Le voilà enfin. Après d’innombrables teasers et fuites en tous genres, Canon dévoile son nouvel hybride professionnel. Résolument conçu pour les photographes de sport et d’animalier, le Canon EOS R3 vient coiffer l’écosystème EOS R, inauguré il y a tout juste 3 ans. Design monobloc, rafale à 30 i/s, AF ultra-réactif et contrôlable par l’œil, vidéo 6K RAW… Retour sur toutes ses caractéristiques.

EOS R3 : le plus haut de gamme des hybrides Canon… en attendant l’EOS R1 ?

En octobre 2018, Canon avait dévoilé l’EOS R, son 1er hybride plein format – rapidement suivi par le « petit » EOS RP. Depuis, la gamme s’est largement étoffée avec les EOS R5 et R6, lancés au printemps 2020.

En cette rentrée 2021, Canon présente donc son très attendu EOS R3. Cet hybride monobloc très haut de gamme vient directement répondre aux besoins des photographes professionnels. D’ailleurs, certains d’entre eux ont pu le tester en conditions réelles (et en avant-première !) lors des JO de Tokyo.

Canon EOS R3 : la rafale à 30 i/s sans rolling shutter se dévoile

Toutefois, l’EOS R3 n’est pas le boîtier le plus haut de gamme de Canon. Pour l’heure, ce titre revient toujours au reflex Canon EOS-1D X Mark III, dévoilé en 2019. Interrogée par Phototrend, la marque reste évasive… mais ne ferme pas la porte à un (hypothétique) EOS R1.

Mais pour l’heure, examinons ensemble les caractéristiques du Canon EOS R3, et de toute l’armada de technologies intégrées par Canon pour rivaliser avec le Sony A1 et le futur Nikon Z 9.

 Canon EOS R3Canon EOS R5Canon EOS R6
Capteur CMOSPlein format de 24,1 MpxPlein format de 45 MpxPlein format de 20 Mpx
Filtre passe-basOuiOuiOui
ProcesseurDigic XDigic XDigic X
MontureRFRFRF
Viseur électroniqueOLED 5,76 M pointsOLED, 5,76 M pointsOLED, 3,68 M points
Écran LCDTactile, orientable, 3,2 pouces, 4,15 M pointsTactile, orientable, 3,2 pouces, 2,1 M pointsTactile, orientable, 3 pouces, 1,62 M points
Écran de contrôle monochromeOuiOuiNon
AutofocusDual Pixel AF IIDual Pixel AF IIDual Pixel AF II
Nombre de points AF477959406072
Couverture AF100% (auto), 100x90% (manuel)100% (auto), 100x90% (manuel)100% (auto), 100x90% (manuel)
Plage de fonctionnement AF-7,5 à 20 ILDe -6 à 18 IL De -6,5 à 20 IL
Algorithmes de suivi AFHumains, animaux (chiens, chats, oiseaux), sports mécaniques (autos, motos)Humains, animaux (chiens, chats, oiseaux)Humains, animaux (chiens, chats, oiseaux)
Sensibilité du capteur100-102400 ISO (extensible à 50-204800 ISO)100-51200 ISO100-102400 ISO (extensible à 50-204800 ISO)
Rafale (obturateur mécanique)12 i/s (avec suivi AE/AF)12 i/s (avec suivi AE/AF)12 i/s (avec suivi AE/AF)
Rafale (obturateur électronique)30 i/s (avec suivi AE/AF)20 i/s (avec suivi AE/AF)20 i/s (avec suivi AE/AF)
Obturation30-1/16000s30-1/8000s30-1/8000s
Vidéo6K 60 i/s, 4K 120 i/s8K 30 i/s, 4K 120 i/s, Full HD (sans crop)4K 60 i/s, Full HD 120 i/s (sans crop)
Profils colorimétriques vidéoC-LOG HDR, RAW (6K uniquement)C-LOG HDR, RAW (8K uniquement)C-LOG HDR
Stockage1xSD UHS-II, 1xCF Express1xSD UHS-II, 1xCF Express2x SD UHS-II
Wifi2,4 et 5 GHz2,4 et 5 GHz2,4 Ghz
BluetoothBluetooth 5.0 Low EnergyBluetooth 4.2 Low EnergyBluetooth 4.2 Low Energy
BatterieLP-E19LP-E6NHLP-E6NH
Autonomie photo860 photos (LCD),
620 photos (viseur)
490 photos (LCD), 320 photos (viseur)510 photos (LCD), 380 photos (viseur)
Rechargement par port USBOuiOuiOui
TropicalisationRésistant à la poussière et à l’humiditéRésistant à la poussière et à l’humiditéRésistant à la poussière et à l’humidité
Dimensions150 x 142,6 x 87,2mm135,8 × 97,5 × 88 mm138,4 × 97,5 × 88,4 mm
Poids (avec carte et batterie)1015 g738 g680 g
Prix de lancement nu5999 €4499 €2699 €

