En octobre 2020, Apple a dévoilé son quatuor d’iPhone : iPhone 12 Mini, iPhone 12, iPhone 12 Pro et… iPhone 12 Pro Max. Ce dernier nous intéresse à plus d’un titre. Triple module photo, stabilisation du capteur principal, télézoom plus étendu… l’iPhone 12 Pro Max est le smartphone qui montre tout le savoir-faire photographique de la firme de Cupertino. Mais au-delà de ses caractéristiques techniques, la qualité des images tant vantée par Apple est-elle au rendez-vous ? C’est ce que nous avons voulu vérifier. Voici donc notre test complet de l’iPhone 12 Pro Max.

iPhone 12 Pro Max : l’iPhone de tous les superlatifs

Très rares sont les marques de smartphones à être capable d’entretenir un tel engouement autour de leurs produits. Année après année, Apple continue de déchaîner les passions. Héritiers de l’iPhone X, lancé à l’occasion des 10 ans du premier iPhone, les modèles de ce cru 2020 incarnent une évolution subtile de la gamme d’Apple. Ainsi, Apple dévoile 4 modèles pour couvrir tous les besoins (et tous les budgets) des consommateurs.

Au sein de la gamme, l’iPhone 12 Pro Max est le modèle de tous les superlatifs : il est le plus grand, le plus lourd, le mieux équipé en photo et en vidéo – et accessoirement le plus cher – de tous les iPhone.

Écran géant de 6,7 pouces, nouvelle puce A14 surpuissante, nouveau module LiDAR, nouveau système exclusif (pour un iPhone) de stabilisation du capteur principal… l’iPhone 12 Pro Max met les petits plats dans les grands pour s’imposer comme le véritable maestro au sein du grand orchestre du marché des smartphones.

Alors, promesse tenue ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Voici les caractéristiques complètes de l’iPhone 12 Pro Max :

  • Écran : OLED, 6,7 pouces
  • Définition : 1284 x 2778 pixels
  • Appareil photo dorsal :
    • 12 Mpx, optique grand-angle (équivalent 26 mm), f/1,6, Dual Pixel AF, stabilisation du capteur (IBIS)
    • 12 Mpx, zoom x2,5 (équivalent 65 mm), f/2,2, Dual Pixel AF, stabilisation optique (OIS)
    • 12 Mpx, ultra grand-angle (équivalent 13 mm), f/2,4
    • Capteur LiDAR
  • Appareil photo frontal : 12 Mpx, 23 mm, f/2,2
  • Vidéo : 4K à 60 i/s, Full HD à 120 ou 240 i/s
  • OS : iOS 14
  • Processeur : A14 Bionic
  • Stockage : 128, 256 ou 512 Go
  • Résistance à l’eau : IP 68
  • Dimensions : 160,8 x 78,1 x 7,4 mm
  • Poids : 228 g

iPhone 12 Pro Max : le plus grand (et le plus lourd) de tous les iPhone

Ouvrons notre partition par une belle évidence : l’iPhone 12 Pro Max est… grand. Très grand, même. Mesurant 16 cm de haut et 7,8 cm de large (mais seulement 7,4 mm d’épaisseur), cette déclinaison « Max » porte assurément bien son nom. Sur la balance, il dépasse allègrement la barre des 200 grammes et atteint les 228 g.

Pourtant, l’iPhone 12 Pro Max offre une excellente prise en main. Son immense écran de 6,7 pouces offre un confort indéniable, aussi bien pour la lecture que pour un usage multimédia. Évidemment, l’utilisation à une seule main est plus compliquée qu’avec un modèle compact ; cependant, on s’habitue très rapidement au format de ce modèle « Pro Max ».

À ce titre, notons que l’iPhone 12 Pro Max intègre l’écran le plus grand jamais proposé par Apple. En effet, son prédécesseur, l’iPhone 11 Pro Max, plafonnait à « seulement » 6,5 pouces. Pour faire croître la taille de l’écran sans agrandir le boîtier du smartphone, Apple a tout simplement rogné sur les bordures – déjà très minces. Et le résultat est bluffant : à l’exception de la « fameuse » encoche, l’écran recouvre l’intégralité de la face avant de l’iPhone 12 Pro Max.

Comparé à l’iPhone 12 Pro, la déclinaison « Max » ne paraît pas tellement plus grande. Pourtant, une fois en main, les dimensions de ce dernier paraissent largement plus généreuses.

