Apple a récemment lancé son nouveau smartphone abordable, l’iPhone SE. Proposé à partir de 489 €, il ne vise pas à faire de l’ombre aux modèles haut de gamme. Il semble incarner une sorte de « retour aux sources » et opte pour un design bien connu, identique à celui de l’iPhone 8 (et de ses prédécesseurs). Mais il se différencie des précédents modèles grâce à sa puce A13 de dernière génération. Côté photo, il se pare d’un unique capteur mais bénéficie de la force logicielle d’Apple.

Quelles performances pouvons-nous attendre de ce « petit » iPhone ? Pour en juger, nous avons passé plusieurs semaines avec ce terminal. Est-il de taille à vous accompagner dans toutes vos aventures photographiques du quotidien ? Réponse dans ce test photo de l’iPhone SE.

Caractéristiques de l’iPhone SE (2020)

Ce n’est un mystère pour personne : l’iPhone SE reprend à l’identique le design inauguré par l’iPhone 6 en… 2014. Ainsi, cet iPhone SE ressemble fort à la conclusion d’une ère. De la même manière, l’iPhone SE de 1e génération, lancé en mars 2016, venait clore le cycle inauguré en 2010 avec l’iPhone 4.

Mais ce modèle signe aussi la fin définitive des iPhone aux grandes bordures, où la navigation est centrée autour du « légendaire » bouton Home et de la fonction Touch ID.

Alors que certains smartphones affichent des écrans démesurément grands et une multitude de capteurs photo, cet iPhone SE dénote radicalement. Pensez donc, un écran de 4,7 pouces seulement et un unique capteur dorsal de 12 Mpx !

Pourtant, cet apparent minimalisme dissimule une profusion d’avancées technologiques. Ainsi, on retrouve la puce A13 Bionic de dernière génération, gage d’un haut niveau de performances. On notera aussi la présence de la recharge sans fil – qui a fait son apparition avec l’iPhone 8.

L’iPhone SE est proposé en trois coloris : noir, blanc ou rouge. Trois capacités de stockage sont disponibles : 64 Go, 128 Go et 256 Go. Nous vous recommandons chaudement d’opter au moins pour la version 128 Go pour ne pas être trop rapidement à court d’espace de stockage pour vos photos et vos vidéos.

In fine, ce terminal doit représenter un équilibre parfait entre simplicité (apparente) et performances. Voilà qui résume bien l’état d’esprit qu’observe Apple depuis de nombreuses années !

Voici la liste des caractéristiques complètes de l’iPhone SE (2020) :

  • Écran : IPS, 4,7 pouces
  • Résolution : 750 x 1334 pixels
  • Appareil photo dorsal : 12 Mpx, optique équivalent 23 mm, ouverture f/2,2, stabilisation optique
  • Appareil photo frontal : 7 Mpx, f/2,2
  • Vidéo : 4K à 60 i/s, Full HD à 120 ou 240 i/s
  • OS : iOS 13
  • Processeur : A13 Bionic
  • Stockage : 64, 128 ou 256 Go
  • Résistance à l’eau : norme IP67
  • Dimensions : 138,4 x 67,3 x 7,3 mm
  • Poids : 148 g

iPhone SE : un design (presque) rétro et un écran impeccablement calibré

L’iPhone SE (version 2020) fait preuve d’un classicisme à toute épreuve. Si vous possédez un iPhone 6, 6S, 7 ou 8, vous ne risquez pas d’être dérouté : ce terminal reprend en effet l’intégralité des codes stylistiques de ses prédécesseurs.

On notera évidemment son petit gabarit, aux antipodes des smartphones géants récemment dévoilés par Samsung, Huawei ou Xiaomi (et bien d’autres). L’iPhone SE mesure 13,8 x 6,7 cm seulement pour 148 g et se glisse tout naturellement au creux de la main – ou de nos poches de jean. Un confort que l’on apprécie immédiatement.

Point d’encoche ni de poinçon sur cet iPhone : (re)voici le petit écran de 4,7 pouces, encadré par deux bordures supérieures et inférieures. Cet écran est de type LCD IPS, à l’image de l’iPhone 11 et Xr – et des anciens modèles.

Au fil des années, Apple nous a habitué à une excellente fidélité des couleurs… et cet iPhone SE n’y fait pas exception. Naturellement, le mode True Tone – qui permet un ajustement des couleurs en fonction de la lumière ambiante – est de la partie (et peut être désactivé pour une restitution plus fidèle).

