Lancé en 2014, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est l’un des téléobjectifs professionnels disponibles pour les hybrides APS-C Fujifilm. Résistant à l’eau et à la poussière, ce télézoom mise sur une ouverture à f/2,8 sur toute la longueur de la plage focale. Il vise à offrir une excellente qualité d’image et des performances de haute volée en toute circonstance et se positionne comme l’équivalent d’un 70-200 mm f/2,8 en plein format.

Qu’en est-il sur le terrain ? Pour le savoir, nous l’avons utilisé pendant un peu plus d’un moins et demi, monté sur l’excellent Fujifilm X-T4. Voici donc notre test complet du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR.

Présentation du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR a été dévoilé en 2014, en même temps que le Fujifilm X-T1. Il fait partie des quelques 12 zooms en monture X lancés par Fujifilm pour accompagner ses hybrides APS-C. Aussi, il vient prendre place aux côtés du zoom XF 55-200 mm f/3,5-4,8 R LM OIS et de l’optique d’entrée de gamme XC 50-230 mm f/4,5-6,7 OIS II.

Sa longueur focale allant de 50 à 140 mm, équivalente à un 75-210 mm en plein format, permet de photographier des sujets situés à grande distance. Toutefois, il ne s’agit pas de la plus longue focale de Fujifilm, le titre étant détenu par le Fujinon XF 100-400 mm f/4,5-5,6 R KM OIS WR.

Cela étant, notons que l’objectif peut être utilisé avec le téléconvertisseur XF 1,4x TC WR, offrant une focale de 70-196 mm (équivalent 107-299 mm en plein format) avec ouverture à f/4 environ – ou de 100-280 mm (équivalent 152-427 mm en plein format) ouvrant à f/5,6 avec le téléconvertisseur XF 2x TC WR.

Cet objectif professionnel se distingue par son ouverture constante à f/2,8 sur toute la plage focale, assurée par un diaphragme circulaire à 7 lamelles. De quoi permettre de jouer aisément avec la profondeur de champ et générer de beaux flous d’arrière-plan. Et capturer des images à main levée même lorsque la lumière vient à baisser.

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR intègre également un mécanisme de stabilisation optique. Ainsi, il doit permettre de réduire la vitesse d’obturation sans craindre les photos floues. Ce téléobjectif mise aussi sur une construction tout temps (d’où la mention « WR », pour Weather Resistant) et sur un niveau de finitions élevé, grâce à un fût tout en aluminium. Il peut ainsi résister aisément à la pluie ou à la poussière, et est capable de fonctionner jusqu’à -10°C.

L’objectif est composé de 23 lentilles répartis en 16 groupes. Pour optimiser la qualité d’image, il dispose de 5 éléments à dispersion ultra-faible et d’une lentille à dispersion « super ultra-faible », dixit Fujifilm. De quoi offrir une meilleure gestion des aberrations chromatiques et accroître la netteté de l’image. On notera aussi le traitement Nano GI de la lentille frontale, afin de réduire la présence de reflets parasites.

Enfin, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est le premier objectif à intégrer un triple moteur linéaire. À la clé, un autofocus plus rapide, plus précis et plus silencieux.

Voici les caractéristiques du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR :

  • Plage focale : 50-140 mm (équivalent à 76-213 mm en plein format)
  • Angle de champ : 31,7°-11,6°
  • Ouverture max : f/2.8
  • Ouverture min : f/22
  • Formule optique : 23 éléments répartis en 16 groupes dont 5 lentilles ED à faible dispersion et d’une lentille super ED
  • Nombre de lamelles : 7
  • Distance minimale de mise au point : 1 m à toutes les focales
  • Stabilisation d’image : oui
  • Tropicalisation : oui
  • Grossissement max : 0,12x
  • Monture compatible : X
  • Mise au point : autofocus ou manuelle
  • Diamètre du filtre : 72 mm
  • Dimensions : 175,9 mm x 82,9 mm
  • Poids : 995 g

Prise en main du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est un objectif… impressionnant. D’emblée, on notera les très belles finitions de l’objectif. Tout de noir vêtu, le fût métallique dégage une indéniable impression de qualité. L’ensemble ne souffre d’aucun défaut et inspire confiance. On notera les très rares inscriptions, qui indiquent la fabrication au Japon et la résistance aux intempéries.