Canon EOS R3 et Eye Control : comme une petite révolution

L’une des principales nouveautés du Canon EOS R3, c’est évidemment le Eye Control, un autofocus contrôlable par l’œil. Très intrigante, cette fonction vient révolutionner la façon d’effectuer la mise au point sur le sujet.

Nous avons eu l’opportunité de prendre en main l’EOS R3 en avant-première, et cette fonctionnalité s’avère d’une simplicité déconcertante.

Il suffit de regarder le sujet dans le viseur électronique, d’appuyer sur la touche AF-On (ou sur le déclencheur à mi-course) et l’appareil effectue la mise au point et suit le sujet. Il ne reste plus qu’à déclencher pour capturer les photos désirées.

Dans le détail, un petit cercle orange indique dans le viseur où l’on regarde dans l’image. Pour éviter de perdre le sujet si l’on regarde un objet « parasite » dans le champ (un oiseau, par exemple), il est nécessaire d’appuyer sur AF-On pour « verrouiller » le sujet. Pour passer à un autre sujet dans le champ, il suffit de le regarder et de réappuyer sur AF-On. Simple, mais très efficace.

Cette fonctionnalité repose sur un ensemble d’émetteurs infrarouge de faible puissance. Les rayons sont réfléchis sur la pupille et la cornée. À partir de la position de l’œil, l’appareil calcule automatiquement la direction dans laquelle regarde le photographe.

Bon point : le pilotage AF par l’œil fonctionne avec ou sans lunettes – y compris pour les porteurs de verres progressifs. Lors du démarrage de l’appareil, une procédure de calibration via les menus est nécessaire. Vous pouvez enregistrer jusqu’à 6 profils de calibration : avec/sans lunettes, mais aussi ceux d’autres photographes à qui vous prêtez le boîtier.

Ultra-prometteuse, cette fonctionnalité permet à l’EOS R3 de proposer quelque chose de radicalement nouveau… Même si les photographes les plus expérimentés se souviennent peut-être de l’EOS 3, qui disposait d’un mode similaire, mais sans doute moins précis. Rappelons que le boîtier dispose toujours d’un mode « simple » pour sélectionner le point AF avec le joystick ou à l’écran.

Canon EOS R3 : capteur CMOS rétroéclairé et empilé de 24,1 Mpx

Les différentes fuites de l’été dernier étaient donc fondées. Le Canon EOS R3 s’appuie sur un capteur de 24,1 Mpx. Un choix parfaitement logique, et qui permet à Canon de faire un très bon compromis entre définition, vitesse d’acquisition et poids des fichiers, qui doivent être suffisamment légers pour ne pas encombrer la connexion FTP des grandes rédactions.

Cette définition « raisonnable » permet ainsi aux photosites d’être moins resserrés, offrant de meilleures performances en hauts ISO. La plage de sensibilité du capteur s’étend de 100 à 102 400 ISO, extensible à 204 800 ISO en cas de besoin.

À noter que le capteur de l’EOS R3 est légèrement plus défini que celui du Canon EOS-1D X Mark III, qui plafonne à 20,1 Mpx.

