Test iPhone 13 Pro : deux mois avec le smartphone le plus séduisant d’Apple

La suite après cette publicité

8.6
sur 10
Où acheter

En septembre dernier, Apple a dévoilé sa cuvée d’iPhone made in 2021 : iPhone 13 Mini, iPhone 13, iPhone 13 Pro Max… et iPhone 13 Pro, « l’iPhone du milieu », comme on pourrait dire. Ce dernier est une subtile évolution de ses prédécesseurs, mais récupère le très bon module photo de l’iPhone 12 Pro Max. Ce faisant, il montre tout le savoir-faire photo et vidéo de la firme de Cupertino. Mais sur le terrain, qu’en est-il ? L’iPhone tient-il toujours la dragée haute avec les autres terminaux du marché ?

Nous avons testé cet iPhone depuis sa sortie en septembre dernier. De Paris à Annecy, de Genève à Budapest : voici notre test de l’iPhone 13 Pro.

iPhone 13 Pro : une évolution tout en douceur

Dans le petit monde de la high tech, très rares sont les marques à être capables de susciter un tel engouement autour de leurs produits, année après année. Héritiers de l’iPhone X, lancé il y a déjà 4 ans, les modèles de cette génération 2021 sont une évolution (très) subtile de la gamme d’Apple.

Au sein de son portfolio, l’iPhone 13 Pro est le modèle haut de gamme le plus équilibré. Moins gros et moins lourd que sa déclinaison « Max », il hérite cependant d’une fiche technique identique. Nouvelle puce A15 Bionic, stabilisation du capteur photo principal, compatibilité 5G… le tout dans un boîtier aux dimensions assez contenues, autour d’un écran borderless de 6,1 pouces.

Voici les caractéristiques complètes de l’iPhone 13 Pro :

  • Écran : OLED, 6,1 pouces
  • Définition : 1170 x 2532 pixels
  • Appareil photo dorsal :
    • 12 Mpx, optique grand-angle (équivalent 26 mm), f/1,5, Dual Pixel AF, stabilisation du capteur (IBIS)
    • 12 Mpx, zoom x3 (équivalent 77 mm), f/2,8, AF à détection de phase, stabilisation optique (OIS)
    • 12 Mpx, ultra grand-angle (équivalent 13 mm), f/2,4, AF à détection de phase
    • Capteur LiDAR
  • Appareil photo frontal : 12 Mpx, 23 mm, f/2,2
  • Vidéo : 4K à 60 i/s, Full HD à 120 ou 240 i/s
  • OS : iOS 15
  • Processeur : A15 Bionic
  • Stockage : 128, 256 ou 512 Go
  • Résistance à l’eau : IP 68
  • Dimensions : 146,7 x 71,5 x 7,7 mm
  • Poids : 204 g

Design et finitions : l’iPhone 13 Pro, toujours excellent

À moins d’avoir l’œil extrêmement affuté, difficile de distinguer l’iPhone 13 Pro de son prédécesseur en un coup d’œil. On retrouve le design « classique » des iPhone depuis 2017, marqué par une encoche en haut de l’écran. A noter que cette dernière est un peu plus étroite que les années passées. Du reste, on retrouve les bords droits sur les côtés de l’appareil (comme l’an passé). Concrètement, la grosse évolution côté design n’est pas pour cette année.

Mais est-ce un mal ? Comme à l’accoutumée, les finitions sont exemplaires. L’écran OLED, qui occupe 86 % de la face avant, est toujours d’excellente qualité.

Au dos de l’appareil, on retrouve un triple module dorsal. Comparé à l’iPhone 12 Pro, le bloc optique est beaucoup plus gros et épais – ce qui peut surprendre au premier abord. Cependant, l’ensemble de l’appareil est d’une grande sobriété. Les puristes ne se sentiront en rien désorientés.

