Guides d’achat photo 2020 : les meilleurs smartphones photo, applications et accessoires

Mise à jour le ?tag=amzday-21

En à peine 10 ans, les smartphones se sont imposés comme les compagnons incontournables de notre quotidien photographique. Si les compacts ont longtemps occupé cette fonction, nos téléphones « intelligents » ont vu la qualité de leur appareil photo passer de passable à correcte… avant de commencer à prétendre à l’excellence.

Dès lors, l’impact sur la photo est particulièrement fort : l’appareil que vous avez toujours sur vous, celui que vous sortez en toute occasion n’est plus un compact, mais votre téléphone. Il est là, allumé, prêt et connecté. Pour autant, tous les smartphones ne se valent pas en photographie et pour chaque catégorie de prix, certains seront meilleurs que d’autres.

D’où l’idée de ce guide pour vous aider à défricher la jungle des smartphones et à choisir le meilleur photophone selon vos goûts… et votre budget. Nous l’avons décomposé en trois grandes parties : la première est dédiée aux terminaux haut de gamme, tandis que la seconde se concentre sur les anciens modèles haut de gamme, qui gardent toute leur pertinence et dont le tarif est en forte baisse. Enfin, nous passons en revue les photophones entre 250 et 500 € afin de vous équiper sans vous ruiner.

Et pour compléter ces conseils, nous prendrons le temps de vous présenter quelques applications vraiment pertinentes en photo et quelques accessoires bien pensés pour doper votre usage.

Un paysage photographique en pleine recomposition

Depuis la parution de la première édition de ce guide d’achat en 2011, le paysage des smartphones photo a énormément évolué. Certains acteurs sont très rapidement passés du statut d’outsider à celui de marque incontournable (Huawei, Xiaomi, OnePlus). À l’inverse, certaines firmes se sont faites plus discrètes, avec des produits générant moins de hype que par le passé (Sony, par exemple) malgré leurs qualités. D’autres encore sont sorties des écrans radars (HTC, LG), victimes d’une concurrence toujours plus affûtée. De son côté, Apple a fait couler beaucoup d’encre en dévoilant en novembre 2017 son iPhone X, dont les codes stylistiques ont depuis été largement copiés, avec plus ou moins de succès.

Pour faire notre sélection, nous avons donc cherché les modèles faisant le moins de concessions possibles sur la partie photo, et proposant également une expérience générale sans défaut (design, intégration de l’OS). Nous avons également particulièrement été attentifs à la qualité des photos prises en basses lumières : si la quasi-totalité des smartphones actuels produit des clichés de bonne facture en plein jour, seuls les plus doués réussissent à tirer leur épingle du jeu quand la nuit vient à tomber.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, quelques petites précisions :

  • Toujours plus de pixels ? Oui et non. Nous répétons depuis longtemps que la course aveugle aux pixels n’apporte rien et les meilleurs appareils ne sont pas ceux ayant le plus de pixels. Certains constructeurs ont toutefois fait le pari d’intégrer un capteur avec une très grande définition, mais celui-ci doit obligatoirement s’accompagner d’un important travail sur la partie logicielle pour entraîner une réelle hausse de qualité.
  • Toujours plus de capteurs ? Oui… et non. Cette année a été marquée par une certaine surenchère au niveau du nombre de capteurs dorsaux. L’iPhone présente maintenant trois capteurs dorsaux, le Huawei P30 Pro possède quatre capteurs dorsaux, et le récent Xiaomi Note 10 intègre même 5 capteurs ! Pour autant, le nombre de capteurs ne détermine en rien la qualité des photos générées par le smartphone. À l’inverse, certains terminaux font le pari de n’intégrer qu’un seul capteur, et s’en sortent aussi bien, sinon mieux, que leurs concurrents aux multiples optiques.
  • Ouverture maximale : plus f/ est petit, mieux c’est. L’objectif d’un smartphone se caractérise par une focale (28mm pour la plupart) et une ouverture (par exemple f/1.8). Ce chiffre est important, notamment en photo en basse lumière. Plus le nombre f/ est petit, plus l’objectif est lumineux et plus il sera capable de réussir les photos en basse lumière.
  • Stabilisation numérique ou optique ? Sur les smartphones actuels, on peut trouver deux types de stabilisation afin de réduire le flou lié aux tremblements de l’appareil : la stabilisation numérique et la stabilisation optique. Si la première ne consiste qu’à faire jouer des algorithmes pour prédire les mouvements, la stabilisation optique est la solution la plus efficace, car l’objectif « bouge » dans le sens inverse de vos mouvements pour compenser vos tremblements et prendre une photo ou vidéo nette et stable.
  • 4K ou pas 4K pour la vidéo ? L’absence d’un mode vidéo en 4K n’est pas un vrai frein à nos yeux, en revanche c’est une évolution qui s’avère très pratique pour obtenir un film en 1080p parfaitement stable. Les pixels supplémentaires servent à fluidifier la vidéo et à supprimer tous les mouvements, “à la” Hyperlapse (nous reviendrons sur cette app par la suite). 

