 10 ans, le marché des hybrides plein format est aujourd’hui investi par la quasi-totalité des constructeurs. Tous proposent ainsi plusieurs gammes de boîtiers, afin de répondre aux besoins spécifiques de tous les utilisateurs. Pour vous permettre de trouver le boîtier correspondant à votre pratique photo et à votre budget, nous vous proposons ce guide d’achat des meilleurs hybrides plein format du moment.


Signe d’une certaine maturité du marché, certaines marques proposent des hybrides plein format abordables, avec un ticket d’entrée situé sous la barre des 2000 €. Au-delà, on retrouve un certain nombre de boîtiers haut de gamme « polyvalents », avec un remarquable niveau de performances. Mais aussi des boîtiers aux capteurs ultra-définis, répondant aux demandes des photographes de studio, de packshot – mais pas que.

Par ailleurs, Canon, Nikon et Sony proposent tous les trois leur appareil photo hybride très hautes performances, destinés aux professionnels de l’image. Ces boîtiers offrent une réactivité exceptionnelle, dépassant (et parfois de loin) les meilleurs reflex monobloc plein format en leur temps. Enfin, les hybrides les plus récents misent aussi sur des capacités vidéo accrues, afin d’accompagner une certaine évolution des usages chez les amateurs et les professionnels.

Du reste, chaque écosystème présente ses avantages. Ainsi, Canon et Nikon tentent de tirer leur épingle du jeu en proposant une ergonomie assez proche de leurs anciens reflex, afin de faciliter la transition vers l’hybride. De même, ils misent sur leur bague d’adaptation (EF-RF pour Canon, FTZ pour Nikon) pour réutiliser leur large gamme d’objectifs reflex sur leurs hybrides sans contrainte.

Quelques remarques avant de poursuivre :

  • Le prix d’appel d’un appareil photo hybride plein format peut sembler élevé, mais il est à remettre en contexte avec les capacités photo ET vidéo ainsi que les nombreuses technologies intégrées
  • Choisir un appareil photo à objectif interchangeable c’est aussi choisir une monture et un parc d’objectifs. Sur ce point, Sony et sa monture E a une belle longueur d’avance sur la concurrence, même si les autres constructeurs avancent à marche forcée.

Aujourd’hui, tous les hybrides plein format offrent une excellente qualité d’image. Cependant, d’importantes différences demeurent en termes de réactivité, d’ergonomie… et de budget. Aussi, ce guide d’achat devrait vous permettre de choisir le boîtier qui convient le mieux à votre pratique photo.

A la recherche du meilleur appareil photo hybride APS-C ou Micro 4/3 ? Découvrez notre guide d’achat dédié.


Les meilleurs appareils photo hybrides entrée et milieu de gamme 24 x 36 : pour découvrir les joies du plein format

Depuis 2019, nous avons assisté au développement d’une gamme d’appareils photo hybrides plein format d’entrée et milieu de gamme. Inaugurée en 2019 par Canon avec l’EOS RP (voir ci-dessous), elle regroupe des boîtiers plus compacts et (un peu) plus abordables que les modèles les plus haut de gamme – que nous abordons dans la partie suivante.

Ainsi, tous les boîtiers ci-dessous sont pertinents par leur niveau de performance, leur gabarit réduit et leur positionnement tarifaire. Ils forment une excellente porte d’entrée vers le plein format et sa qualité d’image, sa faible profondeur de champ et son rendu tant recherché.

Canon EOS RP, l’hybride plein format abordable

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

Lire notre test du Canon EOS RP

Le Canon EOS RP est l’appareil photo hybride full frame le moins cher du marché. Il dispose d’un capteur CMOS plein format de 26,2 Mpx couplé au processeur Digic 8 pour un autofocus Dual Pixel réactif, un écran tactile de 3 pouces sur rotule… le tout pour un poids de seulement 485 grammes (avec batterie et carte mémoire). On apprécie également son viseur OLED de 2,36 millions de points, qui offre un niveau de confort suffisant.

