Le Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS n’est pas le plus récent des objectifs que nous testons, mais fait partie des incontournables pour qui souhaite s’équiper d’un télézoom avec un hybride plein format Sony. Cet objectif à ouverture constante f/4 est stabilisé, compact et l’une des rares solutions abordables pour accéder à de telles focales sur un boîtier hybride Sony.

Toujours au catalogue Sony, vendu aux alentours de 1500 €, que vaut réellement cet objectif 6 ans après sa sortie ? A qui se destine-t-il et quel spectre photographique couvre-t-il ? Pour répondre à cela, nous avons emmené le Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS dans les rocheuses canadiennes affronter le froid pour un test terrain à la découverte de la faune et la flore environnante.

 

Présentation du Sony 70-200 mm f/4 G OSS

Le téléobjectif Sony 70-2000 mm f/4 G OSS ne date pas d’hier puisqu’il a été dévoilé en 2013, mais fait toujours partie des indispensables, notamment grâce à sa plage focale très appréciée pour la photographie de paysages, sportive, pour les portraits ou encore la photo animalière.

Compatible avec les hybrides Sony plein format en monture E, il équivaut à un 105-300 mm lorsqu’il est monté sur les hybrides Sony APS-C. Il n’est pas le plus lumineux de la gamme puisque Sony propose également le FE 70-200 mm f/2.8 GM OSS, plus récent.

Malgré son ouverture moins lumineuse d’un diaphragme, le 70-2000 mm f/4 G OSS est lui aussi constant sur toute la plage focale, facilitant ainsi la prise de vue à fond de zoom et en conditions lumineuses plus difficiles.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 70 mm – 1⁄125 s – ƒ / 22 – ISO 250

Outre son ouverture constante, le Sony FE-200 mm f/4 G OSS peut se vanter d’un gabarit relativement léger et compact, intègre une stabilisation optique, un autofocus interne et une prise en main facilitée par des fonctions de contrôle accessibles directement sur le côté de l’objectif. Aujourd’hui, le Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS est vendu aux alentours de 1500 €, contre environ 2900 € pour la version G Master qui ouvre à f/2.8. Une option non négligeable pour qui souhaite s’équiper d’un téléobjectif abordable et dont nous allons voir le détail ensemble.

Voici les caractéristiques techniques complètes du Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS :

  • plage focale : 70-200 mm (équivalent 105-300 mm en APS-C)
  • format : plein format
  • ouverture maximale : f/4
  • ouverture minimale : f/22
  • construction optique : 21 lentilles répartis en 15 groupes
  • diaphragme : 9 lamelles
  • angle de champ : 34°-12°
  • distance de mise au point minimale : 1-1,5 m
  • diamètre du filtre : 72 mm
  • poids : 840 g
  • stabilisation : oui, stabilisation optique SteadyShot
  • tropicalisation : résistant à la poussière et l’humidité
  • dimensions : 80 mm x 175 mm
  • montures compatibles : Sony E

Côté construction optique, le téléobjectif est composé de 21 éléments répartis en 15 groupes et intègre un nano-revêtement anti-reflet pour réduire les reflets et les effets fantôme afin d’améliorer le contraste et la qualité d’image.

Prise en main du Sony 70-200 mm f/4 G OSS

Lorsque l’on pense à un téléobjectif, on imagine immédiatement un objectif très long et plutôt imposant. Ce n’est pas vraiment le cas de ce 70-200 mm, qui nous semble plutôt court et léger par rapport à la plupart des téléobjectifs. L’objectif mesure 17,5 cm de long et pèse 840 grammes seulement. Des mensurations très proches du Tamron 70-210 mm destiné aux boîtiers reflex plein format Nikon et Canon. Autre point essentiel :  son zoom interne qui lui permet d’avoir une taille constante quelle que soit la focale utilisée. Ainsi à 70 mm ou à 200 mm, l’objectif conserve la même dimension.

Comme la plupart des téléobjectifs, ce 70-200 mm f/4 G OSS arbore un design blanc avec une construction en métal. Les bagues de contrôle noires se distinguent nettement pour faciliter la prise en main. Le téléobjectif est également fourni avec un pare-soleil pas trop imposant pour limiter le flare et les reflets néfastes.

