Adobe Lightroom change radicalement. Mercredi, lors de la conférence Adobe Max 2017, l’éditeur de logiciel a annoncé une refonte complète de son logiciel Lightroom pour ordinateur avec désormais deux versions Lightroom CC : Adobe Lightroom Classic CC et Adobe Lightroom CC. Entre logiciel d’édition photo en local et client léger d’une plateforme d’édition photo cloud, ces deux versions changent le fonctionnement du logiciel d’édition et de catalogage photo tant apprécié. Sans oublier la fin de la licence perpétuelle. Tâchons d’y voir plus dans ce dossier.

Un peu d’histoire : Project Nimbus devient Lightroom CC

Jusqu’alors, le logiciel Lightroom était un seul et même logiciel, disponible soit par abonnement soit en achat « en boite ». Il y avait bien quelques ramifications pour les clients Creative Cloud avec les applications Lightroom Mobile (sur iOS et Android) ainsi que Lightroom Web, mais cela s’arrêtait là.

En 2016, Adobe présente son Project Nimbus, le futur de l’édition photo selon l’éditeur. Nimbus est en quelque chose un prototype de Lightroom dans le Cloud, avec une collection photo stockée dans les nuages et accessibles à l’aide de divers logiciels clients, sur ordinateur PC/Mac, sur tablette ou smartphone et dans un navigateur web. Nimbus, en plus d’offrir une centralisation des photos dans le Cloud, avec les modifications se répercutant sur tous les appareils de manière simultanée, introduit une part d’intelligence grâce au machine learning et à l’intelligence artificielle. Parmi ces nouveautés, la fin prochaine de l’étape fastidieuse des « mots-clés », qui consiste à ajouter à chaque photo un ou plusieurs mots-clés pour les retrouver plus facilement. Désormais, Nimbus analyse l’image et applique automatiquement des mots-clés, comme c’est la règle auprès des grands géants du web (Apple et Google pour ne citer qu’eux). Par exemple, une photo d’un chien sur une plage sera taguée intelligemment « chien », « plage », « sable » et « mer ».

Project Nimbus semblant être arrivé à maturité (ou presque), Adobe décide aujourd’hui de le sortir de son placard et de l’intégrer à Lightroom – pour de vrai – via l’offre Lightroom CC. Au passage, on observe un changement de nom : le client Lightroom dit « lourd », qui permet de cataloguer et développer ses photos en local, devient Lightroom « Classic » CC. Et c’est en quelque sorte logique. Lightroom CC, quant à lui, est désormais déployé sur toutes les plateformes avec comme modèle de base Lightroom Mobile (sur iOS et Android) et devient Lightroom CC (pour ordinateur, pour tablette et smartphone, pour le web).

Le travail effectué en amont par Adobe avec Lightroom Mobile et les collections partagées (synchronisées dans le Cloud d’Adobe et disponibles sur toutes les instances de Lightroom que vous aviez) se répand donc en cascade sur tous les appareils, en plaçant Lightroom Classic CC à un second rang, celui d’outil de catalogage et d’édition photo en local sur une machine.

Deux versions de Lightroom ? Pour quoi faire ?

Il y avait déjà deux versions de Lightroom jusqu’à maintenant : Lightroom 6 et Lightroom CC. L’une était une version dite « à licence perpétuelle » – j’achète une licence et j’utilise le logiciel comme bon me semble – alors que la version CC (pour Creative Cloud) était une version du logiciel par abonnement, disponible dans le cadre de l’offre Adobe CC Photographie et offrant des options étendues comme la possibilité de synchroniser des photos prises au smartphone avec Lightroom pour bureau à l’aide de collections synchronisées (et vice versa).

Aujourd’hui, cette distinction disparait : Lightroom 6 est la dernière version à licence perpétuelle. Il ne sera plus possible d’acheter de licence simple, sans abonnement. Tristesse pour les utilisateurs ne souhaitant pas passer à un nouvel abonnement, les autres éditeurs tiers se frottent déjà les mains.

Désormais, les deux versions de Lightroom passent par un système d’abonnement :

Ces forfaits peuvent être ajustés en termes de stockage pour aller jusqu’à 10 To pour un tarif de 11,99€ par To supplémentaire.

