Acheter son matériel photo en ligne à -30%, une aubaine ? Pas forcément, car derrière ces promotions se cachent (parfois) de très mauvaises surprises pour le consommateur non averti. C’est notamment le cas d’un phénomène en plein développement : le marché gris.

Dans ce Mercredi Pratique, nous allons vous expliquer ce qu’est le marché gris et pourquoi il faut parfois se méfier des offres trop alléchantes. Si vous décidez d’en profiter, vous serez au moins averti.

Qu’est-ce que le marché gris ?

Si l’on se réfère à la définition de Wikipédia, un produit vendu en marché gris correspond à un produit vendu « par des canaux de distribution qui, s’ils sont légaux, ne sont pas autorisés par le fabricant ou le propriétaire original. » Il faut bien différencier le marché gris du marché noir, qui, lui, correspond à la vente de produits ou de services illégaux ou distribués de manière illégale.

Dans le domaine de l’électronique et de la photographie, Internet a développé de manière exponentielle les possibilités offertes au marché gris.

Pour faire simple, prenons un exemple concret. Je souhaite acheter un appareil photo neuf. Celui-ci est vendu 499€ en boutique ou sur un site e-commerce classique. Je trouve cependant une offre à 349€ (-30%) sur un site qui me paraît sérieux. Sauf que ce site propose en fait un produit vendu au marché gris. Ce produit, acheté en dehors de France (souvent hors UE, dans un pays où le prix est moins cher), est revendu sur le marché français sans l’accord du fabricant à un prix bien plus intéressant que l’offre locale. Et pour cause, le produit a été acheté moins cher et le vendeur contourne généralement le paiement de la TVA et des droits de douane lors de la vente, sans en informer l’acheteur final, qui doit s’acquitter de ces charges pour être en règle avec la douane française.

Les vendeurs pratiquant le marché gris n’indiquent généralement pas cela en gros sur leur site, mais c’est écrit dans leurs conditions générales de vente, par exemple pour Purnima :

« Nous sommes exportateurs, nos prix sont sans TVA, tous les produits sont expédiés à partir du Royaume-Uni, aucune taxe ne sera exigé par la société de transport pour une livraison dans la Communauté Européenne ou suite à cette livraison. Notre société exportatrice de Hong Kong, Olantrade Ltd, n’étant pas assujettie à une TVA, nous ne sommes pas en mesure de fournir une facture TTC. Suivant le pays de résidence de l’acheteur, celui-ci devra se mettre en conformité avec la législation concernant les taxes (TVA et douane) auprès de l’administration fiscale/douanière locale compétente. »

On pourrait s’arrêter là et saluer la mondialisation des échanges qui permet de profiter d’un produit neuf moins cher et ainsi gagner en pouvoir d’achat. Sauf que ce n’est pas aussi simple que cela.

Les inconvénients du marché gris

En effet, bien qu’il est possible de profiter d’une belle réduction sur son matériel, le marché gris présente plusieurs inconvénients.

Le règlement des droits de douane et de la TVA

Sur le marché gris, le vendeur ne facture au client ni la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée, de 20% sur la majorité des produits électroniques), ni les droits de douane. Le produit, vendu légalement, arrive donc à rentrer illégalement dans le pays, car l’Etat n’a pas appliqué sa taxe.

Vous allez peut-être me dire que vous ne souhaitez pas que l’Etat mette le nez dans vos affaires. Certes, mais sans régularisation de la TVA et des droits de douane, vous êtes en fraude. Les contrôles des douanes n’étant pas monnaie courante dans les villes et les campagnes françaises, vous pouvez vous dire que ce n’est pas un problème.

C’est lorsque vous allez décider de voyager que cela peut en devenir un. Lors du passage d’une frontière, un contrôle de douane peut être effectué (dans un aéroport pour la majorité des cas). Lors de ce contrôle, la douane peut vous demander de présenter les factures de votre matériel photo, pour vérifier que vous êtes bien en règle (TVA et droits de douane). La facture du vendeur au marché gris ne comportant pas de TVA, vous devez la payer ou risquer une régularisation à la douane durant n’importe lequel de vos trajets (plus une amende pour fraude, proportionnelle à la valeur du matériel non déclaré).

