Guide d’achat photo 2022 : les meilleurs appareils photo hybrides APS-C et Micro 4/3

Mis à jour le 28 octobre 2022

En 10 ans à peine, les hybrides ont connu un véritable boom, détrônant les boîtiers reflex. À la clé, plus de légèreté et de compacité, des modes autofocus toujours plus performants – notamment avec la détection et le suivi du sujet – et des capacités vidéo décuplées, sans oublier la vision en temps réel de l’image finale dans le viseur électronique.

Du côté des hybrides à capteur APS-C et Micro 4/3, le marché s’est considérablement développé, se concentrant plus particulièrement sur le milieu et le haut de gamme. Ainsi, certains boîtiers n’hésitent pas à rivaliser avec les cadors du plein format, proposant ainsi un niveau de performances très élevé… mais à un tarif plus abordable.

Aujourd’hui, tous les hybrides APS-C et Micro 4/3 offrent une très bonne qualité d’image. Cependant, d’importantes différentes subsistent en termes de performances. Aussi, ce guide d’achat vous permettra de trouver le modèle qui conviendra à votre pratique photo – et à votre budget.

Un petit rappel technique au sujet de la différence entre les capteurs Micro 4/3 et APS-C :

  • Capteur APS-C : Il fait environ la moitié de la taille d’un capteur plein format, et mesure 22,2 x 14,8 mm (Canon) ou 23,6 x 15,6 mm (Nikon, Sony). Misant sur une monture commune avec leurs alter-ego full frame (Canon RF, Nikon Z, Sony E), les hybrides APS-C permettent d’utiliser des optiques dédiées au plein format et de bénéficier du “crop factor”, avec un coefficient multiplicateur de la longueur focale de 1,5x chez Sony et Nikon et 1,6x chez Canon. Vous pourrez également réutiliser ces objectifs si vous décidez de passer un jour à un boîtier plein format.
  • Capteur Micro 4/3 : Comme son nom l’indique, il possède un ratio particulier 4/3 – et non 3/2. Mesurant 17,3 x 13 mm, il offre un écosystème aux avantages certains en termes de coût, d’encombrement et de poids. Les boîtiers et objectifs étant très légers, le Micro 4/3 peut fournir une très bonne solution en voyage. Cependant, la montée en sensibilité est parfois moins bonne et la profondeur de champ moins accentuée – ce qui, paradoxalement, le rend très pertinent pour la vidéo, avec une moindre difficulté à faire le suivi de la MAP.

A la recherche du meilleur appareil photo hybride plein format ? Découvrez notre guide d’achat dédié.

Passons maintenant aux boîtiers photo hybrides que nous avons sélectionné pour ce guide d’achat.

L’entrée de gamme pour mettre un premier pied dans la photo sans miroir

Sony Alpha 6000, abordable et réactif

Sony A6000

Sony est un acteur majeur sur le marché des hybrides, avec une gamme très complète. Dévoilé en 2014, le Sony A6000 reste un très bon hybride d’entrée de gamme. Proposé à 799 € en kit, il offre un excellent rapport qualité-prix. Son capteur APS-C de 24 Mpx délivre des images d’une très bonne qualité. Grâce à son autofocus hybride et son processeur Bionz X, il se montre assez réactif… même s’il pourra plus difficilement être utilisé pour de la photographie sportive par exemple.

On apprécie sa puce Wifi, qui permet de contrôler l’appareil à distance ou de transférer ses images vers son smartphone. Sa poignée bien creusée offre une bonne prise en main, et son écran orientable s’avère confortable pour cadrer à bout de bras ou en contre-plongée.

Naturellement, quelques compromis ont été faits par Sony. Ainsi, le viseur OLED compte seulement 1,4 million de points et n’est peut-être le plus agréable. De même, son écran n’est pas tactile. Enfin, l’objectif 16-50 mm du kit est plutôt médiocre (ce n’est pas étonnant) : les plus exigeants le changeront assez rapidement. Malgré tout, le Sony A6000 est un hybride agréable à utiliser, qui saura vous accompagner lors de vos voyages et de vos sorties photo en famille. Un kit complet est proposé par la Fnac : il inclut le boîtier, l’objectif 16-50 mm, un téléobjectif 55-120 mm, une carte SD et un fourre-tout, le tout au tarif de 799 €.

Pour les amateurs de vlogging, le constructeur a récemment dévoilé le Sony ZV-E10, un hybride APS-C compact disposant de nombreuses options pour la vidéo. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire notre article.