Il faut donc noter qu’il est possible de choisir l’offre d’abonnement Lightroom CC (11,99€/m) à la place de la formule Creative Cloud pour la photographie (11,99€/m) avec comme avantage plus d’espace de stockage (1 To contre 20 Go), mais la perte de Photoshop CC et Lightroom Classic CC. Une offre 100% cloud dans ce cas-là, avec le logiciel Lightroom CC sur tous vos appareils.

Si vous voulez les deux (le stockage et Lightroom Classic CC et Photoshop CC), c’est… tout simplement le double à 23,99€, sauf la première année si vous êtes déjà abonné. Adobe n’est pas très généreux sur cette offre.

Et si vous n’utilisez que Lightroom sur Mobile, une formule Lightroom Mobile pour iOS et Android est disponible avec 100 Go de stockage en ligne au prix de 4,99€ par mois.

Maintenant que le tarif est posé sur la table, passons aux nouveautés et aux fonctionnalités de chacun des logiciels. Nous commencerons par Lightroom Classic CC, le logiciel historique.

Lightroom 6, le dernier des Mohicans

Lightroom 6 sera officiellement la dernière version de Lightroom qu’il sera possible d’acheter en dehors d’une formule Creative Cloud. Adobe l’a clairement indiqué : « Il n’y aura pas de Lightroom 7 en version perpétuelle. » Pour l’instant, Lightroom 6 sera encore disponible pour « une durée indéterminée » et ne sera plus mis à jour pour supporter de nouveaux boîtiers ou des mises à jour d’OS. La dernière version de Lightroom, estampillée 6.13, sortira le 26 octobre prochain et sera compatible avec les NEF du Nikon D850.

Lightroom Classic CC, une mise à jour pour de meilleures performances

Lightroom Classic CC (anciennement Lightroom 6 et Lightroom CC, si vous ne suivez pas) est une amélioration tout en douceur du logiciel Lightroom historique sur Windows et macOS. Le nom change, mais pas le reste. En interne, on parle d’ailleurs de Lightroom 7.0, même s’il n’y a plus de numéro de version présentée officiellement par Adobe pour cette mise à jour.

Lightroom Classic CC ne fait pas partie de la collection d’applications estampillées Lightroom CC (iOS / Android, Mac/PC et Web), mais fonctionne en collaboration avec elles, comme c’était le cas entre Lightroom CC et Lightroom Mobile via les collections partagées.

Des performances en hausse dans Lightroom, enfin !

La mise à jour Lightroom Classic CC insiste sur les performances, le nouveau cheval de bataille d’Adobe. En juillet dernier, Tom Hogarty, le créateur de Lightroom, disait dans un article sur le blog Lightroom :« l’amélioration des performances [de Lightroom] est notre priorité absolue actuelle. » Avec cette nouvelle version, plusieurs changements interviennent pour booster les performances de Lightroom.

Dans les paramètres de l’application, un onglet « performances » est désormais consacré aux réglages :

Comme sur les précédentes versions, il est possible d’utiliser l’accélération du processeur graphique (GPU) de l’ordinateur. Désormais, Lightroom utilise mieux l’accélération GPU, mais pour cela il faut disposer d’un OS récent et d’une carte graphique avec au moins 1 Go de VRAM. La mémoire cache attribuée à Camera RAW passe également par défaut de 1 à 5 Go de base, et il est possible de l’augmenter jusqu’à 200 Go… Il est toujours possible de développer ses photos à partir d’aperçus dynamiques plutôt que d’utiliser les RAWs originaux pour de meilleures performances.

Enfin, Adobe permet désormais de créer les aperçus des images en parallèle de l’importation des photos, ce qui permet de ne pas attendre que l’importation soit effectuée pour pouvoir travailler sur les premières images importées. Cette option se désactive dans le menu « performances » si vous ne la souhaitez pas.

Et Lightroom Classic CC ne s’arrête pas là avec les aperçus. Leur création est désormais plus rapide en utilisant davantage la capacité des processeurs de l’ordinateur (si vous avez un processeur quadricoeur).

Lors de l’importation, il est également possible d’utiliser les JPEG incorporés aux fichiers RAW pour créer des aperçus rapides des photos afin de les visualiser dans le module Développement. C’est une méthode utilisée par de nombreuses visionneuses de photos RAW pour accélérer l’affichage des aperçus. Lightroom conserve ces aperçus initiaux tant que vous restez dans le module Bibliothèque et que vous ne créez pas d’aperçus standards ou 1:1 ou n’avez coché la case laissant la possibilité à Lightroom de créer ses propres aperçus en cas d’inactivité dans Lightroom.

