Compact et polyvalent. Voici 2 mots que vous allez trouver tout au long de ce test du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, un nouveau zoom en monture FE qui vient enrichir le catalogue de Tamron pour les hybrides Sony plein format. Cette optique mise sur plusieurs points forts pour séduire les photographes. D’une part, une plage focale particulièrement large, allant de 28 à 200 mm. D’autre part, une ouverture « relativement » lumineuse, comprise entre f/2,8 et 5,6. Sans oublier un gabarit ultra-compact. Le tout pour un tarif très doux de 899 €.

Quelles performances pouvons-nous attendre ce nouveau zoom ultra-polyvalent ? Réponse dans ce test photo du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD – monté sur un Sony A7 III.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Présentation du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Et de 7 ! Avec ce nouveau zoom, Tamron continue d’agrandir la famille des optiques dédiées aux hybrides Sony en monture FE. Cette optique polyvalente tout-en-un est également le 4e zoom du constructeur japonais sur cette monture. Il vient ainsi se placer aux côtés de la « trinité des zooms à f/2,8 », composée de l’ultra grand-angle 17-28 mm f/2,8 Di III RXD, du transstandard 28-75 mm f/2,8 Di III RXD et du télézoom 70-180 mm f/2,8 Di III VXD.

Le nom de cet objectif est un clin d’œil au Tamron AF 28-200 mm F/3.8-5.6 Asphérical (modèle 71D). Lancé en 1992, il fut le premier zoom tout-en-un compact et léger lancé par le japonais. Le nom de ce nouveau modèle A071 est ainsi un rappel direct (mais subtil) au passé glorieux de cette optique 71D qui a rencontré un véritable succès commercial.

Ce nouveau zoom polyvalent mise sur une plage focale très étendue, allant de 28 à 200 mm – soit une amplitude de zoom égale à x7. Il pourra donc couvrir une grande latitude de sujets. À ce titre, il vise à remplacer un objectif transstandard 24-70 mm ainsi qu’un zoom « classique » 70-200 mm. Ce faisant, il vient directement concurrencer le Sony FE 24-240 mm f/3,5-6,3 OSS, vendu au même tarif (899 €).

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Seulement voilà : si l’objectif de Tamron opte pour une focale un peu moins longue que celle de Sony, elle compense avec une ouverture plus lumineuse – assuré par un diaphragme à 7 lamelles. Contrairement à bon nombre de ses concurrents, ce zoom polyvalent affiche une grande ouverture à f/2,8 (au grand-angle). À fond de zoom, l’ouverture à f/5,6 se montre suffisamment lumineuse et devrait autoriser de beaux flous d’arrière-plan. Enfin, la réduction de l’ouverture est très progressive comme nous le verrons plus bas.

Ce zoom polyvalent mise aussi sur une faible distance de mise au point : 19 cm au grand angle et 80 cm à fond de zoom. Par ailleurs, son autofocus se présente très réactif, grâce à un moteur RXD pas à pas. Enfin, il devra être pleinement compatible avec les modes de détection et de suivi automatiques de Sony.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Naturellement, Tamron a dû consentir à quelques sacrifices afin de réduire le poids, l’encombrement et le prix de son objectif. Ainsi, ce dernier fait l’impasse sur la stabilisation optique. Il se repose donc sur le capteur des hybrides Sony A7 et A9, stabilisés sur 5 axes.

Ce nouveau zoom 28-200 mm est composé de 18 éléments optiques répartis en 14 groupes. On notera la présence de lentilles asphériques, hybrides asphériques, à faible et à très faible dispersion : elles doivent offrir une meilleure gestion des aberrations chromatiques et augmenter la netteté de l’image. Les lentilles reçoivent aussi un traitement antireflet BBAR, destiné à réduire les images fantômes et les effets de flare.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Construction optique du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Enfin, ce nouveau 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD (Modèle A71) bénéficie d’une construction résistante à l’humidité et à la poussière grâce à 7 joints d’étanchéité. La lentille frontale est recouverte d’un composé de fluor afin d’être plus facile à nettoyer.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Voici les caractéristiques techniques du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD (Modèle A71) :

