C’est en 2012 que Canon a dévoilé son premier appareil photo hybride doté d’un capteur APS-C, l’EOS M. Puis est venu l’EOS M3 et, l’an dernier à la Photokina, Canon a dévoilé son hybride expert, l’EOS M5. Il dispose d’un capteur APS-C de 24,2 Mpx avec AF Dual Pixel, le même qui équipe le Canon EOS 80D. Son ergonomie le rapproche d’un reflex APS-C Canon avec un viseur (électronique), un flash intégré et un écran tactile inclinable.

Nous avons testé l’EOS M5 durant plusieurs mois et voici notre avis sur l’hybride le plus complet actuellement chez Canon.

Bon plan Phototrend : -10% de réduction jusqu’au 19 novembre 2017 sur tous les produits de la boutique Canon.fr (hors 5D Mark IV, 6D Mark II, 200D, EOS M100 et consommables), -30% sur tous les accessoires et -5% sur les imprimantes avec le code PHOTOTRENDFR. Offre non cumulable

Prise en main et ergonomie du Canon EOS M5

À la première prise en main, nous avons été agréablement surpris par la façon dont Canon a construit l’EOS M5. Habitué aux boîtiers reflex de la marque, à l’exception des petits EOS 100D et EOS 200D, cet hybride nous fait penser à un rêve de Canoniste : un reflex miniaturisé et allégé, en polycarbonate, avec des performances dignes d’un APS-C expert.

Le Canon EOS M5 face à un iPhone 8 Plus

Les finitions du boîtier sont bonnes, mais si vous souhaitez danser sous la pluie, sachez qu’il n’est pas protégé contre les intempéries.

Il dispose d’une poignée texturée bien creusée qui permet une prise en main confortable, à la fois à l’avant pour les doigts qu’à l’arrière grâce à un emplacement pour reposer son pouce. Contrairement à d’autres hybrides, le pouce ne se retrouve pas à survoler un bouton.

L’ergonomie a également été pensée pour satisfaire les utilisateurs de boîtiers experts : molette PASM à gauche, verrouillage grâce à un bouton, sous laquelle on trouve le commutateur ON/OFF. Sur le dessus du boîtier à droite, on retrouve trois molettes ainsi qu’un bouton M-Fn personnalisable. Deux molettes avant/arrière permettent d’accéder rapidement aux réglages tels que l’ouverture et la vitesse. Une troisième molette d’exposition permet de choisir l’exposition de l’image de -3 à +3 IL. Au milieu de la molette arrière, une touche DUAL FUNC. permet d’accéder rapidement à des réglages, par défaut la balance des blancs et la sensibilité ISO du boitier. Si vous cherchez la discrétion, sachez que les molettes de réglages rapides sont assez bruyantes.

L’appareil dispose des traditionnels modes manuels, de deux modes C1 et C2 personnalisables, d’un mode HDR, de plusieurs modes automatiques (auto+, résumé vidéo, création assistée et de plusieurs modes scènes).

Les menus de l’EOS M5 sont simples et bien présentés, avec notamment une section “My Menu” qui permet de créer ses propres menus pour accéder rapidement à des options que vous utilisez souvent. Il est possible de personnaliser toutes les touches de l’appareil grâce à une zone du menu un peu plus compliquée.

Bon point : le flash interne ne se déclenche pas automatiquement ! Lorsqu’une photo nécessite le flash, un message « Érigez le flash » apparait à l’écran et il faut appuyer sur le bouton correspondant pour faire sortir le flash. C’est un comportement que de nombreux boîtiers devraient suivre pour éviter que le fameux flash pop-up ne vienne gâcher les photos (je pense à tous ceux qui utilisent le mode automatique des reflex et qui sont confrontés à ce problème).

À l’arrière, l’appareil dispose d’une roue crantée (pour seconder la molette arrière) et donne l’accès au verrouillage de l’exposition, le déplacement du curseur AF ainsi qu’aux différents menus et réglages de l’appareil. Un bouton permet de basculer rapidement entre la mise au point auto et manuelle. Tellement facilement que durant notre test nous avons cru à un problème physique lorsque nous n’arrivions plus à remettre l’autofocus en marche… Le placer sur la roue crantée est peut-être un peu trop osé de la part de Canon.