L’objectif impressionne également au niveau de ses dimensions – et de son poids ! Pesant pas moins de 995 grammes sur la balance, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est assurément un beau bébé ! Côté taille, il mesure pas moins de 17,5 cm de long et 8,3 cm de large. Haut de gamme oblige, ce téléobjectif possède un zoom interne et conserve donc la même longueur sur toute la plage focale.

Une fois monté sur un Fujifilm X-T4, l’ensemble offre toutefois une excellente prise en main, et affiche environ 1600 grammes sur la balance. Un poids élevé pour un couple objectif + boîtier à capteur APS-C, mais qui n’a rien d’incohérent comparé à la plupart des objectifs 70-200 mm pour boîtiers plein format. Le poids élevé de cet objectif se justifie au vu de sa construction optique complexe.

Test du Fujifilm X-T4 : l’hybride APS-C expert en photo et vidéo

Naturellement, le téléobjectif est livré avec un petit support pour trépied. Il ne s’agit pas exactement d’un collier de pied, car ce dernier vient se visser en-dessous de l’objectif. Il peut être retiré facilement, permettant de gagner quelques grammes. Le support permet d’optimiser la répartition des masses et offre un excellent équilibre entre le boîtier et l’optique. Une molette permet d’ajuster la rotation du support, pour capturer des images en portrait ou en paysage.

La bague de zoom s’avère particulièrement large et offre une excellente prise en main. Sur le terrain, elle se montre souple mais sans excès. Sa course n’est ni trop longue, ni trop courte. Elle permet de régler le niveau de zoom facilement et rapidement.

La bague de mise au point, de son côté, est moins large et surtout moins souple. Comme sur beaucoup d’optiques récentes, cette bague entraîne un moteur interne, et ne possède pas de butée. Sa course (virtuelle) est assez longue, permettant un réglage manuel de la mise au point tout en finesse grâce au zoom de visée et au focus peaking.

Enfin, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR s’équipe d’une bague d’ouverture manuelle. Sa course est particulièrement longue. La rotation de la bague entraîne un léger « clic » à chaque tiers de stop. Les esprits chagrins regretteront peut-être que ce « clic » ne soit pas plus accentué pour chaque stop, et qu’il ne soit pas possible de le désactiver. Enfin, il est possible de laisser le boîtier régler automatiquement l’ouverture en réglant la bague sur A.

Notons le petit interrupteur On/Off de la stabilisation optique, unique bouton présent sur le côté de ce téléobjectif. Les différents modes de stabilisation sont gérés directement depuis les menus du boîtier. De la même manière, les modes de mise au point (AF simple, continu ou désactivé) sont à sélectionner depuis la face avant du boîtier.

In fine, ce Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR offre une excellente prise en main, malgré un poids assez élevé. La qualité d’image est-elle au rendez-vous ? C’est ce que nous allons voir dans la suite de ce test.

Petit plus si vous utilisez des filtres circulaires : le pare-soleil dispose d’une trappe sur le dessous pour les manipuler sans le retirer.

Qualité d’image du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Le niveau de performances de ce téléobjectif est-il à la hauteur de la promesse faite par Fujifilm ? Pour le savoir, nous l’avons utilisé au quotidien, notamment pendant un séjour sur la côte d’Azur, monté sur un Fujifilm X-T4.

Comme d’habitude, point de mire ni de diagramme à décrypter, mais un vrai test des performances de l’optique sur le terrain. Pour juger de la qualité des photos, n’hésitez pas à cliquer dessus pour les voir en qualité optimale.

Comme un appel au voyage – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 69 mm, f/9, 1/350s, 160 ISO

Concrètement, la qualité d’image de ce téléobjectif est juste… excellente. Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR permet d’obtenir avec aisance de très belles images et offre un très haut niveau de performance. Le piqué est stratosphérique et le bokeh est particulièrement agréable.