Avant de découvrir les modèles présentés dans notre guide, une note également sur le marché gris. Vous verrez sûrement des prix très alléchants sur Internet pour certains modèles, mais nous avons décidé de ne vous partager que les boutiques ne faisant pas appel au marché gris. Pour en savoir plus sur cette politique commerciale, nous avons publié un dossier complet sur le marché gris.


Smartphones haut de gamme : la bataille des géants

Le Google Pixel 4 XL

Lire notre test du Google Pixel 4 XL

Le Pixel 4 XL est le plus grand des deux smartphones lancés à l’automne 2019 par Google. Contrairement à bon nombre de ses concurrents, il ne joue pas la surenchère au niveau du nombre de capteurs. À la manoeuvre, on retrouve un capteur principal de 12 Mpx avec ouverture à f/1,7 muni d’une optique stabilisée équivalent 28 mm. Il est secondé par un capteur plus défini de 16 Mpx surmonté par une optique stabilisée ouvrant à f/2,4 équivalent 45 mm.

Mais le Pixel 4 XL (et son petit frère le Pixel 4) mise aussi – et surtout ! – sur la photographie computationnelle – qui utilise de nombreux algorithmes pour aider la prise de vue et le traitement de l’image. Le Pixel 4 XL est ainsi capable de prendre jusqu’à 15 photos simultanément à des valeurs d’exposition différente. Il mise sur un nouveau mode Night Sight ultra-performant, capable d’amplifier la moindre source lumineuse et de générer des clichés nocturnes d’excellente qualité.

On retrouve également le mode HDR+. Toutefois, l’appareil se munit d’un mode Live-HDR+ qui va afficher à l’écran l’image munie du rendu HDR qui est appliqué à la photo, permettant ainsi de gommer la différence entre l’image affichée à l’écran et celle capturée par l’appareil.

Mentionnons également l’option de contrôle avancé de l’exposition (Dual Control Exposure), ainsi que le zoom « algorithmique » Super Res Zoom, qui se montre beaucoup plus performant qu’un zoom numérique « classique ». Toutes ces innovations permettent d’obtenir des clichés offrant un excellent niveau de détails et un rendu des images proche de la perfection.

Du reste, le Pixel 4 XL se distingue par son grand écran OLED de 6,3 pouces, dont la fréquence de rafraîchissement monte à 90 Hz pour un défilement des écrans et des animations beaucoup plus fluide. L’écran est surmonté d’un bandeau frontal pour abriter les différents capteurs – dont une nouvelle puce radar dédiée à la reconnaissance faciale et à la navigation par gestes. Du côté de l’autonomie, l’appareil se dote d’une batterie de 3700 mAh lui permettant d’être opérationnel pendant 1 jour et demi environ.

Disponible à partir de 900 €, ce smartphone résolument haut de gamme est actuellement l’un des meilleurs photophones du marché et se montrera un excellent compagnon photographique du quotidien. Son petit frère, le Pixel 4, est quant à lui proposé au tarif de 769 €. S’il intègre le même module photo que la version « XL », son écran s’avère plus petit (5,7 pouces)… et sa batterie est moins capacitaire.

Le Huawei P30 Pro

Lire notre test du Huawei P30 Pro

Au premier semestre de 2019, Huawei avait frappé très fort avec le P30 Pro, un smartphone haut de gamme à la fiche technique surdimensionnée : grand écran AMOLED borderless et incurvé de 6,47 pouces, capteur d’empreinte intégré sous l’écran, reconnaissance faciale…

Côté photo, il se dote d’un quadruple appareil dorsal conçu en partenariat avec Leica. Il se compose d’un module principal équivalent 27 mm de 40 Mpx (ouvrant à f/1,8), secondé par un capteur de 20 Mpx muni d’un objectif ultra grand-angle (équivalent à 16mm) ouvrant à f/2,2, avec un mode super macro permettant une distance minimale de mise au point à 3,5 cm. Le troisième capteur, quant à lui, affiche 8 Mpx et est surmonté d’un télézoom « périscopique », monté à la perpendiculaire et offrant un zoom stabilisé x5 équivalent 135 mm. Enfin, un capteur TOF (Time of Flight) permet de capturer les informations 3D de la scène, et assure un meilleur détourage du sujet dans les modes « Portrait » et « Ouverture ».

On retrouve également le zoom « hybride » x10 ainsi qu’un zoom numérique x50, permettant de capturer les sujets les plus lointains (au prix d’une certaine baisse de la qualité des images, il est vrai).

Le tout fait appel aux fonctions d’intelligence artificielle, censées reconnaître la scène photographiée et appliquer automatiquement les meilleurs réglages. Dans la pratique, le Huawei P30 Pro intègre de très nombreuses options de prise de vue, et délivre des clichés de très bonne qualité dans (presque) n’importe quelle circonstance. La polyvalence de son appareil photo rend ce smartphone particulièrement agréable à avoir dans sa poche… Et à dégainer.

En vidéo, l’appareil permet de filmer en 4K à 30 i/s et en Full HD à 60 i/s. On aime la présence de trois modes de ralenti (120, 240 et 960 i/s). Enfin, on apprécie particulièrement par sa batterie de 4200 mAh qui lui permet de tenir plus de 2 jours loin d’une prise secteur.