En faisant un rapide calcul, on se rend compte que l’avantage financier à l’achat n’en est pas forcément un : il faut rajouter au prix HT + frais de port les 20% de TVA et des droits de douane qui oscillent entre 0 et 14% selon les produits (contacter les douanes pour plus d’informations). Ajoutez à cela des frais de dossiers qui peuvent être importants et on se rend compte que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Une garantie constructeur (parfois) inadaptée

En plus de frais cachés à l’achat, le marché gris engendre une incompatibilité dans la garantie des produits achetés. En effet, pour un constructeur, une importation provenant du marché gris correspond à l’achat d’un produit qui n’est pas autorisé par la marque sur le territoire. Vous ne pourrez donc pas faire valoir vos droits à une garantie légale constructeur auprès de l’importateur agréé (la filiale française du constructeur).

Par exemple, si vous achetez un appareil photo Nikon sur le marché gris, Nikon France ne pourra pas le prendre en charge. Pire, l’importateur agréé peut même refuser d’effectuer une réparation tarifée sur le matériel. A ce sujet, Nikon explique clairement sur une page de son site sa politique au regard des produits qui proviennent du marché gris, et elle est limpide : on ne veut pas en entendre parler.

Heureusement, cela ne veut pas dire que vous vous retrouvez sans garantie. Vous pouvez contacter le vendeur qui vous proposera de passer par sa garantie ou la garantie constructeur… du pays où l’appareil a été acheté en premier lieu. Les réparations peuvent donc être prises en charge en France auprès d’un réparateur indépendant, avec des délais généralement supérieurs à ceux de l’importateur officiel. Le vendeur peut également décider de renvoyer le produit au pays d’origine pour la réparation, ce qui risque de vous bloquer pour un bon moment sans votre matériel photo.

Mais le pire est également possible. Si le vendeur est établi en dehors de l’Union Européenne, il n’est pas soumis aux règles européennes en termes de garantie légale. En cas de problème, vous n’aurez pas beaucoup de voies de recours auprès de la justice française ou européenne.

En conclusion de cette partie, un produit acheté sur le marché gris n’est pas intégré au système de garantie du constructeur en France et peut engendrer de nombreux problèmes et complications. Vous êtes prévenus du risque.

Des spécificités locales à prendre en compte

En achetant un produit provenant du marché gris, on peut s’attendre à ne pas recevoir un produit avec une notice en français ou des menus en français. C’est un détail pour certains, mais il faut en prendre conscience. Sur certains appareils, il est possible de changer de langues. Sur d’autres, c’est plus compliqué. Heureusement, les chances d’avoir un appareil en japonais sont plutôt faibles. Au pire, le menu sera en anglais, et la notice pourra être téléchargée en ligne dans la langue de Molière. Il est également possible de recevoir un produit dont la prise de courant n’est pas compatible avec les prises françaises.

Une autre limite, avancée par les constructeurs, est à prendre en compte : les normes de sécurité et de certification. Sur ce point, on espère que les constructeurs apportent le même soin à leurs produits qu’ils soient vendus en France ou en Asie, mais les obligations ne sont pas les mêmes. Des économies peuvent donc être faites sur un produit dédié à un marché spécifique. C’est un des arguments avancés par Nikon pour ne pas assurer le SAV de ce matériel.

La revente plus difficile

Revendre un produit acheté en marché gris est plus difficile et le produit risque de subir une décote plus importante par rapport à un appareil photo acheté via un canal de commercialisation plus classique.

Les sites spécialistes du marché gris en photo

Voici une liste des sites qui proposent des produits photo issus du marché gris. Contrairement à ce que vous pouvez penser, acheter un produit neuf sur le site de la Fnac, Amazon ou PriceMinister n’est pas forcément gage de sécurité quant à sa provenance, en raison d’une subtilité que beaucoup ignorent : la marketplace.

La marketplace (place de marché, en français) est un système permettant à des vendeurs tiers de proposer leurs marchandises sur des sites reconnus comme Fnac.com, Amazon.fr et bien d’autres, contre le virement d’une commission à plateforme. Certains sites en font leur particularité, comme PriceMinister ou eBay, en mettant en relation particuliers et particuliers (C2C), mais également entreprises et particuliers (B2C). Ce sont les plateformes où le marché gris est le plus présent, car il est souvent difficile de connaître l’origine du vendeur. PriceMinister est le champion des promotions sur le matériel photo.

On pourrait penser que les marketplaces font le ménage parmi les vendeurs qui vendent sur leur plateforme, mais ce n’est malheureusement pas le cas, surtout que le marché gris, comme vu plus haut, n’est pas une pratique illégale.