Lumix GX9 de Panasonic, l’hybride compact mais costaud

Le Lumix GX9 a tout pour plaire avec un boîtier hybride micro 4/3 compact, polyvalent et performant. Il se dote d’un capteur BSI CMOS 4/3 » de 20,3 Mpx stabilisé sur 5 axes, couplé au processeur Venus Engine (que l’on retrouve également sur les Lumix G9 et GH5). Léger et compact, il ne pèse que 400 grammes sur la balance – un point qui séduira certainement les photographes en vacances. Il est doté d’un viseur orientable (l’oeilleton est monté sur une charnière pour pouvoir être relevé à la verticale) ainsi que d’un écran tactile orientable.

Grace à la technologie DFD, à la stabilisation 5 axes et à ses algorithmes, il offre un autofocus vif et précis, ainsi qu’une belle qualité d’image. Nous conseillons toutefois de l’équiper d’une bonne optique, autre que celle généralement fournie en kit, afin de profiter pleinement des capacités du capteur. Heureusement, cet appareil dispose de toute la gamme optique micro 4/3 de Panasonic et Olympus, l’une des plus complète du marché hybride.

Disponible à partir de 650 € nu et de 679 € avec un objectif 12-32 mm, ce petit Lumix GX9 présente un excellent rapport qualité-prix. Pour couvrir une plage focale plus étendue, nous vous conseillons également le pack incluant l’appareil et une optique 14-140 mm, vendu 899 €.

Olympus OM-D E-M10 Mark IV, l’as en micro 4/3

Avec l’OM-D E-M10 Mark IV, Olympus livre un produit très séduisant : un boîtier hybride doté d’un look vintage agréable à l’œil. A l’intérieur, un capteur CMOS 4/3 de 20 Mpx stabilisé sur 5 axes couplé à un processeur TruePic VIII. À la clé, une très belle qualité d’image, mais aussi une bonne montée en sensibilité ISO. On apprécie également la rafale de 8,7 i/s, mais surtout en 15 i/s en obturateur électronique.

Son autofocus, doté de 121 collimateurs, est épaulé d’algorithmes de pointe pour la détection et le suivi des sujets en mouvement. De même, les portraitistes devraient apprécier la détection et le suivi de l’œil du sujet.

L’appareil se dote d’un écran arrière tactile qui peut être incliné à 180° sous l’appareil, afin de capturer des selfies plus facilement grâce à un mode dédié. On aime aussi son viseur électronique confortable de 2,36 millions de points.

Les vidéastes amateurs seront heureux de disposer d’un mode 4K jusqu’à 30 i/s. L’appareil offre aussi plusieurs modes photo avancées : HDR, Live Composite, Live Time, Exposition multiple et Focus bracketing pour les usages avancés et spécifiques.

Léger, compact, performant et agréable à utiliser, l’OM-D E-M10 Mark IV d’Olympus est proposé au tarif de 899 € en kit avec le 14-42 mm. Un tarif intéressant pour un appareil complet et polyvalent.

Les appareils photo hybrides APS-C milieu de gamme : pour une meilleure qualité d’image et une ergonomie plus confortable

Canon EOS R10, l’hybride APS-C compact pour les passionnés de photo et vidéo

En mai 2022, Canon dévoilait l’EOS R10, un nouvel hybride APS-C (aux côtés de l’EOS R7). Très compact, il ne pèse que 429 g. On apprécie sa poignée confortable, son écran tactile sur rotule et son viseur OLED.

Le boîtier repose sur un capteur APS-C de 24,2 Mpx (hélas non-stabilisé), couplé au processeur Digic X. Côté autofocus, il profite du Dual Pixel CMOS AF II, qui a fait ses preuves sur les autres hybrides de Canon. Il bénéficie aussi – mais surtout ! – des nouveaux modes avancés d’autofocus

À l’instar de l’hybride sportif EOS R3, il est capable de détecter le visage et l’œil du sujet, pour les humains comme pour les animaux (chats, chiens et oiseaux). De même, il peut suivre efficacement les véhicules ainsi que le casque des pilotes de moto. 

En rafale, il atteint 23 i/s (avec l’obturateur électronique). Les vidéastes sont également à l’honneur, le boîtier étant capable de filmer en 4K 60p et en Full HD à 120p. Enfin, grâce à la bague EF-RF, vous pourrez réutiliser toutes vos anciennes optiques pour reflex (y compris avec l’autofocus et la stabilisation).

