Est-ce que Kodak, Nikon, Canon, Sony, etc. ont toujours porté ces noms ? Et quelle a été la raison de ces choix ? L’étymologie d’un nom permet d’en comprendre les origines, mais aussi de suivre, dans le cas des noms de marque, l’évolution de la ligne commerciale qui peut amener à choisir un nom jugé plus international. Ainsi, les significations de nom peuvent être stratégiques, mais aussi inspirées de références culturelles.

Voici quelques marques photo pour lesquelles nous avons pu retracer l’origine de leur nom.

Kodak, un néologisme en K

Fondée en 1881 par George Eastman, l’entreprise Eastman Dry Plate Company lance ses premières pellicules photographiques afin de remplacer les lourdes plaques en verre par de petites bobines de film en celluloïd. En 1888, c’est la sortie de son premier appareil photo à pellicule. C’est aussi cette année que George Eastman décide de changer le nom de sa fondation afin de la rendre plus accessible et à l’allure plus internationale.

Il cherche un nom facilement prononçable dans toutes les langues et original. Il imagine alors le nom de Kodak, inventé de toutes pièces, expliquant son choix ainsi : “la lettre K avait toujours été l’une de mes préférées, elle me semble forte et incisive. Il me suffisait d’essayer toutes sortes de combinaisons de lettres pour former des mots commençant et se terminant par la lettre K. Le nom ‘Kodak’ en est le résultat”.

Des rumeurs circulent quant à son attirance pour la lettre K stipulant que le nom de jeune fille de sa mère, Kilbourne, pourrait en être à l’origine. Mais rien n’est sûr !

En plus de ce nom qui deviendra plus tard mondialement connu, Eastman y associe les couleurs jaune et rouge, caractéristiques de la marque. Au moment de la sortie du premier appareil, il y ajoute aussi le slogan : “You press the button, we do the rest” (“Appuyez sur le bouton, on s’occupe du reste”).

Source de chaque logo : Logopedia - Montage : Phototrend

Image par Phototrend – Source de chaque logo : Logopedia

Leica, en hommage à Ernst Leitz

La toute première compagnie allemande Leica, qui ne porte pas ce nom, a été fondée en 1849 par Carl Kellner dans le but de produire des microscopes, puis plus tard à partir de 1907 des binoculaires. La société d’appareils photo, quant à elle, n’a été fondée qu’en 1914, et n’a lancé sa production d’appareils photo 35mm qu’à partir de 1925. L’idée de départ était de se différencier des appareils traditionnels et encombrants en réduisant la taille du négatif et en obtenant les tirages par agrandissement.

Le nom de Leica a été adopté au moment de la fabrication des premiers prototypes de 35mm réalisés par Oskar Barnack en 1913. Il est né de la contraction du nom du nouveau directeur en chef depuis 1869, Ernst Leitz, et de la traduction anglaise d’appareil photo “camera”. Après les prototypes “Ur-Leica”, le Leica I à objectif fixe de 1925 est le premier d’une longue liste d’appareils photo légers et pratiques qui séduiront de nombreux photographes reconnus comme Robert Capa et Henri Cartier-Bresson.

© Wikimedia Commons - Leica I (1925)

© Wikimedia Commons – Leica I (1925)

De Nippon Kogaku Kogyo à Nikon Corporation

C’est sous l’initiative du gouvernement japonais que l’entreprise Nikon, alors connue sous le nom de Nippon Kogaku Kogyo (littéralement Compagnie d’Optique Japonaise), a été créée en 1917. Elle avait pour but de produire des équipements optiques pour l’armée comme des viseurs, des télescopes, des jumelles. En 1925 elle sort son premier microscope dont les premiers modèles portent le nom “Nikko”.