Ces photos avec aperçus incorporés se matérialisent par une double flèche en haut à gauche de chaque image en vue Grille. En cliquant dessus, il est possible de dire à Lightroom de forcer la création d’aperçus standards pour une ou plusieurs images.

En activant cette option dans le module d’importation, nous avons noté un petit gain de vitesse, mais pas encore de là à venir concurrencer Photo Mechanic. A noter que cette option n’est pas compatible avec tous les formats de fichiers RAW, cela dépend du fabricant et de l’aperçu intégré dans la capsule RAW. Les aperçus intégrés ne sont parfois pas de très bonne qualité, cela se voit lorsque l’on zoome dessus dans le module Développement. Si vous importez du RAW+Jpeg, le JPEG peut également être utilisé comme aperçu.

Si vous observez une différence de rendu en passant dans le module Développement, c’est que Lightroom a créé un nouvel aperçu avec le Profil « Adobe Standard ». Pour retrouver le même rendu que le JPEG intégré, vous pouvez choisir, dans la section « Étalonnage de l’appareil photo », le profil « Camera Standard ».

Parmi les autres améliorations pour de meilleures performances :

  • Lorsque vous importez des photos, la synchronisation avec le cloud s’arrête pour laisser le processeur travailler à 100% sur l’importation puis se réactive ensuite.
  • Les va-et-vient entre les modules Bibliothèque et Développement sont plus rapides (lorsque les aperçus minimums sont créés).
  • Le défilement des images dans le module Développement est plus rapide, notamment grâce à une mise en cache de l’histogramme et des fichiers originaux dans la RAM. L’interface de Lightroom sera donc plus réactive si vous avez beaucoup de RAM (à partir de 16 Go).
  • Lightroom Classic CC tirera parti des dernières évolutions des OS Windows et Mac, pensez à les mettre à jour.

Lightroom Classic CC : les masques de gamme

Lightroom Classic apporte une amélioration majeure en plus des performances : l’ajout d’un outil de sélection précise de couleurs et tonalités à l’aide des réglages locaux (filtre gradué, pinceau, etc.)

Voici par exemple une photo sur laquelle nous voulons appliquer un filtre gradué dans le ciel :

Le filtre gradué appliqué de manière générale donne ce résultat :

En activant en bas à droite de la colonne des retouches « Masque de gamme » et en choisissant couleur, il est possible de sélectionner précisément une gamme de couleurs à la pipette afin de n’appliquer l’effet que sur cette plage de couleur. En choisissant le niveau, on peut choisir la tolérance avec les gammes de couleurs voisines.

Voici le rendu du filtre gradué appliqué uniquement aux tons gris des nuages, puis uniquement aux tons bleus du ciel :

Cette option est la bienvenue pour faire des sélections plus fines et précises, en ne travaillant que sur une gamme de couleurs. Il est même possible de sélectionner plusieurs couleurs différentes en maintenant la touche Shift enfoncée.

Les plus curieux auront vu arriver un processus de traitement d’image V4. Concrètement, pas de grosse différence de traitement d’image, même s’il est toujours intéressant de passer au processus le plus récent sur de vieux RAWs pour les redécouvrir, notamment via le traitement du bruit numérique amélioré. Le processus V4 permet simplement de faire fonctionner les masques de gamme et autres petites nouveautés de Lightroom.

D’autres petites nouveautés font leur apparition dans Lightroom comme des comportements par défaut plus cohérents. Par exemple, après l’importation de photos, la bibliothèque les affiche avec un tri par date de capture plutôt que par ordre ajouté.

Lightroom CC : un nouveau corps de Nimbus

Lightroom CC, désormais déclinée sur toutes les plateformes, est la concrétisation du Project Nimbus présenté plus haut dans cet article. Pour faire simple, il s’agit d’une graine plantée par Adobe depuis quelques années et qui germe aujourd’hui avec un nouveau logiciel.

Adobe, pour éviter de frustrer sa base d’utilisateurs, a décidé d’en faire un logiciel à part entière et de laisser Lightroom Classic tranquille. Désormais, Lightroom CC sera le pendant Cloud de Lightroom Classic, avec de belles évolutions à venir dans les années à venir. Cette première version est d’ailleurs déjà bien dotée et parée pour le futur et les améliorations prochaines.