Voici donc une liste des sites où nous avons remarqué des vendeurs « suspects » de pratiquer le marché gris :

Il y en a sans doute beaucoup d’autres, et le conseil que nous pouvons vous donner pour les marketplaces comme Amazon, Fnac ou autre est de regarder à chaque fois si :

  • le produit est vendu et expédié par le site : si oui, c’est bon
  • le produit est vendu par un vendeur tiers et expédié par le site : dans ce cas-là, c’est aussi sécurisant, car par exemple Amazon assure les services de retour et remboursement sur ces commandes)

smart gear london
amazon

Il existe également des sites de matériel photo spécialistes du marché gris :

Ces sites sont des sociétés basées à Hong-kong qui exportent des produits électroniques grand public vers l’Europe et la France, en passant généralement par le Royaume-Uni qui dispose d’un accord avec son ancienne colonie.

Comment reconnaître un produit vendu en marché gris ?

Les produits vendus en marché gris ne sont jamais indiqués comme tels, mais il est possible de reconnaître ce genre de pratique de manière plutôt simple :

  • le prix de vente est largement inférieur à ce que les autres vendeurs français proposent
  • le produit est vendu sur une marketplace avec un nom de vendeur exotique (PhotoDirect, Direct2You, MarketLand, etc.)
  • le vendeur est domicilié à Hong-kong ou au Royaume-Uni (visible sur les plateformes comme eBay)

Conclusion sur le marché gris en photo

Cet article se termine sur une conclusion pragmatique : le marché gris n’étant pas illégal (même s’il entraîne des comportements illégaux de la part des consommateurs qui ne savent pas qu’il y a une TVA et des droits de douane à payer à l’arrivée), c’est à vous de choisir si le jeu en vaut la chandelle.

Pour un appareil photo ou un objectif, cela peut être plusieurs centaines d’euros d’économies. Mais au final, lorsque les taxes sont réintégrées et qu’on a besoin de la garantie, un produit photo acheté sur le marché gris, c’est potentiellement beaucoup de problèmes pour pas grand-chose.

Finalement, lorsque vous achetez sur le marché gris, vous n’économisez pas d’argent, vous achetez un produit avec un service au rabais. Si le coût est différent, c’est notamment parce que la structure de coûts du vendeur est plus faible que celle de l’importateur officiel, car il ne gère pas le SAV de la même manière, n’apporte pas les mêmes services (nettoyage, maintenance, prêt).

Arthur Michaux, directeur marketing chez Tamron, résume cela simplement : « On ne peut pas acheter du marché gris et demander du service [la garantie et le support, ndlr]. Acheter du marché gris, c’est demander du service local tout en minimisant la filière locale du constructeur ». Tamron informe d’ailleurs sur les importations grises sur son site.

Si vous avez déjà vécu des expériences (positives ou négatifs) dans ce domaine, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires. Dans tous les cas, nous espérons que cet article vous aura éclairé sur le marché gris, une pratique de plus en plus répandue et tolérée par certains sites e-commerce.

  • Stéphane Bigourdan

    J’ai acheté un reflex sur ebay en provenance de Chine et j’ai du m’aquitter de la TVA à la reception. Suis-je donc en règles ?

    • As-tu un document indiquant que la TVA a été réglée sur ce produit ? Si oui, tu devrais être en règle.

    • Stéphane Bigourdan

      Oui j’ai une facture avec le montant de la TVA.
      Ce qui est vrai dans votre article c’est que pour la revente c’est plus compliqué si on est « réglo » avec l’acheteur.

  • Julien

    J’ai moi même acheté un d750 sur le marché gris via PriceMinister. La livraison a été assez rapide, là dessus il n’y a rien à redire. J’ai aussi effectivement esquivé les droits de douanes (et je me moque complétement de l’éthique à ce sujet).
    Néanmoins, lorsque l’appareil a rencontré un soucis d’obturateur (soucis reconnu par Nikon), il a bel et bien était pris en charge par Nikon France qui n’a pas du tout chercher à savoir d’où venait l’appareil. Il a été réparé et ils me l’ont même retourné dans la semaine. Je vous avoue avoir été assez surpris, sachant que j’étais borderline avec la garantie.

    • Tu as eu de la chance, ce soucis était en effet mondial donc j’imagine que Nikon n’a pas trop vérifié d’où venait le boîtier. Mais au prochain pépin, bon courage.