À gauche, l’iPhone 12 Pro ; à droite, l’iPhone 12 Pro Max

L’iPhone 12 Pro posé au-dessus de l’iPhone 12 Pro Max

Cet iPhone reprend les codes stylistiques inaugurés il y a 3 ans par l’iPhone X… à une (grosse) nuance près. En effet, la génération d’iPhone made in 2020 se distingue par leurs bords droits – qui nous rappellent furieusement le « bon vieux temps » de l’iPhone 4. Un choix esthétique, mais aussi technique, destiné aux antennes compatibles 5G.

Au fil des ans, Apple nous a habitué à une excellente qualité d’affichage – et cet iPhone 12 Pro Max ne déçoit pas. Particulièrement lumineuse, sa dalle est capable de monter jusqu’à 1200 nits et peut donc être utilisée sans souci en plein soleil. De même, la définition de l’écran (2778 x 1284 pixels) offre une excellente lisibilité.

De type OLED, l’écran « Super Retina XDR » est compatible HDR, mais aussi avec l’espace colorimétrique DCI-P3 (qui couvre un espace colorimétrique 25% plus grand que sRGB). Ainsi, l’iPhone 12 Pro Max offre une restitution des couleurs et des contrastes très appréciable. Le visionnage de photos ou la lecture de vidéos est un véritable régal.

L’encoche, quant à elle, est toujours aussi… immanquable. Elle permet à l’iPhone 12 Pro Max d’intégrer son mécanisme de reconnaissance faciale sécurisée FaceID, qui se montre toujours aussi efficace.

Seulement voilà : en cette période où le port du masque est une obligation quasi-constante, on aurait sans doute apprécié la présence d’un lecteur d’empreinte intégré à l’écran, comme le proposent bon nombre d’autres marques. Douce ironie : le bouton Home et le système TouchID en viendraient (presque) à nous manquer… Enfin, la présence de cette encoche paraît presque incongrue au vu de ce que propose parfois la concurrence, avec un écran seulement « décoré » par un unique poinçon.

Fidèle à ses « bonnes » habitudes depuis 4 ans, Apple fait l’impasse sur la prise audio jack 3,5 mm – contrairement à d’autres terminaux haut de gamme, comme le Sony Xperia 1 II, dont la partie audio est une réussite. Pour brancher casques et écouteurs filaire, il faudra vous en remettre au port Lightning – Apple n’ayant pas encore fait le saut vers le standard USB-C.

Au dos, le bloc optique dénote par son aspect massif. Plus gros et plus épais, il se justifie par la présence d’un capteur principal plus grand que par le passé – un point sur lequel nous reviendrons dans ce test.

À gauche, l’iPhone 12 Pro ; à droite, l’iPhone 12 Pro Max

Enfin, notons l’emploi de matériaux haut de gamme pour cet iPhone 12 Pro Max : châssis en acier inoxydable, écran « Ceramic Shield » censé être plus résistant aux chocs et aux rayures, et revêtement en verre mat au dos – bien plus sobre que par le passé. Sans oublier la résistance prolongée à l’eau et à la poussière, l’iPhone 12 Pro Max étant certifié IP68.

Ainsi, Apple nous livre un équilibre subtil, à mi-chemin entre sobriété et démesure. Pour qui aime les grands écrans, l’iPhone 12 Pro Max est un terminal particulièrement agréable à utiliser au quotidien, et dont les finitions sont exemplaires.

iPhone 12 Pro Max : des caractéristiques techniques ambitieuses en photo

Avant d’aborder la qualité des photos et des vidéos de l’iPhone 12 Pro Max, il nous faut revenir en détails sur les caractéristiques de son triple module photo dorsal.

En effet, pour la 1e fois, Apple introduit une différence entre les versions « Pro » et « Pro Max » de ses iPhones. Là où l’iPhone 12 Pro est davantage une évolution de son prédécesseur, l’iPhone 12 Pro Max creuse l’écart et affiche des caractéristiques techniques plus ambitieuses que son petit frère.

Le smartphone ultra-haut de gamme d’Apple intègre donc :

  • Un capteur photo principal de 12 Mpx avec photosites de 1,7 µm, surmonté d’une optique grand-angle (équivalent 26 mm) ouvrant à f/1,6, Dual Pixel AF et stabilisation du capteur
  • Un 2e capteur de 12 Mpx de 1/3,4 pouce avec photosites de 1 µm, muni d’un téléobjectif (équivalent 65 mm) ouvrant à f/2,2 (zoom optique 2,5x), avec Dual Pixel AF et stabilisation optique
  • Un 3e capteur de 12 Mpx de 1/3,6 pouce, équipé d’un objectif ultra grand-angle (équivalent 13 mm) ouvrant à f/2,4
  • Un capteur LiDAR, destiné à la mesure de la profondeur de champ.