Lancé au printemps dernier, le Huawei P30 Pro a bénéficié de baisses substantielles de son tarif et est aujourd’hui disponible à partir de 749€. De son côté, son petit frère le P30 offre trois capteurs photo (équivalents à 16, 27 et 80 mm), et peut fournir une alternative intéressante pour 200€ de moins. Enfin, soulignons l’importante baisse du prix du Mate 20 Pro, qui devient une très bonne affaire en cette fin d’année (voir chapitre suivant).

L’iPhone 11 Pro

iPhone 11 Pro

iPhone 11 Pro

L’iPhone 11 Pro (et son grand frère l’iPhone 11 Pro Max) est la dernière itération du terminal d’Apple. Véritable représentant du savoir-faire photographie de la firme de Cupertino, il mise un design aujourd’hui emblématique et intègre un triple capteur dorsal inédit (sur l’iPhone tout du moins).

Il se compose de 3 capteurs photo de 12 Mpx disposés dans un carré situé dans la partie supérieure gauche du dos de l’appareil. Le premier capteur se dote d’une optique « standard » stabilisée de 26 mm avec ouverture à f/1,8. Il est secondé par le télézoom x2 stabilisé (équivalent 52 mm) avec ouverture à f/2,0. Et, nouveauté de ce cru 2019, les iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max se dotent d’une optique ultra grand-angle équivalent 13 mm (ouvrant à f/2,4) qui sera très utile pour voir plus large pour les photos de paysage ou d’architecture.

Ce triple module dorsal offre une très bonne qualité d’image. Souhaitant jouer sur le même terrain que Google, Apple mise également sur la photographie computationnelle et intègre un nouveau mode Nuit qui fusionne un grand nombre de photos capturées à des vitesses d’obturation plus ou moins lentes en fonction du type de sujet. On notera aussi le nouveau mode Deep Fusion – qui repose lui aussi sur la capture de 9 photos – qui permet, selon Apple, d’obtenir un niveau de détails très élevé tout en limitant au maximum l’apparition de bruit numérique.

Du côté de la vidéo, l’iPhone 11 Pro est capable de filmer en 4K à 60 fps. Apple met aussi en lumière la possibilité de filmer en utilisant simultanément les 3 capteurs dorsaux et le capteur frontal, offrant une polyvalence inédite lors de la capture de vidéos. Cette fonctionnalité repose néanmoins sur une application tierce, nommée Filmic Pro, que nous mentionnons dans le chapitre suivant de ce guide.

Si l’iPhone 11 Pro et l’iPhone 11 Pro Max intègrent le même module photo et le nouveau processeur A13, ils diffèrent au niveau de la taille de leur écran OLED (5,8 pouces contre 6,5 pouces) et de leur batterie, celle de la version « Max » étant plus capacitaire.

Ils différent également au niveau de leur prix : comptez 1159 € pour la version 64 Go de l’iPhone 11 Pro et 1259 € pour l’iPhone 11 Pro Max (toujours avec 64 Go de stockage). Pour un stockage un peu plus généreux, comptez 1329 € pour l’iPhone 11 Pro en version 256 Go, et 1429 € pour sa déclinaison « Max ».

Apple propose également l’iPhone 11 à partir de 809 €. Toutefois, ce dernier n’intègre « que » deux capteurs photo… et fait l’impasse sur le zoom x2 au profit de l’ultra grand-angle équivalent 13 mm. Il se montre donc moins polyvalent que les deux version « Pro », d’où notre décision de ne pas le mettre autant en avant que son grand-frère l’iPhone 11 Pro.

Mais aussi…

Parmi les modèles dont nous avons pu apprécier les performances photographiques, citons également le Samsung Galaxy Note 10+, qui propose un excellent triple module photo dorsal intégrant un grand-angle classique, un ultra grand-angle et un zoom optique x2. Couvrant une plage focale s’étendant de 12 à 52 mm, il s’appuie sur deux capteurs de 12 Mpx et un capteur de 16 Mpx (dédié au capteur ultra grand-angle). L’ensemble offre un très bon rendu des détails et des couleurs et se dote d’un mécanisme d’intelligence artificielle de détection de scènes ainsi qu’un nouveau mode Super Sight – analogue à celui des nouveaux iPhone ou des Google Pixel.

Le Samsung Galaxy Note 10+ propose une expérience globale des plus agréables, enrichie par le stylet maison. Avec son écran de 6,8 pouces, il est évidemment à réserver aux amateurs de très grands smartphones. Toutefois, ce dernier se démarque par l’absence quasi-totale de bordures ou d’encoche ainsi que par le petit trou réservé à la caméra frontale. Son tarif : 1109 €.

Les anciens haut de gamme : ils restent dans la course

Si le devant de la scène est occupé par les derniers modèles de chaque constructeur, les anciennes versions présentent souvent de très bonnes qualités photographiques… Tout en affichant un prix devenu beaucoup plus accessible pour le commun des mortels. Petit tour d’horizon de ces modèles de plus de 6 mois ayant conservé toute leur fraicheur.