  • Marvin1er

    Cherchant justement à faire l’acquisition d’un hybride en ce moment, j’ai été effectivement « orienté » vers les sites cités plus haut, par de grande plateformes type Fnac ou Amazon. Comme c’était avant de lire cet article, et que l’affaire me paraissait un peu trop belle, j’ai donc été voir les commentaires des clients, que les administrateurs ne cherchent même pas à effacer d’ailleurs: c’est édifiant! La liste des expériences navrantes est telle que je suis parti en courant…
    En tout cas merci à PhotoTrend pour ce billet qui m’a permis de mieux comprendre comment ces pseudo marchands parviennent pourtant à avoir une telle visibilité chez nous.

    • De rien Marvin, cela fait un moment que je voulais faire cet article car on voit de plus en plus de bonnes affaires trop bonnes pour être vraies. Dans tous les cas, tous les bons plans que l’on partage sur Phototrend sont 100% marché blanc 😉

  • Manu2023

    Je soutiens bien évidement l’article et l’intérêt d’avoir un achat en règle. Par contre je m’interroge sur la phrase suivante, il me manque une clé de lecture : « On ne peut pas acheter du marché gris et demander du service » (Nikon). Un appareil est généralement produit par une usine (en asie) et dispatché ensuite dans le monde entier. Dans la commercialisation, il y un role entre 3 parties : l’acheteur, le fabricant et l’Etat. Entre un prix à 499 et un à 349, dans les 2 cas le producteur perçoit les 349, le delta étant la part que l’Etat perçoit en taxes. Le seul perdant. Que ce dernier mette tout en oeuvre pour recouvrer son dû est normal mais en quoi un service du fabricant devrait s’avérer inexistant puisque lui-même percoit la même marge dans les 2 cas ? Le seul biais que ce fabricant peut opposer est la regionalisation des filiales et des sav (lieu de cout en Europe alors que la marge est en Asie). Ce qui dans la mondialisation actuelle est difficilement justifiable. Argument que je veux bien toutefois entendre, mais dans ce cas demandons à ces fabricants de produire, vendre et recolter la plus value sur la même zone géographique donc en France ou en Europe ? Le beurre et l’argent du beurre en fait. Ou alors je n’ai pas vu la poutre que j’ai dans l’oeil ?? 😉

  • Hervé

    Le pire, c’est la Fnac qui se fait concurrence avec sa market place sur du matériel qu’ils on en vente dans leurs rayons!!!

  • Bernard

    Bonjour Damien,
    Bravo pour cet article très intéressant.
    Je m’interroge tout de même de l’intérêt qu’on la Fnac ou Amazon d’encourager ce type de vente (mrketplaces & marché gris) sur leurs sites.
    D’autant que c´est plutôt confusant pour l’acheteur : si l’on ne prete pas attention aux mentions ecrites en petit on pourrait croire que l’on va bénéficier des garanties et du support de l’enseigne. C’est limite trompeur non ?
    Qu’en pensez-vous ?

  • Christian Tell

    Bonjour,
    Il y a quelques années j’ai acheté du matériel au marché gris, en l’occurrence chez Purnima. Il s’agissait d’un boitier de marque Sony et plusieurs objectifs. Les prix étaient effectivement bien plus intéressants qu’en boutique ou sur sites reconnus. Je n’ai eu aucuns scrupules à ne pas avoir payé les frais de douane et TVA. Nos gouvernants nous montrent l’exemple chaque jour en matière de fraude mais c’est un autre débat.
    Je n’ai jamais eu le moindre souci avec ce matériel et toutes les notices étaient en Français. Ce matériel a été repris par une boutique très connue sur Paris sans que le commerçant ne s’offusque de la provenance, et pour un prix à peine inférieur à l’argus photo! j’ai également eu une remise sur le matériel neuf. Je voyage à l’étranger chaque année avec mon matériel photo et, lors des passages en douane ont ne m’a jamais demandé les factures de ce matériel, même aux Etats-Unis.
    Aujourd’hui j’achète mon matériel en boutique car un bon commerçant (celui cité plus haut) consentira une remise et sera de bon conseil, mais il n’est pas exclu que j’effectue encore des achats chez Purnima si une bonne affaire se présente.
    La marque Nikon a été cité dans les commentaires alors je vais parler de l’expérience qu’on eu deux de mes amis avec le matériel de cette marque. Ils ont acheté leurs boitiers reflex semi-pro en boutique spécialisée et au prix fort. Peu de temps après l’achat ils ont eu un problème avec leurs boîtiers. Retour en SAV via la boutique. Ils ont étés privés de leur matériel pendant six mois! sans matériel de remplacement ni même ne serait-ce qu’un mot d’excuse de Nikon!!!
    Les grandes marques (y compris celle que j’utilise) prennent leurs clients pour des vaches à lait, pour ne pas dire pour des c..s. Alors c’est de bonne guerre que d’essayer d’acheter son matériel moins cher, même si au final ce n’est pas la marque qui est perdante.
    En matière d’achat photo il y a de multiples possibilités. Je ne pense pas qu’une soit meilleure que l’autre, il y a simplement de bons et de mauvais commerçants. Il suffit de bien se renseigner et de discuter quand c’est possible, cela permet d’éviter les mauvaises surprises.

