Quel bilan pour Sony en 2021 ? L’année fut particulièrement chargée pour la marque orange et noire, avec de nombreuses nouveautés tant du côté des boîtiers que des objectifs. Retour sur les temps forts de la marque, ainsi que sur les grandes tendances qui se dessinent pour les mois à venir.

Sony A1 et A7 IV : la montée en puissance

L’année 2021 a commencé très fort pour Sony. Dès le mois de janvier, la marque dévoile son hybride plein format professionnel, le Sony Alpha 1 (A1) – coiffant au poteau la concurrence de Canon et Nikon, dont les boîtiers professionnels sortiront au second semestre.

Avec sa fiche technique et son niveau de performances stratosphérique, le Sony A1 est assurément l’hybride de tous les superlatifs. Il a d’ailleurs été aperçu à de nombreuses reprises lors des Jeux Olympiques de Tokyo.

Sony A1 : capteur 50 Mpx, vidéo 8K, rafale 30 i/s, l’hybride plein format professionnel de tous les superlatifs

Mais le constructeur clôt également l’année avec l’excellent Sony A7 IV, qui vient succéder à l’un des véritables best-sellers de la marque. Après s’être longtemps fait attendre, ce nouveau boîtier réussit son pari et offre un digne successeur à l’A7 III, véritable best-seller de la marque japonaise et pilier de l’écosystème hybride de Sony.

Test Sony A7 IV : la relève est là !

Du côté des boîtiers APS-C, la marque s’est montrée légèrement plus discrète – le Sony A6600 soufflant déjà sa 2e bougie. Mais c’est sans compter sur le « petit » hybride Sony ZV-E10. Lancé en juillet 2021, ce dernier se dote de nombreuses options dédiées au vlogging. Il vient se ranger aux côtés du ZV-1, tout en proposant un capteur plus grand et la possibilité de changer d’objectif. Une manière de surfer sur la croissance du marché de la vidéo amateur et du vlog.

Sony ZV-E10 : boîtier hybride APS-C vidéo/vlogging en monture E

Malheureusement, le constructeur a suspendu les commandes pour ce modèle en raison de la pénurie de semi-conducteurs, à peine 5 mois après son lancement.

Enfin, toujours au chapitre de la vidéo, notons aussi l’arrivée de la caméra Sony FX3. Reprenant en grande partie les caractéristiques de l’A7S III (lancé en 2020), elle adopte un gabarit plus léger et plus compact – tout en continuant à proposer le profil de rendu S-Cinetone et les avantages d’un capteur plein format stabilisé sur 5 axes.

Monture E : toujours plus complète

Cette année 2021 est aussi celle de la consolidation de la monture E utilisée par les hybrides Sony. La marque a dévoilé de nombreuses références pour hybrides plein format.

Véritable vitrine de son savoir-faire d’opticien, la gamme G Master accueille notamment le nouveau téléobjectif Sony FE 70-200 m f/2,8 GM OSS II, présenté en octobre dernier. Seconde version d’un objectif incontournable, il bénéficie d’un poids réduit mais aussi – et surtout ! – d’un piqué stratosphérique, digne des meilleures focales fixes.

Test Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS II : une nouvelle version réussie du téléobjectif pro

Les amateurs d’architecture seront également aux anges avec le nouveau Sony FE 14 mm f/1,8, focale fixe ultra grand-angle aux excellentes performances. Mentionnons le Sony FE 35 mm f/1,4 GM, qui offre lui aussi une prestation de haute volée.

Et n’oublions surtout pas le Sony FE 50 mm f/1,2. Compact et relativement léger, cet objectif livre de superbes clichés, au bokeh extraordinaire. En un mot : une réussite complète.

Test Sony FE 50 mm f/1,2 GM, le roi du bokeh en monture E ?

Et l’autre atout de la monture E, c’est aussi la présence de nombreuses optiques des constructeurs « tiers ». L’année 2021 a vu se multiplier les objectifs très qualitatifs proposés par des marques comme Sigma, Tamron, mais aussi Samyang.

Côté Tamron, mentionnons le super-télézoom 150-500 mm f/5-6,7 Di III VXD, ainsi que l’excellent zoom 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD, véritable montée en gamme (très réussie) de l’opticien japonais qui signe une optique d’une grande maestria.

Test Tamron 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD : zoom ultra-lumineux, polyvalent et atypique

Chez Sigma, on retiendra l’arrivée d’une nouvelle série I premium, et qui compte déjà 4 références très qualitatives – dont le Sigma 35 mm f/2 DG DN Contemporary que nous sommes en train de tester.