On notera cependant la définition limitée de cet écran : seulement 750 px de large pour 1334 px de haut. Malgré tout, cet afficheur offre une très bonne lisibilité. En plein soleil, l’écran reste agréable… malgré les nombreux reflets – et une luminosité qui aurait pu être encore meilleure. Sur ce point, un écran OLED aurait sans doute été plus à l’aise.

iPhone SE sur crocodile (seuls les amateurs de chemins de fer pourront comprendre ce jeu de mots)

Nous avons craint, au début de ce test, que l’écran de 4,7 pouces ne soit trop petit au quotidien. En réalité, l’interface d’iOS se montre toujours aussi lisible. D’autant qu’une option permet d’agrandir la taille du texte, offrant un meilleur confort visuel.

Bien évidemment, ce nouveau modèle signe aussi le retour du « fameux » bouton Home, marque de fabrique des terminaux d’Apple jusqu’à l’iPhone X. Touch ID se montre toujours aussi efficace et permet de réveiller et de déverrouiller l’iPhone en toute simplicité… même lorsque l’on porte un masque ! Pratique en cette époque post-Covid. D’autant qu’il s’avère bien plus rapide et fiable que les lecteurs d’empreinte intégrés à l’écran de certains smartphones récents.

Bien visibles en bas de l’écran, le bouton Home et le déverrouillage via Touch ID sont toujours aussi efficaces

En revanche, n’espérez pas un retour de la prise audio jack 3,5 mm, absente depuis l’iPhone 7 (sorti en 2016). Pour brancher vos écouteurs, il faudra vous en remettre au port Lightning, toujours présent sur la tranche inférieure. Enfin, notons la certification IP67 de ce modèle. Le terminal pourra donc résister aux projections de liquides, voire même une immersion de 30 minutes à 1 m de profondeur.

Ce minimalisme est-il une mauvaise chose ? Loin de là. À notre goût, l’iPhone SE incarne une forme de retour à l’essentiel, loin de la démesure dont certains constructeurs ont pu faire preuve ces derniers temps.

Qualité photo : l’iPhone SE, un excellent compagnon du quotidien

Le « retour aux fondamentaux » que nous évoquions ci-dessus se constate également du côté de la photo.

Oubliez le triple capteur des iPhone 11 Pro et 11 Pro Max, ou les quadruple voire quintuple capteurs ayant fleuri ces derniers mois.

Au dos de l’iPhone SE, on retrouve « seulement » 1 capteur – comptant 12 Mpx. Aux antipodes des capteurs de 24, 48 voire 108 Mpx que nous avons pu voir fleurir ces derniers mois, donc. Ce capteur – fourni par Sony, comme à l’accoutumée – est surmonté d’un objectif constitué de 6 lentilles, accompagné d’un mécanisme de stabilisation optique.

Cet unique objectif possède une longueur focale « standard », équivalent 23 mm, et opte pour une ouverture à f/1,8. De ce point de vue, on notera la grande similarité de ce module avec celui de l’iPhone 8.

Cet iPhone SE se démarque de la concurrence en n’intégrant pas d’objectif ultra grand-angle ou de télézoom. Cet éventuel manque de polyvalence pourra toutefois être compensé en ajoutant une optique supplémentaire. À ce titre, mentionnons celles conçues par Moment : elles pourront être montées grâce à une coque compatible et s’avèrent très qualitatives.

iPhone SE avec une coque et optique Moment

Par défaut, les photos sont enregistrées en HEIC (et non en JPEG), format propriétaire d’Apple. Si vous souhaitez ouvrir vos fichiers depuis votre ordinateur, un détour par iCloud, Google Photos ou Lightroom s’impose donc.

Test Moment : Photo Case, New Wide Lens et New Macro Lens pour smartphone

Au niveau de l’interface, Apple a apporté quelques nouveautés avec cet iPhone SE. À l’instar des iPhone 11, un appui long sur le déclencheur en mode photo permet de capturer rapidement une vidéo grâce au mode Quicktake. Pour capturer des images en rafale, il suffit de glisser le déclencheur vers la gauche (ou vers le bas quand on tient l’appareil en mode paysage). Pour capturer une vidéo plus longue, plus besoin d’aller vers le mode “vidéo” idoine : il suffit de faire glisser le déclencheur vers la droite (ou vers le haut quand on tient l’iPhone à l’horizontale). Autant de nouveautés qui devraient être disponibles sur les modèles d’iPhone d’anciennes générations grâce à iOS 14.

