Sony dévoile aujourd’hui la caméra Sony FX3, nouveau membre de la gamme professionnelle Cinema Line destinée à la création cinématographique. Elle reprend une grande partie des caractéristiques vidéo du Sony Alpha 7S III présenté l’été dernier dans un boîtier vidéo compact, léger et polyvalent avec une ergonomie destinée à un usage à un seul opérateur. Elle vient ainsi offrir une alternative plus compacte et légère à la FX6 – déjà bien compacte – tout en offrant le profil de rendu S-Cinetone et la qualité du plein format dans un boîtier au capteur stabilisé sur 5 axes.

 

Sony FX3, cousin de l’A7S III

Dotée d’un capteur CMOS plein format rétroéclairé Exmor R de 10,2 Mpx en 16:9 (12,9 Mpx au total, 12,1 Mpx effectif en photo) couplé au processeur BionZ XR déjà présent sur la FX6 et l’A7S III, la Sony FX3 offre une large dynamique d’image (+15 stops) ainsi qu’une très haute sensibilité (800 – 12800 ISO, extensible jusqu’à 409 600), véritable atout de ce capteur de « seulement » 10,2 Mpx. Le tout tirant parti de la gamme d’optiques en monture E. À l’intérieur, on retrouve les mêmes capacités vidéo que le Sony A7S III : 4K jusqu’à 120p avec autofocus, Full HD jusqu’à 240p, enregistrement en XAVC S / XAVC S-I et XAVC HS jusqu’en 10bit 4:2:2 en Long GOP ou All-Intra en H.264 ou H.265. Un flux 4K 60p 16-bit ProRes RAW est disponible en HDMI. L’appareil est toujours capable d’enregistrement en S-Log 3 et 2 ainsi qu’en HLG pour la vidéo HDR, mais gagne le S-Cinetone absent de l’A7S III et qui offre une différenciation de gamme. Le Rolling Shutter est également fortement minimisé sur ce boîtier.

On notera que la 4K 120p n’est disponible qu’aux formats XAVC S ou HS et non S-I, avec donc un débit limité à 280 Mb/s en 4:2:2 10-bit. Un recadrage 1,1x est également à noter dans ce mode. Côté photo, l’appareil dispose d’un obturateur mécanique – coucou Sigma fp – et est capable d’enregistrer des images au format RAW, de réaliser des rafales jusqu’à 10 fps – identique à l’A7S III) et de photographier à des vitesses allant de 1/8000s à 30 s. Même si ce boîtier peut réaliser des photos, ce n’est pas son but, et Sony ne donne pas plus d’informations.

Compact, mais épais

Pour en savoir plus sur les caractéristiques techniques en vidéo, vous pouvez relire notre article sur l’A7S III, c’est strictement la même chose.

Sony A7S III : l’hybride plein format vidéo qui veut enterrer la concurrence avec la seule 4K

Stabilisation capteur et autofocus hybride

La caméra FX3 est la première de la Cinema Line à disposer d’un capteur stabilisé 5 axes (gain de 5,5 stops) avec un mode de stabilisation active pour la prise de vue à main levée et en marchant. Les métadonnées enregistrées peuvent également servir pour une stabilisation en postproduction dans les logiciels Catalyst Browser ou Prepare. Côté autofocus, cette caméra reprend les technologies d’autofocus hybride désormais bien connues chez Sony comme le Real-Time Eye-AF et le Real-Time Tracking ainsi que de nombreuses possibilités de réglage pour paramétrer la sensibilité et la vitesse de l’autofocus. En vidéo, ces performances autofocus la destinent à un usage à un seul opérateur, sans assistant. Environ 89% de l’image est couverte par l’autofocus (94% en hauteur et 95% en largeur) et l’appareil utilise 627 points AF à détection de phase pour une mise au point précise, peu importe la position du sujet.

Une caméra Sony Cinema Line ultra-compacte

Finalement, on pourrait dire que la FX3 est un A7S III plus gros, et c’est un peu cela. En effet, la Sony FX3 se différencie beaucoup des précédentes caméras Cinema Line par son gabarit. Il s’agit du boîtier le plus compact de la gamme avec des dimensions de 77,8 x 129,7 x 84,5 mm (H x L x P) et un poids plume de 715 g (avec batterie et carte mémoire). Comparée à la FX6, c’est plus de 200 g de moins et des mensurations plus proches d’un Sony A7S III. La FX3 est d’ailleurs moins haute en raison de l’absence de viseur. Un format idéal pour être utilisé sur un drone – coucou Airpeak.

Sony A7S III à côté de la FX3 / source : Cined

Comparée à un A7S III, dont l’ADN est hybride photo et vidéo, la FX3 a un ADN 100% vidéo – bien que capable de réaliser des images fixes – que l’on retrouve dans son ergonomie. Elle est ainsi dotée d’un design compact qui facilite son usage à main levée.