  • Plage focale (en équivalent 35mm) : 28-200 mm
  • Angle de champ : 12°21′-75°23′
  • Ouverture max : f/2.8-5.6
  • Ouverture min : f/16-32
  • Formule optique : 18 éléments répartis en 14 groupes
  • Nombre de lamelles : 7
  • Distance minimale de mise au point : 0,19 (à 28 mm), 0,8 m (à 200 mm)
  • Stabilisation d’image : non
  • Tropicalisation : construction résistante à l’humidité et à la poussière grâce à 7 joints d’étanchéité
  • Grossissement max : 1:3.1 (à 28 mm) / 1:3.8 (à 200 mm)
  • Monture compatible : Sony E
  • Mise au point : autofocus ou manuelle
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions : 117 mm x 74 mm
  • Poids : 575 g

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Prise en main du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

S’il y a un aspect que nous n’avions pas développé dans les caractéristiques de ce zoom, c’est sa taille et son poids. Et pour cause : ces derniers méritent que l’on s’y attarde plus longuement.

Au premier abord, cet objectif crée la surprise. Pesant seulement 575 grammes, il est étonnamment léger. Monté sur notre Sony A7 III, l’ensemble pèse seulement 1,2 kg. Il se fait donc (presque) oublier au fond de notre sac photo !

Mentionnons aussi ses dimensions extrêmement compactes. Ce nouveau zoom Tamron mesure 11,7 cm de long et 74 cm de diamètre (au plus large). À fond de zoom, l’optique déploie ses 2 sections et s’allonge de 6,8 cm au total. Une fois le pare-soleil installé, l’optique mesure un total de 20,6 cm lorsque le zoom est totalement déployé.

Des mensurations extrêmement réduites qui lui permettent de rentrer facilement dans n’importe quel sac photo et de vous suivre dans toutes vos aventures photographiques, au quotidien comme en voyage.

La légèreté et la compacité de ce zoom sont vraiment appréciables. Il forme un duo particulièrement équilibré avec un Sony A7 III. Enfin, notons le diamètre de filtre de 67 mm, commun à tous les zooms de Tamron en monture Sony FE.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Comme à son habitude, Tamron livre un objectif particulièrement sobre. On retrouve avec plaisir la finition « Human Touch » et son toucher très particulier, mais agréable. Sur le fût, on remarque de (rares) inscriptions qui rappellent le nom de l’objectif et sa conception au Japon. Près de la monture (en métal), une bague argentée vient égayer la livrée entièrement noire de ce zoom.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

À l’instar des autres optiques Tamron en monture E, cet objectif profite d’une construction en polycarbonate – et non en aluminium. Un choix technique logique, et qui explique le poids réduit de ce zoom. Pour autant, l’objectif bénéficie d’une construction robuste et qui inspire confiance.

Située à l’avant de l’objectif, la bague de zoom est assez large et offre une excellente préhension. À l’usage, elle se montre souple (mais sans excès). Sa course n’est ni trop courte, ni trop longue. Elle permet d’ajuster le niveau de zoom facilement – et surtout rapidement.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

La bague de mise au point, elle aussi, est agréable à utiliser. Elle actionne un moteur interne pour effectuer la mise au point et ne possède pas de butée. Sa course (virtuelle) est assez courte et la mise au point manuelle se fait aisément. Grâce au zoom de visée et le focus peaking, on peut facilement effectuer la mise au point manuellement avec précision.

Notons aussi le petit bouton « Lock », présent sur le côté de l’objectif. Il permet de verrouiller le déploiement du zoom… mais seulement à 28 mm (et non sur les autres focales). Il servira donc uniquement à bloquer le zoom lors de son transport et ne sert pas à verrouiller une focale en particulier.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Avec une telle longueur focale, ce nouveau zoom Tamron est assurément un objectif « à tout faire ». Il permet de photographier une grande variété de sujets et pourra rester en continu sur votre boîtier. Pratique si vous ne souhaitez pas changer d’objectif toutes les 2 secondes, en voyage par exemple. Monté sur un hybride APS-C Sony, l’objectif sera équivalent à un 36-300 mm. De quoi voir encore plus loin tout en gardant une certaine polyvalence au grand-angle.

Sa faible distance de mise au point (19 cm au grand angle, 80 cm à fond de zoom) vous ouvrira les portes de la proxiphotographie : un bon point supplémentaire pour cet objectif.