L’écran LCD arrière de 8 cm (3,2 pouces et 1,62 million de points) est tactile et inclinable de 85 degrés vers le haut et 180 degrés vers le bas. Il permet ainsi de réaliser des photos en plongée et contre-plongée, mais aussi des selfies, l’écran passant à 180° sous l’appareil. L’écran est tactile dans l’interface comme dans les menus, un bon point. Lors de la visée, il est possible d’utiliser l’écran pour déplacer le point AF lors de la visée, mais attention à cette fonction, car le nez peut s’en mêler. Un bouton, placé à l’avant près de l’objectif, permet d’activer ou désactiver cette fonctionnalité.

Le viseur électronique du EOS M5 utilise la technologie OLED avec 2,36 millions de points. Comme tous les EVF, il a une couverture de 100%. Il est possible de corriger la dioptrie. Le viseur dispose de plusieurs modes pour afficher plus ou moins d’informations. Il est dans la moyenne des viseurs que l’on peut rencontrer sur les hybrides du marché.

Encombrement

Le boîtier nu mesure 115,6 × 89,2 × 60,6 mm et pèse 427g avec batterie et carte mémoire. Son encombrement est très faible, et les objectifs Canon EF-M sont relativement compacts. Vendu en kit de base avec un objectif 15-45mm, nous l’avons testé dans un autre kit, avec le Canon EF-M 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM. Cet objectif « à tout faire » est très polyvalent, pèse 300g et mesure 86,5 mm replié.

Dans l’ensemble, l’EOS M5 est un système hybride compact agréable à utiliser : jeté dans un sac à dos classique dans un wrap ou une petite pochette, il se fait plus facilement oublié qu’un reflex APS-C, surtout avec un objectif pancake comme le pancake Canon M

Fonctionnalités du Canon EOS M5

Troisième boîtier de la gamme d’hybrides EOS M, le M5 est désormais le modèle le plus expert des hybrides Canon et mise sur la qualité d’image et la réactivité grâce à un capteur emprunté au reflex Canon EOS 80D.

Voici les caractéristiques techniques du Canon EOS M5 :

  • capteur CMOS APS-C de 24,2 Mpx
  • processeur Digic 7
  • autofocus CMOS Dual Pixel AF
  • 49 points AF
  • vidéo full HD 60 fps avec stabilisation numérique sur 5 axes
  • rafale 7 i/s avec suivi AF, 9 i/s en AF unique
  • Plage ISO de 100 à 25600
  • écran inclinable et tactile
  • Wifi / NFC
  • 115,6 × 89,2 × 60,6 mm pour 427 g (avec batterie et carte SD)

Ce qu’il manque au Canon EOS M5, c’est un mode silencieux. Dépourvu de miroir, l’appareil se fait pourtant entendre au déclenchement en raison de son obturateur mécanique peu discret. Dommage que ce mirrorless expert n’offre pas la possibilité d’un déclenchement 100% silencieux à l’aide d’un obturateur électronique.

Système de mise au point Dual Pixel AF

La technologie Dual Pixel AF, lancée avec le Canon EOS 70D, est présente sur cet hybride expert. Chaque pixel du capteur peut être utilisé à la fois pour faire la mise au point et créer l’image finale. À l’intérieur de chaque pixel, deux photodiodes permettent d’utiliser l’autofocus à corrélation de phase – chacun recevant le même signal avec une légère différence liée au décalage physique – ce qui entraine un autofocus précis et également très large, puisque 80% de la surface du capteur peut être utilisée pour faire la mise au point sur un sujet.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 18 mm - ¹⁄₂₀₀₀ s à ƒ / 3,5 - ISO 100

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 18 mm – ¹⁄₂₀₀₀ s à ƒ / 3,5 – ISO 100

Ce Dual Pixel AF permet la détection des sujets et leur suivi efficace, notamment en vidéo. Le seul inconvénient, c’est une légère perte de piqué et de gestion des hautes sensibilités ISO, car les photosites du capteur ne sont pas spécialisés dans la captation de la lumière et servent aussi à l’AF.