Naturellement, cet appareil oblige à quelques concessions : la rafale est ainsi limitée à 5 i/s en AF simple et à seulement 4 i/s avec suivi du sujet. Il n’est donc pas recommandé pour la photographie sportive. Si l’appareil permet de filmer en 4K à 30 i/s, cela se fait au prix de performances limitées et nous conseillons l’utilisation de la Full HD pour un usage confortable. De même, l’autonomie reste assez juste.

Cela étant, le Canon EOS RP est un appareil très compact, bien fini et agréable à utiliser au quotidien, qui séduira sans peine les photographes désirant découvrir le plein format sans se ruiner. Le Canon EOS RP est disponible nu à partir de 1099 €. Couplé à un objectif RF 24-105 mm f/4-7,1, il vous permettra de capturer de très belles images.

Nikon Z 5, un boîtier full frame compact et séduisant

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

À l’été 2020, le constructeur japonais a lancé son Nikon Z 5, un hybride plein format plus léger et plus compact que les Z 6 et Z 7, qui vise les photographes souhaitant faire le saut vers le plein format.

Le Z 5 dispose d’un capteur de 24,3 Mpx stabilisé sur 5 axes accompagné du processeur Expeed 6 (comme sur ses boîtiers les plus haut de gamme). À la clé, une sensibilité allant de 100 à 51 200 ISO.

Pesant 680 grammes (avec batterie et carte mémoire), il ressemble beaucoup à l’hybride APS-C Nikon Z 50 (présent dans le guide des meilleurs hybrides APS-C). Il s’équipe d’un écran orientable tactile de 3,2 pouces ainsi que d’un viseur électronique de 3,69 millions de points très confortable. On apprécie sa construction tout temps, grâce à de nombreux joints d’étanchéité. Mais aussi son autofocus performant.

Sa rafale à 4,5 i/s, assez basse, ne le destine pas à la photographie sportive. De même, son mode vidéo est assez limité. Il filme certes en 4K à 30 i/s, mais au prix d’un recadrage de l’image assez prononcé (1,7x). Par ailleurs, il fait l’impasse sur le mode de ralenti à 120 i/s – mais offre cependant un mode timelapse intégré au boîtier.

Le Nikon Z 5 est proposé avec un objectif ultra-léger (195 g) et compact, le Nikkor Z 24-50 mm f/4-6,3. Si vous disposez déjà d’optiques Nikon F, vous pourrez continuer à les utiliser en toute simplicité grâce à la bague d’adaptation Nikon FTZ.

Offrant une très bonne base pour qui veut s’équiper d’un boîtier plein format, le Nikon Z 5 est proposé en kit avec le 24-50 mm au tarif de 1699 €. Avec l’objectif transstandard 24-70 mm f/4, il est proposé à 2179 €. Enfin, un pack incluant le zoom polyvalent Nikkor Z 24-200 mm f/4-6,3 est disponible à 2399 €.

Panasonic Lumix S5, un hybride paré pour la photo et la vidéo

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

À la rentrée 2020, Panasonic a lancé son Lumix S5, un hybride plein format léger, abordable – et qui vise aussi bien les photographes que les vidéastes, ce qui est (très) rare dans cette gamme de prix.

Véritable porte d’entrée vers le plein format, il fait le pont entre l’hybride Micro 4/3 Lumix GH6 et le boîtier (très) haut de gamme Lumix S1H.

Tirant parti de la monture L (commune à Panasonic, Leica et Sigma), le Lumix S5 se dote d’un capteur CMOS plein format de 24,2 Mpx stabilisé sur 5 axes, couplé au processeur Venus Engine. À la clé, une très belle qualité d’image, une rafale à 7 i/s et un autofocus assez réactif. De plus, il dispose d’une sensibilité allant de 50 à 51 200 ISO. Il bénéficie également du double-ISO natif, pour une qualité vidéo supérieure.