Lightroom CC : un service cloud plus qu’une application ?

Lightroom CC se base ainsi sur une architecture de fichiers 100% dans le Cloud. Toutes les photos importées dans Lightroom CC sont stockées dans leur version originale sur les serveurs de Lightroom, avec votre abonnement de 20 Go ou 1 To de données (possibilité d’étendre jusqu’à 10 To de stockage, option à venir). On parle ici des RAW et JPEG, mais aussi des vidéos. Il reste cependant possible de forcer l’enregistrement en local d’une série de photos, utile si vous êtes dans un endroit où Internet n’est pas vraiment performant. Cette version de Lightroom est en effet réservé à des usagers disposant d’une très bonne connexion internet, ce qui n’est pas encore le cas pour tout le monde.

Ainsi, dans Lightroom CC il n’est plus question de catalogue, de collections ou de dossiers : toutes les photos sont importées du logiciel et sont accessibles via la colonne de gauche dans la version ordinateur de LR CC, par date d’ajout et par date de prise de vue. Il est bien entendu possible de créer des albums, et des dossiers d’albums, par exemple pour réunir toutes les photos d’un événement en particulier ou d’un voyage. Mais c’est tout. Ne vous souciez pas d’où vous avez mis vos photos sur votre disque, Lightroom est en train de les envoyer tranquillement sur ses serveurs pendant que vous travaillez dessus en local.

Cette vision cloud peut faire peur à nombre d’entre vous, mais c’est déjà ce que Google et Apple font. Apple, avec Photos et la bibliothèque de Photos iCloud, enregistre vos photos sur votre compte iCloud et optimise ainsi le stockage sur vos appareils. Lightroom fait un peu la même chose : une copie locale est conservée sur votre ordinateur, sûrement un aperçu dynamique, tandis que le RAW est stocké sur le serveur. Si vous souhaitez exporter une photo, il est possible de le faire, mais pour le moment uniquement en JPEG ou dans son format d’origine avec les paramètres XMP.

Toutes vos photos présentes dans Lightroom CC sont donc, une fois la synchronisation terminée, disponibles à tout moment sur tous vos appareils, et sur le web via le service Lightroom CC Web. On est loin des collections qu’il fallait synchroniser dans Lightroom Classic CC, même s’il est encore possible d’accéder à vos photos présentes dans Lightroom CC depuis Lightroom Classic CC en constituant des albums. Ces albums seront ensuite synchronisés dans la partie Collections de Lightroom Classic CC.

Les outils d’édition de Lightroom CC

Lightroom CC dispose de la plupart des outils d’édition photo disponibles dans Lightroom Classic, à quelques différences près. Ainsi, il est possible de développer vos photos en corrigeant l’exposition, les lumières, la balance des blancs, la clarté, etc. Les corrections de l’objectif sont accessibles, tout comme la correction des distorsions et le module Upright. L’outil correcteur, le dégradé radial, les filtres gradués linéaire et radial sont également présents. Seul manquent les courbes et le virage partiel sur Lightroom CC pour ordinateur, même si cette option ne devrait pas tarder puisqu’elle est déjà disponible sur Lightroom CC iOS / Android.

Comme pour Lightroom Mobile, toutes les modifications apportées à une photo (RAW ou JPEG) sont synchronisées entre tous les appareils. Cela veut aussi dire que si vous supprimez une photo de Lightroom CC, elle disparaitra de tous les autres appareils. Lightroom ne semble pas avoir prévu de système de corbeille numérique pour rattraper les erreurs, alors attention !

Notez que les raccourcis clavier ne sont pas exactement les mêmes dans Lightroom CC et dans Lightroom Classic CC.

De nouveaux appareils et objectifs supportés dans Lightroom Classic CC et Lightroom CC

Comme à chaque mise à jour, de nouveaux boîtiers et objectifs sont supportés. Voici la liste des boîtiers nouvellement supportés :

  • Canon EOS M100
  • Casio EXILIM EX-ZR4100
  • Casio EXILIM EX-ZR5100
  • Fujifilm X-E3
  • Nikon D850
  • Olympus OMD E-M10 Mark III
  • Samsung Galaxy S8
  • Samsung Galaxy S8+
  • Sony RX0 (DSC-RX0)
  • Sony RX10 IV (DSC-RX10M4)

Il est également désormais possible de réaliser des prises de vue connectées avec les boîtiers suivants :

  • Nikon D7500
  • Nikon D5600
  • Canon EOS 77D
  • Canon EOS 800D

L’ensemble des objectifs et boîtiers supportés par Camera RAW et Lightroom est accessible sur cette page.