Stabilisation optique et numérique de l’EOS M5

Le capteur de l’hybride EOS M5 n’est pas stabilisé. Il utilise donc la stabilisation optique des objectifs compatibles, y compris les objectifs EF et EF-S avec la bague d’adaptation. En photo, cette stabilisation est efficace. Sur l’objectif testé (Canon EF-M 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM), elle permet de gagner 4 stops.

En vidéo, l’EOS M5 peut utiliser, si activée, une stabilisation numérique sur 5 axes afin de rendre les plans plus fluides. Avec certains objectifs compatibles Dynamic IS, la stabilisation est améliorée. Nous revenons sur cette stabilisation dans la partie vidéo.

Connectivité de l’EOS M5

Les hybrides ont été imaginés à l’ère de la connectivité et ce M5 intégré le Wifi/NFC et le Bluetooth à faible consommation. Il est ainsi possible de connecter facilement un smartphone ou une tablette à l’aide de l’application Canon Camera Connect et de partager les photos présentes sur l’appareil ou de le contrôler.

Le premier pairage, censé être amélioré grâce au Bluetooth, reste assez compliqué. Il est difficile de rester connecté constamment au smartphone, surtout si vous êtes dans une zone où vous êtes déjà connecté à un réseau Wifi. Le Bluetooth, censé permettre de se reconnecter très facilement avec l’appareil, n’a pas tenu pas ses promesses durant notre test. Il est également possible de geottaguer ses images à l’aide du GPS du smartphone.

Objectif testé avec l’EOS M5

Nous avons testé l’EOS M5 en kit avec le zoom polyvalent EF-M 18-150 mm f/3,5-6,3 IS STM. Cet objectif équivaut à un zoom optique 8,3x et dispose d’une stabilisation permettant de gagner 4 stops selon Canon. Son moteur STM permet une mise au point fluide et silencieuse.

Pour seulement 300g, cette optique, certes pas des plus lumineuses, est un excellent objectif à tout faire et peut servir notamment en voyages, pour du paysage ou bien même du portrait. Il a l’avantage d’être très compact.

Un mot sur la gamme d’objectifs EF-M pour les Canon EOS M. Le constructeur propose aujourd’hui 7 objectifs pour cette monture, dont voici la liste complète :

Toutes ces optiques ont un point commun : elles sont compactes et légères. Mais au-delà d’un nombre limité d’optiques propre à la jeunesse de la gamme hybride et à la timidité de Canon, on voit très vite que cette gamme a plusieurs manquements : aucun objectif portrait lumineux, très peu de focales lumineuses à ouverture constante comme un équivalent 24mm f/2.8, 24-70mm f/2.8 ou un 50mm f/1.8. Certes les EOS M ne semblent pour l’instant pas encore dédiés aux photographes professionnels, mais ce n’est pas une raison.

Et du côté des prochaines sorties sur cette monture, aucune roadmap officielle, comme le fait Fujifilm, ne permet d’y voir plus clair. Et c’est bien dommage, car en achetant un EOS M on investit dans une monture.

Sept optiques, c’est encore peu pour faire le choix d’une plateforme nouvelle, même si Canon n’en finit pas d’expliquer que ses EOS M sont compatibles avec tous le parc optique historique de Canon grâce à un simple adaptateur.

Adaptateur EF-EOS M pour utiliser tout le parc d’optiques pour reflex Canon

L’EOS M5 ainsi que tous les autres mirrorless EOS M, sont compatibles avec les objectifs EF et EF-S de Canon à l’aide de l’adaptateur EF-EOS M.

Cet adaptateur se place entre l’optique et le boîtier. Il ne contient aucune pièce optique et permet seulement d’augmenter le tirage optique afin de pouvoir utiliser les objectifs dédiés aux reflex Canon.

L’adaptateur EF-EOS M est en métal et permet de conserver l’autofocus, la stabilisation d’image et le contrôle de l’ouverture ainsi que tous les EXIFS. Il dispose d’une fixation pour trépied qui est utile pour mieux équilibrer le poids d’une optique EF-S EF.