Fuji X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 134 mm, f/2,8, 1/200s, 250 ISO

Aileron d’une Cadillac Eldorado Seville – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 52 mm, f/2,8, 1/160s, 160 ISO

Sur le terrain, le piqué maximal s’obtient dès la pleine ouverture. Et ce, sur toute la longueur focale. Sur la plupart des zooms, les focales les plus longues obligent à fermer un peu le diaphragme pour obtenir le meilleur piqué. Ici, toute la surface de l’image est parfaitement nette et fourmille de détails. Une véritable réussite. Nous serons tout aussi élogieux quant à la gestion de la diffraction, qui s’avère absente.

Le train des Pignes en pleine ascension – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 140 mm, f/5, 1/210s, 250 ISO

Avec son ouverture constante à f/2,8, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR permet d’obtenir un bokeh extrêmement agréable à l’œil, quelle que soit la longueur focale choisie. Le flou de profondeur de champ est particulièrement doux et harmonieux. À l’ouverture maximale, la zone de netteté particulièrement réduite à fond de zoom permet une utilisation très créative.

Pomme de pin ébouriffée, Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 140 mm, f/2,8, 1/680s, 160 ISO

Malgré tout, ce télézoom ne remplacera pas une « vraie » optique macro. En effet, la distance minimale de mise au point de 1 mètre à toutes les focales ne permet pas vraiment de se rapprocher du sujet. Au mieux, on peut pratiquer un peu de proxiphotographie, mais la capture d’images de fleurs ou d’insectes sera nettement moins aisée.

Dragon miniature – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 134 mm, f/2,8, 1/1900s, 160 ISO

Du côté des distorsions, l’objectif se montre un excellent élève. À 50 mm, on n’observe aucune convergence des lignes verticales, ni vers l’intérieur, ni vers l’extérieur.

La plage et la Promenade des Anglais : un paysage typique niçois – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 50 mm, f/14, 5s, 320 ISO

De la même manière, l’optique gère très bien les aberrations chromatiques, ces dernières étant quasiment invisibles. Après avoir longuement cherché, nous avons fini par trouver quelques artefacts roses et bleus sur une photo prise en contre-jour, au niveau des gouttes d’eau d’une fontaine. C’est dire si les aberrations sont bien gérées par l’optique !

Jardin des Tuileries, été indien – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 84 mm, f/7,1, 1/500s, 160 ISO

Le vignettage, lui aussi, est particulièrement bien géré par ce téléobjectif. Nous avons « réussi » à obtenir un assombrissement des bords à 140 mm et à f/2,8. Malgré tout, le vignettage reste modéré et facilement corrigeable en post-production. En fermant légèrement le diaphragme, le vignettage devient quasi-indétectable. Si l’on ouvre les images depuis un logiciel qui ne gère pas les profils de correction (Affinity Photo par exemple), on aperçoit plus nettement le vignettage présent à la plus grande ouverture et à fond de zoom.

Ciel d’azur – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 140 mm, f/2,8, 1/6400s, 160 ISO

Performances de l’autofocus du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Comme indiqué au début de ce test, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR intègre un triple moteur linéaire. Comment se comporte-t-il sur le terrain ?

Dans les faits, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR offre une réactivité sans faille. Peu importe les conditions de luminosité : nous n’avons pas réussi à prendre en défaut ce téléobjectif.

Inspiration céleste ? – Fujifilm X-T4, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 54 mm, f/8, 1/30s, 3200 ISO

Associé aux nouveaux algorithmes d’autofocus du Fujifilm X-T4, le tandem s’avère d’une incroyable efficacité, même dans les situations les plus complexes. À noter que le X-T3 et le X-T4 proposent 6 modes personnalisés de suivi du sujet, qui seront sans doute très appréciés par les photographes sportifs ou animaliers.

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est également compatible avec les nouveaux modes de détection et de suivi du visage et de l’œil du sujet inaugurés par le Fujifilm X-T4. Le boîtier permet de définir la priorité sur l’œil droit ou l’œil gauche du sujet. De quoi capturer de très belles photos de portrait en tirant parti de la netteté offerte par cet objectif et de son superbe flou de profondeur de champ.

Chloé – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 106 mm, f/2,8, 1/160s, 1250 ISO

En revanche, les hybrides de Fujifilm n’intègrent pas (pour l’instant) de mode de détection de la tête ou de l’œil des animaux. Les photographes animaliers seront donc obligés de régler la mise au point « à l’ancienne », en attendant l’arrivée d’une mise à jour intégrant les fonctionnalités d’Eye AF pour les animaux, comme c’est déjà le cas chez plusieurs constructeurs.