L’objectif propose plusieurs fonctions de contrôle accessibles facilement sur le côté gauche de l’objectif qui donnent accès à la mise au point automatique ou manuelle, à une touche de limitation de la plage de mise au point, à la stabilisation optique et une touche de mode.

La plage de mise au point peut ainsi être limitée de 3 m à l’infini. C’est utile en mise au point automatique si l’on arrive à anticiper la distance à son sujet. La photographie sportive ou animalière sont des bons exemples pour cet usage puisqu’en étant suffisamment éloigné du sujet, cela limite les allers-retours inutiles de l’autofocus et permet ainsi d’être toujours prêt à photographier. Ce limitateur est utile pour se concentrer uniquement sur un sujet éloigné, sans avoir à basculer en mise au point manuelle, plus précise, mais moins rapide. Ainsi, l’autofocus ne sera pas perturbé par d’éventuels sujets gênants qui arrivent au premier plan.

La touche de mode 1 est dédiée à une stabilisation standard, tandis que la touche de mode 2 est conçue pour faciliter les prises de vues panoramiques.

À l’avant de l’objectif, deux boutons servent au verrouillage de la mise au point. Ils sont logiquement positionnés selon la prise de vue en mode portrait ou paysage. Une option pratique pour conserver la mise au point sur un même plan et éviter à l’autofocus de rechercher le sujet.

Les bagues de mise au point et de zoom sont agréables à utiliser, avec des courses modérées. La bague de zoom est la plus large et il est aisé de passer de 70 à 200 mm sans avoir à la tourner trop longuement. Celle pour la mise au point est à l’avant et plus fine, également fluide et agréable à prendre en main.

Nous regrettons toutefois l’absence totale de marquage et de repères pour la distance de mise au point. La distance de mise au point minimum est d’ailleurs de 1 à 1,5 m en autofocus et de 1 à 1,35 m en mise au point manuelle. C’est dans la moyenne pour un tel zoom et même suffisant pour réaliser de la prise de vue type proxiphotographie grâce au rapport de grossissement de 0,13 x.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 200 mm – 1⁄30 s – ƒ / 4 – ISO 800

L’objectif est aussi équipé d’un collier de trépied amovible. Comme son nom l’indique, il est à utiliser pour fixer l’ensemble sur un trépied. En vue de l’encombrement de l’objectif, mieux vaut fixer le trépied au niveau de celui-ci, plutôt que d’utiliser le pas de vis de l’appareil photo.

Le trépied trop excentré et le poids mal réparti risqueraient ainsi de faire basculer l’appareil vers l’avant. Il est aussi possible d’utiliser la bague de montage comme support pour de la prise de vue à main levée afin d’avoir un meilleur maintien de l’appareil et pour limiter au maximum les tremblements. Notez également que deux points de repère permettent de positionner facilement le collier en mode portrait ou paysage.

Enfin, l’objectif est conçu pour résister à la poussière et l’humidité, mais n’est pas réellement tropicalisé. Il a en tout cas très bien supporté des températures allant jusqu’à -10°C sans formation de buée interne (heureusement).

Qualité d’image du Sony 70-200 mm f/4 G OSS

Nous avons testé ce Sony 70-200 mm avec l’hybride Sony A7 III, polyvalent et doté d’un capteur full frame de 24 Mpx. Nous vous emmenons découvrir la faune et la flore des rocheuses canadiennes avec cet objectif qui a su affronter aisément différents types d’environnement et différentes conditions climatiques, dont le froid, l’humidité et la neige.

Voici une sélection d’images réalisées avec le Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS :

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 70 mm – 1⁄100 s – ƒ / 10 – ISO 320

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 139 mm – 1⁄250 s – ƒ / 10 – ISO 400

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 70 mm – 1⁄400 s – ƒ / 13 – ISO 400

Ce Sony 70-200 mm f/4 G OSS offre une très belle qualité d’image avec des détails nets et précis. Cette précision couplée à la belle définition du capteur du Sony A7 III permet de zoomer aisément dans l’image pour recadrer comme nous l’avons parfois fait, notamment pour de la photographie animalière.

