Test Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 : encore meilleur

8.5
sur 10
Où acheter

En septembre 2021, Tamron a lancé une nouvelle version G2 de son objectif 28-75 mm f/2,8 en monture Sony E. Cet objectif, qui garde les ingrédients de son ainé, apporte une formule optique revue, un design plus ergonomique ainsi qu’une motorisation AF moderne. Ce zoom Tamron pour hybrides plein format Sony devrait ravir les photographes à la recherche d’une solution légère, compacte et plus abordable que l’optique 24-70 mm proposée par Sony, puisque lancé à seulement 999 €. Est-il aussi bon sur le terrain que sur sa fiche technique ? Que reste-t-il à la V1 ? La réponse dans notre test terrain du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2.

Présentation

3 ans après la sortie de sa première optique dédiée aux hybrides plein format Sony, Tamron dévoile son successeur avec ce Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2. Désormais, le constructeur japonais est bien implanté sur la monture E puisqu’il propose diverses optiques dont le triptyque f/2,8 :

Après avoir couvert de nombreuses focales en monture Sony E, Tamron revient donc avec une version G2 de son très bon zoom 28-75 mm f/2,8. À la clé, on retrouve tous les éléments qui ont fait recette sur le premier modèle, mais avec quelques améliorations très attendues, qui laissent à penser que ce 28-75 mm sera encore meilleur que la première version.

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 couvre une plage différente des classiques 24-70 mm : 4 mm de moins au grand-angle et 5 mm de plus au-delà de 70 mm. Dans les faits, la différence est à peine perceptible, sauf si vous avez vraiment besoin d’un recul très important ou avez l’habitude de photographier à 24 mm avec votre zoom. Pour le savoir, vous pouvez analyser vos photos.

L’objectif dispose d’une ouverture maximale constante à f/2.8, intéressante pour du voyage ou du reportage, mais également pour du portrait à 75 mm. Bref, l’objectif se veut toujours aussi polyvalent.

En comparaison à la première version, cet objectif pour boîtier hybride Sony dispose d’une construction optique revue : 2 lentilles supplémentaires font leur apparition. On est ainsi en présence de 17 lentilles réparties en 15 groupes, dont 2 lentilles à faible dispersion LD et 2 lentilles asphériques en verre moulé (GM).

Tamron semble avoir simplifié sa construction optique, avec moins de verres spéciaux, mais pour autant, l’homogénéité et le contrôle des aberrations optiques sont donnés comme meilleurs. L’optique dispose d’un diaphragme circulaire à 9 lamelles qui devrait offrir un bokeh crémeux.

Cet objectif, pensé pour les hybrides Sony Alpha, reprend tous les avantages de ces boîtiers. Ainsi, on retrouve l’AF hybride, le suivi des yeux et des sujets en temps réel, la retouche du point (DMF) tout comme les corrections de l’objectif intégrées. Ce dernier point est essentiel, car Tamron arrive à corriger les distorsions et autres aberrations chromatiques de la plus belle des manières, comme nous le verrons plus loin dans ce test.

Le mécanisme autofocus de cet objectif a également évolué face à la première version : il dispose désormais d’un moteur autofocus linéaire VXD (Voice-coil eXtremTorque Drive) pensée pour être plus rapide, plus précise et plus silencieuse que le moteur RXD pas à pas. Ce moteur a notamment fait ses preuves sur les derniers zooms Tamron comme le 35-150 mm f/2-2,8 ou encore le 150-500 mm f/5-6,7.

Nouveauté : cet objectif dispose d’un port USB-C qui permet de le connecter à un ordinateur et de personnaliser son comportement, mais aussi d’effectuer les mises à jour firmware sans passer par le boîtier ou un dock spécifique. Une application Tamron Lens Utility (compatible macOS et Windows) est disponible gratuitement pour cela.

Enfin, cet objectif dispose toujours d’une très faible distance de mise au point minimale, et gagne même 1 cm, avec une MAP minimale à 18 cm à 28 mm et 38 cm à 75 mm. De quoi réaliser des plans très rapprochés et des photos de détails.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 160

Par contre, tout comme son ainé (et la majorité des optiques Tamron en monture Sony E), cet objectif ne propose pas de stabilisation optique, se reposant sur la stabilisation IBIS du capteur des boîtiers Sony Alpha. Cela permet notamment au constructeur d’offrir une optique la plus compacte et légère possible.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – 0,4 s – ƒ / 6,3 – ISO 100

Voici un tableau comparatif entre les Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD et Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 :

 Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD
distance focale28-75 mm28-75 mm
ouverture maximumf/2,8f/2,8
ouverture minimalef/22f/22
construction optique17 lentilles réparties en 15 groupes, dont 2 lentilles LD et 2 lentilles asphériques GM
15 lentilles réparties en 12 groupes, dont une lentille XLD, une lentille LD, un verre asphérique GM et 2 lentilles asphériques hybrides
diaphragmecirculaire, 9 lamellescirculaire, 9 lamelles
rapport de grossissement maximal1:2,7 (à 28 mm) et 1:4,1 (à 75 mm)1:2,9 (à 28 mm) et 1:4 (à 75 mm)
angle de champ75°23′-32°11 (plein format)75°23′-32°11 (plein format)
distance de mise au point minimale18 cm à 28 mm et 38 cm à 75 mm19 cm à 28 mm et 39 cm à 75 mm
diamètre du filtre67 mm67 mm
tropicalisationoui, 7 joints d’étanchéité
oui, 6 joints d’étanchéité
autofocusoui, moteur VXD linéaireoui, moteur RXD pas à pas
poids540 g550 g
pare-soleiloui, amovibleoui, amovible
stabilisationnon, intégrée au boîtier Sonynon, intégrée au boîtier Sony
dimensions (D x H)75,8 x 117,6 mm73 x 117,8 mm
monture compatibleSony FESony FE

Prise en main

Dès la première prise en main, on retrouve la bonne surprise de la première version : le zoom Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 est compact et léger, un vrai plaisir à utiliser au quotidien sur son boîtier. On en oublierait presque qu’il s’agit d’un modèle f/2,8 dédié à un capteur plein format. Il offre toujours un équilibre idéal avec un boîtier Sony Alpha comme l’A7 III ou le récent A7 IV.

On retrouve toujours la robe noire et un design très sobre, avec un anneau argenté au niveau de la baïonnette. La surface semble un peu moins matte que sur la précédente version et peut être même un peu plus solide, même si nous sommes toujours en présence de polycarbonate pour obtenir le meilleur poids. L’optique reste protégée contre la poussière et l’humidité grâce à plusieurs joints d’étanchéité.

Comme son prédécesseur, l’objectif ne dispose pas de bouton AF/MF, laissant cela au boîtier (ou au bouton personnalisé). Il intègre cependant un bouton personnalisable sur le côté du fût, au niveau du pouce de la main gauche lorsque l’on supporte l’objectif. Ce bouton permet par défaut de verrouiller la MAP, mais il est possible de lui attribuer d’autres fonctions.

Côté taille et encombrement, l’objectif est très proche de la précédente version. Son poids est de 540 g (contre 550 g pour la première version) et il mesure 75,8 x 117,6 mm (D x H), soit 2,8 cm de plus en diamètre maximal et 0,2 mm de moins en longueur. Autant dire que l’objectif est aussi long, mais un peu plus large.

Il dispose d’un design revu avec notamment de nouvelles bagues. La bague de zoom, toujours aussi large, dispose d’une meilleure texture qui facilite sa prise en main. La bague n’est ni trop dure ni trop souple et sa course est suffisamment courte pour passer de 28 à 75 mm en un quart de tour.

La bague de mise au point est plus proche de la baïonnette et laisse un espace pour reposer le doigt avant d’atteindre la bague de zoom. Elle fonctionne toujours de manière non linéaire – la vitesse à laquelle vous la tournez affecte la vitesse de réglage de la mise au point. Il s’agit du réglage par défaut, mais ce comportement peut être modifié en utilisant le logiciel Tamron Lens Utility (nous reviendrons sur ce sujet plus bas).

La mise au point se fait de manière interne, mais le passage de 28 à 75 mm entraîne un allongement du fut de 1,8 cm. Bonne nouvelle, c’est moins que sur la première version.

Tamron Lens Utility

Avant d’aborder la qualité d’image, attardons-nous sur une nouveauté de cette optique. Tout comme le récent 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD que nous avons testé, cet objectif dispose d’un port USB-C pour le connecter à un ordinateur. À l’aide du logiciel Tamron Lens Utility (sur Windows ou Mac), il devient possible de personnaliser entièrement le comportement de l’objectif.