A partir des années 30, la compagnie sort ses premiers objectifs à la marque déposée Nikkor. Le deux lettres K font référence au nom de l’époque Nippon KK. Ce sont les premiers appareils photo de la firme qui adoptent le nom de Nikon, comme le Nikon I sorti en 1948. Des rumeurs expliquent l’origine du nom par la contraction du nom de compagnie d’origine, Nippon KK, et du nom de la marque Zeiss Ikon qui ont inspiré ses optiques. La firme n’abandonnera le nom Nippon KK pour Nikon Corporation qu’en 1988.

© Jan von Erpecom - Own work, CC BY-SA 3.0 - Wikimedia Commons - Nikon S, sorti en 1952, quatre ans après la sortie du premier boîtier Nikon Model I

© Jan von Erpecom – Own work, CC BY-SA 3.0 – Wikimedia Commons – Nikon S, sorti en 1952, quatre ans après la sortie du premier boîtier Nikon Model I

Olympus, la référence mythologique

L’évolution du nom de la marque Olympus se fonde sur des références culturelles et une certaine inspiration, bien que le choix du nom final, aux sonorités plus occidentales, ait pu être porté par la volonté de se faire connaître à l’international plus facilement. La compagnie a été fondée en 1919 par Takeshi Yamashita sous le nom de Takachiho Seisakusho : ce nom faisait référence à la mythologie japonaise et à la montagne sacrée Takachiho où vivaient les dieux et déesses.

La marque déposée Olympus n’est introduite qu’en 1921 et est associée en premier lieu aux microscopes et autres produits optiques uniquement, puis au premier appareil photo à soufflet sorti en 1936, le Semi-Olympus I. Mais c’est seulement en 1949 que la compagnie change complètement son nom, en référence au Mont Olympe, qui est l’équivalent grec de la montagne sacrée Takachiho du temps de la Grèce antique. Le but de la société, par ce nom, était de rendre compte de “son aspiration à produire des produits haut de gamme mondialement reconnus”.

Semi-Olympus I (1936) © Camerapedia - With the permission of the ebayer knight_camera

Semi-Olympus I (1936) © Camerapedia – With the permission of the ebayer knight_camera

Pentax, l’initiateur du pentaprisme fixe

Fondée en 1919 par Kumao Kajiwara, la compagnie Asahi Kogaku Goshi Kaisha a commencé par fabriquer des verres pour lunettes de vue. En 1923, la société évolue vers la production de lentilles et d’objectifs de projecteurs cinématographiques, puis vers celle de lentilles pour appareils photo, notamment pour Minolta et Konica dans les années 1930.

En 1938, elle a changé son nom pour passer à l’anglais, Asahi Optical Co. Ltd, et s’est consacrée à l’élaboration d’optiques à des fins militaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Après le conflit, la compagnie a repris ses activités d’avant-guerre, mais ce n’est qu’en 1951 que son premier appareil photo est conçu : le Asahiflex, inspiré du Praktiflex allemand sorti en 1939.

Plus tard, en 1957, elle est devenue la première marque à intégrer sur ses boitiers un pentaprisme de qualité de façon fixe, réglant ainsi le problème du coût exorbitant de sa production. C’est donc de là que vient son nom actuel, qu’elle adopte la même année devenant Asahi Pentax, en se fondant sur la contraction de “pentaprisme” et du nom “Contax” afin de rendre hommage à la marque initiée par le fabricant photo Zeiss Ikon. Pentax est aussi l’inventeur du concept du TTL (Through The Lens) avec la sortie en 1964 de son Asahi Pentax Spotmatic SP, le premier appareil à mesurer la lumière à travers l’objectif.

Le Asahi Pentax Spotmatic II, version identique mais améliorée du I quelques années plus tard.

Le Asahi Pentax Spotmatic II, version identique mais améliorée du I quelques années plus tard.

En 2011, la société est devenue Pentax Ricoh Imaging avec le regroupement des activités photographiques des deux filiales. Deux ans plus tard, elle a décidé d’abandonner son nom Pentax pour ne garder que Ricoh qu’elle utilise pour désigner ses appareils compacts. Le nom de Pentax est toujours présent sur les appareils reflex.