Et, comme l’an passé, on retrouve la fixation MagSafe, qui sert à la fois à la recharge sans fil… et à la fixation de différents accessoires. Pêle-mêle, mentionnons ceux de Moment, ou encore ceux de Joby.

Comparaison iPhone 11 Pro vs iPhone 13 Pro : le bloc optique est bien plus prononcé

En clair, l’iPhone 13 Pro est synonyme d’une absence (presque) totale de surprise. Un sentiment à la fois très rassurant, puisque chaque élément semble à sa place. Mais à force, on se prend à souhaiter qu’Apple fasse un peu évoluer ses iPhone et se montre un peu plus ambitieux – surtout face à une concurrence très dynamique.

Côté matériel : un superbe écran et une partie photo innovante

Disons-le : l’écran Super Retina XDR de l’iPhone 13 Pro est toujours aussi bon. Offrant une résolution de 1170 x 2532 pixels et une luminosité maximale de 1000 nits, il offre une très bonne lisibilité, même en plein soleil.

Point notable, l’iPhone 13 Pro opte (enfin !) pour un rafraîchissement maximum à 120 Hz. À la clé, des animations et des transitions beaucoup, beaucoup plus fluides qu’avant. Cette fréquence est dite « adaptative » : le smartphone est capable d’ajuster le taux de rafraîchissement intelligemment, en fonction de l’utilisation. Apple nomme cela « ProMotion ». Un point que l’on retrouvait déjà sur le Samsung Galaxy S21 Ultra ou le OnePlus 9 Pro. En revanche, le mode « Always On Display » est toujours aux abonnés absents.

Test Samsung Galaxy S21 Ultra : le quatuor photo qui ne déçoit pas

Côté photo, l’iPhone 13 Pro marque une rupture par rapport à ses prédécesseurs, qui n’avaient que peu évolué. Ainsi, il hérite du module inauguré par l’iPhone 12 Pro Max l’an dernier – à quelques différences près.

On retrouve donc un trio de capteurs de 12 Mpx – chacun ayant ses caractéristiques propres. La principale nouveauté se situe du côté du capteur principal. Ce dernier est placé au centre de 4 aimants, qui servent au mécanisme de stabilisation (IBIS). Ce système, exclusif à l’iPhone 12 Pro Max, est d’ailleurs présent sur tous les iPhone 13.

La taille du capteur est d’ailleurs en hausse. Par rapport à celui des iPhone 11 Pro et 12 Pro, Apple indique un capteur « 47 % plus grand »… sans plus de précision. Pour mémoire, les iPhone 11 Pro et iPhone 12 étaient dotés d’un petit capteur de type 1/2,5 pouce (7,76 x 4,29 mm).

De fait, une hausse de 47 % de la superficie du capteur n’est pas anecdotique… même si l’on reste assez loin de ce que proposent certains modèles de la concurrence qui se rapprochent (ou atteignent) le seuil du type 1 pouce – taille de référence pour les compacts experts, notamment.

Test iPhone 12 Pro Max, le poids lourd de la photographie mobile

En outre, la firme de Cupertino indique que les photosites sont plus grands que par le passé : 1,7 µm. De quoi emmagasiner plus de lumière et être plus à l’aise en basse lumière – ce que nous ne manquerons pas de vérifier. Autre petite évolution (très subtile) : l’objectif principal ouvre maintenant à f/1,5 – contre f/1,6 sur la génération précédente.

L’autre nouveauté matérielle se situe au niveau du téléobjectif de l’iPhone 13 Pro (et de la variante « Max »). Apple va plus loin qu’un « simple » zoom x2,5 et embarque… un zoom x3, équivalent 77 mm, avec une ouverture à f/2,8 (contre f/2,2 l’an passé, hélas). Certes, on reste (très) loin des zoom x5 ou x10 proposés par la concurrence, mais l’on apprécie de pouvoir aller plus loin qu’avec les générations précédentes.