Ainsi, le logiciel permet de paramétrer le bouton de réglage de la mise au point présent sur le côté de l’optique avec différentes fonctions :

  • attribution d’une fonction du boîtier, comme c’est le cas avec les optiques Sony
  • sélection de la fonction AF/MF
  • préréglage de la mise au point, utile pour mémoriser une MAP à l’infini
  • transition de mise au point d’u point A à un point B (enregistrées en amont, vitesse réglable), pour changer rapidement d’un plan A à un plan B, idéal pour une vidéo interview par exemple
  • changement de fonction de la bague de mise au point (mise au point ou ouverture)

Il est également possible de choisir le comportement de la bague de mise au point : choisir d’inverser le sens de rotation ou la méthode de mise en point (linéaire ou non linéaire), utile en vidéo.

Enfin, ce logiciel permet désormais d’effectuer les mises à jour firmware de l’objectif, sans devoir passer par une station, comme c’était le cas avec certaines optiques Tamron en monture reflex.

À l’usage, cela permet de personnaliser complètement son objectif depuis un ordinateur. Il est même possible d’effectuer le changement de fonctions en temps réel sur l’appareil photo, utile si vous souhaitez bien comprendre l’incidence de chaque réglage.

Cependant, le logiciel est un peu austère et nécessite un peu de temps pour bien tout comprendre. Tamron a mis en ligne une page d’aide très complète pour apprivoiser Tamron Lens Utility.

Qualité d’image du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2

Sur la première génération de ce 28-75 mm, nous avions conclu que l’objectif offrait un bon piqué dès f/2,8, avec un bokeh plaisant et une faible distance de MAP très utile. Malgré tout, le vignettage et les distorsions étaient assez présents. Qu’en est-il pour cette seconde version ? C’est ce que nous verrons dans cette partie.

Les images publiées dans ce test ont été réalisées avec un Sony A7 III. Il s’agit de fichiers RAW développés dans Lightroom Classic, avec pour certaines des retouches mineures comme une correction de balance des blancs, de l’exposition ou des contrastes. N’hésitez pas à cliquer sur les images pour les voir en meilleure qualité.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₃₀ s – ƒ / 8,0 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 31 mm – ¹⁄₄₀ s – ƒ / 7,1 – ISO 800
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₆₄₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 73 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1250
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 49 mm – ¹⁄₅₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1250
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 10000

On vous confirme tout de suite : ce Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 offre des performances optiques de très haute volée, avec un très bon piqué dès f/2,8, un bokeh agréable et des aberrations optiques très bien contrôlées. Voyons cela en détails.

À 28 mm, l’optique se comporte extrêmement bien, avec un bon piqué au centre dès f/2,8 et une bonne homogénéité de l’image, même si dès f/4 – f/5,6 on récupère encore plus de détails sur les bords.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 2000
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₃₀ s – ƒ / 3,5 – ISO 320
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₅₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 100

À 35 mm et 50 mm, le centre offre un excellent piqué dès la pleine ouverture. Sur les bords, il faudra également fermer à f/4 – f/5,6 pour obtenir davantage de détails.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 36 mm – ¹⁄₆₀ s – ƒ / 7,1 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 38 mm – ⅓ s – ƒ / 2,8 – ISO 200

Enfin, à 75 mm, le piqué diminue au centre à pleine ouverture. Il faudra ici fermer à f/4 – f/5,6 pour avoir un piqué optimal au centre. Par contre, l’homogénéité est moins bonne, et il faudra fermer à f/5,6 – f/8 pour un résultat optimal.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Cet objectif bénéficie d’une très faible distance de mise au point qui lui permet d’effectuer des plans très rapprochés et de jouer avec la profondeur de champ, comme on peut le voir sur ces images

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₃₀ s – ƒ / 5,0 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

La séparation des plans et le bokeh sont d’ailleurs très doux, avec un premier plan offrant une belle netteté et un arrière-plan très doux. On notera cependant que les bulles de bokeh ont tendance à s’aplatir sur les bords (effet œil de chat). Dans certains cas, nous avons noté un léger effet onion ring au sein des bulles de bokeh, comme c’est le cas avec ces éclairages de Noël. Ce n’est heureusement pas tout le temps le cas.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 160
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 69 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 200
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 160

Côté vignettage, le comportement de l’objectif est assez cohérent et proche de la première version. Au grand-angle comme à 75 mm, le vignettage est assez présent à pleine ouverture. Il faudra fermer à f/4, voire f/5,6 pour que cela ne devienne plus visible. Par contre, si vous activez les corrections intégrées au boîtier, le vignettage est plutôt bien corrigé.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₂₅₀ s – ƒ / 5,0 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₁₀₀ s – ƒ / 5,0 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 66 mm – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 2000
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 800

On retrouve néanmoins le même comportement qu’avec le Tamron 35-150 mm f/2-2,8 sous Lightroom Classic : le logiciel a tendance à sur-corriger les bords, qui apparaissent plus clairs que le centre.