Performances et qualité d’image du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Ouvrons maintenant le chapitre consacré à la qualité d’image de ce zoom polyvalent signé Tamron. Nous avons testé l’objectif avec un hybride Sony A7 III, équipé d’un capteur de 24 Mpx.

N’hésitez pas à cliquer sur chaque image pour la voir en plus grand.

Avec sa plage focale qui s’étend de 28 à 200 mm, cet objectif est un véritable couteau suisse. Capable de vous accompagner pour de la photographie de paysage, de portrait, d’architecture ou de sport, il se montre un fidèle allié au quotidien.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Ambiance orageuse au-dessus du quartier de la gare de l’Est – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 160 mm, f/5,6, 1/1000s, 1000 ISO

En termes de qualité d’image, ce Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD continue de nous surprendre. Il offre de bonnes performances et permet d’obtenir de belles images.

Entre 28 et 70 mm, le piqué est bien présent au centre de l’image, dès la pleine ouverture. En revanche, les bords sont (légèrement) plus mous : pour corriger cela, il suffit de fermer un peu le diaphragme, le sweet spot se trouvant entre f/6,3 et f/8.

Cuverville-sur-Yerres - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Cuverville-sur-Yerres, charmant petit village normand – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 28 mm, f/4,5, 1/500s, 100 ISO

Cuverville-sur-Yerres - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 55 mm, f/4,5, 1/640s, 100 ISO

Entre 70 et 135 mm, l’optique s’avère très cohérente, avec un bon niveau de piqué au centre à pleine ouverture (environ f/4-f/5), qui s’améliore encore dès que l’on se dirige vers f/8, où le piqué devient réellement optimal – et ce, même si les bords affichent manquent un peu de précision.

BB 67599 - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

La BB 67599, une des plus anciennes locomotives diesel encore en activité – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 79 mm, f/5.0, 1/125s, 100 ISO

Z6400 - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Une scène de plus en plus rare à la gare Saint-Lazare : croisement de deux rames de banlieue Z6400 – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 92 mm, f/7,1, 1/160s, 100 ISO

En fait, cette optique révèle son plein potentiel au-delà de 135 mm. En zoomant, l’image devient plus qualitative et plus homogène. Sans égaler d’autres objectifs plus haut de gamme, le niveau de piqué est correct à f/6,3 et devient très honorable à partir de f/8.

Z6400 - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Rame de banlieue Z6400, détail – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 161 mm, f/5,6, 1/400s, 100 ISO

BB 67400 - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Entre ombre et lumière, détail de la locomotive diesel BB 67599 – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 200 mm, f/7,1, 1/500s, 100 ISO

In fine, la netteté maximale de cet objectif s’obtient (presque) à fond de zoom sur des sujets relativement proches – et avec une ouverture située aux alentours de f/7,1.

Au final, cet objectif offre un comportement global assez cohérent pour ce type de zoom polyvalent. Il permet d’obtenir de belles, voire de très belles images, avec une bonne homogénéité à condition de fermer un peu le diaphragme.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Jeu de flou, gare de l’Est – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 20 mm, f/6,3, 1/250s, 1000 ISO

Comment se comporte ce zoom Tamron du côté de l’ouverture ? Sur de nombreux zooms à ouverture variable, la valeur la plus grande s’obtient presque uniquement au grand angle, et diminue très rapidement en zoomant.

Heureusement, ce Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD se montre relativement lumineux sur le terrain. Au grand angle, son ouverture à f/2,8 permet notamment de capturer des photos à main levée en basse lumière. L’ouverture maximale passe à f/3,2 à 32 mm. À une distance focale de 44 mm, elle reste de f/3,5, ce qui est particulièrement lumineux pour ce type de zoom. Mais là où cet objectif est impressionnant, c’est avec son ouverture à f/4-4,5 de 55 mm à 80 mm. De cette manière, il permet de réaliser de belles photographies avec un bokeh agréable à l’œil.

Plage focaleOuverture maximale
28-31 mmf/2,8
32-43 mmf/3,2
44-55 mmf/3,5
56-78 mmf/4
79-116 mmf/4,5
117-157 mmf/5
158-200 mmf/5,6
RIB - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Rame inox de banlieue (RIB) – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 80 mm, f/4,5, 1/125s, 100 ISO

De même, l’ouverture maximale reste à f/4,5 de 80 à 117 mm, permettant de jouer aisément avec la profondeur de champ. L’ouverture maximale passe ensuite à f/5 de 117 à 158 mm. En fin de compte, la valeur « minimale » de la pleine ouverture s’obtient en zoomant à 158 mm et au-delà, faisant de ce Tamron l’un des objectifs les plus lumineux de sa catégorie.