Cet adaptateur intéressera principalement les canonistes possédant déjà un parc optique Canon. C’est également une bonne manière de pallier le faible parc optique en monture EOS M et d’utiliser notamment des objectifs spécialisés comme un macro, un objectif tilt-shift ou autre.

Performances et qualité d’image du Canon EOS M5

Passons maintenant aux performances du Canon EOS M5. Nous avons testé cet appareil sur le terrain pendant plusieurs mois, en pleine journée, mais également en conditions de basse lumière afin d’évaluer au mieux ses performances.

Réactivité et autofocus du Canon EOS M5

L’EOS M5 met environ 1 seconde entre l’allumage et la première photo. C’est un bon score pour un hybride et cela ne nous a jamais handicapé durant la prise de vue. L’allumage se faisant du côté de la molette PASM, il faudra forcément prendre l’appareil à deux mains s’il n’est pas déjà allumé.

En début de test, nous avons noté une latence importante (plusieurs secondes entre chaque photo). Un reformatage de la carte mémoire depuis l’appareil et cela a suffi à régler le problème. À noter que l’EOS M5 utilise des cartes mémoires UHS-I.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 150 mm - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 500

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 150 mm – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 500

Sur l’EOS M5, les performances de l’autofocus sont bonnes en conditions de bonne lumière. De nombreux réglages permettent de choisir quel collimateur ou zone choisir pour faire la mise au point. Lorsque la lumière vient à manquer, l’AF est moins performant et patine parfois, une tare pour de nombreux hybrides et l’EOS M5, aussi expert soit-il, n’y échappe pas. En faible lumière, le viseur électronique a également du mal à se rafraîchir et saccade un peu.

L’autofocus dispose de trois modes :

  • priorité visage + suivi : très utile pour photographier une personne, l’appareil fait la mise au point sur le visage puis le suit
  • mise au point par zone : l’appareil fait la mise au point sur une zone composée de 9 points AF. Ce mode est utile pour photographier un sujet dont les mouvements sont difficiles à prédire, comme un animal.
  • mise au point sur 1 collimateur : on choisit un collimateur et la mise au point se fait uniquement sur celui-ci. C’est le mode le moins intelligent, mais souvent le plus efficace et précis pour faire la mise au point sur un petit sujet.

Dans l’ensemble, la mise au point offerte par le Dual Pixel AF de ce boîtier est satisfaisante et nous fait oublier les débuts du mirrorless. Le changement de zone de mise au point est rapide et sans hésitation. Seules les images prises en condition de faible lumière seront plus longues à réaliser, mais l’accès rapide à la mise au point manuelle (bouton de gauche sur la roue crantée à l’arrière du boîtier – les objectifs EOS M ne disposant pas d’interrupteur physique) couplé au focus peaking permettent de passer sans problème en mise au point manuelle si vous préférez.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 18 mm - ¹⁄₆₀ s à ƒ / 5,6 - ISO 800

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 18 mm – ¹⁄₆₀ s à ƒ / 5,6 – ISO 800

Par contre, Canon ne vit pas en vase clos, et l’AF généralement bon de cet hybride reste en deçà de ce que les boîtiers experts concurrents comme le Sony A6300, le Fuji X-T20 ou le LUMIX G80 savent faire.

Sur la rafale, l’EOS M5 va à 9 i/s en One shot (mise au point faite sur la première image) et prends 7 images par seconde en AF Servo (mise au point continue sur chaque image) en JPEG et RAW. C’est un bon score et largement suffisant pour de nombreux usages. Si vous voulez garder la rafale sous le coude sans déclencher à tout va, utiliser le mode rafale simple (et non rafale H) dans les réglages.

Autonomie du Canon EOS M5

Le Canon EOS M5 utilise une batterie Li-ion LP-E17. C’est la même que celles utilisées par les reflex 750D, 760D, mais aussi l’EOS M3. L’autonomie annoncée pour le boitier est d’environ 295 images avec l’écran LCD arrière ou le viseur allumé. C’est dans la moyenne de ce que l’on peut obtenir sur un boîtier hybride.