Au-delà de la partie matérielle, cet iPhone fait également la part belle à la « photographie computationnelle » – autorisé par sa puce A13 Bionic de dernière génération. Ainsi, Apple mise à nouveau sur le Smart HDR, qui s’appuie sur les (nombreux) algorithmes conçus par la marque. Dans la pratique, l’appareil combine une série de clichés sous-exposés et une image surexposée. Le but : accroître le niveau de détails et réduire la présence du bruit numérique. Ainsi, sur nos images de jour, la sensibilité du capteur a rarement dépassé les 20 ISO.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/850 s, 20 ISO

De même, Apple s’appuie sur le « Semantic Rendering« , une solution d’intelligence artificielle qui doit reconnaître les éléments d’une photo pour l’exposer d’une manière plus naturelle et plus homogène.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/1100s, 20 ISO

Mais concrètement, est-il un bon compagnon photographique de tous les jours ? Mettons fin au suspens : oui, l’iPhone SE (2020) est un très bon photophone, capable de capturer de belles images. Il pourra donc vous accompagner au quotidien ou en voyage, en complément de votre matériel photo habituel.

Une superbe Peugeot 504 cabriolet de 1971 – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/1050s, 20 ISO

Un exemple parfait d’une (très) grande plage dynamique. L’intérieur du garage est parfaitement exposé, malgré les importantes différences de luminosité. À gauche de la photo, on notera une légère surexposition, la scène étant en plein soleil. Globalement, l’iPhone SE s’en tire très bien grâce au Smart HDR. iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 120s, 32 ISO

En plein jour, l’iPhone SE permet de capturer des photos de très bonne facture. Les images sont parfaitement exposées et présentent une très bonne gestion des contrastes. Le Smart HDR se montre suffisamment subtil (sauf exceptions) et nous convainc bien davantage que le rendu proposé par d’autres constructeurs. Comme à son habitude, Apple livre des photos au rendu colorimétrique très neutre… et qui tend légèrement vers le bleu. À l’inverse, les Pixel de Google proposent des images (un peu) plus chaudes.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/300s, 20 ISO

La gestion des détails est correcte… mais demeure perfectible. En effet, la caméra tend à accentuer les micro-contrastes d’une manière un peu artificielle. En zoomant à 100 %, le résultat peut parfois paraître un peu brouillon. Un constat que nous faisions déjà avec l’iPhone X. Malgré tout, l’iPhone SE reste un très bon élève dans sa catégorie.

La plage de Criel-sur-Mer en plein après-midi – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/3400s, 20 ISO

Scène matinale paisible sur la Seine et le Musée d’Orsay – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/2300s, 20 ISO

La campagne à Paris : vue sur le lac et la végétation du Parc Montsouris – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/2400s, 20 ISO

Sans surprise, l’absence d’objectif dédié au zoom s’avère assez préjudiciable. Le terminal s’en remet exclusivement au zoom numérique, qui dégrade très rapidement la qualité de l’image. La perte de détails est tolérable en début de zoom, mais l’image se dégrade fortement à fond de zoom. On regrettera qu’Apple n’ait pas intégré un zoom x2 ou x3, qui aurait certainement été un ajout pertinent… mais aurait sans doute fait monter la facture.

Voici une comparaison entre le zoom numérique de l’iPhone SE et le Pixel 4 XL à 1,8 x. Comme on peut le voir, le Pixel 4 XL offre une copie plus détaillée.

En revanche, nous avons été très agréablement surpris par la gestion du bokeh de l’objectif, qui ne passe par aucune retouche mais exploite la taille du capteur.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/640s, 20 ISO

De même, le mode Portrait s’avère efficace… mais génère parfois un flou d’arrière-plan un tantinet artificiel. Au final, nous lui préférons le mode photo « normal », qui génère des images plus réalistes.

Au passage, notons que le mode Portrait de l’iPhone SE ne fonctionne qu’avec les humains et n’est pas capable d’isoler les animaux ou autre objet de leur arrière-plan, comme c’est le cas sur les iPhone Xr et ses successeurs.

Fripouille surveille son territoire pendant qu’un humain s’obstine à braquer un drôle de rectangle noir devant elle – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/1250s, 20 ISO

Comme à l’accoutumée, on retrouve le mode Panoramique, qui permet de capturer de belles images semi-circulaires.