Z6400 - Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Jeu de reflets, gare Saint-Lazare – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 161 mm, f/5,6, 1/200s, 250 ISO

L’autre point fort de cet objectif, c’est aussi sa distance minimale de mise au point. À 28 mm, elle est seulement de 19 cm… par rapport au capteur. Sur le terrain, on peut approcher la lentille frontale à seulement 3 cm du sujet – au risque d’être gêné par son ombre.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

En voyage – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 28 mm, f/4, 1/400s, 100 ISO

À fond de zoom, la distance minimale de MAP passe à 80 cm, ce qui permet de découvrir les joies de la proxiphotographie. Grâce à l’ouverture maximale à f/5,6, on peut ainsi capturer de très jolies images avec un flou d’arrière-plan très esthétique.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Coucou p’tite fleur – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 185 mm, f/5,6, 1/200s, 100 ISO

Grâce aux mécanismes de correction automatique des boîtiers Sony, le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD est un très bon élève sur le terrain du vignettage… même si les bords tendent à s’assombrir légèrement au grand-angle et aux ouvertures les plus grandes. Si l’on s’amuse à désactiver cette fonction (activée par défaut), un vignettage assez prononcé peut apparaître au grand-angle à pleine ouverture. Il disparaît progressivement en zoomant et en fermant le diaphragme.

Un Combi à la plage – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 28 mm, f/8, 1/640s, 100 ISO

Les aberrations chromatiques sont bien gérées par cet objectif Tamron. En cherchant, nous avons fini par trouver une petite frange rose et bleue sur un détail placé vers le bord d’une image. Cependant, elles restent suffisamment discrètes et sont aisées à corriger en post-traitement.

Apparemment, cette photo n’aurait pas été prise au Mont Saint-Michel, mais nous allons quand même vérifier – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 28 mm, f/5,6, 1/400s, 100 ISO

Au rayon des distorsions, le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD s’en sort plutôt bien – compte tenu de son positionnement tarifaire. Au grand-angle, on observe une certaine déformation en barillet (courbure convexe des lignes vers l’extérieur de l’image). En revanche, à partir de 70 mm – et jusqu’à 200 mm –, on remarque des déformations en coussinet (avec convergence des lignes vers l’intérieur). Et ce, malgré le profil de correction intégré au boîtier.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Quelque part dans Paris, mais où ? À vous de deviner ! – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 148 mm, f/9, 1/160s, 100 ISO

Malgré tout, ces distorsions sont relativement modérées et peuvent être facilement corrigées avec un logiciel de post-traitement. Grâce à ses lentilles asphériques et asphériques hybrides, ce zoom polyvalent adopte un comportement rassurant et permet d’éviter des distorsions trop importantes. À noter que l’objectif est reconnu dans Lightroom. Ainsi, le logiciel dispose d’un profil pour corriger les distorsions automatiquement, ce qui s’avère très pratique.

Très bel exemple de distorsion en coussinet : les livres semblent être tordus vers l’intérieur de l’image. Notez aussi la présence d’un exemplaire d’Astérix et les Normands en édition originale de 1966. – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 200 mm, f/7,1, 1/120s, 1600 ISO

Performances de l’autofocus du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

À l’instar de certains de ses aînés, ce zoom Tamron mise sur une motorisation autofocus RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive). Il s’agit d’un moteur AF pas-à-pas, que nous avions déjà rencontré lors de nos tests du 17-28 mm f/2,8 Di III RXD ou du 28-75 mm f/2,8 Di III RXD.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Plante verte en balade – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 87 mm, f/18, 1/40s, 800 ISO

Cette motorisation présente plusieurs avantages, selon Tamron. D’une part, elle se montre très compacte – ce qui permet à ce zoom d’afficher des mensurations idéales. D’autre part, elle doit être très rapide, mais aussi très silencieuse. Est-ce le cas sur le terrain ? C’est ce que nous avons pu vérifier.