Le Huawei Mate 20 Pro

Lire notre test du Huawei Mate 20 Pro

À l’automne 2018, nous avions pu apprécier les performances du Huawei Mate 20 Pro, le haut de gamme du constructeur chinois. Doté d’un grand écran de 6,4 pouces et d’une triple optique dorsale, le Mate 20 Pro est équipé d’un capteur principal de 40 Mpx (ouverture à f/1,8), d’un capteur secondaire de 20 Mpx surmonté par une optique ultra grand-angle (équivalent à 16 mm) ouvrant à f/2,2 et, last but not least, d’un télézoom x3 ouvrant à f/2,4 propulsé par un capteur de 8 Mpx. On notera également la présence d’un zoom « hybride » x5.

Enfin, on retrouve un mécanisme d’intelligence artificielle qui vient appliquer automatiquement les meilleurs réglages en fonction du type de scène photographié. Dans les faits, l’IA a parfois tendance à appliquer une saturation légèrement prononcée sur les ciels bleus et le vert des étendues d’herbe ; toutefois, ce smartphone propose une très bonne qualité d’image et s’avère un excellent compagnon photographique au quotidien.

La sortie du Huawei P30 Pro a fait baisser son prix, faisant du Mate 20 Pro l’une des meilleures affaires de cette fin d’année. On peut le trouver à partir de 492 €.

L’iPhone Xr

Si vous souhaitez acquérir un iPhone mais que votre budget est un peu juste, l’iPhone Xr est une option intéressante à considérer. Lancé en 2018 aux côtés des iPhone Xs et Xs Max, l’iPhone Xr mise sur un grand écran IPS de 6,1 pouces.

Côté photo, il se distingue par son unique capteur de 12 Mpx accompagné d’un objectif équivalent 27 mm avec ouverture à f/1,8. Pour autant, cet unique capteur est loin d’être synonyme d’appareil au rabais : il permet d’obtenir des images d’une très bonne qualité et intègre un excellent mode portrait, permettant d’ajuster le niveau de flou d’arrière-plan.

On notera aussi une fonction « Smart HDR », qui capture 4 images principales et 4 images secondaires, avant de les combiner pour obtenir une version « idéale » de la scène. Soulignons également la rapidité sans faille de son autofocus et sa gestion du bruit numérique. L’iPhone Xr plaira également aux vidéastes puisqu’il est capable de filmer en 4K à 60 fps. En Full HD, l’appareil offre également deux modes de slow motion à 120 i/s et 240 i/s.

Du reste, le « petit » iPhone Xr reprend bon nombre de caractéristiques des iPhone Xs et Xs Max, à commencer par la puce A12 Bionic. On apprécie également sa batterie grande capacité, qui lui permet de tenir 2 jours loin d’une prise secteur.

L’iPhone Xr est proposé à partir de 709 € avec 64 Go de stockage. Pour 50 € de plus, nous vous recommandons chaudement d’opter pour la version intégrant 128 Go, disponible à 759 €. Au-delà des habituels gris sidéral et argent, le terminal est proposé en différentes couleurs : jaune, rouge, orange et bleu.

Pour les budgets un peu plus serrés : les photophones entre 250 et 500€

Les Google Pixel 3a et 3a XL

En mai 2019, Google avait créé la surprise en dévoilant deux smartphones abordables, les Pixel 3a et 3a XL, qui reprennent le module photo des Pixel 3 et 3 XL (aujourd’hui remplacés par la version 4). On retrouve ainsi un unique capteur de 12,2 Mpx doté de la technologie Dual Pixel et surmonté par une optique équivalente à 28 mm avec ouverture à f/1,8.

Ils bénéficient également de la force logicielle des algorithmes de Google. Les Pixel 3a et 3a XL sont ainsi capable de prendre jusqu’à 15 photos simultanément à des valeurs d’exposition différente. Un mécanisme que l’on retrouve sur le mode Night Sight, permettant d’obtenir des clichés nocturnes sans commune mesure avec la concurrence. Pour pallier l’absence d’une seconde optique faisant office de zoom, Google a également intégré une fonction nommée Super Res Zoom, combinant plusieurs images en une seule.

Les deux smartphones misent sur un design d’une grande sobriété, marqué par la présence d’importantes bordures en haut et en bas de l’afficheur. Malgré leur tarif très contenu, ils se dotent d’un écran OLED de 5,6 ou 6 pouces. Du côté de l’autonomie, on aime particulièrement leur batterie de 3000 mAh ou 3700 mAh qui leur garantira 2 jours d’utilisation loin d’une prise secteur. Si certains utilisateurs trouveront le processeur Snapdragon 670 un peu juste, ce dernier suffira amplement pour la plupart des tâches courantes.

Ces deux smartphones bénéficient d’un tarif particulièrement abordable, étant proposés au tarif respectif de 379 € pour le Pixel 3a et de 470 € pour le Pixel 3a XL. Un positionnement tarifaire très compétitif pour deux photophones très performants.

Le Honor 20 Pro

La marque Honor est la déclinaison online et abordable du constructeur chinois Huawei. Ses smartphones partagent un certain nombre de caractéristiques techniques avec leurs cousins, tout en présentant généralement un tarif plus contenu. Ainsi, notons la présence du Honor 20 Pro, qui n’est pas sans analogie avec le Huawei P30 Pro mentionné plus haut dans ce guide. Doté d’un design très alléchant, il est muni d’un écran (presque) sans bords de 6,26 pouces, lequel intègre un petit trou pour la caméra avant.