Un mode ECO, qui réduit le rafraichissement des deux écrans LCD et EVF, permet de monter jusqu’à 420 photos par recharge (norme CIPA). Ce mode est déconseillé si vous photographiez des sujets en déplacement rapide, mais pour le reste, il permet de gagner en autonomie en dégradant un peu la qualité de la visée.

À noter qu’un mode nuit est disponible sur l’appareil et passe les menus et toutes les indications à l’écran de blanc à orange foncé, pour éviter d’être ébloui dans un environnement sombre. À la différence du réglage de la luminosité globale de l’écran, les photos ne sont pas concernées.

Bonne et mauvaise nouvelle : le boîtier est vendu avec un chargeur de batterie externe, mais il est impossible de recharger l’appareil directement en USB.

Autre petite critique : la carte mémoire SD s’insère sous l’appareil, au même endroit que la batterie. D’un point de vue général, c’est un accès moins aisé que sur le côté de l’appareil, et si vous utilisez un trépied, il est possible que vous ayez à dévisser le plateau rapide pour pouvoir accéder à la batterie ainsi qu’à vos photos.

Qualité d’image et montée en ISO

Passons maintenant à la qualité d’image, avec une sélection de photos réalisées avec le Canon EOS M5 et l’objectif EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM. Nous avons utilisé le format RAW du boîtier et avons passé les images dans Lightroom en appliquant le profil « Camera Standard » de Canon pour obtenir le rendu final.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 100 mm - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 9,0 - ISO 100

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 100 mm – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 9,0 – ISO 100

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 100 mm - ¹⁄₅₀₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 100

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 100 mm – ¹⁄₅₀₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 100

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 92 mm - ¹⁄₁₆₀ s à ƒ / 8,0 - ISO 200

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 92 mm – ¹⁄₁₆₀ s à ƒ / 8,0 – ISO 200

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 30 mm - ¹⁄₆₀ s à ƒ / 8,0 - ISO 125

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 30 mm – ¹⁄₆₀ s à ƒ / 8,0 – ISO 125

La qualité d’image obtenue avec le Canon EOS M5 et l’objectif Canon EF-M 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM est vraiment bonne. Les fichiers RAW sont propres, avec du détail et sont dans l’ensemble assez neutres. La colorimétrie Canon est respectée, avec des images froides et rouges. Venant d’un univers Nikon, j’ai été un peu surpris par ce rendu, car je n’y suis pas habitué.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 35 mm - ¹⁄₅₀ s à ƒ / 5,6 - ISO 3200

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 35 mm – ¹⁄₅₀ s à ƒ / 5,6 – ISO 3200

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 64 mm - ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 9,0 - ISO 100

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 64 mm – ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 9,0 – ISO 100

La plage dynamique des fichiers RAW est un peu plus limitée que celle des boîtiers Nikon ou Sony, avec une difficulté à récupérer des détails dans les zones trop claires ou sombres. Attention, le viseur électronique et l’écran arrière sont très flatteurs pour les images.

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 150 mm - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 320

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 150 mm – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 320

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 86 mm - ¹⁄₁₂₅ s à ƒ / 6,3 - ISO 200

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 86 mm – ¹⁄₁₂₅ s à ƒ / 6,3 – ISO 200

En termes de sensibilité ISO, le Canon EOS M5 s’en sort très bien jusqu’à 1600 ISO. À 3200 ISO, un peu de bruit apparait et à 6400 ISO on commence vraiment à arriver aux limites. Bonne chose, Canon ne lisse pas à outrance ses fichiers JPEG, ce qui laisse apparaitre un bruit numérique présent, mais acceptable – on est loin du bruit numérique disgracieux des premiers reflex numériques. En photo, il est possible de monter à 25 600 ISO, mais dans ce test nous nous sommes limités à 12 800 ISO.