Un capteur principal plus grand… mais pas tant que ça

Plusieurs choses sont ici à noter. L’iPhone 12 Pro Max intègre toujours un trio de capteurs de 12 Mpx… mais les similarités avec les précédents modèles s’arrêtent là.

D’une part, mentionnons la taille du capteur principal, qui fait un net bond en avant. Selon Apple, il se montre 47 % plus grand que celui de son prédécesseur… mais sans dévoiler sa taille réelle.

Dans les faits, le capteur de l’iPhone 11 Pro (et Pro Max) est un capteur 1/2,5 pouce, mesurant 7,76 x 4,29 mm. Ainsi donc, une hausse de 47 % de la superficie du capteur est non-négligeable ; cependant, le capteur de l’iPhone 12 Pro Max reste assez loin des plus grands capteurs pour smartphone, certains se rapprochant dangereusement du seuil des 1 pouce. On pense notamment au Sony Xperia 1 II, et à son capteur 1/1,7 pouce.

Selon Apple, les photosites du capteur principal mesurent 1,7 µm, permettant d’emmagasiner plus de lumière. Là encore, Apple reste en retrait par rapport à certains de ses concurrents. Cependant, ces derniers recourent au pixel binning (combinaison des pixels adjacents) pour obtenir des photosites de grande taille (2,44 µm chez Huawei, ou 2,4 µm chez Samsung, par exemple).

Apple avance une optique plus lumineuse, ouvrant à f/1,6 – là où les iPhone 11 ouvrent « seulement » à f/1,8. La formule optique a également été revue, et comprend maintenant 7 lentilles.

© iFixit

Sur le terrain, les images aux rayons X publiés par iFixit montrent que le capteur principal est beaucoup plus gros que les 2 autres capteurs.

Notons aussi la présence de 4 aimants autour du capteur principal : ils servent au mécanisme de stabilisation de capteur. Un système exclusif à l’iPhone 12 Pro Max… même si ce dernier n’est pas le 1er smartphone à en être pourvu. On le retrouvait déjà dans le Nokia Lumia 920, sorti en… 2012.

Très répandu dans le monde des appareils photo hybrides, ce système joue sur les micro-déplacements du capteur pour réduire les tremblements et les vibrations de l’appareil, afin de pouvoir augmenter le temps de pose des photos – et réduire les tremblements en vidéo.

© iFixit

Ultra grand-angle : dans la continuité de ses prédécesseurs

Du côté de l’ultra grand-angle, l’iPhone 12 Pro Max se place dans la continuité de son prédécesseur. La longueur focale reste inchangée (équivalent 13 mm), et permet donc à l’UGA de voir très large. Du côté de l’ouverture, l’optique plafonne à seulement f/2,4. Couplez à ceci un capteur de 1/3,6 pouce, et vous obtenez un module peu lumineux.

Notons que l’ultra grand-angle est dépourvu d’un mécanisme d’autofocus, et se base sur l’hyperfocale pour obtenir des images nettes.

Téléobjectif : l’autre grande nouveauté de l’iPhone 12 Pro Max

Last but not least, mentionnons le téléobjectif de l’iPhone 12 Pro Max. Ce dernier intègre pour la 1e fois un zoom équivalent 65 mm (zoom x2,5), là où l’iPhone 12 Pro « tout court » plafonne à 50 mm (zoom x2).

Ceci n’est donc pas une véritable révolution, mais on apprécie la possibilité de zoomer (un tout petit peu) plus. Cependant, Apple reste (très) loin des prouesses d’autres smartphones, qui dépassent allègrement la barre des 200 mm.

On notera cependant la petite taille du capteur : 1/3,4 pouce. De la même manière, l’optique est relativement peu lumineuse, ouvrant à f/2,2 seulement.

Capteur LiDAR : mapping 3D de l’environnement

Enfin, notons la présence d’un capteur LiDAR (aussi bien sur l’iPhone 12 Pro que sur la version « Max »). Le fonctionnement de ce type de capteur n’est pas sans analogie avec celui d’un radar. Toutefois, ce dernier est basé sur les ondes radio (Radio Detection and Ranging). À l’inverse, le capteur LiDAR utilise la lumière pour mesurer et estimer la distance des objets (Light Detection and Ranging).