Côté distorsions, le résultat est très différent que vous appliquiez ou non la correction intégrée au boîtier. Sans correction, on observe une distorsion en barillet à 28 mm, qui s’estompe à 35 mm. À 50 mm, on voit apparaitre une distorsion en coussinet, qui s’amplifie à 75 mm. Heureusement, le profil de correction intégré au boîtier Sony (ou la correction de Lightroom) permettent de corriger parfaitement ces distorsions.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 8,0 – ISO 640
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 72 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 2000
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 74 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1250

Voici par exemple une photo avec et sans correction activée sur le boîtier :

28 mm – Sans correction optique – on voit bien les distorsions
28 mm – Avec correction optique

Enfin, les aberrations chromatiques sont très bien gérées par cet objectif, notamment grâce au profil de correction intégré qui permet de corriger ce point dès la prise de vue. Nous n’avons ainsi remarqué que très peu d’aberrations chromatiques, sauf à étudier les photos à 100 % et faire ce que l’on appelle du pixel peeping.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₁₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 800

Voici une galerie de photos réalisées avec l’objectif Tamron monté sur un Sony A7 III :

Performances autofocus du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2

Avec ce nouveau zoom 28-75 mm, Tamron a opté pour un nouveau moteur autofocus VXD (en lieu et place du RXD de la première version). Derrière cet acronyme se cache une motorisation AF linéaire. Sur le papier, ce mécanisme doit offrir une mise au point précise, très rapide et silencieuse.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₄₀ s – ƒ / 3,2 – ISO 100

Sur le terrain, nous avons noté d’excellentes performances autofocus pour le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2. Ici, on note un gain réel en comparaison à la précédente version, qui offrait un AF rapide et assez consistent, mais pas des plus rapides.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 75 mm – ¹⁄₃₂₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 100

Jusque-là réservé à ses zooms plus longs, la technologie VXD offre un véritable bond en termes de performances.

Nous avons ainsi pu mettre à l’épreuve l’autofocus et la détection de sujets du Sony A7 III lors d’un match de hockey sur glace et avons noté une très grande réactivité de l’ensemble. Cet objectif pourra ainsi être utilisé sans aucun souci pour capturer des sujets se déplaçant rapidement.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 73 mm – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1250

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 face à la concurrence

Avec ce nouveau Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2, le constructeur japonais ne se repose pas sur ses lauriers. Il propose une nouvelle version encore plus qualitative de son zoom trans-standard en monture E. Et il faut dire que les alternatives sont de plus en plus nombreuses.

Ainsi, si en 2018, la concurrence était limitée à Sony et Zeiss, ce n’est plus le cas. Sigma a depuis lancé deux zooms trans-standard et Samyang est en embuscade avec son premier zoom, qui n’est autre qu’un 24-70 mm f/2,8.

A gauche, la version Sony 24-70 mm f/2,8 G Master ; à droite, la version Tamron 28-75 mm f/2,8 G2

Chez Sony, le FE 24-70 mm f/2,8 G Master (lire notre test) est le zoom standard de référence, mais ce dernier commence à se faire vieux et est rattrapé par Tamron. Il dispose lui aussi d’un bouton de personnalisation ainsi que d’un bouton AF/MF, offre une très bonne qualité optique, mais est rattrapé sur le plan de l’autofocus, de l’encombrement (136 x 87,6 mm pour 886 g) et surtout du prix, puisqu’il est proposé à 2199 €. Il est possible que cette optique soit renouvelée en 2022, comme ce fût le cas avec le 70-200 mm f/2,8, mais le tarif risque de s’envoler.

Sony ZEISS FE 24 70mm F/4 OSS

Chez Zeiss, la plage 24-70 mm n’est couverte que par le Sony ZEISS FE 24-70 mm f/4 OSS. Cet objectif dispose de la stabilisation optique, mais ne propose qu’une ouverture constante à f/4. Son piqué est moins bon que le 24-70 mm Tamron ou le Sony G Master, mais il a l’avantage d’être compact (94,5 x 73 mm) et plus léger (426g), le tout pour un tarif avoisinant les 799 €.

Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art

Chez Sigma, on retrouve deux zooms qui viennent concurrencer l’offre de Tamron : le Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art et le 28-70 mm f/2,8 DG DN Contemporary. Le premier, doté d’une plage focale classique, dispose d’une finition premium qui se ressent dans son poids (835 g) et son encombrement, puisque l’optique culmine à 122,9 mm de long. Il offre une très bonne qualité d’image, avec de beaux flous d’arrière-plan rendus possible par son diaphragme circulaire à 11 lamelles. Son tarif est cependant plus élevé que l’optique Tamron, car proposé à 1099 €.

L’autre option Sigma, dévoilée en février dernier, est le 28-70 mm f/2,8 DG DN Contemporary. Ce zoom est la réponse directe de Sigma à Tamron, et s’avère être l’optique la plus compacte et légère de sa catégorie (101,5 mm de long, 470 g seulement). Faisant l’impasse sur la tropicalisation, ce zoom est simple mais un peu plus court que le modèle Tamron. Il utilise un moteur autofocus pas à pas et bénéficie d’une très bonne qualité d’image. Même son tarif de 849 € en fait une alternative plus qu’intéressante à l’optique Tamron.

Egalement dévoilé en 2021, le Samyang AF 24-70 mm f/2,8 FE est une alternative séduisante. Avec cet objectif, Samyang met un pied dans l’univers des zooms, avec un modèle très intéressant, bien que plus lourd et un peu plus encombrant que ce que propose Tamron. Il se rattrape cependant sur le prix, avec un tarif de 899 €. En savoir plus.

Test du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le zoom le plus équilibré en monture Sony FE

Enfin, ne jetons pas la première version du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD qui, bien que renouvelé, est toujours dans la course. Son autofocus est moins rapide et il ne dispose pas de la meilleure ergonomie, mais ses performances optiques sont honorables, surtout combinées à tarif ultra compétitif de 699 € neuf. Il tirera peut-être sa révérence dans quelque temps, mais d’ici là… Pour en savoir plus sur cet objectif, vous pouvez retrouver notre test complet.

À qui s’adresse le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2

Tout comme le premier modèle, cet objectif très polyvalent s’adresse à tout type de photographes. Si vous êtes habitués au 24-70 mm, sa focale un peu décalée favorisera les plans un peu plus serrés et pourra être utile pour du portrait ou du reportage, à condition de ne pas vouloir cadrer trop large.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 72 mm – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 100
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 – 28 mm – ¹⁄₄₀₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 800

Grâce à sa tropicalisation, sa compacité et sa légèreté, cet objectif passe-partout fonctionne ainsi pour du portrait, du paysage, ou bien même de la photographie de sport, grâce à son autofocus ultra-rapide et silencieux. Les amateurs de plans rapprochés apprécieront également sa très faible distance de mise au point.

Finalement, et nous allons nous répéter par rapport au test du premier modèle, si vous cherchez un zoom standard en monture Sony E, ce modèle de chez Tamron coche toutes les cases, y compris pour de la vidéo.

Les photographes et vidéastes les plus perfectionnistes apprécieront notamment ses capacités de personnalisation poussées via le logiciel Tamron Lens Utility.

Conclusion

Après avoir livré une première version équilibrée de son zoom pour hybride plein format Sony, Tamron réussit à améliorer 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 sur quasiment tous les aspects.

Doté d’un nouveau moteur autofocus plus rapide, d’une nouvelle construction optique et d’une ergonomie revue, le zoom fait un sans-faute. Il constitue une solution compacte et légère, avec une très bonne gestion des aberrations chromatiques et des distorsions (grâce au profil intégré), une mise au point minimale encore améliorée, le tout pour une qualité d’image en hausse. On déplore simplement un vignettage important à pleine ouverture, une homogénéité et un piqué un peu moins bon à 75 mm.

Pour autant, ce zoom 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 est encore une fois une excellente cuvée Tamron pour hybrides Sony, et nous le recommandons à toute personne cherchant un zoom trans-standard.

Le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 est disponible au tarif de 949 € chez Digit-Photo, Photo-Univers, Miss Numérique, Fnac ainsi que dans les magasins photo spécialisés.

Pour rappel, l’objectif bénéficie de 5 ans de garantie en s’enregistrement gratuitement sur le site de Tamron dans les 2 mois après l’achat.

Test Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2 : encore meilleur
Fabrication / finitions
8.6
Qualité d’image
8.5
Ergonomie générale / praticité
8.3
Points forts
autofocus plus rapide
très bonne qualité d’image générale
faible distance de mise au point minimale
design plus ergonomique
commandes personnalisables
protection contre l’humidité et la poussière
Points faibles
vignetage à pleine ouverture
pas de stabilisation
piqué et homogénéité en retrait à 75 mm
8.5
sur 10
Où acheter