Au printemps dernier, Tamron a annoncé son premier objectif dédié aux hybrides plein format Sony (monture FE), le 28-75 mm f/2,8 Di III RXD. Doté d’une ouverture constante à f/2.8, d’un design compact et d’un poids léger, le tout pour un prix sous les 900€ à son lancement, cet objectif a beaucoup fait parler de lui, a remporté le prix EISA de meilleur objectif zoom standard pour hybride 2018-2019, et semble bien se vendre auprès des acquéreurs de mirrorless Sony. Sa date de sortie, qui coïncide avec le Sony A7III, n’y est sûrement pas pour rien.

En parallèle de notre test du Sony A7III qui sera bientôt publiée, nous avons pu prendre en main cet objectif en voyage et l’utiliser comme optique principale. Voici notre test terrain du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD en monture Sony FE

Présentation du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD

Chuchoté lors du CP+ 2018, ce nouveau zoom transstandard chez Tamron se présente comme un successeur des précédents 28-75mm f/2.8 pour reflex, comme le SP AF 28-75 mm f/2.8 XR Di Macro. Ne cherchez pas de monture Canon ou Nikon, cet objectif a été développé uniquement pour monture Sony FE, comme si Tamron sentait qu’il était temps de s’intéresser de près aux clients Sony Alpha 7 et 9, qui il est vrai n’ont jusqu’ici pas beaucoup de choix en dehors des objectifs Sony au tarif parfois rédhibitoire.

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD (modèle A036) couvre une plage différence des classiques 24-70mm : 4mm de moins au grand-angle et 5 mm de plus au-delà de 70mm. Dans les faits, la différence est à peine perceptible et visible, sauf si vous avez vraiment besoin d’un recul très important ou avez l’habitude de photographier à 24mm avec votre zoom. Pour le savoir, vous pouvez analyser vos photos. L’objectif dispose d’une ouverture maximale constante à f/2.8, intéressante pour du voyage ou du reportage, mais aussi pour du portrait à 70mm. Bref, l’objectif se veut assez polyvalent et nous allons voir comment il se débrouille sur le terrain.

Le sigle Di III indique qu’il s’agit d’un objectif développé spécifiquement pour les appareils photo hybrides à objectif interchangeable sans miroir. Conçu pour la monture Sony, le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD reprend les avantages de ces boitiers, comme l’AF hybride, le Eye AF, le Direct Manual Focus, les corrections de l’objectif intégrées (distorsion, aberrations chromatiques, ghosting) et la mise à jour du firmware par l’appareil photo (Tamron n’a pas développé de console Tap-In pour cet objectif).

Le sigle RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive) signifie que cet objectif utilise un moteur AF intégré pas-à-pas silencieux et rapide, utile également en vidéo.

Voici les caractéristiques techniques du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD :

  • distance focale 28-75mm
  • compatible plein format Sony (monture FE)
  • ouverture maximum : f/2.8
  • ouverture minimale : f/22
  • construction optique : 15 lentilles en 12 groupes, dont une lentille XLD (très faible dispersion), une lentille LD (faible dispersion), un verre asphérique GM et 2 lentilles asphériques hybrides pour corriger les aberrations et réduire la taille de l’optique
  • diaphragme : 9 lamelles circulaires
  • rapport de grossissement maximal : 1:2,9 (à 29mm) et 1:4 (à 75mm)
  • angle de champ : 75°23′-32°11 (plein format) et 52°58′-21°05 (APS-C)
  • distance de mise au point minimale : 19 cm à 28 mm et 39 cm à 75 mm
  • diamètre du filtre : 67mm
  • tropicalisation : oui, 6 joints d’étanchéité
  • autofocus : oui, moteur RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive)
  • poids : 550g
  • pare-soleil : oui, amovible
  • stabilisation : non, intégrée au boîtier Sony
  • dimensions : 73 x 117.8 mm (D x H)
  • monture compatible : Sony FE

Prise en main du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD

Ouverture de la boîte, déballage et boom, le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD est compact et léger. Avec seulement 11,78cm de longueur et 7,3cm de diamètre pour 550g, l’objectif à ouverture constante f/2.8 est compact et s’équilibre très bien avec les boîtiers Sony A7. Nous le testons sur le Sony A7III, le dernier boitier sorti chez Sony.

Tout de suite, on retrouve le design « Human Touch » Tamron : fût noir sobre, anneau doré et style épuré. Par contre, sur cette optique, Tamron a fait le choix d’une construction en polycarbonate. Pas d’aluminium, comme c’était le cas sur les optiques SP, et c’est sûrement sur ce point que Tamron réussit à gagner quelques précieux grammes sur la balance.

L’objectif ne dispose pas de bouton AF/MF et n’est pas stabilisé, ce qui n’est pas nécessaire puisque le capteur des hybrides plein format Sony est stabilisé depuis plusieurs versions déjà. Pas d’indicateur de distance de mise au point non plus, mais une bague de zoom large et souple ni trop dure, ni trop fluide. Plus loin, vers l’extrémité du zoom, la bague de mise au point actionne un moteur interne pour effectuer la mise au point, et ne dispose pas de butée.