Le Canon EOS R10 est disponible à partir de 1099 €, en kit avec l’objectif Canon RF-S 18-45 mm f/4,5-6,3 IS STM. Pour plus de polyvalence, il est également proposé à partir de 1379 €, en kit avec l’objectif RF-S 18-150 mm f/3,5-6,3 IS STM, ainsi qu’une bague d’adaptation EF-RF. 

Nikon Z 50, l’hybride APS-C qui a du grip

Lire notre test du Nikon Z 50

Lancé en octobre 2019, le Nikon Z 50 est le 3e boîtier en monture Z – et le premier hybride APS-C de la marque. Il partage plusieurs points communs avec son grand frère, l’excellent Nikon Z 6… tout en étant proposé beaucoup moins cher, à partir de 999 € nu.

Lors de notre test, nous avons beaucoup apprécié sa prise en main. Léger et compact, le Nikon Z 50 ne pèse que 450 g environ. On aime particulièrement son grand écran orientable et tactile de 3,2 pouces, monté sur double-charnière.

Il se dote d’un capteur de 20,9 Mpx très efficace, qui permettra de capturer de très belles photos et vidéo. On apprécie beaucoup ses fonctionnalités de suivi AF du visage et des yeux, qui séduiront évidemment les portraitistes réguliers ou occasionnels.

Si le parc optique APS-C en monture Z est franchement restreint, il est compatible avec les optiques Nikkor Z et S-Line (même si le budget devient alors nettement plus conséquent). Heureusement, grâce à la bague d’adaptation FTZ, vous pouvez monter dessus toutes les optiques pour reflex de la gamme DX et FX.

Le Nikon Z 50 est disponible en kit à 1049 € avec un objectif 16-50 mm – et à 1399 € avec, en plus, un téléobjectif 50-250 mm.

Enfin, les vidéastes devraient être séduits par le kit Vlogger, qui inclut le Nikon Z 50, l’objectif 16-50 mm, et plusieurs accessoires vidéo (micro, mini-trépied, suspension…), proposé à 1249 €.

On notera également une option au look rétro avec le Nikon Z fc. Dévoilé à l’été 2021, cet appareil reprend les caractéristiques techniques du Nikon Z 50 mais dans un format « vintage » qui pourrait vous séduire. Le Nikon Z fc au tarif de 1149 € en kit avec un objectif 16-50 mm. Découvrez notre prise en main.

Fujifilm X-T30 II, le look rétro, avec les performances

Lire notre test du Fujifilm X-T30

Dévoilé en septembre 2021, le Fujifilm X-T30 II est une légère évolution du X-T30, lancé en 2019 – et basé sur le X-T3. Il est doté d’un capteur X-Trans 4 CMOS de26,1 Mpx couplé au X-Processor 4 pour une meilleure montée en ISO. Compact et léger, il utilise un autofocus « hybride », qui offre des performances de suivi rapide et précis. L’appareil dispose également d’un mode de détection de l’oeil et des visages pour faciliter la photo de portrait.

Comparé à la 1e génération, ce X-T30 II se différencie en intégrant un écran plus défini, un autofocus plus rapide et plus sensible en basse lumière. Héritant de certaines fonctionnalités du Fujifilm X-S10, il est capable de filmer en 4K 30p et en slow motion en 240p en Full HD 16:9.

Sur cet appareil, le zoom 18-55mm f/2.8-4 se comporte bien et nous vous le conseillons. Le Fuji X-T30 II est disponible à partir de 949 euros nu. Il est également proposé avec le 15-45 mm f/3.5-5.6, à partir de 1049 €. Avec le très bon zoom 18-55 mm f/2.8-4 R, il est affiché au tarif de 1299 €.

Sony Alpha 6400, le milieu de gamme performant

Lire notre test du Sony Alpha 6400

Lancé en février 2019, le Sony A6400 incarne aujourd’hui le milieu de gamme des hybrides APS-C de Sony. Il dispose d’un capteur de 24,2 Mpx couplé au processeur dernière génération Bionz X. Ainsi paré, l’appareil peut monter jusqu’à 102 400 ISO – et génère des clichés de très bonne facture jusqu’à 12 800 ISO. Attention : son capteur n’est pas stabilisé (contrairement au Sony Alpha 6600, vendu plus cher).

Il mise sur un autofocus hybride à 425 points capable d’effectuer la mise au point très rapidement. Il dispose aussi de fonctions de détection et de suivi du sujet et de son œil. En rafale, l’appareil monte à 11 i/s.