Le capteur est stabilisé sur 5 axes (IBIS). Bien évidemment, la double-stabilisation (boîtier + optique) est de la partie, offrant un gain maximal de 8 stops avec un objectif RF stabilisé.

Canon EOS R3 IBIS

Le capteur CMOS de l’EOS R3 et son système de stabilisation (IBIS)

Point notable, ce capteur est le 1er de Canon à être rétroéclairé (BSI) et empilé (stacked). Concrètement, le support photosensible (les photosites) est monté « à l’envers » et placé sur une mémoire DRAM, elle-même placée sur une couche de silicium. Déjà exploitée par Sony par plusieurs années, cette technologie présente des avantages indéniables en termes de performance.

Rafale à 30 i/s sans rolling shutter avec synchronisation du flash

Ce capteur « nouvelle génération » peut être lu plusieurs dizaines de fois par seconde. Grâce à cette vitesse de lecture ultra-élevée, l’EOS R3 peut ainsi afficher une vitesse en rafale de 30 images par seconde avec le shutter électronique (avec suivi AE/AF). De même, la vitesse maximale d’obturation monte à 1/16000s (contre 1/8000s sur l’EOS R5).

Le nouveau capteur CMOS stacked BSI du Canon EOS R3

Par ailleurs, l’effet de rolling shutter doit être quasi-inexistant (d’après Canon), le décalage temporel entre le haut et le bas de l’image étant extrêmement réduit. Cependant, ce capteur n’est pas de type « global shutter ».

Seulement voilà : le Canon EOS R3 va plus loin en étant le 1er hybride doté de la synchronisation du flash avec l’obturateur électronique au 1/180s à 15 i/s en E-TTL (Electronic Through the Lens).

Ainsi, le Canon EOS R3 est le 1er boîtier de la marque où le shutter électronique est activé par défaut. À la clé, une rafale ultra-rapide, totalement silencieuse, et avec le flash. Canon innove… et semble s’affranchir de plus en plus du shutter mécanique. Reste à vérifier si cet obturateur électronique très prometteur tient ses promesses sur le terrain.

Enfin, notez qu’une option vous permet d’avoir un bruit de déclencheur via le haut-parleur du boîtier, afin de profiter du bruit d’une rafale à 30 i/s (avec le shutter électronique). Totalement inutile, donc totalement indispensable, diront certains.

Bien sûr, l’obturateur mécanique est toujours présent. Son bruit de déclenchement est assez similaire à celui de l’EOS R5, et s’avère très doux. En revanche, sa rafale (mécanique) à 12 i/s s’avère inférieure à celle de l’EOS-1D X Mark III, qui monte à 16 i/s.

Le mécanisme de l’obturateur mécanique du Canon EOS R3

Aux côtés de ce capteur CMOS de 24,1 Mpx, on retrouve le processeur Canon Digic X, déjà présent sur les hybrides EOS R5 / R6 et sur le reflex EOS-1D X Mark III.

Canon EOS R3 Digic X

La carte mère du Canon EOS R3 et, au centre, le processeur Digic X

L’EOS R3, paré pour les photos d’animaux, de sports mécaniques et d’événements

« Soyez plus rapide, soyez meilleur » : le slogan de l’EOS R3 n’a pas été choisi par hasard. Le nouvel hybride de Canon intègre la technologie Dual Pixel AF II, qui doit procurer un autofocus ultra-précis et rapide. Et ce, même en conditions lumineuses difficile ou bien lorsque le sujet se déplace à grande vitesse.

L’appareil se base sur un total de 4779 points AF (3969 en vidéo). C’est beaucoup, mais moins que l’EOS R5 (5940 points) et l’EOS R6 (6072), dont le capteur est plus défini. In fine, le nouvel EOS R3 fait jeu égal avec le « petit » EOS RP, dont la définition du capteur est quasi-identique (et c’est l’un des rares points communs entre ces deux boîtiers).

La couverture AF est de 100 % en auto (en hauteur comme en largeur), et de 100 % en horizontal et 90 % en vertical en mode manuel. À noter qu’une nouvelle option permet de redimensionner à l’envi la zone AF en hauteur comme en largeur. Enfin, l’AF doit être plus à l’aise dans les environnements faiblement éclairés, grâce à sa plage AF très étendue : –7,5 à 20 IL.