Et c’est vraiment en vidéo que ce boîtier se différencie de la concurrence. Il permet en effet de filmer en C4K/4K 30p en 4:2:2 10 bits interne et peut même monter jusqu’en 4K 60p en 4:2:0 10 bits avec un recadrage APS-C. Il propose aussi l’enregistrement en V-Log / V-Gamut, mais également en HLG (Hybrid Log Gamma) pour obtenir des séquences HDR en 4K. Enfin, une MAJ firmware permet désormais de filmer en RAW en 5,9 K via un enregistreur externe et/ou vers un SSD.

Le tout dans un boîtier tropicalisé (et capable de fonctionner jusqu’à -10°C), pesant seulement 714 g, doté d’un écran tactile de 3 pouces et d’un viseur OLED confortable, sans lésiner sur l’ergonomie.

Le Panasonic Lumix S5 est proposé nu au tarif de 1799 €, et en kit avec le très bon zoom Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 pour 1943 €.

Sony A7c : compacité et performance

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

Lire notre test du Sony A7c

Avec le Sony A7c, le constructeur japonais s’est lancé un pari ambitieux. Celui d’offrir le même niveau de performances que l’A7 III dans un boîtier plus compact, facile à emporter en week-end, en voyage ou au quotidien.

Pari tenu ? Oui, et pas qu’un peu. S’appuyant sur son capteur CMOS plein format de 24,2 Mpx (stabilisé sur 5 axes) et son processeur BionZ X, le Sony A7c offre une très bonne qualité d’image. Il délivre ainsi des clichés très détaillées, même en montant les ISO.

Nous avons beaucoup aimé la réactivité de son autofocus et les modes de détection et de suivi des yeux du sujet (humain et animaux). À noter que l’Eye-AF fonctionne aussi bien en photo qu’en vidéo.

En vidéo, justement, le Sony A7c permet de générer de belles séquences en 4K à 30 i/s, et dispose de nombreuses options qui raviront les vidéastes : 4K HDR, courbes S-Log 2, S-Log et S-Gamut, slow motion à 120 i/s…

Le tout dans un boîtier d’une remarquable compacité, pesant seulement 509 grammes. Si son viseur est assez petit, il se dote d’un écran sur rotule pratique, qui se déploie sur le côté gauche du boîtier.

Pour ne pas alourdir son boîtier, Sony propose son nouveau zoom 28-60 mm f/4-5,6. S’il n’est pas particulièrement lumineux, il se distingue par sa compacité et son poids plume.

Le Sony A7c est disponible à partir de 1999 € sans objectif, et au tarif de 2349 € avec le zoom compact 28-60 mm.


Les meilleurs appareils photo hybrides haut de gamme : la polyvalence avant tout

Les hybrides haut de gamme mettent en avant de sérieux arguments pour séduire les passionnés – et les professionnels de l’image. Qualité d’image, viseur électronique confortable, autofocus ultra-rapide, montée en sensibilité… les meilleurs hybrides dépassent (et souvent de loin) les reflex traditionnels.

Signe des temps, les ventes de reflex sont en déclin sur de nombreux marchés (en Allemagne, en Asie et aux États-Unis notamment, mais également en France). Cependant, si tous les hybrides haut de gamme actuellement disponibles sont très bons, certains le sont plus que d’autres… Voici donc notre sélection des meilleurs appareils photo hybrides semi-professionnels ou professionnels.

Sony A7 IV : un véritable couteau suisse pour la photo et la vidéo

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

Lire notre test du Sony A7 IV

Présenté en octobre 2021, le Sony A7 IV a la lourde tâche de succéder à un véritable best-seller. Pour cela, il mise sur un capteur rétroéclairé de 33 Mpx (soit une hausse de la définition de 36 % par rapport à l’A7 III). Ce capteur est secondé par le nouveau double-processeur BionZ XR. À la clé, une meilleure gestion du bruit numérique, une dynamique de 15 stops et un meilleur rendu des couleurs.