La recherche basée sur le contenu de l’image dans Lightroom CC grâce au machine learning

Nimbus avait comme promesse la fin de l’ajout manuel de mots-clés aux photos. Dans cette version 1.0 de Lightroom CC, on peut désormais rechercher parmi ses photos en utilisant les mots-clés générés par Lightroom CC en analysant vos images.

Aucune de ces photos n'a été tagguée avec le mot

Aucune de ces photos n’a été taguée avec le mot « église », c’est Lightroom qui l’a découvert tout seul 😉

Adobe utilise des algorithmes de reconnaissance d’images (via la technologie Sensei) pour taguer automatiquement vos photos. Cette opération se fait sûrement sur les serveurs d’Adobe et nous n’en savons pas plus pour le moment, si ce n’est que cela fonctionne plutôt bien !

Il est bien entendu encore possible d’ajouter ses propres mots-clés à ses photos ainsi que le système de notation utilisé dans Lightroom Classic, à savoir les drapeaux et les étoiles. Les couleurs ont cependant disparu…

Voilà pour les grandes nouveautés apportées par Lightroom CC sur ordinateur.

Mise à jour de Lightroom CC sur iOS et Android

Dans cette série de mises à jour, Lightroom CC a également évolué sur iOS (version 3.0) et Android (version 3.1).

Lightroom CC pour iOS dispose désormais de dossiers pour calquer la structure de Lightroom CC sur ordinateur. L’interface a été un peu revue et il est désormais possible de rechercher parmi les photos en utilisant la recherche intelligente introduite par Nimbus. L’accès pour ajouter une photo ou lancer l’appareil photo a été revu avec un bouton bleu toujours disponible en bas de l’écran, ce qui libère de la place. A la prise de vue, il est désormais possible d’activer le focus peaking. Avec iOS 11, Lightroom supporte également le format d’image HEIF, le glisser-déposer sur iPad, l’importation et l’exportation de photos vers Fichiers et la gestion des mots-clés. D’autres changements font de cette version de Lightroom CC sur mobile une véritable station de prise de vue et d’édition.

Sur Android, les changements sont plus timides avec principalement l’ajout de la recherche basée sur le contenu de l’image, les mots-clés, une nouvelle interface, l’ajout du pinceau de retouche ou l’exportation au format original.

Lightroom CC Web : l’accès universel

Lightroom CC Web, souvent méconnu, permettait jusque là d’accéder aux collections synchronisées de Lightroom CC. Désormais, toutes les photos de Lightroom CC sont accessibles sur Lightroom CC Web à l’adresse https://lightroom.adobe.com. Si vous utilisez Lightroom Classic CC, seules les collections synchronisées seront visibles ici.

Cette version web, véritable laboratoire d’idées pour Adobe gagne une fonction permettant de faire ressortir les meilleures photos à partir d’un album d’images. Cette fonction est une application directe et immédiate de la technologie de machine learning d’Adobe nommée Sensei.

La recherche basée sur le contenu de l’image sort aussi de bêta est est disponible pour tout le monde. Dans l’ensemble, l’interface de Lightroom CC Web s’adapte pour être plus en phase à l’interface utilisée dans Lightroom CC sur l’ensemble des appareils.

Quelle version de Lightroom CC choisir ?

Avec ce changement, Adobe rebat les cartes avec Lightroom Classic CC et Lightroom CC. Outre le fait que l’éditeur abandonne toute version sans abonnement de son logiciel, il va falloir choisir le logiciel qui convient le mieux à votre fonctionnement.

Si vous utilisez principalement Lightroom sur votre smartphone, mais que vous aimez avoir accès à toutes vos photos sur tous vos appareils, y compris l’ordinateur, l’offre d’abonnement de Lightroom CC fait du sens : elle offre également une solution de stockage en ligne (vous ne vous souciez pas de l’endroit où se trouvent vos photos, seulement de synchroniser votre appareil) et vous avez 1 To de stockage disponible en ligne, largement suffisant pour la majorité des utilisateurs de smartphones, même si vous photographiez exclusivement au format DNG (le RAW d’Adobe).