Alors comme ça, il pleut tout le temps en Normandie ?

Sans oublier les modes d’éclairage de scène, qui visent à imiter le rendu des portraits « à la Harcourt », amusants mais dispensables. D’autant que les algorithmes de détourage ne sont pas pas toujours d’une précision infaillible

Comme à son habitude, Apple offre un nombre assez limité d’options de prise de vue. Pour disposer d’un mode « Pro » et d’une plus grande latitude créative, il vous faudra télécharger l’une des nombreuses applications présentes sur l’App Store.

Néanmoins, nous sommes un peu déçus par la gestion des basses lumières. Lorsque que la luminosité baisse, les images perdent en détails et le lissage s’avère assez présent. Au global, les images sont correctes, mais dès que l’on zoome sur l’image, les détails manquent de finesse.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/120s, 64 ISO

Retrouvez ci-dessous une série de photos jour capturées avec l’iPhone SE : 

De nuit, l’iPhone délivre des photos correctes… mais aurait sans doute pu faire mieux. Dans l’ensemble, les clichés sont d’assez bonne facture. L’ennui, c’est que le lissage est parfois très prononcé. Pour tenter de pallier cela, l’appareil vient réduire la vitesse d’obturation (1/25s, 1/17s, voire moins)… mais dans ce cas, le risque de photos floues est assez élevé et nous avons raté plusieurs photos à cause de cela.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/25s, 640 ISO

Certes, les mécanismes d’exposition automatique font correctement leur travail et les sources de lumière sont correctement amplifiées lorsqu’elles sont homogènes. Mais les sources de lumières vives (phares des voitures, éclairage public) forment des halos assez disgracieux. D’ailleurs, pensez à nettoyer votre lentille avant de faire des photos, de nuit comme de jour, pour optimiser la qualité d’image.

Devinette : devant quelle gare parisienne cette photo a-t-elle été prise ? – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/25s, 400 ISO

De nuit, l’absence d’un vrai zoom optique s’avère (encore plus) préjudiciable pour l’iPhone SE. Même en restant modéré, l’utilisation du zoom numérique dégrade très fortement la qualité de l’image. Ainsi, cette photo nocturne des Champs-Élysées est assez infâme… et indigne d’un smartphone sorti en 2020.

D’une manière assez prévisible, le zoom numérique dégrade fortement la qualité de l’image. Un point qui se vérifie encore plus la nuit. iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/17s, 640 ISO

De même, on regrette vraiment l’absence d’un vrai mode de prise de vue nocturne. Son omission est d’autant moins compréhensible que ce modèle, on l’a dit, est équipé d’un processeur largement suffisant pour gérer cette fonctionnalité. Il est donc probable que l’absence du mode Nuit soit davantage pour creuser (artificiellement) l’écart entre le « petit » iPhone SE et ses grands frères plus onéreux.

iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/4s, 2000 ISO

Cette absence vient causer un réel problème dans la restitution des détails : bien souvent, ces derniers apparaissent comme « gommés » dès que l’on zoome sur la photo. Sur ce point, les terminaux de Google (comme l’excellent Pixel 4/4 XL) s’en sortent beaucoup mieux – en mode Nuit comme en mode normal, un comble.

 

La photo de nuit est donc le terrain sur lequel l’iPhone SE perd pied, notamment face au Google Pixel 4 XL, dont les algorithmes de prise de vue permettent de capturer de superbes photos nocturnes en toute circonstance.

Retrouvez ci-dessous une série de photos de nuit capturées avec l’iPhone SE : 

 

Vidéo 4K à 60 i/s

À l’image des smartphones les plus récents, l’iPhone SE permet de capturer des vidéos en 4K (UHD) à 24, 30 ou 60 fps. Là aussi, on retrouve quelques petites nouveautés au niveau de l’interface : il suffit de toucher l’écran en haut à droite pour changer la taille des vidéos (4K ou Full HD) et la fréquence d’image (30 ou 60 i/s).

Les images capturées sont de belle facture et parfaitement exposées grâce au Smart HDR. La gestion des détails, du bruit et du lissage est très similaire au mode photo… et s’avère donc légèrement perfectible. Cela étant, les images restent très belles et le mode vidéo de l’iPhone SE ne souffre d’aucun réel défaut.