Enfin, l’ultra grand-angle est celui qui connaît l’évolution la moins sensible. Équivalent 13 mm, l’objectif est légèrement plus lumineux (f/2,2 contre f/2,4). En revanche, il est composé de « seulement » 6 éléments, contre 7 l’année dernière. Étrange. Dans tous les cas, Apple promet un gain de performances de 92 % en basse lumière.

Enfin, on notera une nouvelle position macro, qui permet de capturer des photos en très gros plan à seulement 2 cm du sujet.

Ainsi paré, l’iPhone 13 Pro doit être capable de livrer des images d’excellente qualité, en photo comme en vidéo, de jour comme de nuit. Est-ce le cas ? C’est ce que nous allons voir toute de suite.

Qualité d’image : l’iPhone 13 Pro, un subtil équilibre

Sur le terrain, l’iPhone 13 Pro est un très bon compagnon photographique. On apprécie beaucoup la polyvalence offerte par ses 3 objectifs. La focale 77 mm est un réel progrès. Elle est certes toujours plus limitée que les équivalents 105, 135 voire 200 mm offerts par la concurrence (parfois au prix d’une baisse de la qualité d’image il est vrai). In fine, le choix des 3 focales (13, 26, 77 mm) s’avère judicieux.

Du reste, la qualité d’image est au rendez-vous. La restitution des couleurs est séduisante, avec l’objectif comme avec les optiques « secondaires ». Le Smart HDR, qui passe en version 4, s’avère plus raisonnable que par le passé.

Pont de la Liberté, Budapest – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/1200s, 32 ISO
Lac d’Annecy, piste d’envol – iPhone 13 Pro, 26 mm, f/1,5, 1/5000s, 50 ISO
Paisible lever de soleil – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/50s, 125 ISO

Mais dans certains cas, le débouchage des ombres est parfois un peu trop prononcé à notre goût. Mais dans tous les cas, on reste à des années-lumière des couleurs archi-saturées de certains constructeurs. Notez aussi qu’il n’est plus possible de désactiver le Smart HDR sur l’iPhone 13.

Pont Craqueur, soleil couchant – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/60s, 500 ISO

La restitution des détails avec l’objectif principal est satisfaisante – même si elle ne peut égaler celle d’un compact expert, soit dit en passant. En revanche, le résultat est moins satisfaisant avec les objectifs « secondaires », qui souffrent du syndrome « petit capteur / petite optique ».

Pont-de-Flandre – iPhone 13 Pro, 13 mm, f/1,8, 1/125s, 32 ISO

Le constat est plus sévère avec l’ultra grand-angle. Oui, le rendu général est plaisant, notamment au niveau des couleurs et des contrastes. Mais la restitution des détails est franchement plus brouillonne. Dans les angles, le rendu est hélas assez peu flatteur – comme sur beaucoup de smartphones, cela dit. De même, la distorsion peut être assez prononcée.

Clé de voûte – iPhone 13 Pro, 13 mm, f/1,8, 1/35s, 1250 ISO

Le téléobjectif, quant à lui, livre des résultats corrects… mais demeure un cran en-dessous de l’objectif principal. Sur l’écran du terminal, les images sont agréables à l’œil. Mais lorsqu’on zoome un peu, on se rend vite compte du rendu un peu brouillon des images.

Château de Duingt, lac d’Annecy – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/640s, 32 ISO
Lausanne, panorama nuageux – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/1800s, 32 ISO

Pour aller plus loin que 77 mm, l’appareil impose l’usage du zoom numérique – qui peut offrir un zoom maximal x15. Sans surprise, ce dernier dégrade rapidement la qualité de l’image.