Par contre, si vous venez de Lightroom 6 (ou d’anciennement Lightroom CC) et que vous utilisez principalement Lightroom sur ordinateur pour sa puissance et ses fonctions, l’abonnement Lightroom Classic CC est à envisager : il s’agit de la solution la plus stable proposée par Adobe à ce jour, et même si on entend déjà des bruits de couloir selon lesquels Adobe abandonne Lightroom au profit de la version Cloud (ex-Nimbus), il n’en est encore rien et sûrement pour de nombreuses années.

Avec cette décision radicale, Adobe a selon nous voulu segmenter ses utilisateurs en trois parties :

  • les photographes passionnés et pros, qui savent comment fonctionne un catalogue, les dossiers de Lightroom, les mots-clés, les différentes manières de sauvegarder leur travail photographique, pour qui Lightroom Classic CC est la solution la plus aboutie et adaptée à des besoins de développement et de catalogage avancés.
  • les photographes amateurs qui se perdent dans les différents modules de Lightroom, ne savent pas où sont stockées leurs photos (processus d’importation ou d’ajout de mots-clés) et ne comprennent pas les diverses options offertes par le logiciel en termes de création d’aperçu, de classement d’images, dans une collection ou un dossier ? etc. Pour eux, Lightroom CC sera sûrement une bonne façon de gérer leur bibliothèque d’images de manière simple.
  • les photographes mobiles qui utilisent principalement leur smartphone et pour qui une solution d’édition multiplateforme avec un stockage dans les nuages, indépendant de l’appareil sur lequel ils prennent ou consultent leurs images, est la plus cohérente. Pour eux, Lightroom CC est une solution légère et flexible.

Est-il possible d’utiliser les deux versions de Lightroom CC ?

Techniquement oui. Mais avoir Lightroom Classic CC et Lightroom CC sur la même machine implique un doublon au niveau des fichiers synchronisés. Le mieux serait d’avoir Lightroom Classic CC sur un ordinateur de bureau et d’installer Lightroom CC sur un ultraportable, utilisé par exemple en voyage, un peu de la manière dont vous auriez utilisé Lightroom Mobile sur une tablette. Les photos importées seraient ainsi synchronisées dans des albums que vous pourriez retrouver sur votre ordinateur principal sous forme de collections synchronisées.

Si vous n’utilisez que Lightroom Classic CC sur un ordinateur, il reste possible d’utiliser Lightroom CC sur une tablette, un smartphone et le web, ce qui permet d’importer automatiquement vos photos mobiles ou de travailler sur vos collections synchronisées en mobilité.

Conclusion : Lightroom CC, le passage progressif d’une application à un service

Avec Lightroom CC, Adobe dévoile sa vision d’un Lightroom dans le cloud, davantage orienté service qu’application. Sommes-nous prêts pour ce changement ? Oui si l’on considère le déploiement progressif des connexions internet à très haut débit et le fait que nous utilisons aujourd’hui de plus en plus d’appareils différents pour capturer et regarder nos photos (au moins un ordinateur et un smartphone).

Par contre, que prévoit Adobe pour le photographe qui ne souhaite travailler que sur un seul ordinateur et en local, sans payer d’abonnement ? Pas grand-chose et Adobe se justifie par le très bon accueil de son abonnement Creative Cloud pour la Photo qui, à 11,99€ / mois, permet d’avoir accès à Lightroom + Photoshop ainsi qu’à d’autres services et applications. Aujourd’hui, la majorité des photographes utilisent un autre appareil connecté (tablette ou smartphone) pour prendre des photos ou accéder à leurs photos synchronisées dans le cloud, que ce soit sur Apple Photos, Google Photos ou bien Dropbox. Adobe ne souhaite pas être en reste sur ce marché et force le pas à ses utilisateurs sous couvert d’adoption massive de ses idées.

Lightroom CC est bien sûr une version 1.0 et le début d’une toute nouvelle plateforme. On anticipe déjà un rythme de mises à jour avancées, déployées sur l’ensemble des plateformes, avec une place très importante donnée à l’intelligence artificielle et au machine learning pour améliorer et sélectionner plus facilement vos photos. Au final, l’objectif n’est-il pas de passer moins de temps à gérer ses photos et davantage de temps sur le terrain ou dehors, à prendre des photos ?