Pressé de rentrer – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 91 mm, f/13, 1/40s, 125 ISO

Disons-le d’emblée : nous avons été très agréablement surpris par l’autofocus de ce Tamron 28-200 mm. Il se montre extrêmement vif et réactif en toute circonstance, quelle que soit l’ouverture ou la longueur focale utilisée. L’AF est extrêmement fiable et nous ne l’avons presque jamais pris en défaut, même dans des situations complexes.

Pressée de rentrer (2) – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 200 mm, f/20, 1/20s, 100 ISO

De même, cet objectif tire pleinement parti des modes de détection et de suivi automatique du sujet. Même avec des objets se déplaçant à grande vitesse dans le champ, l’autofocus a parfaitement fonctionné, ce qui m’a permis de capturer un certain nombre d’images grâce à la technique du flou filé. L’objectif fera donc un fidèle allié pour la photographie sportive, entre autres.

Virage(s) – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 99 mm, f/13, 1/40s, 100 ISO

De même, les fonctionnalités conçues par Sony de détection de l’œil (Eye-AF) fonctionnent à merveille – y compris lorsque le sujet porte des lunettes de soleil – mais uniquement lorsque le sujet remplit le cadre. Si la personne est trop éloignée, l’appareil ne parvient pas à détecter son visage et la mise au point est faite ailleurs. Cependant, ce zoom Tamron permet de capturer de très belles photos de portrait. Sa grande polyvalence permet de multiplier les cadrages et stimule la créativité.

Daniel – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 116 mm, f/5, 1/125s, 100 ISO

Enfin, la détection de la tête et de l’œil des animaux a impeccablement fonctionné. Nous avons donc pu capturer de très belles photos de chat grâce à cet objectif.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Fripouille se repose – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, f/5,6, 1/250s, 125 ISO

Et du côté de la discrétion alors ? Là encore, le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD ne déçoit pas et sa motorisation est inaudible (à moins d’avoir l’oreille collée à l’objectif). Couplez ceci à l’obturateur électronique du Sony A7 III et vous obtenez un duo totalement silencieux, très pratique également pour de la vidéo.

Le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD face à la concurrence ?

Comme nous l’indiquions précédemment, ce Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD est un véritable couteau suisse. Avec sa longueur focale allant de 28 à 200 mm, il se montre d’une remarquable polyvalence et pourra rester vissé en continu à votre boîtier. Proposé au tarif de 899 €, il offre un très bon rapport qualité-prix.

À ce titre, il entre en concurrence avec le Sony FE 24-240 mm f/3,5-6,3 OSS précédemment cité. Les deux optiques optent pour une plage focale relativement similaire… mais aussi pour un tarif identique de 899 €. Seulement voilà : l’objectif de Sony s’avère plus lourd (780 g vs 575g pour le zoom de Tamron). Il est aussi nettement moins lumineux, aussi bien au grand-angle qu’à fond de zoom. De même, il ferme le diaphragme beaucoup plus tôt que ce zoom Tamron. Au niveau de la qualité d’image, le zoom de Sony est plutôt un bon élève, mais reste inférieur aux autres objectifs de la monture Sony E. Il ne peut donc réellement rivaliser avec ce Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD.

En tant qu’objectif « à tout faire », le zoom Tamron est également concurrencé par l’excellent Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS. Certes, sa plage focale est sensiblement plus limitée. Certes, son ouverture maximale est de « seulement » f/4, alors que le 28-200 mm Tamron monte à f/2,8. Mais cette optique polyvalente Sony s’avère extrêmement qualitative, tant en termes de construction que du rendu de ses images.

Par ailleurs, elle surclasse (très) nettement le Sony FE 24-240 mm f/3,5-6,3 OSS mentionné ci-dessus et permet de capturer des clichés très propres – aussi bien au centre qu’en bordure de l’image. Elle incarne un véritable standard pour les zooms polyvalents en monture Sony FE (et même au-delà) et est une option extrêmement intéressante pour qui n’a pas besoin d’une ouverture à f/2,8. Ce zoom signé Sony est cependant disponible à un tarif plus élevé de 1279 €.

Capucine, superbe Peugeot 504 de 1971 – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 200 mm, f/10, 1/250s, 400 ISO

À qui s’adresse le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD ?