L’objectif est tropicalisé avec 6 joints d’étanchéité pour le protéger de la poussière ou de l’humidité, et la mise au point se fait de manière interne. Nous avons testé l’optique dans diverses conditions, sous une faible pluie, mais également dans la poussière, et n’avons noté aucune intrusion dans le fût du 28-75 mm f/2,8 Di III RXD. La lentille frontale dispose d’un traitement à la fluorine.

Sur ce type d’objectif, on aime disposer d’une distance de mise au point minimale faible pour pouvoir réaliser des plans rapprochés ou de la proxy. Dans notre usage à la rédaction, ce besoin est d’autant plus présent que nous réalisons des photos de détails des produits que nous testons. Sur ce point, le 28-75 mm f/2,8 Di III RXD est très bon, avec une distance minimale de 19cm à 29mm et 39cm à 75mm. Dans les deux cas, cela permet de réaliser des plans très rapprochés, avec un joli bokeh, comme on peut le voir sur ces photos réalisées à la distance minimale :

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₂₅ s - ƒ / 2,8 - ISO 500

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 2,8 – ISO 500

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₂₅ s - ƒ / 2,8 - ISO 320

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 2,8 – ISO 320

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₀₀₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₀₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Qualité d’image du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD

Nous avons testé le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD avec un hybride plein format Sony A7III doté d’un capteur de 24 Mpx.

Pour ce test, j’ai utilisé l’objectif dans différentes conditions, de la photographie de paysage, de proxy ou bien encore de détails. L’objectif m’a ainsi suivi pendant plusieurs semaines, très souvent fixé sur le boîtier.

Vous pouvez cliquer sur chaque image pour la voir en plus grande, selon la taille de votre écran.

Couplé au Sony A7III qui offre un capteur défini et moderne, le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD produit de très belles images, avec un très bon piqué et un beau bokeh, doux et agréable.

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₂₅ s - ƒ / 2,8 - ISO 500

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 2,8 – ISO 500

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 28 mm - ¹⁄₁₂₅ s - ƒ / 2,8 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 28 mm – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 63 mm - ¹⁄₈₀₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 63 mm – ¹⁄₈₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Au centre, le piqué est très bon dès f/2.8 de 28mm à 50mm. Au-delà de 50mm, comme c’est souvent le cas avec les zooms, il faut fermer un peu plus pour obtenir le meilleur piqué, entre f/4 et f/5.6 et ce jusqu’à f/16. Au-delà, le piqué chute un peu en raison du phénomène de diffraction. Sur les bords de l’image, il faudra fermer un peu plus pour obtenir le meilleur piqué, à partir de f/8, pour toutes les focales.

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₆₀₀ s - ƒ / 10 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₆₀₀ s – ƒ / 10 – ISO 100

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₂₅₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₂₅₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 28 mm - ¹⁄₁₀₀ s - ƒ / 16 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 28 mm – ¹⁄₁₀₀ s – ƒ / 16 – ISO 100

Sur le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le vignettage est assez présent. À f/2.8, on le remarque beaucoup, notamment dans les ciels ou les zones claires, et il s’atténue petit à petit jusqu’à f/8 où on peut enfin l’oublier, sans pour autant disparaitre complètement, même aux ouvertures les plus petites. Rappelons toutefois que ce vignettage est facilement corrigible dans un logiciel comme Lightroom, grâce au profil de correction proposé par Tamron. Ainsi, une fois le profil appliqué, le vignettage (et la distorsion) sont corrigés.

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₁₆₀₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 250

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₁₆₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 250

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 46 mm - ¹⁄₅₀₀ s - ƒ / 8,0 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 46 mm – ¹⁄₅₀₀ s – ƒ / 8,0 – ISO 100

En parlant de distorsion, cet objectif n’est pas non plus exempt de défauts : la distorsion est visible de 28mm à 75mm. À 28mm, on observe une forte distorsion en barillet, qui s’estompe à 35mm pour passer à une distorsion moyenne en coussinet de 50 à 75mm. Ici encore, ce défaut sera à corriger en postproduction et n’affecte pas vraiment l’image pour une utilisation finale, sauf à réaliser des clichés architecturaux.

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 9,0 - ISO 250

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 9,0 – ISO 250

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 75 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 4000

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 4000

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 28 mm - ¹⁄₅₀ s - ƒ / 10 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 28 mm – ¹⁄₅₀ s – ƒ / 10 – ISO 100

En termes d’aberrations chromatiques, le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD se débrouille très bien. Est-ce parce qu’il dispose d’un profil intégré qui permet de corriger cela à la prise de vue ? Une chose est certaine, nous n’avons remarqué que très peu d’aberrations chromatiques, sauf dans certains cas en étudiant à 100% la photo, comme on peut le voir sur cette image d’un détail.

Tu la vois mon aberration chromatique ?

La photo dans son ensemble, issue de notre prise en main du Canon EOS R

La gestion du flare est plutôt bonne, avec très peu d’aberrations, comme on peut le voir sur cette image réalisée à f/4 avec un Stardust.