Mais la vraie nouveauté de l’autofocus de l’EOS R3 se situe au niveau de ses algorithmes. Par rapport aux EOS R5/R6, il gagne un nouveau mode de détection et de suivi des voitures et des motos. Mieux encore, l’AF est capable de détecter la tête du pilote pour une mise au point encore plus réussie. Pour l’instant, les trains et les avions n’ont pas été évoqués par Canon.

Bien sûr, l’EOS R3 est pleinement compatible avec les modes d’Eye-tracking pour les animaux (chiens, chats, oiseaux) et les humains.

À noter toutefois que les algorithmes ont été entraînés pour mieux détecter l’œil quand le sujet porte un masque. Utile en ces temps de Covid. Interrogé par Phototrend, Canon indique que cette dernière fonctionnalité pourra (peut-être) faire son arrivée sur les EOS R5 et R6 via une MAJ du firmware.

Le Canon EOS R3 et l’objectif RF 70-200 mm f/2,8L IS USM

Vidéo : pas de 8K mais de la 6K à 60 i/s en Raw

La vidéo n’est certainement pas en reste. Au vu de la définition de son capteur (24,1 Mpx), le boîtier ne filme pas en 8K – contrairement à l’EOS R5 ou à un certain Sony A1.

Pour autant, l’EOS R3 ne fait pas dans la demi-mesure. Il propose la capture de séquences vidéo RAW en 6K DCI à 60 i/s en interne, en toute simplicité. Les vidéos sont au format DCI (17:9) et comptent 6000 x 3174 pixels. L’appareil enregistre les vidéos au format CRM (Cinema Raw Light).

Le boîtier propose aussi un mode 4K 60p suréchantillonnée à partir de la 6K. Il offre aussi un mode slow motion en 4K à 120 i/s. Dans les deux cas, l’appareil utilise le codec H.264, livrant des fichiers au format MP4. Deux formats d’image sont proposés : DCI (17:9) ou UHD (16:9).

À noter que l’EOS R3 permet de filmer en Canon Log 3 (4:2:2, 10 bits), afin d’offrir une plage dynamique largement supérieure. La durée maximale d’enregistrement est de 6 heures (hors slow motion).

Enfin, l’appareil offre la possibilité d’extraire des images en JPEG de 8,8 Mpx depuis un film capturé en 4K DCI et de 8,6 Mpx depuis une séquence en 4K UHD.

Comme le Canon EOS-1D X Mark III, le Canon EOS R3 n’a pas besoin d’enregistreur externe – même si la captation via le port HDMI reste évidemment possible. L’appareil exploite pleinement son double-slot pour carte CF Express / SD en vidéo, la première pouvant enregistrer la vidéo RAW tandis que la seconde vient enregistrer sa copie en MP4.

Design monobloc, viseur HDR et écran orientable

Extérieurement, le Canon EOS R3 ressemble à un EOS R5… Avec le design monobloc d’un EOS-1D X Mark III.

Lors de notre prise en main, nous avons été agréablement surpris par le confort du boîtier. La poignée, très bien creusée, offre une très bonne préhension. Pas le moindre angle saillant : l’ensemble des coins sont parfaitement arrondis, afin d’offrir un plus grand confort. On aime aussi le nouveau revêtement texturé en nid d’abeille, agréable au toucher.

En termes de poids, l’EOS R3 répond pleinement à la (nécessaire) cure d’amaigrissement des hybrides par rapport aux reflex. Comptez 1015 grammes (avec cartes mémoires et batterie), contre 1440 grammes pour l’EOS-1D-X Mark III ! Une vraie différence qui devrait se faire sentir dans le sac à dos.

Le viseur, quant à lui, s’avère particulièrement large et confortable. En termes de caractéristiques pures, il fait jeu égal avec l’EOS R5. On retrouve un écran OLED de 0,5 pouces comptant 5,76 millions de points. Il offre une couverture de 100 % du champ et un agrandissement de 0,76 x. Cependant, l’œilleton paraît plus large que sur l’EOS R5, sans doute pour loger le système dédié au contrôle de l’AF par l’œil.