La stabilisation optique fait correctement son travail et les images s’avèrent fluides. Ainsi, elle permet de gommer (assez) efficacement les tremblements d’une vidéo capturée en marchant. En revanche, le micro de l’iPhone SE est assez sensible au vent : un point qui mériterait d’être amélioré selon nous.

 

De nuit, la situation est analogue à celle rencontrée en photo. Les images sont correctement exposées et l’iPhone SE s’en tire assez bien. Malheureusement, les images manquent de détails et les sources de lumière sont assez mal gérées par le terminal. Sur ce point, la concurrence fait nettement mieux.

L’appareil permet aussi de générer des vidéos en Full HD à 120 ou 240 i/s. Contrairement à d’autres constructeurs (coucou Samsung ou Huawei), Apple reste dans la sobriété et fait l’impasse sur les modes « super ralenti » à 960 i/s. Cela étant, ce mode permet d’obtenir de petites séquences de très belle facture. L’appareil détecte le passage le plus intéressant et génère l’effet de ralenti automatiquement. Ce dernier est ajustable à l’envi depuis l’éditeur de la galerie.

Enfin, notons la présence d’un mode « accéléré », qui permet de créer de petites vidéos en mode « hyperlapse ». Ludique et amusant.

Et en audio ?

La partie audio de cet iPhone SE s’avère très équilibrée. Comme indiqué plus haut, ce modèle ne signe pas le retour de la prise jack – un choix assez logique et prévisible de la part d’Apple. Cependant, on notera qu’Apple ne fournit plus d’adaptateur Lightning-jack 3,5 mm dans la boîte de l’iPhone. Ce dernier est vendu 11 € : une petite pointe de radinerie de la part de la marque à la pomme croquée.

Heureusement, la sortie sonore de l’iPhone SE s’avère remarquable, avec un rendu audio très précis. Avec notre casque de test – un Sony MDR-V6 – le son est à la fois riche et puissant. L’écoute de fichier en haute résolution (grâce à un service musical comme le français Qobuz, par exemple) est un vrai régal.

En Bluetooth, le résultat est tout aussi bon. Malgré tout, on regrette qu’Apple persiste à ne pas supporter le protocole APT-X, qui offre une restitution audio HD avec un casque compatible. Toutefois, le son délivré vers notre casque Plantronics PLT Focus ne souffre d’aucun défaut. Aucun souffle n’est à noter, même à volume minimum.

La sortie du son est assurée par les 2 grilles présentes de part et d’autre du port Lightning, ainsi que par le haut-parleur présent sur la bordure supérieure de l’appareil. La qualité du son est correcte – sans toutefois égaler les performances des iPhone les plus onéreux. Cependant, il s’avère assez « rond » et agréable à l’oreille.

En appel, l’iPhone SE délivre une qualité exemplaire. Nos interlocuteurs entendaient parfaitement notre voix. Le terminal est compatible avec la norme VoLTE (Voice over LTE) : lors des appels téléphoniques, la voix de l’utilisateur est transmise à travers le réseau 4G (et non 3G+) pour une qualité de son est nettement supérieure.

Performances et interface

Comme nous le disions plus haut, l’iPhone SE intègre une puce A13 – soit le même processeur que les iPhone 11, 11 Pro et 11 Pro Max, autrement plus onéreux.

Comme d’habitude avec Apple, la quantité de RAM n’a pas été communiquée. Cependant, certaines sources évoquent un total de 3 Go de mémoire vive. C’est plus que l’iPhone 8 (que cet iPhone SE vient remplacer), qui intégrait 2 Go. Mais moins que les iPhone 11, qui se dotent de 4 Go.

Mais au-delà des simples spécifications, l’iPhone SE est-il fluide au quotidien ? Une fois de plus, la réponse est oui. iOS (ici en version 13.5) se montre toujours aussi intuitif, fluide et réactif, et le terminal réagit au doigt et à l’œil.

Pour tester les performances réelles de la puce A13, nous avons installé les jeux Smash Hits et PinOut!, tous deux très gourmands en ressources graphiques. Heureusement, l’iPhone SE s’en sort sans peine et chauffe très peu.

Comme tous les modèles signés Apple, cet iPhone SE bénéficie du suivi des mises à jour d’Apple pendant 3 à 5 ans et est donc compatible avec iOS 14 qui sortira à la rentrée. On ne peut certainement pas en dire autant de la part des autres constructeurs de smartphones, qui plus est sur des appareils milieu de gamme…

Quelle autonomie pour cet iPhone SE ?