Le Honor 20 Pro permet d’obtenir des images de bonne facture grâce à son quadruple module photo arrière, composé d’un capteur principal de 48 millions de pixels stabilisé couplé à une optique équivalente 28 mm ouvrant à f/1,4. Il est secondé par un module ultra grand-angle (équivalent 13 mm) de 16 millions de pixels avec ouverture à f/2,2, mais également par un troisième capteur de 8 millions de pixels muni d’un téléobjectif équivalent 80 mm stabilisé, ouvrant à f/2,4. Enfin, on notera l’apparition d’un quatrième capteur de 2 millions de pixels, dédié à la capture d’images en macro.

À l’image du P30 Pro, le Honor 20 Pro embarque un mécanisme d’intelligence artificielle permettant la reconnaissance automatique de la scène et l’application des réglages les plus adaptés. L’ensemble est animé par le processeur Kirin 980 (que l’on retrouve également sur le Huawei P30 Pro), couplé à 8 Go de mémoire vive et à un confortable espace de stockage de… 256 Go. On apprécie également sa grosse batterie de 4000 mAh, très capacitaire.

Vendu aux alentours de 450€, ce smartphone est une bonne option pour qui cherche à s’équiper sans se ruiner.

Le Xiaomi Mi 9T Pro

Si vous cherchez un smartphone mêlant un design premium, des caractéristiques haut de gamme, un très bon appareil photo, le tout pour moins de 500 €, le Xiaomi Mi 9T Pro devrait vous séduire. Doté d’un grand écran Amoled de 6,39 pouces (presque) bordure ni encoche, il s’équipe d’une caméra frontale rétractable, placé sur la tranche supérieure.

Côté photo, il se dote d’un triple module photo centré autour d’un capteur de 48 Mpx, surmonté d’une optique « standard » équivalent 26 mm avec ouverture à f/1,8. On retrouve également un objectif ultra grand-angle équivalent 12 mm (et ouvrant à f/2,4), placé au-dessus d’un capteur de 13 Mpx. Enfin, le télézoom x2 (équivalent 53 mm avec ouverture à f/2,4) est animé par un capteur de 8 Mpx. Sur le terrain, le Xiaomi Mi 9T Pro se montre un très bon compagnon photographique, même si ses performances sont légèrement en retrait par rapport au Pixel 3a une fois la nuit tombée.

En vidéo, l’appareil est capable de filmer en 4K à 60 i/s et permet d’obtenir des séquences de bonne qualité, même si l’on regrette l’absence de stabilisation optique des différents capteurs.

Malgré cela, on aime particulièrement la grande capacité de sa batterie (4000 mAh) mais aussi son capteur d’empreinte intégré à l’écran – une caractéristique jusque-là réservée aux appareils les plus haut de gamme. L’ensemble est animé par un processeur haut de gamme Snapdragon 855 (couplé à 6 Go de mémoire vive) et pourra faire tourner fluidement les applications les plus gourmandes.

Deux versions de ce très bon smartphone sont proposées : la première n’intègre « que » 64 Go de stockage (non extensible) mais est proposée au prix plancher de 400 €. Si vous le pouvez, nous vous recommandons d’opter pour la version intégrant une mémoire de 128 Go, vendue à 449 €, et qui se montrera d’autant plus confortable.

Mais aussi…

Bien connue des aficionados de la marque, la gamme Moto G signe son grand retour avec le Moto G8 Plus. Plus accessible que les modèles présentés ci-dessus, il mise sur un grand écran IPS de 6,3 pouces couvrant environ 82,5 % de la face avant.

Côté photo, il opte pour un module dorsal centré autour d’un capteur de 48 Mpx. Mais ce modèle se différencie de ses concurrents par son capteur secondaire de 16 Mpx exclusivement dédié à la vidéo… et tourné à 90 degrés. Le but : vous permettre de capturer des vidéos horizontales tout en tenant votre smartphone à la verticale. À la clé, selon son constructeur, une prise en main plus sûre et des vidéos plus fluides – grâce à un mécanisme de stabilisation logicielle avancé. Si nous ne sommes pas totalement convaincus par cette spécificité de ce modèle, il permet également de capturer des vidéos avec le capteur « principal ».

En photo, l’appareil se dote d’un mode « Vision nocturne » qui peut produire des résultats intéressants… mais qui demeurent en retrait face à la prouesse des Pixel 3a et 3a XL mentionnés précédemment. Cela étant, le Moto G8 Plus est un smartphone agréable à utiliser et très réactif. Disponible au tarif très contenu de 279 €, le Moto G8 Plus permet donc de bénéficier d’un appareil photo décent sans dépenser tout ou partie de son plan épargne.


Des applications pour tirer encore plus parti de votre smartphone

En plus de leur connectivité constante, l’écosystème applicatif sans pareil est la grande force des smartphones. Que ce soit pour prendre des photos ou des vidéos, pour les retoucher ou les partager, tout est faisable sans lâcher votre appareil. Nous avons donc essayé de vous présenter notre sélection pour vous donner des idées afin d’exploiter plus efficacement les fonctions photo des smartphones : vos propres expériences sont les bienvenues en commentaire !