Pour une polyvalence accrue, il monte à 10 i/s en rafale (avec l’obturateur mécanique comme électronique), couplé à un buffer quasi-illimité. Ses performances AF ont également été accrues. Sur le terrain, les algorithmes de détection et de suivi du sujet (et de l’œil) sont très efficaces, tant pour les humains que pour les animaux (chats, chiens, oiseaux).

Les vidéastes ne sont pas oubliés, avec l’enregistrement en 4K 60p en 10 bits en 4:2:2 All-Intra en mode Super 35 mm, et en 4K 30p sans crop. Il permet en outre de filmer en S-Log 3 ou S-Gamut 3. Mais surtout, il dispose de nouveaux modes spécialement conçus pour compenser le focus breathing et faciliter la mise au point en vidéo.

Le Sony A7 IV se montre également plus ergonomique que son prédécesseur, avec une poignée plus confortable, de nouveaux menus (beaucoup) mieux structurés. On note aussi son écran 3 pouces sur rotule, qui se déploie sur la gauche du boîtier. Son viseur OLED de 3,68 Mpts est également plus agréable. Enfin, il reste toujours aussi léger et compact (658 g).

Le Sony A7 IV est disponible nu à partir de 2799€ nu, et de 2999 € en kit avec l’objectif Sony 28-70 mm.

Notez que Sony continue de proposer son A7 III. Lancé début 2018, ce dernier demeure très pertinent grâce à sa qualité d’image, sa très bonne montée en ISO, son AF efficace (avec détection et suivi du sujet et de son œil) et sa rafale montant à 10 i/s. Certes, son ergonomie est un peu moins travaillée que sur l’A7 IV, et il fait l’impasse sur les nouveaux modes vidéo et la nouvelle structure de menus. Cependant, il continue d’offrir un excellent rapport qualité-prix. Il est proposé à 2049 € nu, et à 2799 € en kit avec l’objectif Sony FE 24-70 mm f/4 ZA OSS.

Canon EOS R6 : l’hybride plein format polyvalent et séduisant

Phototrend Guide d'achat hybrides plein format

Lire notre test du Canon EOS R6

Au printemps 2020, Canon dévoilait son hybride plein format polyvalent : l’EOS R6. Ce dernier vient se ranger aux côtés de l’EOS R5 (voir plus bas). Il se positionne en digne héritier des reflex EOS 6D Mark I et Mark II… tout en héritant des performances de pointes des 5D Mark III et IV.

Doté d’un capteur de 20 Mpx, sa définition est certes un peu limitée, mais permet aux pixels d’être plus gros et moins resserrés, pour une meilleure gestion du bruit numérique. En rafale, il monte à 20 i/s. Son autofocus se montre très réactif. Néanmoins, il ne profite pas des modes AF « intelligents » de son grand frère l’EOS R3. Enfin, le boîtier peut filmer en 4K à 30 ou 60 i/s sans crop.

Du reste, le Canon EOS R6 hérite du boîtier très ergonomique inauguré avec l’EOS R. Doté d’un viseur OLED très confortable, d’un grand écran tactile sur rotule (et d’un « vrai » joystick), il fait cependant l’impasse sur le petit écran monochrome sur la tranche supérieure. Mais hormis ce point, le boîtier offre une excellente prise en main (et d’un poids de 680g très raisonnable), qui devraient rassurer les possesseurs d’un reflex Canon.

Enfin, notez que la bague EF-RF vous permettra de réutiliser toutes vos optiques reflex (avec l’autofocus et la stabilisation optique).