En 2016, l’autonomie de l’iPhone SE de première génération était l’un de ses points forts. En est-il de même pour ce cru 2020 ?

L’iPhone SE de 2016 (à gauche) aux côtés de son frère, l’iPhone SE de 2020 (à droite)

Comme pour la mémoire vive, la taille de la batterie est une donnée qu’Apple refuse de communiquer au grand public. Cela étant, plusieurs sources évoquent une batterie de 1821 mAh, à l’instar de l’iPhone 8.

À l’heure où certains modèles intègrent une batterie de 4000 voire 5000 mAh, cette capacité pourrait sembler ridicule. Heureusement, l’iPhone SE se montre vraiment endurant. En utilisation modérée, sa batterie peut tenir 2 voire 3 jours loin d’une prise secteur. En cas d’usage plus intensif, l’iPhone SE est capable de tenir une journée et demie sans problème.

Plusieurs raisons à cela :

  • D’une part, son processeur A13, censé se montrer plus économe en énergie (dixit Apple)
  • D’autre part, l’équilibre matériel / logiciel, lié à l’écosystème Apple et à iOS 13. Lorsque l’iPhone n’est pas utilisé, la consommation de batterie est quasi-nulle.
  • Enfin, l’écran IPS et sa « petite » résolution de 750 x 1334 pixels, nettement moins gourmand qu’une dalle plus définie.

En clair, l’iPhone SE se montre extrêmement raisonnable en termes de batterie. Certes, certains de ses concurrents (chinois, notamment) parviennent à faire mieux, mais ils sont généralement beaucoup plus onéreux.

Côté recharge, le terminal se montre rapide… mais sans plus. Avec un chargeur rapide 18W, la batterie peut regagner 50 % en moins de 30 minutes. Problème, ce chargeur n’est pas fourni par Apple dans la boîte…

Enfin, mentionnons la charge sans-fil (non-réversible), qui recharge complètement l’appareil en 1h30 environ.

À qui se destine l’iPhone SE ?

Avec son petit gabarit, l’iPhone SE (2020) ne s’adresse pas vraiment aux amateurs d’écrans géants… ou à ceux ayant de grandes mains !

En revanche, il saura séduire celles et ceux cherchant un « petit » smartphone, tenant impeccablement au creux de la main et pouvant se glisser facilement dans n’importe quelle poche.

À une époque marquée par des écrans démesurément grands (6, voire 7 pouces), Apple nous rappelle à quel point un appareil d’une taille raisonnable peut être agréable.

L’iPhone SE (2020) aux côtés de son ancêtre l’iPhone 3GS (2009)

Cela étant, l’iPhone SE ne plaira pas forcément à tous les utilisateurs. Ainsi, cet afficheur de 4,7 pouces pourrait vous frustrer si vous êtes un grand consommateur de contenus vidéo (Youtube, Netflix, etc.) ou de jeux vidéo. Dans ce cas, un modèle doté d’un plus grand écran sera sans doute plus adapté.

Avec ses deux grandes bordures, le terminal pourrait paraître un peu daté dans le paysage des smartphones actuels. En revanche, si les écrans borderless vous importent peu, cet iPhone a tout pour vous plaire. Ses finitions sont exemplaires et iOS se montre toujours aussi agréable.

Il saura également séduire celles et ceux voulant un bon compagnon photo du quotidien et qui n’ont pas besoin d’une foultitude de capteurs photo. D’autant que la polyvalence du module photo peut être accrue avec les objectifs dédiés pour smartphone, à l’image de ceux conçus par Moment, par exemple.

Une locomotive diesel ancienne en tête d’un train de banlieue à la gare de l’Est – iPhone SE, 23 mm, f/1,8, 1/850s, 20 ISO

Quelles sont les alternatives à l’iPhone SE ?

Avec son petit format et son tarif très abordable (pour un terminal signé Apple), l’iPhone SE est assez unique sur le marché actuel des smartphones. Il est actuellement proposé à 489 € (64 Go de stockage), 539 € (128 Go) ou 659 € (256 Go).