Les applications de prise de vue indispensables

Le plus simple est bien souvent d’utiliser l’application photo native fournie avec votre système. Simple et rapide, elle permet de photographier sans perdre de temps. C’est d’autant plus vrai qu’elle est souvent activable depuis l’écran verrouillé de votre smartphone : on voit bien ici l’intérêt de l’appareil toujours sur soi et allumé, qui d’un swipe et d’un tap prend des photos très satisfaisantes.

Mais si les applications photo de vos smartphones sont en général suffisantes dans la majorité des cas, la concurrence permet de tirer encore mieux parti des possibilités.

Cameras-iPhone

Camera+ était l’un des vétérans de l’App Store (iOS), sortie en juin 2010. Aujourd’hui remplacée par Camera+ 2, l’app permet toujours d’enrichir les fonctions de l’appareil de l’iPhone, trop simples pour les photographes aimant modifier eux-mêmes certains réglages. Elle offre une grande flexibilité, avec un accès à l’ensemble des réglages manuels du smartphone (exposition, ISO, mise au point, vitesse d’obturation) alors que l’application Photos d’iOS se contente de la correction d’exposition.

Mentionnons également l’application Halide, bien connue des propriétaires d’iPhone. Offrant elle aussi un (très) grand nombre de paramètres, elle permet de reprendre totalement la main sur la capture de vos images. On notera sa compatibilité avec le mode Portrait de l’iPhone. Très bien conçue et bénéficiant d’une interface en tout point fidèle à l’esthétique Apple, elle est proposée à 6,99 € sur l’App Store.

Manual est une appli concurrente intéressante pour sa plus grande simplicité de prise de vue, mais en permettant toujours de gérer de nombreux réglages manuels.

Sur Android, l’application appareil photo dépend du modèle et de la marque du smartphone, puisque Google Camera n’existe plus. Il existe également d’autres applications d’appareils photo complets et différents de ce que peut proposer votre smartphone, comme Camera Zoom FXOpen Camera (open source) ou encore Camera MX.

À l’opposé des deux applications présentées ci-dessus, mentionnons également l’application Huji Cam, qui vise à imiter le rendu des appareils photo jetables.

Aberrations chromatiques, flare, vignettage… l’application va même jusqu’à appliquer un filigrane indiquant que la photo a été prise en… 1998 ! Si vous voulez appliquer un rendu résolument vintage à vos photos, cette application devrait rapidement trouver une place sur smartphone. Elle est disponible gratuitement sur l’App Store et Google Play.

Les applications de retouche d’image indispensables

Il existe de nombreuses alternatives pour retoucher vos images directement sur vos appareils mobiles. Pour ceux à la recherche de leur bonheur, voici une sélection des incontournables que nous trouvons très efficaces. La puissance de calcul des smartphones actuels leur permet ainsi de se transformer en véritable station de travail mobile, que vous pourrez notamment exploiter en transférant directement vos photos sur votre appareil mobile grâce à l’application du constructeur et à la connexion Wifi, Bluetooth ou NFC dont sont dotés un grand nombre de modèles récents d’appareils photo.

Snapseed

Snapseed (iOS et Android), qui a rejoint le giron de Google en 2012, est une application de retouche d’image reconnue et très complète. Elle permet d’appliquer des préréglages pour embellir rapidement ses photos, mais intègre également des outils de retouche très pointus. On notera notamment l’intégration d’un outil pinceau, dont le fonctionnement est relativement similaire à Photoshop. Il permet ainsi d’effectuer des retouches locales en affinant l’exposition, mais aussi un effet Dodge and burn assez intéressant. Par ailleurs, Snapseed offre la possibilité de sauvegarder les différentes étapes de retouche pour pouvoir les appliquer aux autres photos. Enfin, l’application est capable de traiter les fichiers RAW, de plus en plus présents dans la photographie mobile. Très complète et facile à prendre en main, cette appli est tout simplement indispensable.

Pixlr

Similaire à Snapseed, Pixlr Express est également disponible sur iOS et Android. Elle permet de retoucher rapidement et simplement ses images, mais aussi de leur appliquer un grand nombre de filtres qui raviront les amateurs du genre. L’application permet aussi de réaliser des collages de photos, de leur appliquer des cadres ou d’y écrire du texte. Facile à prendre en main, cette appli sera notamment très utile en voyage.

VSCO

VSCO Cam

Anciennement connue sous le nom de VSCO Cam, VSCO est particulièrement populaire auprès des influenceurs sur Instagram, qui ont beaucoup recours aux filtres proposés par l’appli. Mais on retrouve également un grand nombre d’options de retouches avancées, qui feront la joie des photographes voulant retoucher efficacement leurs photos depuis leur iPhone ou leur terminal sous Android.

Lightroom

Lightroom, l’application incontournable de la photographie « desktop » est également présente dans l’écosystème mobile sur iOS et Android. Lightroom s’est en effet « scindé » en deux versions distinctes : d’une part, la version « traditionnelle » de Lightroom, rebaptisée Adobe Lightroom « Classic » CC ; d’autre part, Adobe Lightroom CC, une version simplifiée et orientée Cloud pour pouvoir retoucher ses photos sur ordinateur, tablette et smartphone.