Voici quelques photos à différents ISO :

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 18 mm - ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 3,5 - ISO 800

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 18 mm – ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 3,5 – ISO 800

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 74 mm - ¹⁄₁₂₅ s à ƒ / 6,3 - ISO 2500

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 74 mm – ¹⁄₁₂₅ s à ƒ / 6,3 – ISO 2500

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 59 mm - ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 5,6 - ISO 3200

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 59 mm – ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 5,6 – ISO 3200

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 138 mm - ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 3200

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 138 mm – ¹⁄₁₀₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 3200

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 150 mm - ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 6400

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 150 mm – ¹⁄₂₅₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 6400

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 150 mm - ¹⁄₃₂₀ s à ƒ / 7,1 - ISO 12800

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 150 mm – ¹⁄₃₂₀ s à ƒ / 7,1 – ISO 12800

Canon EOS M5 - EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM - 150 mm - ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 6,3 - ISO 12800

Canon EOS M5 – EF-M18-150mm f/3.5-6.3 IS STM – 150 mm – ¹⁄₂₀₀ s à ƒ / 6,3 – ISO 12800

Mode Vidéo du Canon EOS M5

En vidéo, l’EOS M5 permet de filmer jusqu’en Full HD 1920 x 1080 en 60p avec encodage 4:2:0 8 bits. Pas de 4K ni de mode ralenti à 120 fps en HD et c’est dommage. Le mode vidéo est cependant bien pensé : il est possible de filmer avec des réglages manuels en mode M.

Comme expliqué plus haut, l’EOS M5 dispose d’une stabilisation numérique sur 5 axes pour la vidéo, au prix d’un crop dans l’image. La vidéo obtenue est toujours en Full HD, mais un peu plus zoomé. Cette stabilisation numérique ne remplace malheureusement pas une stabilisation du capteur et ne permet pas de filmer de manière fluide en déplacement. Pour cela, il faudra utiliser une gimbal.

On déplore l’absence d’indicateur de zones surexposées ou sous-exposées à l’aide de zebra. Attention, présence également de rolling shutter.

Il est possible de couper / éditer / monter / compresser la vidéo directement depuis l’appareil photo, un atout si vous souhaitez partager rapidement une petite séquence à l’aide du WiFi.

Petite fonction sympa : le mode “Résumés vidéo” (accessible via la molette PASM) permet de réaliser un court filme avant le déclenchement d’une photo. Cela peut être utile pour réaliser de petits vidéos des coulisses de vos photos.

L’écran inclinable à 180° vers le bas permet d’utiliser l’EOS M5 pour du vlogging, mais ou aurait préféré un écran orientable à l’aide d’une rotule, plus pratique. Et avec un trépied ou un grip, l’écran se retrouve caché.

En vidéo, le Dual Pixel AF s’illustre ! Le suivi de la mise au point sur un sujet, ou d’un sujet à un autre est très efficace, silencieux, doux et progressif. Il est possible de choisir la zone de mise au point durant la vidéo en appuyant simplement sur l’écran tactile, c’est enfantin. L’AF est également capable de détecter un visage et de le verrouiller.

L’appareil dispose d’une entrée micro mais pas de sortie casque. La sortie HDMI est en mini HDMI.

Dans l’ensemble, si cet appareil ne filme pas en 4K, il est vraiment bien loti pour réaliser de petits films en Full HD, à condition de ne pas trop bouger ou d’utiliser un objectif compatible Dynamic IS.

En vidéo, la sensibilité ISO est limitée de 100 à 6400, contre jusqu’à 25600 en photo.

Différences avec les autres hybrides Canon

Si vous êtes perdus dans la gamme hybride de Canon, sachez qu’il existe aujourd’hui 5 références : l’EOS M100, l’EOS M10, l’EOS M3, l’EOS M6 et l’EOS M5.

L’EOS M5 est le modèle haut de gamme du mirorrless de Canon (dont nous ne comprenons pas trop la nomenclature) et dispose de la meilleure ergonomie avec un viseur électronique, un grip agréable à prendre en main et une finition très soignée. Les modèles plus récents, comme l’EOS M6, reprennent les mêmes composants que le M5, mais dans un écrin moins avancé, plus grand public.