Ainsi, ce capteur d’un nouveau genre (sur un smartphone, du moins) sert à mesurer le temps que met la lumière à être réfléchie par un objet. D’après Apple, l’iPhone devient ainsi capable d’établir une carte de la profondeur de l’espace où se trouve le terminal. À la clé, des performances autofocus améliorées, surtout en basse lumière. Ce capteur permet aussi à l’iPhone 12 Pro Max d’enregistrer des progrès spectaculaires dans le domaine de la réalité virtuelle.

Qualité d’image de l’iPhone 12 Pro Max

Mais au-delà de toutes ces considérations techniques, cet iPhone se montre-t-il à la hauteur de nos espérances ? Mettons fin au suspense : oui, l’iPhone 12 Pro Max est un excellent photophone, et fera un très bon compagnon au quotidien ou en voyage.

Palais Royal, début de matinée – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/750s, 32 ISO

Comme indiqué plus haut, l’appareil offre une plage focale (hors zoom numérique) allant de 13 à 65 mm. Il se montre polyvalent et offre une belle latitude en termes de cadrages.

Sur le terrain, l’iPhone 12 Pro Max est capable de générer de très belles photos de jour. Grâce au mécanisme Smart HDR 3, l’exposition est très homogène et le bruit numérique est bas, même en cas de faible luminosité. Ainsi, la plupart de nos images de jour ont été capturées avec une sensibilité à… 32 ISO seulement. Ce mode est débrayage dans les réglages.

Bokeh matinal – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/390s, 32 ISO

De même, le niveau de détails des images est très plaisant, grâce à la technologie Deep Fusion introduite l’an passé. Contrairement à bon nombre de ses concurrents, l’iPhone ne cherche pas (trop) à accroître artificiellement les micro-contrastes. Ainsi, le résultat paraît plus naturel, plus agréable à l’œil.

Parc Montsouris, couleurs automnales – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/120s, 64 ISO

Malgré tout, on ne peut s’empêcher de constater une légère baisse de détails lorsque la lumière diminue. Ainsi, les images manquent parfois un peu de finesse, comme en témoigne le cliché ci-dessous.

Petite Ceinture forever – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/120s, 50 ISO

En général, la restitution des couleurs et des contrastes est excellente. Mais dans certains cas de figure, le HDR s’emballe et livre parfois des clichés aux couleurs un peu saturées à notre goût.

De même, certains scénarios complexes mettent le Smart HDR à rude épreuve. Avec des scènes présentant de tes forts contrastes (ciels très clairs mais présence d’éléments très sombres), les algorithmes semblent hésiter… et livrent parfois un entre-deux discutable. Cela étant, il demeure toujours possible d’indiquer à l’appareil la zone sur laquelle il doit mesurer l’exposition : dans ce cas, les résultats peuvent être excellents.

HDR et coloriage – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/350s, 20 ISO

Montsouris, HDR harmonieux – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/470s, 32 ISO

Enfin, l’objectif principal est assez sensible au flare et au ghosting. Lorsqu’une source lumineuse est placée directement dans le champ, des artefacts lumineux peuvent faire leur apparition, de même qu’un cercle coloré en périphérie de l’image.

Montsouris, soleil levant – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/3200s, 32 ISO

Nous avons également beaucoup apprécié la gestion du bokeh de l’objectif principal, qui permet de jouer aisément avec la profondeur de champ. Même sans avoir recours au mode Portrait, l’objectif peut capturer des images visuellement très intéressantes.

Jaguar Type E, phare arrière. On notera la grande précision dans la restitution des gouttelettes d’eau. iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/100s, 125 ISO

De son côté, l’ultra grand-angle (équivalent 13 mm) est très pertinent, puisqu’il permet de diversifier les prises de vue. Architecture, paysage, urbex, immobilier… il se montre utile dans de nombreux scénarios. Cependant, la largeur du champ (120°) impose une grande rigueur au niveau du cadrage, sous peine d’obtenir des photos bancales.

Isocèle – iPhone 12 Pro Max, 13 mm, f/2,4, 1/590s, 25 ISO

Là encore, l’exposition des clichés frise la perfection, mais le niveau de détails est inférieur à ce que permet d’obtenir le capteur principal. Par ailleurs, les images présentent une distorsion très importante, malgré les algorithmes de correction d’Apple. Sur ce point, le Sony Xperia 1 II fait mieux.

Toile d’araignée métallique – iPhone 12 Pro Max, 13 mm, f/2,4, 1/550s, 25 ISO

Enfin, le téléobjectif est particulièrement intéressant. Comme indiqué précédemment, il propose un zoom 2,5x, équivalent 65 mm (contre 50 mm sur l’iPhone 12 Pro « tout court). Sur le terrain, on apprécie de pouvoir zoomer davantage sans avoir recours au zoom numérique… même si, objectivement, la différence est plutôt ténue.