Sony A7 III - Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD - 61 mm - ¹⁄₄₀₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 100

Sony A7 III – Tamron 28-75 mm f/2.8 Di III RXD – 61 mm – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 100

Qualité de l’autofocus du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD utilise un nouveau moteur autofocus RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive) qui permet de faire une mise au point pas à pas. Sur le terrain, l’autofocus de l’A7III couplé à cet objectif est rapide (sans être extrêmement rapide) et assez consistant, même sous des éclairages différents et parfois un peu difficiles.

J’ai bien apprécié les performances autofocus du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD en vidéo : l’AF sélectionné sur l’écran tactile s’exécute de manière fluide et surtout très silencieuse, un atout pour les vidéastes, mais aussi les photographes à la recherche de discrétion. Couplé à l’obturateur électronique du Sony A7III, on obtient un kit 100% silencieux.

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD face à la concurrence

Optique G Master SEL2470GM

En monture Sony FE, la concurrence est simple : Sony et Zeiss. Chez Sony, le 24-70mm f/2.8 GM, de la série GMaster, est le zoom standard de référence. Nous ne l’avons pas testé sur ce boîtier, mais les différents avis et tests du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD indiquent une qualité d’image un peu supérieure sur le Sony, un bokeh encore plus plaisant et surtout une prise en main et ergonomie supérieure, grâce à un bouton AF/ME et un bouton pour maintenir la mise au point). Mais son encombrement (136 x 87,6 mm pour 886g) ainsi que son prix de 1999€ nous font préférer le Tamron.

Sony ZEISS FE 24 70mm F/4 OSS

Chez Zeiss, la plage 24-70mm n’est couverte que par le Sony ZEISS FE 24-70mm F/4.0 OSS. Cet objectif dispose de la stabilisation optique, mais ne propose qu’une ouverture constante à f/4. Son piqué est moins bon que le 24-70mm Tamron ou le Sony G Master, mais il a l’avantage d’être compact (94,5 x 73mm) et plus léger (426g), le tout pour un tarif avoisinant les 799€.

Sony FE 24-105mm f/4 G OSS

Enfin, le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD doit aussi faire face à un très bon zoom, encore plus polyvalent, le Sony FE 24-105mm f/4 G OSS. Il dispose d’une plage plus étendue (24-105mm contre 28-75mm), d’une stabilisation optique et d’une bonne qualité d’image globale. Son inconvénient par rapport au Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD est son encombrement (113,3 x 83,4mm pour 663g) et un prix plus élevé, aux alentours de 1349€.

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD se positionne donc plutôt bien face à la concurrence des zooms à ouverture constante en monture Sony FE. On peut dire que Tamron a visé juste avec son seul objectif disponible sur cette monture.

À qui s’adresse le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD ?

Habitué à photographier avec un 24-70mm f/2.8, je pense que cet objectif zoom lumineux est adapté à de nombreuses situations, sauf peut-être pour de la photographie de rue où il faut être un peu plus discret. Le 28-75 mm f/2,8 Di III RXD de Tamron s’adresse ainsi à de nombreux photographes grâce à une polyvalence avancée : tropicalisation, compacité et légèreté en font un objectif passe-partout, avec une ouverture constante f/2.8.

Il pourra ainsi être utilisé à la fois pour du portrait, du paysage ou bien même de la photographie de sport, grâce à son AF réactif et silencieux. En bonus, sa faible distance minimale de mise au point en fait un allié pour de la proxyphotographie ou de la photo de détails.

Finalement, si vous cherchez un zoom standard en monture Sony FE, je pense que ce Tamron valide le cahier des charges de la plupart des photographes haut la main.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le meilleur zoom en monture Sony FE

C’est bizarre, nous terminons la conclusion de ce test exactement comme celle du SP 70-200mm F/2.8 Di VC USD G2 de Tamron : « Pourquoi payer plus cher pour la même qualité ? ». C’est que Tamron soigne son positionnement face aux optiques Sony et Zeiss grâce à un objectif bien pensé, équilibré et surtout offrant une qualité optique se rapprochant du meilleur objectif Sony G Master à un tarif moins onéreux.

Certes, cet objectif ne délivre pas la meilleure qualité d’image (réservée au G Master de Sony pour le moment, qui est également plus ergonomique grâce à davantage de boutons), mais s’en rapproche beaucoup. C’est ainsi notre meilleur choix de zoom pour un hybride plein format Sony grâce à un rapport performance / qualité / prix imbattable. On lui pardonne d’ailleurs son vignettage et sa distorsion, tant il est facile de les corriger sur Lightroom (ou autre logiciel).

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD est disponible en monture Sony FE au tarif de 899€.

Test du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le zoom le plus équilibré en monture Sony FE
Compact et légerBon piqué dès f/2.8Bokeh plaisantFaible distance minimale de mise au pointTarif intéressant
Vignettage et distorsion présentsPas de bouton AF/MFPas de stabilisation (en plus de celle intégrée au boîtier)
8.3Note finale
Fabrication / Finitions8.5
Qualité d’image8.5
Ergonomie générale / praticité8