Le Canon EOS R6 est proposé nu à partir de 2499 € – et en kit avec l’objectif polyvalent 24-105 mm f/4-7,1 IS STM au tarif de 2859 €

Nikon Z 6II, le roi de l’ergonomie

Phototrend Guide D'achat Hybrides Plein Format

Lire notre test du Nikon Z 6II

Le Nikon Z 6II est la seconde version de l’hybride plein format de Nikon. À la fois léger et résistant, il offre une excellente ergonomie grâce à sa poignée prononcée. Il permettra donc une transition fluide pour les propriétaires d’un reflex Nikon – qui pourront profiter d’une compatibilité totale avec leurs optiques à monture F grâce aux bagues d’adaptation FTZ et FTZ II

Pour des performances de pointe, le Z 6II se dote d’un capteur full frame CMOS rétroéclairé (BSI) de 24,5 Mpx, stabilisé sur 5 axes, couplé à un double processeur Expeed 6. Son autofocus hybride se base sur 273 points couvrant 90% de l’image ; par ailleurs, il offre une plage ISO native allant de 100 à 51200 ISO (extensible de 50 à 204 800 ISO). On apprécie également sa rafale à 14 i/s avec suivi du sujet, qui ira de pair avec la fonctionnalité de mise au point automatique sur les yeux – un point qui ravira les portraitistes.

L’appareil dispose d’un grand écran tactile et inclinable de 3,2 pouces. Il est secondé par un viseur électronique OLED de 3,69 millions de points, qui s’avère beaucoup plus fluide que celui de son prédécesseur.

L’appareil filme en 4K UHD à 60 fps et en Full HD 1080 à 60/120 fps. On apprécie particulièrement de pouvoir compter sur la double-stabilisation du capteur (électronique et mécanique) pour générer des vidéos de très bonne facture.

Disponible à 2349 € nu (2599 € avec une bague d’adaptation FTZ), le Nikon Z 6II s’accordera à merveille avec l’optique Nikkor Z 24-70 mm f/4 S. Le tandem pourra être acquis à 2979 €.


Les meilleurs appareils photo hybrides plein format très haute définition

Si vous avez besoin de capturer des photos particulièrement définies (photo de studio, de packshot, photographie d’art…), les différents constructeurs proposent chacun leur boîtier spécialisé, dotés de capteurs de plus de 40 Mpx. Certains d’entre eux disposent également dun mode Pixel Shift, qui décuplent la définition des clichés via un micro-déplacement du capteur.

Sony A7R IV : l’hybride ultra-défini made by Sony

Phototrend Guide D'achat Hybrides Plein Format

Si vous avez besoin de capturer des images en très haute définition (pour l’impression en très grand format notamment), Sony propose l’A7R IVa. Ce boîtier est une légère évolution de l’A7R IV, et se différencie par un écran LCD plus défini.

L’A7R IVa dispose d’un capteur rétroéclairé de 61 millions de pixels stabilisé sur 5 axes, et opte également pour un viseur électronique de 5,76 millions de points. Couplé au processeur Bionz X, il offre une excellente qualité d’image en toute circonstance. Par ailleurs, ce boîtier se dote d’un mode « Pixel Shift« , qui permet de capturer des images de 240 millions de pixels à l’aide d’un trépied. Commercialisé au tarif de 3799 €, cet hybride s’avère particulièrement maîtrisé, et présente de très nombreux atouts pour séduire les professionnels de l’image.

Les cartes sont cependant rebattues avec l’arrivée du Sony A7R V, dévoilé par la marque en octobre 2022. Inaugurant la 5e génération de boîtiers Sony plein format, il mise sur un nouveau système autofocus basé sur l’IA et le Deep Learning. À la clé, une détection et un suivi du sujet (et de son œil) plus proactif, plus précis et beaucoup plus rapide, pour les humains, les animaux (mammifères, oiseaux, insectes…) et les objets (avions, voitures, trains, etc). S’il reprend le même capteur 61 Mpx que son aîné, il livre des vidéos en 8K 24 fps et profite des modes de compensation du focus breathing et d’assistance à la mise au point introduits avec l’A7 IV. Enfin, mentionnons son buffer plus capacitaire, les nouveaux menus Sony ainsi que sa compatibilité avec les cartes CFExpress Type A. Ultra-performant, cet hybride haute définition est proposé à 4999 €.