Fujifilm, au pied du Mont Fuji

C’est en 1934 que la compagnie Fuji Shashin Film K.K., une ramification de Dai-Nippon Celluloid K.K créée en 1919, est fondée dans le but de produire du verre optique à des fins militaires. Le premier PDG, Asano Shuichi, a fait le choix du nom Fuji, en référence au Mont Fuji situé à proximité d’une autre montagne appelée Hakone et au pied duquel la société se trouvait. Le nom Hakone ayant déjà été enregistré par une autre société, c’est Fuji qui a été adopté.

L’ensemble des filiales Fuji furent toutes intégrées dans le groupe multinational Fujifilm après la Seconde Guerre mondiale. C’est à partir de 1948 que la société lance ses premiers appareils photo avec le Fujica Six : le nom de Fujica est né de la contraction du nom de la compagnie et du mot “camera”, sur le même modèle que Leica par exemple.

De la déesse Kwanon à Canon

La compagnie japonaise a été fondée en 1934 sous le nom de Seiki-Kogaku Kenkyusho (littéralement Laboratoire d’instruments de précision optique) sous l’initiative d’un réparateur de caméras de cinéma, Goro Yoshida. Ce dernier avait pour ambition de produire le premier appareil photo 35mm japonais afin de diversifier un monde dominé par des marques européennes comme Leica.

Il a donc créé la même année son premier prototype et fondé la compagnie pour le supporter. Il a baptisé ce premier appareil Kwanon en référence à la déesse bouddhiste de la miséricorde, et l’objectif Kasyapa en référence à un disciple de Bouddha, Mahakasyapa. Les premiers prototypes n’ont cependant pas été commercialisés et c’est seulement en 1936 que le premier appareil, le Canon Hansa est lancé. Un an plus tard, Goro Yoshida fonde la Kwanon Corporation, qui sera rebaptisée Canon Corporation en 1947 afin d’associer nom de marque et nom d’appareil photo.

© DP Review - Canon Hansa I (1936)

© DP Review – Canon Hansa I (1936)

Sony aux combinaisons latines et anglophones

Les industriels Masura Ibuka et Akyo Morita ont fondé l’entreprise Sony, anciennement Tokyo Tsushin Kogyo (littéralement Compagnie des Télécommunications de Tokyo), en 1946 qui a lancé un premier magnétophone, le Type-G, la même année. Afin de se rendre plus visible sur le marché, la société a voulu utiliser les initiales de son nom, TTK, ce qui lui était impossible puisque TTK désignait déjà la compagnie ferroviaire Tokyo Kyuko.

Ainsi, en 1958, les industriels ont fini par former le mot Sony issu du mélange d’un mot latin “sonus, racine du vocable contemporain “sonore”, et d’un argot en vogue aux Etats-Unis à l’époque, “sonny boy”, utilisé pour désigner de jeunes hommes novateurs et audacieux… donc comme les deux fondateurs de Sony se considéraient être !

Ce nom ne fut pas tout de suite approuvé, notamment par l’une de ses banques principales Mitsui qui mit les deux fondateurs en garde contre le risque de perdre toute la visibilité déjà acquise avec le nom initial. Mais ils tinrent bon et finirent par percer le marché américain des émetteurs radio, puis à se faire connaître mondialement, sous le nom de Sony, pour leurs produits d’enregistrement vidéo et audio, de dispositifs de stockage et à partir de 1996 de leurs appareils photo avec le premier Cyber-Shot.

Enfin, il existe aussi un certain nombre de marques qui ont repris dans son entièreté le nom de leur fondateur telles que la suédoise Hasselblad, dans ce cas-ci Victor Hasselblad.

© Alcheltron - Victor Hasselblad

© Alcheltron – Victor Hasselblad

N’hésitez pas à commenter si vous avez d’autres anecdotes à partager sur les noms des marques. 

Et si l’histoire de la photographie vous passionne, le livre 200 ans d’appareils photo pourrait vous intéresser.