Ascension – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/16000s, 25 ISO

Dans la pratique, les images livrés par cette optique sont très belles. Là encore, la restitution des couleurs et des contrastes est impeccable. Et, contrairement à l’ultra grand-angle, le niveau de détails est tout à fait correct… même s’il demeure un chouïa moins bon que l’objectif principal, là encore.

Golden wet – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/1250s, 20 ISO

Pour voir encore plus loin, l’iPhone 12 Pro Max impose l’usage du zoom numérique – qui peut aller jusqu’à un zoom x12. Sans surprise, ce dernier dégrade rapidement la qualité de l’image.

Un mot au sujet du mode Portrait : ce dernier profite du mapping 3D opéré par le capteur LiDAR. Par défaut, l’application photo utilise le téléobjectif 65 mm, et permet donc de réaliser des cadrages légèrement plus resserrés qu’avec l’objectif 50 mm des précédents modèles d’Apple (ou sur l’iPhone 12 Pro). Malgré tout, le mode portrait peut aussi être utilisé avec l’objectif grand angle.

Sur le terrain, le détourage du sujet est très précis, offrant un rendu naturel. Pour chipoter, on pourrait mentionner un flou d’arrière-plan un tantinet trop prononcé à notre goût – mais heureusement adaptable au sein de l’application photo, pour simuler un rendu allant de f/1,4 à f/16. Globalement les images sont de très belle facture, avec une impeccable restitution des détails, des couleurs et des contrastes.

Julien – iPhone 12 Pro Max (mode Portrait), 65 mm, f/2,2, 1/120s, 100 ISO

En grand angle – iPhone 12 Pro Max, mode Portrait, 26 mm, f/1,6, 1/50s, 160 ISO

Fidèle à ses bonnes habitudes, Apple propose toujours ses modes d’éclairage de scène, qui viennent imiter le rendu des photos « à la Harcourt ». On aime, ou pas.

Mode Portrait (effet studio), 65 mm, f/2,2, 1/40s, 400 ISO

Mais l’iPhone 12 Pro Max permet également d’utiliser son mode Portrait avec des objets – et ce avec une grande efficacité. Là encore, le détourage des objets, même complexes, est très bon. On lui reprochera seulement une transition un peu brusque entre le premier plan et l’arrière-plan. De fait, nous avons parfois préféré le rendu « naturel » offert par le mode photo « classique », plutôt que celui proposé par le mode Portrait.

Notons aussi que le mode Portrait se montre d’une remarquable efficacité en basse lumière. Ainsi, l’iPhone 12 Pro Max devrait permettre de capturer de superbes portraits nocturnes.

Bokeh nocturne – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/13s, 640 ISO

Retrouvez ci-dessous une sélection de photos de jour capturées avec l’iPhone 12 Pro Max : 

L’iPhone 12 Pro Max, maître de la photo de nuit ?

Depuis 2019, Apple s’appuie sur son « Mode nuit » pour accroître la qualité des photos de nuit. Analogue au mode « cliché nocturne » des Google Pixel (depuis le Pixel 3, sorti fin 2018), il se base sur la capture d’un grand nombre de photos à des vitesse d’obturation plus ou moins lentes. Ainsi, le temps de pose peut aller de 2 à 10 secondes, en fonction de l’intensité lumineuse de la scène (et de l’objectif utilisé). Le but : produire des clichés plus exposés, avec un meilleur niveau de détails et moins de bruit numérique.

Métro confiné – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/35s, 640 ISO

Dans la pratique, l’iPhone 12 Pro Max permet de capturer de beaux clichés nocturnes (possible avec les trois objectifs). Les images sont impeccablement exposées et offrent une très belle restitution de la scène. De même, le rendu en termes de couleurs et de contrastes est très naturel. Les ombres ne sont pas débouchées trop agressivement, et les images sont agréables à l’œil… malgré l’apparition d’un peu de bruit numérique. Enfin, grâce au capteur LiDAR, l’autofocus se montre particulièrement rapide, même sur les environnements peu éclairés.

Quais de Seine – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/12s, 640 ISO

Cela étant, les images nocturnes capturées avec le téléobjectif, mais aussi (et surtout) avec l’ultra grand-angle laissent parfois à désirer. Dans bien des cas, la perte de détails est très importante. De même, l’appareil photo applique un effet de lissage prononcé.