Nikon Z 7II : l’hybride ultra-défini de Nikon

Le Nikon Z 7II n’est autre que la déclinaison « haute définition » du Z6 II. De fait, il hérite d’un grand nombre de ses caractéristiques – mais adopte un capteur rétroéclairé (BSI) de 45,7 Mpx autrement plus défini. À la clé, des images de 8256 x 5504 pixels.

Il reprend cependant le même processeur Expeed 6. Ce dernier lui confère une rafale à 10 i/s, couplé à un buffer assez généreux (77 RAW 12 bits). En revanche, la plage ISO est légèrement plus restreinte que sur le Z 6 II (64-25 600 ISO tout de même).

Côté autofocus, il dispose d’algorithmes de détection et de suivi plus précis, notamment pour la détection et le suivi de l’œil du sujet. Un point qui devrait ravir les portraitistes. La vidéo n’est pas en reste, le boîtier livrant des séquences en 4K UHD à 60p.

Du reste, le Nikon Z 7II reprend l’ergonomie très étudiée de son frère jumeau. On apprécie notamment la présence de joints d’étanchéité, qui le protègent de la pluie et de la poussière. Par ailleurs, son viseur OLED et son grand écran tactile inclinable s’avère très confortables. Quel dommage qu’il fasse l’impasse sur le mode Pixel Shift

Le Nikon Z7 II est proposé au tarif de 3549 € nu. Un kit incluant l’objectif Nikkor Z 24-70 mm f/4 S est également vendu à 4169 €.

Canon EOS R5 : la plus haute définition chez Canon

Aux côtés de l’EOS R6, Canon a dévoilé en mai 2020 son EOS R5 – une variante plus définie de son hybride plein format polyvalent. Ce dernier mise sur un capteur de 45 Mpx, et hérite du processeur Digic X qui a déjà fait ses preuves au sein des autres boîtiers de la marque. À la clé, une montée en ISO performante, et un autofocus réactif – notamment en termes de détection et suivi de l’œil du sujet.

Il dispose d’une rafale à 12 i/s (obturateur mécanique) ou 20 i/s (obturateur électronique), ainsi que d’une stabilisation du capteur sur 5 axes. Hélas, contrairement à l’EOS R6, il fait l’impasse sur le Pixel Shift.

Il se rattrape avec son mode vidéo survitaminé. Il permet en effet de filmer en 8K à 30 ips en interne, en utilisant toute la surface du capteur. Les séquences de 8192 x 4320 pixels peuvent être enregistrées jusqu’en 12 bit RAW (CRM) pour une plus grande dynamique et une profondeur des couleurs accrue. On notera aussi la possibilité d’exporter directement des photos RAW en 8K depuis les séquences vidéo

Du reste, le Canon EOS R5 partage le même boîtier que l’EOS R6. Cependant, il dispose du petit écran de contrôle monochrome, à la place de la classique roue PASM. Du reste, il hérite du design tout en rondeur très confortable, d’un viseur encore plus défini et du grand écran tactile sur rotule. Enfin, vous pourrez réutiliser tous vos objectifs reflex (y compris avec l’autofocus et la stabilisation optique) grâce à la bague EF-RF.

Le Canon EOS R5 est proposé nu au tarif de 4499 €.

Pour vous aider à faire votre choix entre les Canon EOS R5 et R6, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

Enfin, notez que Canon propose également son EOS R5C, une version spécifiquement conçue pour la vidéo, dotée d’un ventilateur arrière pour éviter tout phénomène de surchauffe. À la clé, des séquences vidéo en 8K 60p en RAW – et des photos de 45 Mpx à 20 i/s. Cette version destinée aux vidéastes chevronnés est disponible à 4999 €.