De gauche à droite, Sony VENICE, FX9, FX6 et la nouvelle FX3

Libérée de sa cage

Le boîtier en alliage de magnésium et résistant à la poussière et à l’humidité dispose de 5 pas de vis 1/4″20 UNC – 3 sur le dessus et un de chaque côté de la caméra – pour y fixer des accessoires complémentaires. Sony indique ainsi que la FX3 peut facilement se passer d’un rig supplémentaire, pour une compacité inégalée. Pour pousser le côté « mini rig » encore plus loin, Sony fournit avec la caméra une poignée supérieure amovible qui vient se fixer sur la griffe porte-accessoires (et utilise 2 pas de vis 1/4″ 20 UNC. Cette poignée offre une meilleure prise en main et dispose de 2 entrées son XLR/TRS et 1 entrée stéréo jack 3,5. Elle apporte également 3 pas de vis supplémentaires pour y fixer par exemple un moniteur ou enregistreur externe. La caméra dispose d’un écran sur rotule orientable et tactile de 7,5 pouces d’environ 1,44 million de points, le même que pour l’A7S III. Peu utilisé en vidéo, l’appareil fait ainsi l’impasse sur le viseur électrique, qui sera dans tous les cas remplacé par un moniteur ou viseur externe.

Ergonomie 100% vidéo

Avec un format plus proche d’un appareil photo que d’une caméra, on retrouve une disposition des boutons un peu différente de celle d’un appareil photo. L’interrupteur ON/OFF se trouve à l’arrière du boîtier, au-dessus de l’écran, et l’appareil dispose d’accès rapide pour les fonctions Zebra, Peaking, Shutter, Iris, ISO et balance des blancs ainsi que la loupe de grossissement pour la mise au point. Jusqu’à 15 boutons sont personnalisables et 6 sont numérotés pour assigner plus facilement des réglages. On retrouve également un levier de zoom pour les objectifs qui disposent d’un zoom motorisé – fréquent dans la gamme Ciné comme le 18-110 mm f/4. À l’avant du boîtier, un bouton personnalisable permet de lancer l’enregistrement. Des lampes situées sur l’avant, le dessus et l’arrière du boîtier permettent d’indiquer l’enregistrement (tally lamp). Sony a intégré à cette caméra un système de dissipation de chaleur passif ET actif. On retrouve à l’intérieur une structure en graphite couplée à un ventilateur – dont la vitesse est réglable – qui permet à Sony d’indiquer un temps d’enregistrement 4K 60p illimité sans risque de surchauffe.

Niveau connectique, ce boîtier dispose , ce boîtier dispose d’un port HDMI Type A, d’une prise casque et micro en jack 3,5 mm, d’un port USB-C 3.2 et d’un port Micro USB. La connectivité sans fil est assurée par le Wifi, Bluetooth 5.0 et NFC et il est possible d’effectuer un transfert FTP à l’aide d’un smartphone 5G en USB-C (ou un adapteur USB-Ethernet).

Si un chargeur secteur est fourni, on peut noter que le boîtier se recharge en USB avec un chargeur compatible USB PD et peut également être alimenté lors de son utilisation). La FX3 dispose de deux emplacements mémoires compatibles SD UHS-I/II et CFexpress Type A, comme c’est le cas pour le Sony A7S III. L’appareil utilise une batterie NP-FZ100 qui permet une autonomie jusqu’à 135 min en enregistrement vidéo continu et environ 600 images en photo (norme CIPA).

Prix et disponibilité de la Sony FX3

La caméra Sony FX3 sera disponible début mars 2021 à un tarif de 4699 € boîtier nu. La poignée amovible est fournie. Elle est d’ores et déjà disponible en précommande, avec une offre de lancement jusqu’au 30 avril 2021 permettant de bénéficier de jusqu’à 900 € de remise immédiate pour l’achat d’un à trois objectifs complémentaires.

Notre premier avis sur la Sony FX3

Avec la caméra FX3, Sony ajoute un nouvel atout à sa série Cinema Line avec un modèle ultra-compact dont les caractéristiques vidéo sont identiques à l’A7S III. Peu de choses séparent ces deux caméras, si ce n’est leur philosophie. L’A7S III, qui séduisait déjà de nombreux vidéastes, y compris pour des productions vidéo exigeantes, vient du monde de la photo – les hybrides 24×36 qui font le succès de Sony en photo.

Avec la FX3, Sony miniaturise son système à destination des vidéastes purs, avec une modularité poussée, un système taillé avant tout pour la vidéo – même si la FX3 permet aussi de capturer des photos. Au final, Sony propose avec ce modèle un boîtier vidéo 4K qui pourra rentrer davantage dans le workflow d’une production déjà dotée de FX6, FX9 ou de Venice grâce notamment au rendu S-Cinetone. Plutôt que faire de la surenchère de définition, Sony montre encore une fois son savoir-faire pour une caméra 100% vidéo qui devrait séduire les professionnels, même si finalement cette caméra n’apporte rien en termes de qualité d’image par rapport à un A7S III.