Avec une plage focale aussi étendue, ce zoom peut servir à capturer une multitude de sujets. Il vise à remplacer à la fois un objectif transstandard 24-70 mm ainsi qu’un zoom « classique » 70-200 mm. Cependant, il ne s’adresse pas directement aux photographes professionnels (ou aux amateurs les plus exigeants). Il vise davantage celles et ceux disposant d’un hybride Sony plein format et voulant s’équiper d’un seul objectif sans avoir à vider leur compte épargne.

Capucine joue les timides – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 200 mm, f/10, 1/250s, 400 ISO

D’une remarquable polyvalence, cet objectif peut servir dans (presque) toutes les occasions : portrait, paysage, photographie sportive ou d’animaux, etc. Grâce à son ouverture très lumineuse pour ce type de zoom, il permettra de jouer aisément avec la profondeur de champ et sera également à l’aise la nuit à main levée.

504 : plus qu’un numéro, une légende – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 126 mm, f/5, 1/640s, 100 ISO

Malgré tout, l’amplitude du zoom ne pourra pas couvrir tous les types de sujets. Ainsi, il ne saura remplacer un objectif ultra grand-angle, particulièrement conseillé pour la photo d’architecture ou d’urbex, par exemple. À ce titre, nous vous conseillons le Tamron 17-28 mm f/2,8 Di III RXD, qui offre une excellente qualité d’image.

Quartier neuf, Paris – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 28 mm, f/9, 1/250s, 100 ISO

De la même manière, le zoom à 200 mm sera peut-être un peu juste dans certaines circonstances. Si vous souhaitez faire de la photo d’oiseaux, par exemple, l’amplitude du zoom sera peut-être insuffisante.

Avec sa distance minimale de mise au point à seulement 19 cm au grand-angle (par rapport au capteur) et de 80 cm à fond de zoom, il ouvre également les portes de la proxiphotographie et permettra de capturer de jolies images assez originales… à condition de ne pas se faire d’ombre à soi-même.

Lion sochalien – Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 160 mm, f/6,3, 1/160s, 800 ISO

Au final, le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD est d’une remarquable polyvalence et vous permettra de capturer une foule de sujets différents. Il pourra vous suivre dans toutes vos aventures photographiques. Au quotidien comme en voyage, on apprécie d’emblée sa légèreté et sa compacité. Couplé à un Sony A7 III, l’ensemble est très équilibré et offre une excellente prise en main. Enfin, il se fait très discret dans notre sac à dos… et évite d’aller chez l’ostéo après chaque sortie photo !

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD

Un très bon objectif ultra-polyvalent de tous les jours

Au terme de ce test, le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD nous laisse une impression très favorable. Bien construit, bien fini et très équilibré, il forme un tandem très efficace avec un Sony A7 III. Et quel plaisir de pouvoir partir en weekend avec un seul objectif dans son sac à dos sans être limité au niveau de la plage focale !

Certes, sa qualité optique ne parvient pas à égaler les prouesses des optiques f/2,8 de Tamron ou Sony, notamment au niveau du piqué sur les bords ou de la gestion des distorsions. Malgré tout, cette optique permet de capturer des images avec un très bon rendu en toutes circonstances. Mais surtout, cette optique propose un rapport polyvalence-ouverture-qualité-prix imbattable. Sans oublier un moteur AF extrêmement fiable.

À ce titre, cet objectif est un ajout très stratégique dans la gamme de Tamron pour les hybrides Sony plein format. Ne souffrant d’aucun défaut rédhibitoire, ce Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD est donc un choix très judicieux pour celles et ceux voulant s’équiper d’une optique « à tout faire » à la fois compacte, polyvalente et performant sans se ruiner.

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, 68 mm, f/8, 1/80s, 200 ISO

Le Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD sera disponible prochainement au tarif de 899 € chez Digit-Photo, Miss Numérique, Camara, Digixo et tout bon magasin photo.

Test du Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, l'objectif tout-en-un pour hybrides Sony plein format
Objectif très compact et équilibréQualité des finitionsPlage focale 28-200 mm ultra-polyvalenteOuverture lumineuseRapport qualité-prix difficile à égalerDistance de MAP réduite
Absence de boutons physiquesDistorsions en barillet et en coussinetPrésence d'un certain vignettagePiqué en retrait, surtout aux bords de l'image
8Note finale
Fabrications / finitions8.5
Qualité d'image7.5
Ergonomie générale / praticité8