Les meilleurs appareils photo hybrides plein format professionnels : pour des performances de pointe

Sony A9 II : l’hybride professionnel le plus abordable

Chez Sony, la photographie de sport et d’action est représentée par 2 boîtiers : les Sony A1 et A9 II. Lancé en octobre 2019, ce dernier incarne une option plus abordable – sans compromis en termes de qualité d’image et de réactivité. Il se base sur un capteur rétroéclairé et empilé (stacked BSI) de 24 Mpx. Stabilisé sur 5 axes, il est aussi muni d’un filtre passe-bas pour diminuer les effets de moiré. Ce capteur est couplé au processeur BionZ X.

Pensé pour les professionnels de l’image, le Sony A9 II capture des images en rafale jusqu’à 10 i/s (obturateur mécanique) et jusqu’à 20 i/s (obturateur électronique) sans blackout dans le viseur – et avec un buffer assez capacitaire. Son autofocus n’est pas en reste, le boîtier étant doté d’algorithmes de détection et de suivi du sujet – et de son œil – très efficaces.

On apprécie également le travail apporté par Sony au niveau de l’obturateur mécanique : ce dernier se montre plus doux et moins bruyant que sur les précédents boîtiers de la marque. En vidéo, il filme en 4K 30p sans crop, mais fait l’impasse sur la 4K 60p et les modes S-Log.

En termes d’ergonomie, le Sony A9 II mise sur une poignée très confortable et un grand écran inclinable. Néanmoins, son viseur OLED de 3,76 Mpts n’est pas le plus défini du marché. De même, il n’est pas équipé de la « nouvelle » structure de menus de Sony. Hormis ces quelques compromis, le Sony A9 II est un boîtier aux performances remarquables et agréable à utiliser.

Le Sony A9 II est proposé au tarif de 4899 € nu – ce qui fait de lui l’hybride sportif « le moins cher » du marché.

Enfin, la marque propose aussi son Sony A7S III, spécialisé dans la réalisation de vidéos en très haute qualité. Privilégiant la sensibilité à la résolution, il se pare d’un capteur plein format rétroéclairé de 12 Mpx (stabilisé sur 5 axes), capable de monter jusqu’à 409 600 ISO. Au menu, la capture de séquences en 4K à 120 i/s, le 4:2:2 10 bit dans tous les formats, et l’enregistrement au format ProRes RAW 16 bit via un enregistrement externe.

Disponible au tarif de 4199 €, ce boîtier est une proposition très sérieuse pour les vidéastes professionnels – ou les amateurs chevronnés et fortunés.

Sony A1 : le plus sportif des hybrides plein format de Sony

Avec l’A1, le défi de Sony était osé : coupler réactivité et très haute définition du capteur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le constructeur réussit haut la main son pari. Lancé en début 2021, l’hybride très hautes performances de Sony mise sur un capteur rétroéclairé et empilé (stacked BSI) de 50,1 Mpx.

Ultra-réactif, il permet de capturer des images en rafale à 30 i/s avec suivi du sujet sans blackout. Par ailleurs, il parvient à limiter l’effet de rolling shutter, minimisant la distorsion des éléments à haute vitesse avec l’obturateur électronique. Son double-processeur BionZ XR lui confère également une très bonne montée en ISO, allant de 100 à 32 000 ISO (extensible de 50 à 102 400 ISO).

L’autofocus est (très) loin d’être en reste, avec une détection et un suivi du sujet et de son œil ultra efficace, tant pour les humains que pour les animaux (chiens, chats, mais aussi oiseaux). Le boîtier est également très bien pourvu côté vidéo, étant capable de filmer en 8K à 30 i/s en 4:2:0 10 bits en interne. Il permet également de capturer des vidéos ProRes RAW en 16 bits via la sortie HDMI.

Enfin, on apprécie particulièrement son ergonomie plus arrondie et son viseur ultra-défini (9,44 Mpts). Paré pour l’action, le Sony A1 est un boîtier d’une redoutable efficacité, tant en photo qu’en vidéo. Il est disponible au tarif de 7299 €.