Point notable, l’appareil propose un mode de « simulation de visée reflex ». Le viseur offre un rendu HDR en temps réel. Selon Canon, ce mode HDR vise uniquement un plus grand confort lorsque la dynamique de la scène est très forte, et n’offre pas un rendu « réel » de l’image qui sera capturée.

Bien sûr, on retrouve aussi un grand écran tactile LCD de 3,2 pouces. Toutefois, l’EOS R3 devient le 1er boîtier professionnel à proposer un écran monté sur rotule. Dans la pratique, on retrouve le même mécanisme que sur l’EOS R5 – même si Canon indique avoir renforcé la solidité de l’ensemble. On retrouve également le petit écran de contrôle monochrome présent sur l’EOS R et l’EOS R5.

Comme les autres boîtiers professionnels de la marque, le boîtier est construit en alliage de magnésium pour une meilleure résistance aux éléments. De très nombreux joints d’étanchéité doivent prémunir le boîtier contre l’eau, le sable et la poussière.

Au dos du boîtier, on retrouve le bouton AF-On « sensitif ». Comme sur l’EOS-1D X Mark III, il permet de sélectionner le groupe de collimateurs à utiliser sans devoir lever le pouce pour atteindre le traditionnel joystick.

Connectivité ultra-complète

En termes de connectivité, l’EOS R3 s’avère particulièrement complet. On retrouve le port USB Type C 3.2, déjà croisé sur les EOS R5/R6, ainsi que le port micro-HDMI, et 2 prise jack 3,5 mm (micro et casque). Il intègre également un port RJ45, destiné aux photojournalistes qui téléverseront leurs images sur le serveur FTP de leur rédaction.

Côté stockage, l’appareil reprend la configuration inaugurée avec l’EOS R5. On retrouve donc un emplacement pour cartes SDXC (compatible UHS-II), et un slot pour cartes CF Express type B.

Du côté de la connectivité sans fil, les choses deviennent plus intéressantes encore. L’EOS R3 est compatible avec le Wifi 2,4 et 5 Ghz et le Bluetooth 5.0. Au-delà de la « traditionnelle » appli Canon Camera Canon, le constructeur dévoile une nouvelle appli nommée Mobile File Transfer Application.

Elle permet de faire office de passerelle sans fil entre le boîtier et un serveur distant, en exploitant le smartphone du photographe. Pour la 1e fois, le boîtier est certifié MFI (Made for iPhone). Vous pourrez donc brancher votre iPhone (mais par votre iPad), transférer les photos en USB ou contrôler le boîtier. À l’avenir, le smartphone pourra même servir à mettre à jour l’EOS R3, indique Canon.

Cette nouvelle application Mobile File Transfer Application, dédiée aux professionnels, permettra aussi d’écrire des tags pour les photos, d’ajouter des notes vocales, ainsi que des coordonnées GPS. Un point qui fait étrangement penser à l’une des fonctionnalités proposées par les Sony A9 II et Sony A1

Sony A9 II : hybride plein format professionnel à connectivité étendue

Une nouvelle griffe flash multifonctions et de nouveaux accessoires

Par ailleurs, l’EOS R3 se dote d’une nouvelle griffe flash multifonctions. Au fond de la griffe, un nouveau connecteur à 21 broches fait son apparition. Elle permet de faire la jonction avec de nouveaux accessoires.

Ainsi, Canon dévoile un nouveau micro directionnel DM-E1D. Ce dernier peut être utilisé pour une prise de son mono (shotgun), ou en stéréo (avec un angle de 90 ou 120°). Il dispose d’une construction devant l’isoler des bruits ambiants, des manipulations ou des vibrations. Fonctionnant avec le connecteur 21 broches, il n’est pas compatible avec les autres hybrides Canon.