Du reste, le Sony Alpha 6400 s’avère très léger (environ 400 grammes) et incorpore un écran inclinable à 180° d’une résolution de 921 000 points. Il intègre aussi viseur électronique lumineux et assez précis, malgré une définition de 2,35 Mpx un peu faiblarde.

Ainsi, le Sony A6400 demeure un bon choix pour les photographes à la recherche d’un boîtier polyvalent. Il s’affiche au tarif de 1099 € en kit avec l’objectif 16-50 mm.

Les appareils photo hybrides APS-C et Micro 4/3 haut de gamme : compacité et hautes performances

Canon EOS R7 : le plus sportif des hybrides APS-C de Canon

Dévoilé en mai 2022 aux côtés de l’EOS R10, le Canon EOS R7 est le premier hybride sportif APS-C de la marque rouge et noire. Il se place comme le « fils spirituel » du reflex Canon EOS 7D Mark I et II, visant les photographes d’action et d’animaux. Il hérite de plusieurs technologies de l’hybride professionnel EOS R3, tout en étant largement plus abordable.

L’EOS R7 dispose d’un capteur CMOS APS-C de 32,5 Mpx, stabilisé sur 5 axes. Cette définition très confortable offre plus de détails en zoomant dans l’image, et permet de rogner davantage si besoin. Son processeur Digic X lui confère une bonne montée en ISO, ainsi qu’une vitesse en rafale jusqu’à 30 i/s.

De plus, il profite des algorithmes d’AF inaugurés avec l’EOS R3, le boîtier étant capable de « récupérer » automatiquement le sujet, même s’il n’est pas directement sous le collimateur sélectionné. Le suivi du sujet est également très efficace. La vidéo n’est pas en reste, étant capable de filmer en 4K 60p sans crop.

En termes d’ergonomie, l’EOS R7 dispose du même boîtier que l’hybride plein format EOS R6 – tout en bénéficiant d’un joystick retravaillé. Son écran tactile sur rotule et son viseur sont très confortables. Seuls regrets : l’effet rolling shutter est un peu prononcé (avec l’obturateur électronique) et la capacité du buffer est limitée. Hormis ces 2 points, l’EOS R7 est un boîtier APS-C d’une grande polyvalence. Enfin, la bague EF-RF vous permettra de réutiliser toutes vos anciennes optiques reflex (avec autofocus et stabilisation).

Le Canon EOS R7 est disponible au tarif de 1499 € nu, et de 1899 € en kit avec le zoom polyvalent RF-S 18-150 mm f/3,5-6,3 IS STM.

Fujifilm X-H2 et X-H2S, prouesses techniques en APS-C

Lire notre test du Fujifilm X-H2S

En mai 2022, Fujifilm dévoilait son X-H2S – suivi à la rentrée par le X-H2. Deux boîtiers (très) hautes performances, qui inaugurent la 5e génération du capteur X-Trans et du X-Processor. À la clé, une restitution des détails beaucoup plus fine, une meilleure montée en ISO et de meilleures performances globales.

Les X-H2 et X-H2S partagent plusieurs points communs. Ainsi, ils s’avèrent très ergonomiques, grâce à leur large poignée, leur écran tactile sur rotule et leur viseur très confortable. De même, ils misent sur un système AF entièrement revu, basé sur l’IA et le Deep Learnig pour une détection et un suivi du sujet très efficace. Enfin, ils partagent une même ambition : rivaliser avec les meilleurs boîtiers plein format, toutes marques confondues.

Pour cela, ils empruntent cependant 2 voies différentes. Ainsi, le X-H2S se spécialise dans les disciplines les plus sportives. Grâce à son capteur stacked BSI, il dispose d’une réactivité à toute épreuve. En rafale, il monte jusqu’à 40 i/s sans blackout – avec un buffer quasi-illimité. En vidéo, il filme en 6,2K.

De son côté, le X-H2 mise sur les très hautes définitions. S’il fait l’impasse sur le capteur empilé, il offre une définition de 40 Mpx – avec un mode pixel shift montant à 160 Mpx. Il se distingue également par une vitesse d’obturation à 1/180 000s. En vidéo, il creuse l’écart en filmant en 8K 30p en Raw.

Le Fujifilm X-H2 est disponible nu à 2249 €, et en kit avec l’objectif 16-80 mm à 2749 €. De son côté, le Fujifilm X-H2S est proposé à 2749 € nu.