  • Laurent Breillat

    Sur les contrôles en douane, vous connaissez quelqu’un à qui c’est déjà arrivé ? Parce que franchement, ça me semble de l’ordre de la légende. Je n’ai jamais été contrôlé, je ne connais personne qui l’ait été, et franchement, avec les dizaines de milliers de touristes dotés d’appareils photo qui transitent par les aéroports chaque jour, ça m’étonnerait que la douane soit chiante, à moins de se balader avec 14 appareils photos dans leur boîte…

    • Marc Sanchez

      2 flashs de studio made in China, on me réclame 71€ de frais de douanes vendeur JUPINA via Amazon. Voilà vous en connaissez un.

    • Mika

      Je pense que Laurent parlait des contrôles à l’aéroport, pas des frais de douane lors d’une commande.

    • Eddy Noruf

      J’ai été contrôlé de retour des US. Non pas à CDG mais à l’aéroport de Rennes. Les douaniers « m’attendaient » : ils savent d’où viennent les passagers. Pour voir jusqu’où je pouvais mentir, je n’ai pas déclaré l’appareil que je venais d’acheter. Les douaniers ont trouvé le pot-aux-roses. Mais c’était just un petit P&S en-dessous du prix limite autorisé (que j’ignorais). Du coup pas de TVA, pas de frais de douane, pas d’amende, juste une remontrance pour avoir caché l’appareil et nié qu’il venait des US.

  • MissShibuya

    Bonjour,
    Je n’ai pas eu recours au marketplace en tant que tel, mais voyageant beaucoup, j’ai toujours acheté mon matériel en Asie, ce qui revient au même. Même si je stresse un peu quand je passe la douane, la tentation est quand même énorme quand on voit un boîtier 5d Mark IV à 2500€ au lieu de 4000€!!!
    En ce qui concerne la garantie, je pense que c’est plus facile quand on peut se rendre chez le vendeur. D’ailleurs le SAV en Asie est bien meilleur qu’en Europe! On m’a ainsi changé un Canon S90 qui affichait un message d’erreur, sans aucune question (au Japon).

    • Amine Belaid

      Hello MissShibuya,

      ou tu as vue le canon 5d Mark IV a 2500 euro ? merci de ton aide

  • Amine Belaid

    Hello MissShibuya,

    ou tu as vue le canon 5d Mark IV a 2500 euro ?

    merci de ton aide.

    une bonne journée.

  • Serge

    Quand tu peux économiser 2000€ sur un reflex, oui c’est une super affaire. Concernant la garantie, la plupart des grandes marques de reflex sont robustes. Concernant la douane, jamais je n’ai été embêté. Comme si tout le monde se promenait avec les factures de tout ses appareils (ordinateur, appareil photo, téléphone….). Donc oui le marché gris est top selon moi

    • Jean Claude Brajus

      bien sur , pas de factures en déplacements à l’étranger..mais fais comme moi tu vas aux douanes avec ton matos et tes factures et ils te font un joli carnet de douanes en régles…et tu es super yranquille

  • damien marechal

    Bonjour,pour moi j ai achete un canon 1300 quand il coutait 1700 sur le moins cher du net,un objo a 550 vendu actuellement 900 et un autre a 800 au lieu de 1100.C est tout du canon,et comme tout le canon que j ai eu jamais de soucis,donc garanti,je m en fiche un peu.Sinon,je voyage aussi,je prends l avion et j ai encore jamais vu un douanier demander a quelqun la facture de son matos.
    Dommage pour Purnima,c etait un site tres serieux avec reponse au mail dans la journée,ce qui est loin d etre le cas de beaucoup de site bien de chez nous….