Si la zone de netteté est plus concentrée et moins précise à pleine ouverture (f/4), elle s’avère plus marquée à f/5.6 et f/8 via des micros-contrastes très distincts. À ces ouvertures la zone de netteté s’homogénéise sur l’ensemble de l’image, même jusque sur les bords, permettant de positionner son sujet où bon nous semble.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 200 mm – 1⁄250 s – ƒ / 8 – ISO 100

Nous apprécions également beaucoup le bokeh généré par l’objectif via le diaphragme à 9 lamelles. Il est doux et bien diffus, surtout à fond de zoom, permettant ainsi de bien détacher le sujet de l’arrière-plan et cela même à f/4.

Avec la version f/2.8, la profondeur de champ sera encore plus faible et le bokeh plus doux, mais nous trouvons cette version déjà largement satisfaisante qui peut très bien convenir aux portraitistes en quête de flou d’arrière-plan.

Comme la plupart des objectifs, ce 70-200 mm vignette particulièrement à f/4, mais l’effet s’atténue très rapidement aux ouvertures suivantes et peut être aisément corrigé en post-production. La déformation est quant à elle peu visible à de telles focales à moins de photographier un sujet plan.

Les couleurs sont très bien gérées par l’objectif, notamment les tons verts et bleus. Les aberrations chromatiques sont plutôt bien contenues par l’objectif, même si nous observons parfois des franges violettes ou bleues sur certaines images en contre-jour que l’on pourra atténuer en retouche.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 200 mm – 1⁄160 s – ƒ / 22 – ISO 400

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 74 mm – 1⁄250 s – ƒ / 8 – ISO 100

Autofocus et stabilisation du Sony 70-200 mm f/4 G OSS

Le système autofocus de ce téléobjectif est basé sur des moteurs linéaires doubles (LM) pour assurer une mise au point rapide et silencieuse. Nous confirmons ces deux points puisque l’autofocus a été réactif quelles que soient les conditions ou le sujet. Sa discrétion est également un point non négligeable qui facilite la prise de vues animalière par exemple ou encore l’enregistrement vidéo.

La stabilisation optique est un plus pour limiter les tremblements, plus fréquents lors de la manipulation d’un téléobjectif imposant, même si ce n’est pas vraiment le cas du Sony 70-200 mm f/4. En tout cas, la stabilisation optique couplée à la stabilisation mécanique du capteur du Sony A7 III pallient ce problème si vous avez la tremblote ou pour les prises furtives à main levée.

Malgré des conditions climatiques peu favorables et un manque d’exposition, le mouvement de cet aigle a été capturé grâce à l’autofocus vif et la stabilisation de l’objectif. En montant la sensibilité ISO et en augmentant la vitesse le mouvement aurait pu être encore plus précis.  Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 200 mm – 1⁄400 s – ƒ / 4 – ISO 800

Pour figer les animaux de la faune canadienne, il faut être vif et réactif et nous avons éprouvé peu de difficultés à les photographier avec ce téléobjectif. La stabilisation a effectivement été bienvenue puisque dans la plupart des cas nous avons photographié à fond de zoom (200 mm). Il est arrivé que nous ayons des images floues et peu précises, mais cela dépendait plutôt de nos réglages de vitesse que de la réactivité de l’autofocus ou de la stabilisation elle-même.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 200 mm – 1⁄250 s – ƒ / 5 – ISO 1250 (Image recadrée)

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 165 mm – 1⁄250 s – ƒ / 4 – ISO 100

La stabilisation facilite également la prise de vue en pose plus longue à main levée, comme sur la photo ci-dessous, réalisée sans trépied à 1/8 s à l’aide de la stabilisation optique uniquement dans le but d’avoir la cascade en léger filé. Il a tout de même fallu enregistrer plusieurs vues et bien retenir son souffle afin d’obtenir le rendu escompté.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 159 mm – 1⁄8 s – ƒ / 22 – ISO 50

En vidéo, l’autofocus s’en sort également très correctement et la stabilisation devient indispensable pour des mouvements plus fluides, même si nous recommandons clairement de filmer avec un trépied.