Ultra grand-angle nocturne – iPhone 12 Pro Max, 13 mm, f/2,4, 1/8s, 2000 ISO

Au niveau du temps de pose nécessaire, on observe également une différence notable entre le capteur principal et les 2 autres optiques. Pour une même scène, le module principal va exiger un temps de pose très court ; à l’inverse, le téléobjectif et l’ultra grand-angle, beaucoup moins lumineux, vont exiger un temps de poser 2 à 3 fois plus long. Heureusement, les algorithmes d’Apple permettent d’éviter tout flou de bougé.

Pont Napoléon III – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/20s, 1600 ISO

Saluons donc la maîtrise d’Apple en matière de photo de nuit. L’iPhone 12 Pro Max permet ainsi de capturer facilement de belles photos de nuit – même s’il reste encore assez loin des prouesses d’un reflex ou d’un hybride, dont les capteurs sont nettement plus grands et plus performants.

Paris carte postale – iPhone 12 Pro Max, 13 mm, f/2,4, 1/13s, 1250 ISO

Enfin, un mot sur le format des fichiers. Par défaut, les photos sont enregistrées en HEIF (High Efficiency Image Format), format d’image inspiré du HEVC plus léger que le JPEG. En conséquence, pour ouvrir vos fichiers depuis votre ordinateur, un détour par iCloud, Google Photos ou Lightroom est nécessaire. Le format JPEG est toujours disponible en option. Apple a également levé le voile sur le format ProRAW. Le principe : bénéficier du HDR et de Deep Fusion – tout en profitant de la flexibilité offerte par un fichier RAW. Malheureusement, cette fonctionnalité n’était pas encore proposée au moment de notre test, et sera disponible dans une mise à jour ultérieure.

L’étreinte – iPhone 12 Pro Max, 65 mm, f/2,2, 1/17s, 640 ISO

Retrouvez-ci-dessous une sélection de photos de nuits capturées avec l’iPhone 12 Pro Max : 

Vidéo 4K à 60 i/s et stabilisation hors-pair ?

L’iPhone 12 Pro Max permet de capturer des vidéos en 4K à 60 i/s, quel que soit l’objectif utilisé.

Les images sont parfaitement exposées – là encore grâce au Smart HDR. Les niveaux de détails, du bruit et du lissage sont en tout point similaire à la photo – et sont donc très bons. Apple met aussi en avant la compatibilité avec le standard Dolby Vision HDR, qui offre une plage dynamique plus étendue (à condition de visualiser les vidéos sur un écran compatible).

Mais la vraie nouveauté de l’iPhone 12 Pro Max, c’est évidemment la stabilisation mécanique du capteur principal, que nous évoquions précédemment. Ainsi, les vidéos sont d’une remarquable stabilité, même en cas de vibrations et de tremblements importants. Dans le cadre de nos tests, nous l’avons utilisé en roulant en vélo sur les pavés parisiens : sauf mouvement important de notre bras, le système de stabilisation de l’iPhone 12 Pro Max est extrêmement efficace (voir à partir de 0:08 et 1:12 dans la vidéo ci-dessous).

Le téléobjectif, de son côté, est stabilisé… mais nécessite de ne pas avoir la tremblante, sous peine d’obtenir des vidéos assez peu digestes. De même, on déplorera un niveau de lissage important, avec une importante perte du niveau de détails. Pour aller au-delà du zoom x2,5, l’appareil exploite le zoom numérique. Sans surprise, ce dernier dégrade la qualité de l’image, comme on peut le voir sur cette vidéo à 0:38.

Enfin, l’ultra grand-angle ne dispose pas d’un mécanisme de stabilisation. De plus, la très petite taille du capteur et la faible ouverture de l’objectif (f/2,4) font que les vidéos capturées avec l’ultra grand-angle sont beaucoup plus sombres que celles capturées avec l’objectif principal.

Naturellement, l’iPhone 12 Pro Max propose aussi la capture de vidéos en slow motion en Full HD à 120 ou 240 i/s. Jouant la carte de la sobriété, Apple ne succombe pas à la mode des vidéos en « super slow motion » à 960 i/s, comme le proposent certains de ses concurrents. Sur le terrain, l’appareil permet de capturer des séquences intéressantes. Comme sur les précédents modèles d’iPhone, l’application détecte le passage le plus intéressant et génère automatiquement l’effet de ralenti.

Enfin, notons la présence d’un mode « accéléré », qui permet de créer de petites capsules en mode « hyperlapse » (en Full HD uniquement, avec l’enregistrement du son désactivé).