La version mobile de Lightroom est centrée autour de trois axes : la prise de vue, le classement et la retouche de ses photos, mais permet également de faire la passerelle entre les photos de son téléphone et celles présentes sur son ordinateur. La partie capture est extrêmement complète et permet de régler finement les paramètres de prise de vue. La possibilité de capturer les images au format RAW est également disponible.

La retouche est également très puissante, et permet de post-traiter très finement ses photos (exposition, couleurs, contrastes). La version payante de Lightroom CC permet également de faire disparaître des éléments d’une photo, ou encore de corriger les perspectives. Mais cette version payante prend tout son sens grâce à la synchronisation des images entre son téléphone (ou sa tablette) et son ordinateur. Il est ainsi possible de commencer à retoucher ses photos sur ordinateur, puis de continuer sur son smartphone. À l’inverse, vous pouvez prendre une photo avec votre smartphone et la retoucher sur votre ordinateur. Pour bénéficier de cette synchronisation de vos images, l’abonnement à Creative Cloud est disponible à partir de 143,14 € par an. Des formules intégrant à la fois Lightroom CC et Lightroom Classic et Photoshop sont également disponibles.

Photoshop sur iPad

Dévoilé en grande pompe lors de sa conférence annuelle Adobe Max 2018, Photoshop a fait son arrivée en 2019 sur l’iPad et inclut déjà certaines fonction-clés de retouche d’image. D’après Adobe, les différentes fonctionnalités de Photoshop seront implémentées dans les prochaines versions de l’application.

Les utilisateurs auront ainsi la possibilité d’éditer leurs images depuis leur ordinateur de bureau (architecture x86) comme sur leur iPad (puce ARM). L’application ne reprend pas encore l’intégralité des fonctions de la version desktop de Photoshop, mais s’adapte aux usages tactiles grâce une interface plus adaptée, prenant notamment en compte les interactions au doigt ou au stylet (Apple Pencil).

Les applications vidéo indispensables

Nous n’allons pas être aussi complet sur la partie vidéo, mais cette fonction est tout de même de plus en plus utilisée, notamment grâce à l’augmentation de la qualité des capteurs : 1080p généralisé et passage en cours au 4K, fps qui s’envolent (120 voir 240 images par secondes pour de beaux ralentis)… les smartphones sont de vrais petites caméras !

Parmi les applications les plus notables, nous citerons en premier lieu Filmic Pro, l’une des applications les plus polyvalentes pour la capture de vidéos sur l’iPhone. Proposée à 16,99 € sur l’App Store, elle dispose d’un très grand nombre d’options de prise de vue et permettra de libérer toute votre créativité. Point notable : Filmic Pro permettra (dans sa prochaine version) d’utiliser simultanément les 3 capteurs dorsaux et le capteur frontal des derniers iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max, offrant ainsi une polyvalence totalement inédite.

Pour le montage de vos vidéos, difficile de ne pas citer Luma Fusion, une des applications (sinon l’application) de montage vidéo multi-piste la plus complète. Elle permet en effet de bénéficier d’une table de montage et d’outils vidéo extrêmement puissants (ajout de transitions entre les plans, gestion des pistes sonores, des sous-titres…), le tout sur votre appareil sous iOS. À noter que l’interface de l’appli est d’ailleurs beaucoup plus confortable à utiliser sur iPad que sur iPhone.

Moins orientée pro, nous citerons aussi l’application Hyperlapse (iOS uniquement pour le moment), l’app créée par Instagram qui permet de réaliser des vidéos timelapse de haute qualité même en mouvement. L’application dispose d’une stabilisation logicielle ultra puissante qui permet de stabiliser vos scènes vidéo, et donc de pouvoir bouger en même temps que vous capturez votre timelapse, avec un rendu final très fluide.

Quik (iOS et Android) est la quatrième application de postproduction que nous vous conseillons. Développée par GoPro, cette appli très agréable à utiliser permet de créer des vidéos très rapidement à partir de vos photos. Vous pouvez ensuite régler les effets de transition entre les images, ajouter de la musique, des filtres… Avant de les partager vers vos réseaux sociaux préférés.

Mais aussi…

Grâce à la richesse des écosystèmes mobiles, il est devenu extrêmement facile de dénicher des applications pouvant nous aider dans notre pratique de la photographie. À ce titre, citons l’appli Sun Surveyor (disponible pour iOS et Android), qui permet de déterminer la course du soleil en fonction de sa position géographique. L’app se montre aussi très utile pour déterminer les heures de lever et de coucher du soleil. Une version gratuite est disponible, tandis que la version payante offre des fonctions supplémentaires, permettant de déterminer la position du soleil par rapport à votre environnement (en réalité augmentée), ou encore de surveiller la course de la lune.

 

Des accessoires pour compléter votre smartphone

Nos smartphones sont de plus en plus performants en photo, et de plus en plus d’accessoires nous permettent de combler un manque ou enrichir les fonctions de nos smartphones, pour parfois les transformer en outil redoutable pour la capture d’image et de vidéo.