Le Sony 70-200 mm f/4 G OSS face à la concurrence

La concurrence face à ce 70-200 mm f/4 G OSS est très faible, voire inexistante en monture Sony E et cela même du côté des constructeurs tiers. Six ans après sa sortie, ce téléobjectif est donc loin d’être un produit obsolète. Son seul concurrent réel n’est autre que la version FE 70-200 mm f/2.8 GM OSS vendue à un tarif largement supérieur (2900 €). L’argument du prix peut ainsi largement faire pencher la balance du côté d ce 70-200 mm f/4 G OSS, finalement très abordable par rapport à ce que nous avons l’habitude de voir chez Sony.

Sony FE 70-200 mm f/2.8 GM OSS

En embuscade, on trouve cependant Tamron qui a dévoilé en octobre dernier le développement de son télézoom 70-180 mm F/2.8 Di III VXD dans la lignée des 28-75 mm et 17-28 mm f/2.8 lancés jusqu’alors en monture E et qui devrait être disponible mi-2020.

Tamron 70-180 mm F/2.8 Di III VXD : télézoom compact et lumineux en monture Sony FE

À qui s’adresse le Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS ?

Si comme moi, l’utilisation d’un téléobjectif ne vous est pas particulièrement familière, sachez que vous risquez d’être surpris par les possibilités qu’offre un tel objectif. On imagine le téléobjectif dédié à une pratique très spécifique et plutôt professionnelle comme la photographie sportive, pourtant cette plage focale est utile pour couvrir un large spectre d’images.

Du portrait au paysage, en passant par la photographie animalière ou sportive, voire par la proxiphotographie, c’est finalement un objectif polyvalent, à partir du moment où vous savez appréhender une distance de mise au point minimale un peu plus grande qu’à l’accoutumée.

Sony A7 III – FE 70-200 mm f/4 G OSS – 70 mm – 1⁄200 s – ƒ / 11 – ISO 250

Si vous êtes en possession d’un hybride Sony plein format ou APS-C, que vous souhaitez changer votre vision pour vous rapprocher au plus près d’un sujet et pour apprécier une profondeur de champ plus courte, vous n’avez finalement pas beaucoup de choix outre ce 70-200 mm f/4 ou la version f/2.8 au tarif plus élevé.

Si vous n’êtes pas à un diaphragme prêt, vous préférerez sans doute ce zoom abordable particulièrement léger et compact par rapport à la version GMaster qui pèse 1480 grammes, soit 1,7 x le poids du 70-200 mm f/4 G OSS. La compacité est par exemple un point primordial pour moi qui voyage souvent et qui doit emporter mes effets personnels d’un point à un autre. L’idée d’un objectif plus lumineux est une option très attrayante puisqu’il offre de nouvelles perspectives photographiques, mais quitte à choisir, je privilégie le poids, surtout au vu de la qualité optique honorable de ce 70-200 mm f/4 G OSS et amplement suffisante selon mes besoins.

Conclusion

Malgré son âge avancé par rapport à la plupart des produits Sony, le téléobjectif 70-200 mm f/4 G OSS a encore de belles années devant lui grâce à une très belle qualité d’image, des détails précis, une ouverture constante sur toute la plage focale, un autofocus vif et une prise en main agréable.

Son gabarit compact et léger est également un atout indéniable pour les possesseurs d’hybrides qui souhaitent conserver un encombrement minimum. Il profite surtout d’un prix relativement accessible par rapport à la version GMaster f/2.8 et d’une concurrence quasiment inexistante, faisant de lui un objectif fort recommandable.

L’objectif Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS est disponible au tarif de 1489€ actuellement chez Miss Numérique, Digit-Photo, Digixo, Camara ou Photo-Univers et bénéficie de 100€ de remboursement grâce à l’ODR Sony jusqu’au 7 janvier 2020.

 

Test Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS, le téléobjectif pro accessible pour hybrides Sony
Encombrement et qualité de fabricationStabilisation optiqueAutofocus réactif et silencieuxDétails précis à f/8Ouverture constante f/4Prix abordable face à la très faible concurrence
Absence de marquage de la distance de mise au pointPiqué plus faible sur les bords de l'image à pleine ouverture
8.3Note finale
Fabrication / Finitions8.5
Qualité d'image8
Ergonomie générale / praticité8.5