Face à la concurrence

Canon s’est lancé tard dans le mirrorless, et il y a un retard à rattraper. Aujourd’hui, l’EOS M5 se bat contre trois excellents hybrides.

Le Sony A6500 possède un capteur APS-C de 24 Mpx stabilisé sur 5 axes, filme en 4K 30p et dispose lui aussi d’un autofocus ultra rapide. Il possède un parc optique bien plus étendu que les EOS M et s’appuie également sur les optiques FE plein format, compatibles avec la monture E. Il est vendu nu à 1459€. Le Sony A6300 est un concurrent plus abordable.

Chez Fujifilm, le Fuji X-T20 est un mini X-T2, le modèle professionnel des hybrides Fuji X. Il dispose d’un capteur APS-C X-Trans III de 24,3 Mpx couplé au processeur d’image X Pro et filme en 4K 30p. Son ergonomie est proche de celle du Canon. Il dispose d’un obturateur électronique, tout comme le Sony A6500 d’ailleurs, ce qui permet de photographier discrètement. Il est vendu nu à 869€.

Chez Panasonic, le Lumix G80 est un hybride à capteur micro4/3. Plus imposant que la majorité des hybrides concurrents, il est tropicalisé et offre une autonomie bien supérieure. Son capteur de 16 Mpx est stabilisé sur 5 axes et peut être couplé à la stabilisation optique pour une double stabilisation plus efficace. Les performances autofocus sont très bonnes et le G80 filme en 4K 24/25p. Il est vendu nu à 849€.

Comme on peut le voir, Canon et son EOS M5 font pale figure face à la concurrence féroce des Sony, Fuji et Panasonic, constructeurs bien rodés au format mirrorless qui ont gagné en maturité.

Canon EOS M5 : peux mieux faire

L’EOS M5 nous laisse un sentiment mitigé, entre une sensation de renouveau et un je ne sais quoi qui lui manque. Doté du capteur APS-C du Canon 80D, il offre une très bonne qualité d’image en RAW et JPEG, même jusqu’à 3200 ISO. Si vous aimez le rendu de couleur de Canon, vous ne serrez pas déçu par ce reflex dans le corps d’un hybride.

Par contre, Canon arrivant tardivement sur ce marché, il manque ce petit quelque chose qui ferait de l’EOS M5 l’un des mirrorless du moment. Est-ce l’absence de la vidéo 4K ? Ou bien un capteur non stabilisé ? Ou encore peut-être encore un AF qui peine encore un peu en conditions de faible lumière ? Un peu de tout cela, et on sent ici que Canon n’a pas encore pris la pleine mesure du marché des hybrides. Normal pour un constructeur historique de reflex numériques qui ne souhaite pas cannibaliser ses autres produits ? Sur sa boutique, l’hybride est présenté en 5e position sur… 5, devant les compacts. Un peu d’amour ne lui ferait pas du mal cher Canon. La gamme optique pour EOS M est également encore un peu limitée.

En attendant, l’EOS M5 est le meilleur hybride de Canon, avec une construction soignée et une ergonomie exemplaire. Si vous utilisez déjà un reflex Canon, la bague d’adaptation pour vos optiques EF/EF-S vous permettra de retrouver vos petits.

Le Canon EOS M5 est vendu nu à 989,99€, en kit avec l’EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 1109,99€ et en kit avec l’EF-M 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM à 1359,99€.

 

Bon plan Phototrend : -10% de réduction jusqu’au 19 novembre 2017 sur tous les produits de la boutique Canon.fr (hors 5D Mark IV, 6D Mark II, 200D, EOS M100 et consommables), -30% sur tous les accessoires et -5% sur les imprimantes avec le code PHOTOTRENDFR. Offre non cumulable
Test de l'EOS M5, le meilleur hybride de Canon
Qualité d'image jusqu'à 3200 ISOBonne construction et compactAF Dual Pixel performantCompatible avec les optiques EF/EF-S par adaptateurViseur électronique
Capteur non stabiliséParc optique EF-M encore limitéPas de mode silencieuxPas de vidéo 4K
7Note finale
Fabrication / finitions7
Qualité d’image7
Ergonomie7
Réactivité7