Avec Lightroom CC, Adobe applique un précepte simple : se réinventer ou mourir. Il y a toujours des risques à prendre et nous verrons dans les prochains mois l’impact de ce changement.

Pour en savoir plus, retrouvez toutes les informations sur le site d’Adobe Creative Cloud Photographie.

  • BenR

    Je pense qu’il faut surtout surveiller ce que fait Affinity maintenant. La nouvelle politique tarifaire d’Adobe va faire partir les photographes amateurs.

    • Kris

      Je confirme, les amateurs partent déjà tous chez DXO… Et certainement Affinity si la solution sort enfin.

    • LaurentLD

      Avec DXO on a un peu de mal à faire ce que fait Photoshop, Acrobat et InDesign. Pour le moment je reste en CS6, car pour un « petit » pro comme moi il est hors de question de payer 79 € par mois ! Ces abonnements c’est nul.

  • Selinav

    Est il possible de sauvegarder en local également avec la version cloud ?

    • Oui, mais uniquement photo par photo, pas très pratique.

  • Eric Vaquer

    Pour moi ce sera DXO car Adobe cherche a écarter les petits amateurs photos comme moi, et ne garder que les pros qui peuvent se permettre de payer de tel logiciel. Au revoir Adobe !!!!!

    • Ju Bo

      a mon sens c’est même pire, les gens vont retourner à l’époque du piratage de photoshop, cest bien domage. J’ai lightroom 6 depuis deux ans car il n’était pas cher (j’aurais sans soucis acheter un lightroom 7 mais ça c’était avant…)

  • ejacquem

    Bonsoir, personnellement je n’adhère pas à la stratégie d’Adobe. Je vais donc chercher une alternative à Lightroom. Je n’ai pas encore testé DxO. Permet-il de gérer une photothèque ? Pour info AppolloOne sur Mac est gratuit aujourd’hui.

  • Bruno Leroy

    Bonsoir, merci pour ce très intéressant article qui présente bien la nouvelle stratégie d’Adobe. En tant que photographe amateur, cela ne me convient guère… Une remarque concernant l’article : il semble qu’il y ait une erreur dans votre descriptif des formules, on lit « Abonnement Formule Lightroom CC qui comprend Lightroom CC, 1 To de stockage en ligne et l’accès à Lr CC iOS / Android, Lr CC Web, Photoshop CC et les autres applications CC pour 11,99€ par mois. » or quelques lignes plus bas on lit : « Il faut donc noter qu’il est possible de choisir l’offre d’abonnement Lightroom CC (11,99€/m) à la place de la formule Creative Cloud pour la photographie (11,99€/m) avec comme avantage plus d’espace de stockage (1 To contre 20 Go), mais la perte de Photoshop CC et Lightroom Classic CC. Une offre 100% cloud dans ce cas-là, avec le logiciel Lightroom CC sur tous vos appareils. ».
    Sur le site de l’éditeur ADOBE il est bien précisé que dans la formule Lightroom CC (11,99€/m) il n’y a ni Photoshop CC ni Lightroom Classic CC. Merci de mettre à jour l’article. Cordialement. Bruno LEROY

    • En effet, c’est corrigé cette formule ne comprend pas Photoshop CC

  • Jean-Marc Astesana

    Que deviennent nos photos retouchées quand on arrête l’abonnement ? J’ai compris qu’on pouvait récupérer les originaux, mais quid de la version retouchée ? Si on ne plus y accéder, le réveil sera douloureux pour ceux qui auront tenté l’aventure Cloud d’Adobe.

    • Christophe Surman

      Adobe nous les facturera….

  • Fred efce

    Ma machine dédiée à la photographie n’est pas reliée au web, je fais comment pour évoluer?…

    • Michel

      Vous pouvez toujours essayer d’excellents logiciels open source ET gratuits, maintenus par la plus importante communauté de photographes/développeurs : RAWTHERAPEE ou DARKTABLE et DigiKam.

  • Bruno Pelvillain

    Bien que lent et lourd, j’hésitais jusqu’à présent à changer d’outil.
    Cette décision d’Adobe de ne plus proposer que des abonnements (money, money) scelle la mienne. Il ne reste plus qu’à choisir : ON1, MacPhun, C1, DXO, …

  • Je trouve étrange que les photographes amateurs (rien de péjoratif, j’en fait partie) s’émeuvent de ces changements en disant que les pros seront les seuls à pouvoir/vouloir rester. J’ai plutôt l’impression au contraire que les pros vont fuir, la direction que prend Adobe ressemblant beaucoup au remplacement de Aperture par Photos chez Apple.