Canon présente également un transmetteur Speedlite ST-E10. Ce dernier reprend toutes les fonctionnalités du Speedlite ST-E3-R3 (en version 2). Il peut ainsi contrôler dans un rayon de 30 mètres jusqu’à 15 boîtiers EOS ou 15 flashs Speedlite compatibles, répartis en un maximum de 5 groupes. Toutefois, il est alimenté par une batterie, et non plus par des piles. Démuni d’écran, il est contrôlable depuis l’interface du boîtier. À la clé, un gain de poids substantiel : 48 g contre 110 g auparavant.

La marque introduit également un adaptateur griffe flash multifonction Canon AS-E1. Son unique but est de faire l’interface entre la griffe « standard » de vos flashs et accessoires et la nouvelle griffe. D’après Canon, elle permet de préserver l’étanchéité côté boîtier et côté flash.

Enfin, Canon propose aussi un support pour smartphone. Vous pourrez ainsi le fixer au-dessus de votre boîtier et transférer vos images avec l’appli Mobile File Transfer Application mentionnée ci-dessus.

Côté batterie : on prend la même et on recommence !

Le nouveau Canon EOS R3 opte pour une batterie LP-E19 – qui n’est autre que celle qu’utilise déjà le Canon EOS-1D X Mark III. Le constructeur offre ainsi une rétrocompatibilité entre ses deux boîtiers, ce que les professionnels devraient immédiatement apprécier.

Canon EOS R3

Le Canon EOS R3 utilise la même batterie LC-E19E que son grand frère l’EOS-1D X Mark III

Canon annonce jusqu’à 860 images via l’écran LCD, et environ 620 images en utilisant le viseur électronique. En revanche, les valeurs en vidéo n’ont pas été communiquées, dommage.

A noter que l’EOS R3 peut être rechargé en USB-C. L’appareil prend également en charge l’alimentation en continu via USB-C.

Prix et disponibilité du Canon EOS R3

Le Canon EOS R3 sera disponible dès le mois de novembre 2021, et sera vendu au tarif de 5999 €. Il est disponible en pré-commande chez Digit-Photo, Miss Numérique, Fnac, Camara et en magasin photo.

Un tarif plutôt raisonnable pour un boîtier professionnel, et qui le place entre le Canon EOS R5 et son grand frère l’EOS-1D X Mark III.

Ce faisant, il s’avère plus abordable que le Sony A1, vendu 7299 €… et se place dans la ligne de mire d’un certain Sony A9 II, affiché à 5390 €.

Ce positionnement tarifaire peut donc ressembler à une confirmation (implicite) d’un futur EOS R1, remplaçant de l’EOS-1D X Mark III – et qui sera bel et bien vendu à un prix supérieur. Pour mémoire, le reflex pro de Canon a été lancé au tarif de 7299 € (contre 6700 € pour son prédécesseur, soit dit en passant).

Sony A1 : capteur 50 Mpx, vidéo 8K, rafale 30 i/s, l’hybride plein format professionnel de tous les superlatifs

Notre premier avis sur le Canon EOS R3

Le Canon EOS R3 est assurément un boîtier séduisant. Reprenant l’ergonomie tout en rondeur des EOS R5/R6, il lui ajoute le grip pour une meilleure utilisation à la verticale – et, bien sûr, le « fameux » AF contrôlable par l’œil. Une innovation radicale, qui ne demande qu’à faire ses preuves sur le terrain.

Du reste, l’EOS R3 est un véritable porte-étendard des technologies de Canon. Capteur ultra-rapide autorisant une rafale à 30 i/s avec très peu de rolling shutter, AF ultra-rapide dopé aux algorithmes, vidéo 6K… Canon met les petits plats dans les grands pour séduire les propriétaires d’un EOS 5D Mark IV ou d’un EOS-1D X Mark III – et éviter qu’ils ne passent à la concurrence.

Comparatif : Canon EOS R3 vs EOS-1D X Mark III, lequel est le plus pro ?

Il ne reste donc plus qu’à vérifier que les promesses de cet ambitieux boîtier soient bel et bien tenues. Les choix techniques opérés par Canon s’avèrent-ils payants ? Seul un test terrain nous permettront de répondre à cette question.