Prise en main et nouveautés du Tamron SP 150-600mm G2

À la première prise en main du Tamron SP 150-600mm G2, j’ai été surpris par deux choses : son poids et sa taille. L’objectif ne dépasse pas les 2kg et est à la fois compact et imposant. Compact pour un amateur éclairé qui sait qu’un objectif de ce type (150-600mm stabilisé et compatible plein format) est forcément encombrant, imposant si l’on aborde l’objectif comparé à un zoom standard d’un reflex APS-C.

Le G2 (pare-soleil replié) mis à côté d’un D800 avec un Nikkor 24-70mm f/2.8

Sur cette image, on voit également que l’objectif, pare-soleil rentré, n’est pas si imposant que cela lorsqu’on le met à côté d’un Nikon D800 + 24-70mm f/2.8 (avec pare-soleil). Après quelques jours à manipuler cet objectif, je me suis surpris de nombreuses fois à transporter l’objectif autour du coup comme si de rien n’était, surtout grâce au nouveau système Flex Zoom Lock qui permet de bloquer le zoom à n’importe quelle focale en glissant simplement une petite bague – une ligne blanche apparaît ensuite. Avec son poids contenu, il est facile de photographier à main levée mais pour de longues sessions un monopole est conseillé.

Ca rentre facile dans un sac photo, par exemple le LowePro Flipside Trek 450 AW. J'ai même réussi à ranger l'objectif monté sur le boîtier en arrangeant la partie supérieure du sac.

Ça rentre facile dans un sac photo, par exemple le LowePro Flipside Trek 450 AW. J’ai même réussi à ranger l’objectif monté sur le boîtier en arrangeant la partie supérieure du sac.

Au départ, j’ai eu l’impression que l’objectif était bloqué (ou que le zoom était très dur, petite peur), puis j’ai compris que le système Flex Zoom Lock était activé. J’imagine que je ne serai pas le seul dans ce cas, un peu comme les photographes Fuji qui ne se souviennent plus comment passer en mode manuel sur certaines optiques. C’est cependant très pratique pour se caler sur une focale et éviter un glissement en maintenant l’objectif vers le bas (ou vers le haut en photographiant le ciel). En plus de cela, la fonction Lock classique permet de verrouiller le fût à 150mm pour le transport.

La bague Flex Zoom Lock en blanc

Le Tamron SP 150-600mm G2 est donc transportable, un peu comme on le disait des ordinateurs portables de l’époque : léger en soi, il n’en reste pas moins imposant et il est quasiment impossible de l’utiliser à longueur de journée à la simple force des bras. Par contre, pour une séance de quelques heures, on se demandera vraiment si le trépied est nécessaire, surtout lorsque les conditions lumineuses sont bonnes.

Tamron-150-600-G2-Montier-1

L’objectif respire la qualité. Le fût en métal fait son effet et quelques chocs ici et là ne lui poseront pas de problème (aucun objectif n’a été maltraité pendant notre test, sauf peut-être de retour à Paris, en haut de la Tour Montparnasse, où la vitre de protection était bizarrement trop près. Par contre, la lentille frontale est juste énorme et le pare-soleil est indispensable pour la protéger (et éviter le flare).

Les bagues de mise au point et de zoom sont réussies. La bague de mise au point manuelle est souple et large et permet de faire le point aisément, du moins lorsque le sujet est peu mobile. Pour le zoom, la bague est un petit peu plus dure et il est possible de passer de 150mm à 600mm d’un seul mouvement de la main. Par rapport à la précédente version, on peut voir que la bague de zoom a été légèrement réduite et la bague de mise au point a un revêtement en caoutchouc plus fin.

Sur le fût de l’objectif, on retrouve une fenêtre permettant d’afficher l’échelle de mise au point. Sur le côté de l’objectif, quatre commutateurs permettent de régler :

  • l’activation de la stabilisation optique (ON / OFF)
  • le mode de stabilisation optique (VC 1, 2 et 3)
  • l’activation de l’autofocus (AF / MF)
  • la plage de mise au point (de 2,2m à 10m, de 10m à l’infini ou de 2,2m à l’infini)

Tamron-150-600-G2-Montier-1-7

Dans l’ensemble, l’objectif offre une sensation de solidité et de sérieux en le prenant en main. L’ergonomie est bonne et on a de bonnes sensations en tenant l’objectif en main.

1 2 3 4 5 6