Pour en savoir plus sur les points communs et les différences entre le X-H2 et le X-H2S, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

Pour un budget un peu moins élevé, Fujifilm continue de proposer (mais pour combien de temps ?) son X-T4, lancé à l’été 2020. Il dispose d’un capteur X-Trans 4 CMOS rétroéclairé (et stabilisé) de 26,1 Mpx, associé à un processeur performant. Il offre une très bonne qualité d’image, tant en photo qu’en vidéo. Il est proposé nu à 1799 €, et avec l’objectif 18-55 mm à 2099 €.

Mentionnons également le Fujifilm X-Pro 3, très apprécié par les puristes et amateurs de la visée décalée et du look télémétrique. Muni d’une construction en titane et d’un écran arrière caché, cet appareil reprend le duo capteur / processeur du X-T3. Il s’équipe d’un viseur hybride avec EVF OLED de 3,69 millions de points. Disponible à partir de 1799 €, ce boîtier « de niche » saura séduire celles et ceux souhaitant revenir à une pratique plus « pure » de la photographie.

Panasonic Lumix GH6 : l’hybride Micro 4/3 ultra-complet en vidéo

Lancé en février 2022, le Lumix GH6 est la dernière itération du boîtier Micro 4/3 orienté vidéo de Panasonic. Il dispose d’un capteur 25,2 Mpx (stabilisé sur 5 axes) sans filtre passe-bas couplé à un processeur Venus Engine nouvelle génération. À la clé, une plage dynamique montant jusqu’à 13+ stops, une double plage ISO dynamique, ou encore un mode 100 Mpx à main levée.

Il opte pour un autofocus boosté au Deep Learning, avec une meilleure accroche du sujet. Cependant, il fait toujours l’impasse sur la corrélation de phase, se basant uniquement sur la détection de contraste.

Résolument conçu pour les vidéastes exigeants, le Lumix GH6 se pare de très nombreux modes de prise de vue. Il permet en effet de filmer jusqu’en 5,7K 30p en interne au format ProRes 422 ou 422 HQ, et jusqu’en 300p slow motion en Full HD. Notez aussi qu’il est capable de filmer en ProRes RAW en HDMI. ll permet également de filmer en anamorphique (en 5,8K 30p ou 4,4 60/50 en 4:2:0 10 bits).

Il offre en outre la possibilité d’enregistrer les séquences directement sur un SSD externe, connecté en USB-C. Les photographes de sont pas oubliés, avec une rafale montant à 75 i/s (avec un buffer jusqu’à 200 i/s). Last but not least, le boîtier profite d’une excellente ergonomie et s’avère tropicalisé.

Paré pour les tournages les plus ambitieux, le Panasonic Lumix GH6 est disponible nu à 2199 €. Deux kits sont proposés : le 1er avec un objectif 12-60 mm f/3,5-5,6 à 2399 €, le 2nd avec un objectif 12-60 mm f/2,8-4 à 2639 €.

OM System OM-1 : l’hybride Micro 4/3 du renouveau

L’OM-1 est le premier boîtier lancé par OM System après le rachat de la division Imagerie d’Olympus. Il mise sur un nouveau capteur rétroéclairé et empilé de 20 Mpx, couplé au nouveau processeur TruePic X. Ce capteur est stabilisé sur 5 axes et offre un gain jusqu’à 7,5 EV.

Le boîtier s’équipe en outre un système Quad Pixel AF nourri à l’IA, afin d’offrir des performances autofocus de pointe. Il est ainsi capable de détecter et de suivre automatiquement les animaux (oiseaux, mammifères, les humains ou les objets (trains, voitures, motos, avions). La réactivité est loin d’être en reste, le boîtier montant à 120 i/s sans blackout. En vidéo, il filme en C4K jusqu’à 60p en 4:2:2 10 bits en interne.

L’OM-1 mise également sur un boîtier renforcé, résistant aux températures extrêmes et à l’humidité. Fait rare dans l’univers de la photo, il est certifié IP53. On apprécie également sa légèreté (559 g), ses courbes arrondies, ses nouveaux menus ou encore son viseur électronique confortable (5,76 Mpts).

Léger et ultra-performant, l’OM System OM-1 fait souffler un vent de fraîcheur sur le marché des hybrides Micro 4/3. Il est proposé à 2199 € nu, ou à 2799 € en kit avec le 12-40 mm f/2,8 PRO.


Notre guide d’achat sur les hybrides APS-C et Micro 4/3 se termine. Pour rappel, ces guides ne se veulent pas exhaustifs et certains bons appareils risquent de ne pas y figurer car nous avons sélectionné les meilleurs ou les plus intéressants d’un point de vue rapport performances/qualité/prix.

Les autres guides d’achat photo

Advertisement