Des coques spécialisées pour votre smartphone

Le premier accessoire qui vient en tête est la coque, pour protéger nos smartphones qui, rappelons-le, sont tout de même bien fragiles et peuvent facilement se retrouver au sol, la vitre fissurée. Difficile de vous conseiller sur une coque ou une protection en silicone pour votre smartphone, mais pensez bien à essayer la protection si possible avant de l’acheter, pour vous donner un aperçu de la protection, et surtout la sensation en poche et en main. Rien de pire que d’acheter une protection pour vous retrouver avec un smartphone protégé, mais qui ne rentre plus dans votre poche.

En plus de protéger votre smartphone, cette coque peut également proposer de nouvelles possibilités : un support en déplacement, une protection contre les chocs et les intempéries pour un usage sportif, voire une housse étanche pour les plongeurs.

Des batteries externes pour augmenter l’autonomie

Ensuite vous pouvez vous tourner vers les batteries externes si vous êtes du genre à tout faire sur votre téléphone ou si vous aimez partir en week-end sans fil. En fonction des usages, faites attention à la taille et à la capacité : rien ne sert d’avoir une batterie surpuissante pour tablette si vous voulez juste être sur de tenir toute la journée en prenant beaucoup d’images.

Par exemple, la batterie externe Anker PowerCore+ Mini 3350mAh (disponible pour 15 euros) fait la taille d’un rouge à lèvres et permet de recharger complètement son smartphone. Si vous cherchez un autre modèle, attention à bien choisir une batterie aux normes CE.

Anker

Batterie externe Anker Astro Mini 3200mAh

Des optiques supplémentaires pour plus de polyvalence

Dans un autre registre, les smartphones ont fait des progrès immenses côté capteur, mais ils restent par définition assez limités sur la partie optique, en particulier sur la focale. Certaines marques comme Moment, Olloclip ou encore Pixter proposent des kit “tout-en-un” avec plusieurs adaptateurs pour enrichir votre smartphone : macro très puissante, grand angle, fisheye, zoom…

Il existe plusieurs concurrents de qualité variable, mais dans tous les cas il faut connaître les avantages et inconvénients de ces objectifs : c’est pratique pour obtenir un angle différent et c’est assez fun à utiliser, en revanche, selon le prix, la qualité optique varie, et dans tous les cas vous perdrez un peu en qualité, au profit d’un angle différent et original. Enfin, cela nécessite de les avoir sur soi, dans une poche ou un sac, ce qui n’est pas toujours naturel.

Une fixation trépied pour profiter des réglages manuels

Maintenant que certains smartphones permettent de débrayer le tout automatique et proposent des réglages manuels (vitesse d’obturation, ISO, etc.), il devient raisonnable de s’équiper d’un accessoire apprécié des photographes : le trépied.

Test du Glif 2017, le support et adaptateur trépied pour smartphone

Pour fixer votre smartphone sur un trépied, Studio Neat a inventé le Glif, une fixation très bien conçue qui permet de monter votre smartphone sur n’importe quel trépied (pas de vis standard) et d’y ajouter un et sert également dans la vie de tous les jours pour faire tenir votre smartphone sur une table, pour de la lecture par exemple. Manfrotto propose en complément un trépied de table, le Manfrotto Pixi Evo, qui pourra vous plaire, également pour un usage avec un appareil photo compact ou hybride.

Test du mini trépied Manfrotto Pixi Evo

De son côté, Joby propose le Joby GripTight (20 euros) qui combine un trépied flexible type Gorillapod et une pince pour maintenir le smartphone.


Conclusion

De par leur qualité d’image en forte hausse, leur vaste gamme d’accessoires en tous genres et la myriade d’applications composant leur écosystème, les smartphones s’imposent indubitablement comme nos fidèles compagnons du quotidien.

Si la quasi-totalité des smartphones sont aujourd’hui capable de générer de bonnes photos en plein jour, les conditions de basse luminosité et la qualité du rendu final tendent toujours à marquer la différence entre les excellents photophones… et les autres.

Par ailleurs, on assiste à la nette montée en puissance de ce que Google nomme « photographie computationnelle« . Les traitements algorithmiques des images générées se font de plus en plus importants et permettent dans certains cas d’atteindre un niveau totalement inédit, comme dans le cas du mode « Night Sight » des Google Pixel 4 et 4 XL.

Ainsi, la qualité de l’appareil photo promise par les constructeurs est devenue le principal atout différenciateur entre les smartphones « haut de gamme » et les appareils au prix plus contenu. Cela étant, la photo sur mobile n’a jamais été aussi accessible et l’offre aussi foisonnante.

Dans la précédente version de ce guide, nous posions la question de la pertinence de l’achat d’un compact « standard » face aux smartphones de plus en plus polyvalents ; aujourd’hui, nos appareils mobiles s’imposent tout naturellement dans l’expérience photographique, tant au niveau de la capture que de la retouche photo. Qui aurait cru cela lors de l’arrivée des premiers smartphones (et de la création de Phototrend !), il y a un peu plus de 10 ans ?

Les autres guides d’achat photo