Performances et interface

Les iPhone 12 ont en commun leur puce A14 Bionic de dernière génération. Gravée en 5 nm, elle doit offrir un équilibre optimal entre performance et autonomie.

Comme à l’accoutumée, la quantité de mémoire vive n’est pas communiquée par Apple. Cependant, l’iPhone 12 Pro Max dispose de 6 Go de mémoire vive (la plus grande quantité jamais proposée par Apple).  Mais au-delà des chiffres, l’iPhone 12 Pro Max est-il fluide au quotidien ? Là encore, la réponse est oui – et pas qu’un peu.

Le système et les applications réagissent au doigt et à l’œil, et nous n’avons noté aucun ralentissement. Aujourd’hui, les derniers smartphones d’Apple sont capables d’effectuer des tâches intensives sans broncher, comme du montage vidéo ou du traitement d’image, épaulé par la puce d’intelligence articielle (Neural Engine) très performante.

iOS 14 propose également quelques nouveautés en termes d’ergonomie. Au premier plan, le système propose (enfin !) un système de widgets sur l’écran d’accueil, qui permettent d’obtenir en un clin d’œil des informations sur la météo, l’horloge, vos prochains rendez-vous, vos playlists, etc.

L’iPhone 12 Pro Max est également une excellente console de jeu portable – aidé en cela par son très grand écran. Même avec des jeux très gourmands en ressources graphiques, le terminal s’en sort avec les honneurs et ne chauffe quasiment pas.

Comme tous les modèles signés Apple, l’iPhone 12 Pro Max bénéficie du suivi des mises à jour d’Apple pendant 3 à 5 ans. On aimerait pouvoir en dire autant de la part des autres constructeurs de smartphone, y compris sur le segment du haut de gamme.

Quelle autonomie pour l’iPhone 12 Pro Max ?

Comme pour la mémoire vive, la capacité de la batterie est une donnée qu’Apple refuse d’indiquer au commun des mortels. Cependant, plusieurs sources font mention d’une batterie de 3687 mAh.

Sur le terrain, l’iPhone 12 Pro Max offre une autonomie très satisfaisante. La grande taille de la batterie et la nouvelle puce A14 lui permettent d’être plus autonome. Résultat, la longévité de la batterie lui permet d’aller au-delà d’un jour et demi en utilisation « normale » (Internet, musique, jeux, vidéo). À ce titre, on notera que l’appareil photo est particulièrement énergivore, en raison des nombreux calculs effectués par le terminal.

Côté recharge, en revanche, l’iPhone 12 Pro Max ne se montre pas particulièrement rapide – d’autant qu’Apple ne fournit plus de chargeur dans la boîte – seul un câble Lightning vers USB-C. Pour profiter de la charge rapide, il vous faudra donc acheter le nouveau chargeur USB-C 20 W recommandé par Apple – ou bien utiliser un chargeur USB-C 18 W, si vous en possédez un. Dans la pratique, la batterie passe de 0 à 50 % en une grosse demi-heure, mais ralentit par la suite. La recharge complète de l’appareil prend environ 1h30.

Enfin, impossible de passer à côté du nouveau système MagSafe. Grâce à un aimant circulaire placé au dos de l’appareil, les accessoires (recharge sans fil, mais aussi coques et protections) viennent se positionner impeccablement. La recharge sans-fil doit également se montrer beaucoup plus rapide que par le passé, grâce à une charge passant de 7,5 à 15W avec la nouvelle génération d’iPhone. Faute de chargeur sans fil compatible, nous n’avons pas testé ce mode de recharge.

À qui se destine l’iPhone 12 Pro Max ?

Si vous êtes allergiques aux smartphones munis d’écrans géants, passez votre chemin, l’iPhone 12 Pro Max n’est clairement pas fait pour vous ! En revanche, son gabarit devrait séduire sans peine celles et ceux lisant de nombreux articles et consommant beaucoup de contenus multimédia.

Il s’adresse aussi aux photographes et vidéastes voulant disposer des dernières technologies d’Apple. Capteur principal plus grand – et stabilisé –, zoom x2,5… L’iPhone 12 Pro Max n’est pas « juste » une version agrandie de l’iPhone 12 Pro, mais intègre certaines spécificités inédites.

Ce faisant, il devrait satisfaire celles et ceux capturant beaucoup de photos et de vidéos, et qui désirent disposer en toute circonstance d’un smartphone capable de générer des clichés de bonne qualité.