Enfin, Samyang a lancé un certain nombre d’optiques très intéressantes, à l’instar du Samyang AF 24 mm f/1,8 FE que nous avons testé cet été. Sans oublier le Samyang AF 24-70 mm f/2,8 FE, premier zoom transstandard avec autofocus de la marque coréenne.

Samyang AF 24-70 mm f/2,8 FE : premier zoom autofocus du constructeur coréen

Toutes ces nouveautés montrent une fois de plus le dynamisme de la monture E. Les hybrides Sony plein format jouissent d’un écosystème d’une grande maturité. On notera cependant que les annonces de Sony se concentrent surtout sur le plein format, signe que la demande des photographes et vidéastes s’oriente surtout vers un segment plus premium.

Xperia : les smartphones de Sony continuent leur route

S’il est bien un créneau où Sony reste fidèle au haut de gamme, c’est celui des smartphones. Depuis plusieurs années, la marque japonaise a totalement abandonné le segment des terminaux d’entrée de gamme, face à la concurrence féroce des marques chinoises.

Préférant se concentrer sur le créneau plus lucratif (mais tout aussi concurrentiel) du haut de gamme, Sony a dévoilé plusieurs smartphones intéressants, et qui sont autant de vitrines technologiques.

L’été dernier, la marque nous a impressionné avec son Xperia 1 III, un terminal très réussi porté par un capteur principal très performant et par un téléobjectif à double-focale 75-105 mm. Mentionnons aussi le Xperia 5 III, qui reprend la même partie photo – mais dans un format plus compact.

Test photo du Sony Xperia 1 III et de son téléobjectif à double-focale

Et cet hiver, Sony nous a surpris avec son Xperia Pro-I, un smartphone aussi ambitieux qu’inattendu. Il mise sur un capteur 1 pouce (hérité du RX100 VII) et offre un niveau de détails inégalé sur un smartphone – malgré un certain nombre de concessions matérielles et logicielles… et un tarif particulièrement salé.

Test Sony Xperia Pro-I : grand capteur 1 pouce, petite frustration

Airpeak : Sony se lance sur le marché des drones professionnels

Enfin, il ne faudrait pas oublier l’incursion surprenante de Sony sur le marché des drones professionnels.

Après plusieurs mois de teasers, la marque a officialisé son drone Airpeak S1 en juin dernier. Résolument premium, il vise les professionnels de l’image. Et pour cela, il met en avant sa compatibilité totale avec les hybrides et caméras de Sony. L’opérateur peut ainsi régler tous les paramètres de prise de vue depuis l’interface du drone, sans soucis de compatibilité.

Le pari de Sony est osé, car le marché est aujourd’hui largement dominé par DJI et ses aéronefs Matrice et Inspire. Et le constructeur chinois dispose d’un grand nombre d’années d’expérience. Mais l’arrivée du Sony Airpeak S1 intervient dans un contexte particulier, les États-Unis (et certains de ses alliés) se montrant de plus en plus frileux vis-à-vis des marques chinoises. Comme nous l’écrivions en juin dernier, Sony pourrait donc chercher à conquérir le marché des drones américains – à l’instar de Parrot avec son Anafi USA ou de la marque Freefly et ses drones made in USA.

Quelles perspectives pour Sony en 2022 ?

En 2022, la marque japonaise devrait poursuivre sur sa lancée. Avec un seul objectif : conserver son avance sur le marché des hybrides plein format, malgré la concurrence grandissante de Canon et Nikon, qui ont bien rattrapé leur retard sur ce terrain.

En toute logique, la marque devrait consolider sa gamme G Master, notamment avec le renouvellement de certaines optiques phares comme le Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM, certes très performant mais perfectible sur certains points.

Du côté des boîtiers, certaines rumeurs tablent déjà sur l’arrivée d’un A7R V et d’un A9 III – les modèles actuels s’apprêtant déjà à souffler leur 3e bougie. D’autres sources évoquent aussi un (hypothétique) Sony A1000, doté d’un capteur APS-C, capable d’atteindre 30 i/s en rafale. De même, un Sony A5 pointerait le bout de son nez, et serait une réponse directe au Canon EOS RP.

Cependant, ces différents bruits de couloir sont à prendre avec des pincettes, notamment en raison de la pénurie de composants électronique qui touche aujourd’hui tous les constructeurs.

Mais dans tous les cas, l’année 2022 devrait à nouveau être riche en nouveautés, qu’il nous tarde de découvrir.