    Dans mon cas, ce que j’aimerais :
    – garder tous les outils puissants de Lightroom Classic CC sur mon Mac principal
    – synchroniser toutes mes bibliothèques (oui, plusieurs, pour ~1To) Lightroom Classic CC dans le Cloud Adobe pour les retrouver sur Lightroom CC sur un MacBook de voyage, Lightroom Mobile iOS et Lightroom Web, et bénéficier de Nimbus pour le machine learning
    – choisir sur certains ordinateurs de conserver l’intégralité des originaux d’une bibliothèque, et non photo par photo

    Malheureusement, ça ne semble pas possible.

    Je vais commencer à m’intéresser à la concurrence…

  • Jacques Barbé

    Vous dites « Adobe applique un précepte simple : se réinventer ou mourir » … oh que non, ni l’un ni l’autre, Adobe a trouvé ce système d’abonnement qui lui a permis de décupler ses bénéfices, et il a ainsi sournoisement mis en esclavage des milliers de photographe pour qui revenir en arrière est quasi impossible ! Alors il persiste et signe !
    Ah si un logiciel concurrent voyait le jour … ce virage d’Adobe risque bien d’accélérer les choses ! Petite remarque … je n’y comprends rien à tous ces CC classic mobile cloud … avec ou sans, avant après … ???
    Personnellement je continue encore avec ma licence LR version 6, tant qu’il est compatible avec MacOS, après je prendrais autre chose.

    • osiris

      Je pense que ce concurrent est en train de naître : je viens de lire que la prochaine version de DXO comporterait la retouche locale (pinceau + u-point !) …

  • Mukje2000

    Bonjour,
    Personellement, je ne comprends pas trop les réactions hostiles suite à l’annonce du nouveau Lightroom CC.
    Un peu effrayée au départ, mais en même temps curieuse, je me suis donné une bonne semaine pour réfléchir et tester les nouvelles interfaces proposées.
    Nouvelles? Pas tant que cela !
    Détentrice d’un abonnement Creative Cloud pour la Photo depuis mars 2015, je bénéficie déjà de Lightroom, de Photoshop et de Lightroom Mobile via lequel je synchronisais les albums les plus récents pour y avoir accès via mon smartphone ou ma tablette.
    Aujourdhui, j’ai fait la mise à jour de mon logiciel Lightroom sur mon mac, appelé maintenant Lightroom Classic, (qui bénéficie de quelques superbes nouvelles fonctions et de meilleures performances).
    J’ai également installé lightroom CC, dont je bénificiais déjà sur mon mobile et ma tablette, et dont l’interface est vraiment sympa, agréable à utiliser, et assez complète pour faire la plupart des retouches, trier et noter ses photos, les partager, les montrer. J’y ai droit à 20 Go.
    De plus, le moteur de recherche Adobe Sensei est tout simplment épatant. J’adore !
    Par rapport à ce que j’avais il y a encore deux semaines : que d’améliorations ! Et je ne paye pas plus cher qu’avant…
    Quant à la proposition de passer tous mes RAW dans le cloud, c’est vraiment tentant, car tellement facile! Malheureusement Lightroom CC manque actuellement encore de pas mal d’outils pour que je puisse me limiter à ce logiciel là. Par contre, je suis persuadée qu’Adobe va améliorer en enrichir l’offre d’outils dans les années à venir, pour aboutir à une interface unique et complète. Lightroom Classic finira par disparaître un jour.
    Cela a du sens, car c’est le futur! Tout fonctionne via le cloud, de plus en plus. Nos emails, nos calendriers, notre musique, les films, documents, notes,… tout est hébergé sur des serveurs et accessible à tout moment via n’importe quelle interface. L’époque des gros ordinateurs à domicile, des collections de disques durs et de clés USB est révolue!
    Tous les concurrents d’Adobe suivront la même voie un jour ou un autre, j’en suis intimement convaincue.
    Je reste donc pour l’instant avec la formule Lightroom Classic, et ne synchronise que mes photos récentes avec Lightroom CC. Et attends avec impatience que Lightroom CC dispose des (rares) outils manquants pour migrer vers la version 100 % cloud.