1964 – iPhone 12 Pro Max, 26 mm, f/1,6, 1/120s, 100 ISO

Enfin, un mot sur le positionnement tarifaire : sans surprise, l’iPhone 12 Pro Max est le modèle le plus onéreux de la gamme. Le tarif plancher est à 1259 € (128 Go de mémoire), et monte à 1609 € (hors garantie Apple Care, bien sûr). Un budget conséquent… et conforme aux « bonnes habitudes » d’Apple en la matière.

Quelles sont les alternatives à l’iPhone 12 Pro Max ?

Au regard de ses caractéristiques – et de son positionnement tarifaire – l’iPhone 12 Pro Max entre en concurrence avec les smartphones les plus haut de gamme.

Ainsi, il est face au Samsung Galaxy Note 20 Ultra. Ce dernier mise sur écran géant de 6,9 pouces AMOLED, dénué d’encoche… mais avec un petit poinçon. Côté photo, il mise sur un triple module photo, centré autour d’un capteur de… 108 Mpx. En vidéo, il est capable de générer des séquences en 8K à 30 i/s. On notera aussi son zoom x5, dont la portée dépasse allègrement celle du « petit » zoom x2,5 de l’iPhone 12 Pro Max.

Il est hélas pénalisé par un autofocus un poil lent, et par des photos de nuit assez décevantes avec les 2 capteurs « secondaires ». Cependant, le terminal permet de capturer de très belles photos de jour, et offre un niveau de prestations très élevé. En outre, il devrait ravir les amateurs de stylet. Naturellement, les tarifs sont particulièrement élevés. Le Samsung Galaxy Note 20+ est ainsi proposé à partir de 1309 € (avec 256 Go de stockage).

Si vous cherchez un modèle moins onéreux, nous vous recommandons son petit frère, le Samsung Galaxy S20+. Il dispose d’un triple module photo extrêmement efficace, et se montre capable de capturer de belles images en toutes circonstances. On aime aussi beaucoup la rapidité de son autofocus. De même, les amateurs de grands écrans devraient être très à l’aise avec la dalle de 6,7 pouces. Disposant en plus d’une belle réserve de puissance et d’une grande autonomie, le Galaxy S20+ est proposé au tarif « presque » raisonnable de 799 € (avec 128 Go de stockage).

Enfin, mentionnons le Huawei Mate 40 Pro. Il dispose d’un superbe écran de 6,76 pouces, d’un processeur très puissant et d’un triple module photo très séduisant, capable de générer des photos et des vidéos de très bonne qualité, de jour comme de nuit. Malheureusement, ce modèle est pénalisé par l’absence des services Google. Le Huawei Mate 40 Pro est proposé au tarif de 1199 €.

Conclusion de notre test de l’iPhone 12 Pro Max

Au terme de ce test, l’iPhone 12 Pro Max nous laisse une impression globale très positive. Apple montre tout son savoir-faire, tant matériel que logiciel, et livre un terminal très plaisant au quotidien.

En photo, l’iPhone 12 Pro Max est capable de capturer de belles, voire de très belles images. On regrette cependant la portée assez limitée du téléobjectif – et ce, malgré le zoom x2,5 spécifique à ce modèle. De même, nous regrettons que les images de nuit soient en retrait avec les optiques « secondaires », notamment avec l’ultra grand-angle.

En vidéo, la stabilisation est spectaculaire, et l’appareil permet de capturer de superbes séquences dans (presque) toutes les circonstances.

Dans un monde idéal, Apple utiliserait le même capteur pour ses 3 objectifs, offrant ainsi une homogénéité parfaite entre ultra grand-angle, grand-angle standard et téléobjectif. En attendant la réalisation de cette belle utopie, l’iPhone 12 Pro Max est un excellent smartphone photo et vidéo, et passe à peu de choses de l’excellence.

L’iPhone 12 Pro Max est disponible au tarif de 1259 € (128 Go), 1379 € (256 Go) ou 1609 € (512 Go).

Un grand merci à Didier Dartois pour le prêt de son terminal le temps de ce test.

Test iPhone 12 Pro Max, le poids lourd de la photographie mobile
Superbe écranFinitions exemplairesRéactivité de l'appareil photoBonne autonomieQualité générale des photos, de jour comme de nuitStabilisation du capteur principal très efficaceiOS toujours aussi agréable et fluide
HDR parfois un peu prononcéPortée du zoom limitée par rapport à la concurrencePhotos de nuit en retrait avec l'ultra grand-angleRecharge un peu lenteFlare, ghosting et artefacts lumineux
8.7Note finale
Design9
Ergonomie et prise en main8.7
Fonctionnalités8.5
Qualité d'image8.7