Ile de la Cité, soleil couchant – iPhone 13 Pro, 77 mm, zoom numérique, f/2,8, 1/200s, 32 ISO

Heureusement, l’iPhone 13 Pro Max se rattrape avec une réactivité sans faille. Quelles que soient les conditions lumineuses ou l’objectif utilisé, la MAP est ultra-rapide et l’appareil déclenche sans délai. On aimerait pouvoir en dire autant de certains appareils de la concurrence…

Parapente en rase-mottes –  iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/640s, 32 ISO

Mention spéciale également au mode macro. Déjà présent depuis plusieurs années sur les appareils concurrents, il permet de se rapprocher à 2 cm seulement du sujet. À la clé, des images très créatives, comme celle de ce champignon. Cependant, l’appareil effectue une « transition » entre l’objectif principal et l’ultra grand-angle (même si la focale reste la même). A l’écran, l’effet visuel peut être un poil déroutant.

Champi-macro – iPhone 13 Pro, mode macro, 13 mm, f/1,8, 1/85s, 250 ISO

De nuit, les qualités (et surtout les défauts) des différentes optiques sont exacerbées. Les résultats sont plaisants, mais on reste assez loin de ce que proposent les « vrais » compacts experts vendus parfois 2 fois moins cher.

Panorama parisien – iPhone 13 Pro, 26 mm, f/1,5, 1/640s, 50 ISO
Pont Craqueur (bis). On notera que les couleurs ont parfois tendance à « baver » autour des sources de lumière. iPhone 13 Pro, 26 mm, f/1,5, 1/9s, 1250 ISO

À noter que le mode Nuit s’active automatiquement dès que le niveau de lumière est insuffisant. Une petite croix s’affiche au centre de l’image et aide l’utilisateur à ne pas trop bouger pendant la capture de la photo.

De même, les photos capturées avec l’ultra grand-angle sont agréables à regarder sur l’écran du smartphone… Mais en zoomant, on se rend très vite compte de la baisse de détails – et encore plus dans les angles. À cause du petit capteur utilisé, le lissage est très présent et le résultat est un peu indigeste.

Panorama parisien (bis) – iPhone 13 Pro, 13 mm, f/1,8, 1/8s, 1600 ISO
Quelque part sous le périph’ – iPhone 13 Pro, 13 mm, f/1,8, 1/4s, 2000 ISO

Enfin, les images produites par le zoom x3 sont plaisantes… mais sans plus. En effet, l’objectif souffre d’une ouverture assez peu lumineuse (f/2,8), couplée à un capteur de petite taille. Heureusement, le mode Nuit est disponible pour la 1e fois avec tous les capteurs – y compris avec le télézoom. Néanmoins, les images manquent parfois de naturel, avec des détails brouillés.

Pont Royal et gare d’Orsay – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/50s, 500 ISO
Canal Saint-Martin – iPhone 13 Pro, 77 mm, f/2,8, 1/8s, 1000 ISO

Et, sans surprise, le zoom numérique génère des résultats particulièrement discutables. Heureusement, l’effet de blooming est absent.

Budapest, le Parlement illuminé – iPhone 13 Pro, 26 mm, zoom numérique, f/1,5, 1/25s, 800 ISO

Enfin, comme à l’accoutumée, l’iPhone 13 ne propose aucun mode Pro, même s’il est possible de shooter en Apple ProRAW depuis l’appareil photo. Si vous souhaitez reprendre la main sur les réglages manuels, il vous faudra impérativement passer par une application (payante) comme Manual ou Halide.

Pour personnaliser le rendu de ses images, Apple propose cependant une fonction « Styles photographiques ». On dispose ainsi de plusieurs styles de base (standard, couleurs vibrantes, contrastes élevés, couleurs chaudes), que l’on peut personnaliser à sa guise dans l’interface de l’appareil photo. L’idée étant ici de « façonner » le rendu de ses photos à l’envi. Seule contrainte : ces styles ne sont pas disponibles si l’on shoote en RAW. A noter qu’il n’est pas possible de choisir entre RAW + HEIC ou RAW + JPEG.