Canon EOS R3 : l’hybride professionnel au doigt et à l’œil

Lire notre test du Canon EOS R3

Très attendu par les photographes professionnels équipés en reflex Canon, l’EOS R3 est le premier appareil photo hybride monobloc de la marque. Véritable concentré de technologies, il dispose d’un capteur rétroéclairé et empilé (stacked BSI) de 24 Mpx, couplé au processeur Digic X. Côté autofocus, il est doté du système Dual Pixel AF II, basé sur 4479 points.

Mais surtout, il s’équipe d’un ingénieux système de contrôle de l’autofocus par l’œil : il suffit de regarder le sujet, d’appuyer sur la touche AF-On (ou à mi-course) : l’appareil verrouille le sujet, effectue la MAP et le suit. Un système très intuitif – et d’une grande efficacité. D’autant que les nouveaux algorithmes sont capables d’accrocher et de suivre automatiquement tous les types de sujets (animaux, humains, pilotes de moto, voitures, avions…). En vidéo, il filme en 6K DCI à 60p en interne et en RAW.

Du reste, il offre une rafale ultra-performante à 30 i/s sans blackout avec buffer quasi-illimité. De plus, il dispose d’une vitesse d’obturation montant à 1/64 000s. Sans oublier sa stabilisation ultra- efficace, qui permet de monter à 3s à main levée (!). Enfin, on apprécie son ergonomie, son poids très maîtrisé (1,015 kg) et son autonomie très confortable. Enfin, la bague EF-RF vous permettra de continuer à utiliser toutes vos optiques reflex (y compris avec l’autofocus et la stabilisation optique). Le Canon EOS R3 est proposé au tarif de 5999 €.

Nikon Z 9 : l’hybride plein format sous stéroïdes

Lire notre prise en main complète du Nikon Z 9

Visant à faciliter le passage à l’hybride pour les professionnels utilisant un reflex Nikon, le Z 9 a été dévoilé en octobre 2021. Et Nikon n’a pas fait les choses à moitié. Capteur rétroéclairé et empilé (stacked BSI) très défini de 45,7 Mpx, processeur Expeed 7, rafale à 20 i/s (voire à 120 i/s à 11 Mpx), buffer virtuellement illimité, vidéo 8K UHD à 30p (et même 8K60p en Vidéo RAW) …

Le Nikon Z 9 ose même se passer totalement d’obturateur mécanique, reposant entièrement sur l’obturateur électronique. Heureusement, le phénomène de rolling shutter est particulièrement bien maîtrisé. En outre, ses algorithmes d’autofocus sont très efficaces, avec une détection du sujet (et de son œil) quasi-instantanée, tant pour les humains que pour les animaux.

Du reste, le Nikon Z 9 mise sur un boîtier à l’ergonomie très étudiée. On notera son écran monté sur double-charnière, inclinable tant à l’horizontale qu’à la verticale. Le viseur affiche une image sans aucun blackout, même en rafale 120p, grâce à une technologie double-flux inédite.

Ultra-complet et ultra-performant, le Nikon Z 9 montre tout le savoir-faire de la marque jaune et noire, incarnant le digne successeur du Nikon D6. Du reste, vous pourrez continuer à utiliser toutes vos optiques reflex grâce à la bague d’adaptation FTZ.

Le Nikon Z 9 est disponible au tarif de 5999 €, même s’il est assez difficile de le trouver en stock en ce moment en raison d’une forte demande en ce moment.


Notre guide d’achat sur les appareils photo hybrides plein format se termine. Pour rappel, ces guides ne se veulent pas exhaustifs et certains bons appareils risquent de ne pas y figurer car nous avons sélectionné les meilleurs ou les plus intéressants d’un point de vue rapport performances/qualité/prix.

Les autres guides d’achat photo