Si vous cherchez un iPhone tout aussi compact mais avec un plus grand écran, l’iPhone 11 Pro est tout indiqué. Son format s’avère très similaire à notre iPhone SE (à quelques millimètres près) mais l’absence de bordures permet à l’écran de se montrer beaucoup plus large. Avec son triple module dorsal, il se montrera certainement plus polyvalent que l’unique capteur photo de l’iPhone SE. Cependant, le tarif « plancher » de l’iPhone 11 Pro est de 1159 €, alors que celui de l’iPhone SE est de… 489 €. Les 2 terminaux ne jouent donc clairement pas dans la même catégorie !

iPhone SE (2020) (à gauche) à côté de l’iPhone 11 Pro (à droite) : une différence de taille réduite, mais un écran raccourci par les bandes noires

L’un des rivaux de l’iPhone SE est à chercher du côté de chez Samsung, qui propose le Galaxy S10e. Lancé début 2019, il propose un design moderne et un écran borderless de 5,8 pouces. Le tout dans un format très compact, tenant au creux de la main. Il se paye même le luxe d’intégrer un objectif ultra grand-angle, sur lequel l’iPhone SE fait l’impasse. Disponible à 499 €, il représente une alternative tout à fait crédible à l’iPhone SE. Dommage que Samsung ne lui ait pas donné de successeur : la cuvée des Galaxy S20 fait en effet l’impasse sur un modèle compact, ce qui est bien dommage.

Samsung Galaxy S10e

Samsung Galaxy S10e

Un autre concurrent de l’iPhone SE est à aller chercher du côté du Google Pixel 3a. Lancé l’année dernière, ce modèle s’avère encore plus abordable que l’iPhone, puisqu’on peut aujourd’hui le trouver à… 325 €. Doté d’un unique capteur photo (lui aussi), il tire sa force des algorithmes de Google et peut capturer des photos d’excellente facture. Il reste assurément une valeur sûre et s’avère tout simplement le meilleur photophone pour cette gamme de prix.

Pour un niveau de finitions plus élevé (et un objectif supplémentaire), nous vous recommandons aussi son grand frère, le Google Pixel 4 (et sa déclinaison XL). Son autonomie est aurait pu être meilleure, mais son double module photo arrière fait des merveilles. Il est disponible à partir de 650 €.

Test du Google Pixel 4 XL, le smartphone photo dopé à l’algorithme

Conclusion

Avec son petit format et ses grandes bordures, l’iPhone SE (2020) peut surprendre. Un smartphone au design de 2014 lancé en 2020 ? Quelle incongruité ! Pourtant, cet iPhone SE est assurément une bonne surprise.

D’une part, on redécouvre avec plaisir un smartphone qui tient parfaitement au creux de la main et qui ne déforme pas nos poches de jeans. Le bouton Home se montre d’une remarquable fiabilité et est toujours aussi agréable à utiliser.

En photo et en vidéo, là aussi, ce terminal est un fidèle allié du quotidien. Certes, il se montre moins polyvalent que les modèles proposant 2, 3 voire 4 ou 5 optiques dorsales. Cependant, l’iPhone SE est capable de produire de très belles images parfaitement exposées et aux couleurs fidèles. En vidéo, les différents modes fonctionnent à merveille et permettent de capturer de belles séquences très facilement.

Néanmoins,  regrettera peut-être une accentuation des détails un poil exagérée par moment. De même, la qualité des images est inférieure à nos attentes lorsque la lumière vient à baisser.

Disponible à partir de 489 €, cet iPhone ne souffre d’aucun vrai défaut… mais ne plaira peut-être pas à tout le monde. Son petit écran de 4,7 pouces, par exemple, risque d’être un frein pour les plus gros consommateurs de contenus multimédia.

Mais au final, cet iPhone SE s’avère un très bon choix pour qui souhaite s’équiper d’un smartphone à la fois compact et performant, simple et abordable.

Test iPhone SE 2020 : la photo abordable chez Apple
Design et finitions impeccablesPetit format, tient parfaitement dans la mainTouch ID toujours aussi efficaceQualité générale des photos de jourÉcran impeccablement calibréRéactivité de l'appareil photoiOS toujours aussi fluide et agréableTrès bonne gestion de la batterie
Pas de zoom (ni d'ultra grand-angle)Pas de mode nuitPhotos de nuit en net retraitLissage des photos assez prononcé en basse luminositéPeu adapté pour les contenus multimédia à haute dose
8Note finale
Design8
Ergonomie et prise en main8.5
Fonctionnalités7.5
Qualité d'image8