Certes intéressante, cette fonction ne révolutionne pas vraiment la manière dont on prend des photos à l’iPhone… mais est-ce le but ? Nous avons beaucoup apprécié le style « chaud », qui s’accorde très bien avec les tonalités automnales de la saison.

Lambo pimpée – iPhone 13 Pro, 26 mm, f/1,5, 1/1000s, 50 ISO

Vidéo 4K 60p et mode Cinématique

En vidéo, point de 6K ou de 8K : là encore, l’iPhone 13 Pro joue la carte de la sobriété. Le terminal peut capturer des séquences en 4K à 60 i/s avec tous les capteurs. Le crop dans l’image est toujours assez présent (environ 1,5x). Cependant, les images sont agréables à l’œil et la stabilisation efficace.

Malgré tout, le terminal reste assez sensible à l’effet de flickering en 60p. Il est cependant possible de filmer en 4K 25p (grâce au format PAL) pour faire disparaître cet effet disgracieux.

La capture de vidéos en basses lumières met en exergue les faiblesses des optiques « secondaires », dont le niveau de détails est en retrait par rapport au capteur principal. Heureusement, le niveau d’exposition est identique entre les 3 objectifs – ce qui n’était pas le cas sur l’iPhone 12 Pro Max.

iPhone 13 Pro - 4K 60 i/s

Mais la plus grosse nouveauté vient surtout du mode Cinématique, inauguré avec cette génération d’iPhone. À grands renforts d’intelligence artificielle ce dernier ajoute un effet de profondeur de champ autour du sujet. Il est disponible avec l’objectif principal, ainsi qu’avec le téléobjectif x3. Les fichiers générés sont en Full HD (1920 x 1080) et non en 4K. Bonne nouvelle, ce mode n’est pas exclusif aux iPhone 13 Pro et Pro Max, mais offert également avec les iPhone 13 et 13 Mini.

D’une manière assez impressionnante, le terminal détecte automatiquement les visages d’une scène, ajuste la mise au point sur le sujet le plus pertinent et en fait le suivi. Pour changer de sujet, il suffit d’appuyer sur l’écran. Par ailleurs, l’effet s’ajuste automatiquement à la direction dans laquelle regarde le sujet.

L’effet est généré en temps réel par l’iPhone, et est modifiable a posteriori, les informations de profondeur étant enregistrées en plus de l’image et du son au sein du fichier.

iPhone 13 Pro - test mode cinématique

Sur le papier (et dans les vidéos promotionnelles d’Apple), l’idée est très intéressante. Depuis la mise à jour iOS 15.1, la détection du sujet est précise, corrigeant les aléas du début. Cependant, le détourage est encore assez brouillon, notamment sur les feuilles des arbres dans la capture ci-dessous. De même, la balance des blancs peut varier de nombreuses fois au cours d’une même séquence.

D’après l’analyse d’un chercheur suisse en sécurité informatique, il s’avère que les iPhone 13 Pro et Pro Max n’utilisent pas le capteur LiDar pour le mode Cinématique. De fait, l’appareil ne réalise pas une modélisation 3D de la scène, et n’est capable de « voir » les objets qu’à une faible distance.

iPhone 13 Cinematic Mode Depth Map

Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir utilisé le capteur LiDar pour ce mode ? Deux hypothèses nous viennent à l’esprit. D’une part, la puce A15 Bionic n’est peut-être pas en mesure de gérer un tel flux de données. D’autre part, les iPhone 13 et 13 Mini sont dénués du capteur LiDar : en cherchant à offrir la même expérience à tous les utilisateurs d’un iPhone 13, Apple a peut-être « bridé » cette fonction.

En clair, cette fonctionnalité, bien qu’intéressante, est encore un poil sous-exploitée par Apple. Passé l’effet de nouveauté, pas sûr que ce mode soit utilisé très souvent.