Chat cap-d’aillois – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 124,3 mm, f/2,8, 1/180s, 250 ISO

Enfin, à l’oreille, ce téléobjectif est particulièrement discret. Les lentilles se déplacent dans un silence quasi-complet. Couplé à l’obturateur électronique des hybrides Fujifilm, vous obtenez un tandem d’une discrétion absolue. En conséquence, l’objectif est utilisable sans souci dans les environnements silencieux, au théâtre ou en concert par exemple.

Performances de la stabilisation du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR

Sur un téléobjectif, la stabilisation optique est quasiment indispensable pour éliminer les vibrations et les tremblements intempestifs du photographe. Un point qui se vérifie particulièrement à fond de zoom. Par conséquent, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est équipé d’un capteur gyroscopique intégré, couplé à un système de stabilisation sur 2 axes. Selon Fujifilm, la stabilisation doit offrir un gain maximal de 5 stops.

Sur le terrain, la stabilisation de ce Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est tout simplement bluffante. Ainsi, nous avons réussi sans difficulté à capturer des images à 1/8 s, voire même à 1/4 s à fond de zoom, soit un gain d’environ 6,5 stops. Vous pourrez donc obtenir de jolis flous de mouvement en abaissant la vitesse d’obturation. De même, le téléobjectif pourra vous accompagner lors de vos virées nocturnes sans trépied.

Cascade de la colline du Château, Nice – Fujifilm X-T4, Fujifilm XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 87,1 mm, f/2,8, 0,5s, 160 ISO

Notons aussi que le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est pleinement compatible avec la double-stabilisation optique + capteur. Un point qui devrait ravir les possesseurs d’un Fujifilm X-T4. Du côté de la vidéo, cette double-stabilisation est particulièrement pertinente. Ainsi, nous avons pu capturer des séquences d’une grande fluidité avec ce téléobjectif, associé au X-T4.

Coucher de soleil paisible sur le pays niçois – Fujifilm X-T2, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 63 mm, f/6,3, 1/7s, 800 ISO

Comme nous le notions dans notre test de ce boîtier, le comportement de la double-stabilisation est toutefois assez étrange. Lorsque l’on désactive la stabilisation de l’optique, le boîtier désactive de facto la stabilisation du capteur.

L’incontournable Promenade des Anglais et l’hôtel Negresco – Fujifilm X-T2, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 140 mm, f/5, 1/17s, 2000 ISO

Pour vérifier les performances « brutes » de la stabilisation du télézoom, nous l’avons donc monté sur un Fujifilm X-T2 (dont le capteur n’est pas stabilisé). Heureusement, les performances de l’optique s’avèrent toujours aussi excellentes, permettant de capturer sans difficulté des clichés de nuit à main levée.

Grâce à la double-stabilisation, la capture d’image à main levée à fond de zoom peut se faire sans crainte – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 134 mm, f/14, 0,6s, 320 ISO

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR face à la concurrence

L’ouverture des caractéristiques de la monture X étant encore très récente, les constructeurs dits « tiers » n’ont pas encore dévoilé d’optiques équivalentes pour les hybrides APS-C de Fujifilm. En conséquence, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR ne souffre d’aucune concurrence réelle

En interne, ce téléobjectif professionnel vient donc se placer aux côtés du XF 55-200 mm f/3,5-4,8 R LM OIS. Ce dernier bénéficie lui aussi de la stabilisation optique et d’une construction soignée. Il profite d’une longueur focale plus importante : 200 mm à fond de zoom, contre 140 mm. Il se montre également plus léger et plus compact : comptez 11,8 cm de long, 7,5 cm de diamètre et 580 g sur la balance.

Mais contrairement au XF 50-140 mm, ce télézoom milieu de gamme opte pour une ouverture variable, comprise entre f/3,5 et f/4,8. Il se montre donc nettement moins lumineux, particulièrement à fond de zoom. Par ailleurs, son homogénéité et son piqué sont en retrait par rapport au XF 50-140 mm. Reste son prix : à 649 €, il est plus abordable.