Interface et performance : excellent, comme d’habitude

Au fil des années, Apple nous a habitué à une très bonne fluidité en toute circonstance, et l’iPhone 13 Pro n’y fait pas exception. iOS 15 est toujours aussi agréable à utiliser et facile à prendre en main. On apprécie également les nouvelles options pour la photo : recherche d’images à partir de texte, ou encore traduction de textes à la volée.

iOS 15 : toutes les nouveautés pour la photo

Comme indiqué plus haut, l’appareil photo ne souffre d’aucune latence. Le changement d’objectif ou de mode ainsi que la capture d’une photo s’effectue sans délai.

Enfin, la dissipation de la chaleur est excellente. Après l’enregistrement d’une longue vidéo, on constate seulement une légère élévation de la température du côté des capteurs photo, mais le phénomène demeure très léger. Même en usage intensif (après une longue séance de jeu, par exemple), nous n’avons jamais réussi à faire surchauffer le téléphone.

Autonomie : l’iPhone 13 Pro, champion de l’endurance ?

En termes de gestion de la batterie, l’iPhone 13 Pro est une bonne surprise. L’époque où l’autonomie des iPhone était un sujet de plaisanterie semble bel et bien révolue.

Grâce à sa batterie de 3100 mAh, à l’écran ProMotion et aux différents ajustements logiciels, l’autonomie est particulièrement bonne. En utilisation « modérée » (photo/vidéo, Internet, réseaux sociaux, messages), le téléphone peut aisément atteindre 2 jours.

Et en usage intensif, l’appareil parvient malgré tout à dépasser la barre des 24h. Un confort auquel on s’habitue très rapidement. La gestion de la veille est excellente, l’appareil perdant seulement 1 % de batterie en une nuit.

Notre unique reproche vient de la (relative) lenteur de la recharge. Avec le chargeur 20W (non fourni…), on peut passer de 3 à 50 % en 45 minutes environ. La charge complète prend un peu plus d’une heure. De ce point de vue, la concurrence fait bien mieux. Mais honnêtement, nous préférons un téléphone très autonome chargeant lentement plutôt que l’inverse !

L’architecture de la batterie des iPhone 13 a été revue, afin d’offrir une meilleure autonomie (et pour réussir le module photo de plus grande taille)

À qui se destine l’iPhone 13 Pro ?

Extrêmement équilibré, l’iPhone 13 Pro a d’excellentes cartes en main pour séduire un très large panel d’utilisateurs. Dès lors, il semble plus facile de citer les publics à qui cet iPhone n’est pas destiné.

Apple ayant eu la bonne idée de proposer la même fiche technique et les mêmes fonctionnalités entre les déclinaisons « Pro » et « Pro Max« , le choix entre les 2 est davantage lié à la taille de l’écran (et de votre portefeuille).

L’iPhone 13 Pro Max aux côtés du « petit » iPhone 13 Pro

Avec son écran de 6,1 pouces sans bordures, l’iPhone 13 Pro tient impeccablement dans la main et se montre beaucoup moins contraignant que la version Max. Grâce à son triple module dorsal – et à son nouveau téléobjectif 77 mm, le terminal offre une remarquable polyvalence, en photo comme en vidéo.

Cependant, l’iPhone 13 Pro demeure un smartphone particulièrement onéreux. Avec un tarif plancher de 1159 € (avec 128 Go) de stockage, le terminal offre un bon rapport qualité-prix… mais bien des smartphones demeurent plus abordables.

L’iPhone 13 Pro face à la concurrence

Sans surprise, l’iPhone 13 Pro entre en concurrence avec les smartphones les plus haut de gamme. Sur sa route, il rencontre donc bon nombre de terminaux aux caractéristiques très ambitieuses.

En premier lieu, mentionnons le Samsung Galaxy S21 Ultra. Le poids-lourd du constructeur coréen mise sur des caractéristiques très complètes, avec un quadruple module dorsal offrant une grande polyvalence.