Le même constat pourra être fait à propos du XC 50-230 mm f/4,5-6,7 OIS II. L’amplitude de son zoom est particulièrement grande, et équivaut à un 75-345 mm en plein format. Toutefois, cette optique n’entre clairement pas dans la même catégorie que le XF 50-140 mm, étant orientée entrée de gamme avec une ouverture bien moins lumineuse et variable. Les deux optiques ne sont donc pas réellement comparables, le XC 50-230 mm est cependant lui aussi plus abordable à 399 €.

À qui s’adresse le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR ?

Disponible aux alentours de 1360 €, le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est un téléobjectif professionnel haut de gamme. Aussi, il s’adresse à celles et ceux ne voulant faire aucun compromis en termes de qualité d’image. Il viendra donc compléter harmonieusement un zoom transstandard XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR, dont le positionnement est similaire.

Entrevaux et sa citadelle fortifiée – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 110 mm, f/5, 1/1400s, 160 ISO

Contrairement à certaines idées reçues, les télézooms s’avèrent remarquablement polyvalents. Loin d’être cantonnés à de la photographie animalière ou sportive, ils sont des alliés précieux pour de la photo de portrait, de paysage, d’architecture mais aussi d’urbex.

La Petite Ceinture de Paris et la jolie gare de Charonne, dans le XXe arrondissement – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 102,2 mm, f/4, 1/350s, 160 ISO

En voyage, cette optique est assurément un atout de choix – à condition de supporter son poids. Plus d’une fois, nous avons pris le parti de la laisser montée sur notre boîtier, afin de disposer d’un point de vue différent sur les éléments autour de nous, de jouer sur les perspectives.

La superbe locomotive E211 du Train des Pignes, construite en 1923 – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 74,4 mm, f/8, 1/110s, 500 ISO

Grâce à son ouverture constante à f/2,8, l’objectif permet évidemment de jouer avec la profondeur de champ. Enfin, sa mise au point minimale à 1 mètre se montre assez intéressante, bien qu’un peu limite pour la proxiphotographie.

En somme, ce téléobjectif s’avère adapté à un très grand nombre de situations. Reste un tarif un poil élevé pour une optique APS-C. Mais au regard d’une optique équivalent en plein format – et compte tenu de la qualité de ses prestations – le tarif de ce 50-140 mm ne paraît pas déraisonnable.

Les toits de Nice – Fujifilm X-T4, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR, 140 mm, f/7,1, 1/550s, 160 ISO

Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR : un must-have pour tout propriétaire exigeant d’un boîtier Fujifilm

Au final, nous n’avons donc que des éloges à formuler vis-à-vis du Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR. Ce téléobjectif bénéficie d’une excellente qualité de construction et de finitions. Son niveau de performances s’avère bluffant, tant en termes de piqué qu’au niveau de son autofocus. Sa stabilisation est particulièrement efficace – et encore plus grâce aux nouveaux algorithmes et à la double-stabilisation dont bénéficie le Fujifilm X-T4.

Certes, il n’est peut-être pas aussi léger que certains autres téléobjectifs que nous avons pu tester récemment. Mais voyons ceci autrement : réussir à produire un téléobjectif en métal avec ouverture constante à f/2,8 sous la barre des 1 kg est une belle prouesse, que Fujifilm accomplit avec brio.

Ce Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est donc l’un des meilleurs – si ce n’est le meilleur – zoom pour hybride APS-C, toute marque confondue. Nous pouvons donc le recommander les yeux fermés à tous les photographes équipés d’un boîtier Fujifilm.

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR est disponible à partir de 1359 € chez Digit-Photo, Miss Numérique, Digixo, Camara, à la Fnac et sur Amazon. Un pack incluant l’optique et le téléconvertisseur 1,4x TC WR est également disponible au tarif de 1649 €.

Test téléobjectif Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR : l'excellence pour hybrides APS-C Fujifilm
Excellentes finitions et fût en métalOuverture constante à f/2,8Compatible avec Extender 1,4x et 2xExcellent piquéSuperbe bokehRésistance aux élémentsAutofocus extrêmement efficaceStabilisation remarquableQualité d'image exceptionnelle
Un peu lourdDistance minimale de MAP assez longueLéger manque de souplesse de la bague de MAP
9Note finale
Fabrication / finitions9.5
Qualité d'image9
Ergonomie générale / praticité8.5