À noter qu’il propose 2 téléobjectifs, offrant une focale de 70 mm et 240 mm. Cette dernière focale est pénalisée par un capteur de très petite taille. Cependant, le Samsung Galaxy S21 Ultra est un smartphone très plaisant et performant. Il est disponible à partir de 1099 €.

Test Samsung Galaxy S21 Ultra : le quatuor photo qui ne déçoit pas

Citons aussi le récent Pixel 6 Pro. Pour la 1e fois, Google se donne les moyens de ses ambitions et aligne une fiche technique prometteuse. Design léché, écran AMOLED aux bords arrondis, triple capteur photo – dont un « vrai » téléobjectif optique – sans oublier la profusion d’algorithmes de prise de vue de Google. Le Pixel 6 Pro ne manque certainement pas d’atouts. D’autant plus qu’il s’affiche à un tarif « presque » raisonnable, étant vendu à 899 €.

Google Pixel 6 et Pixel 6 Pro : deux nouveaux smartphones doués en photo et dopés à l’IA

Enfin, mentionnons le Sony Xperia 1 III. Avec son design d’une grande sobriété, ce terminal est loin d’être le plus tape-à-l’œil du marché mais s’avère d’une grande pertinence. Il se dote d’un téléobjectif à double-focale inédit pour encore plus de polyvalence. Son capteur principal permet d’obtenir des images très, très détaillées. Enfin, ses applications Photo Pro et Cinema Pro permettent de reprendre totalement la main sur les réglages de prise de vue, en photo comme en vidéo. Il est proposé au tarif de 1299 €. Son petit frère, le Xperia 5 III, reprend la même fiche technique pour la photo/vidéo, mais est vendu 200 € moins cher.

Test photo du Sony Xperia 1 III et de son téléobjectif à double-focale

iPhone 13 Pro Max : sans folie, mais pas sans atouts !

Au terme de ce test, l’iPhone 13 Pro nous laisse une impression globalement positive. Comparé à la génération précédente, Apple a su apporter quelques améliorations discrètes, mais très pertinentes. Téléobjectif 77 mm, écran « ProMotion », autonomie en hausse… L’iPhone 13 Pro est une itération très réussie. Mais si vous possédez déjà l’iPhone 12 Pro, pas sûr que ces ajouts soient suffisants pour vous faire changer de téléphone.

Car on pourrait reprocher à ce modèle son absence de véritable (r)évolution. Par ailleurs, certains aspects nous laissent un peu sur notre faim. Le mode Cinématique est certes pertinent mais reste un poil brouillon, et les performances des capteurs « secondaires » sont en retrait par rapport au capteur principal.

Tant d’un point de vue design que technique, Apple se réserve sans doute pour l’année prochaine, qui marquera les 15 ans du tout premier iPhone. En attendant, l’iPhone 13 Pro demeure un excellent smartphone… mais il nous tarde de voir arriver la véritable révolution tant attendue.

L’iPhone 13 Pro est disponible au tarif de 1159 € (128 Go), 1279 € (256 Go) ou 1509 € (512 Go) ainsi qu’en version 1 To au 1739 € dans les coloris Bleu, Or, Graphite et Argent.

Test iPhone 13 Pro : deux mois avec le smartphone le plus séduisant d’Apple
Design
8.7
Ergonomie et prise en main
9
Fonctionnalités
8.5
Qualité d'image
8.2
Points forts
Superbe écran et finitions irréprochables
Excellente autonomie
Polyvalence et réactivité du triple module dorsal
Qualité d'image, en photo comme en vidéo
iOS toujours aussi agréable et fluide
Points faibles
Objectifs "secondaires" en retrait, surtout la nuit
Portée du téléobjectif 77 mm encore un peu limitée
HDR parfois un poil prononcé
Recharge un peu lente et bloc secteur non fourni
Manque d'évolutions par rapport à ses prédécesseurs et à la concurrence
8.6
sur 10
Où acheter