Fujifilm vient d’annoncer l’ouverture des caractéristiques de la monture X aux constructeurs tiers. Dans les prochains mois, de nouveaux objectifs devraient être proposées pour les hybrides APS-C de Fujifilm. À l’instar des objectifs de Fujifilm, ils pourront communiquer avec le boîtier et sauront pleinement exploiter l’autofocus ou la stabilisation du capteur. Les photographes pourront ainsi bénéficier d’un plus large choix d’optiques en monture X correspondant à leurs besoins… et à leur budget.

L’arrivée des constructeurs « tiers » sur le marché des optiques Fujifilm X

Pour de nombreux photographes, les objectifs des « constructeurs tiers » présentent de multiples avantages. Outre leur prix alléchant, ils présentent souvent des caractéristiques intéressantes et une qualité d’image similaire (voire égale ou supérieure) à celle des objectifs conçus par les principaux constructeurs de boîtiers photo.

Dans le cas de Fujifilm, cependant, la situation était un peu différente. Pendant longtemps, la monture X est restée la « chasse gardée » de Fujifilm. En conséquence, les rares optiques proposées par les constructeurs tiers étaient peu nombreuses. Elles possédaient aussi une caractéristique commune : leur absence de communication entre le boîtier et l’optique. Ainsi, point d’autofocus, ni de données EXIF sur vos fichiers. Un trait que nous avons pu vérifier récemment avec des objectifs fournis par Laowa ou de 7artisans.

Test Laowa 65 mm f/2,8 2x Ultra Macro : l’infiniment petit pour hybride APS-C

Toutefois, tout ceci pourrait évoluer rapidement. Dans une récente interview accordée au magazine DPReview, Toshihisa Iida, manager de la division Imagerie de Fujifilm, vient d’officialiser l’ouverture de la monture X aux opticiens tiers. « Beaucoup de nos clients veulent davantage d’objectifs, et nous souhaitons satisfaire leur requête », a ainsi déclaré Toshihisa Iida.

Vers de nouvelles optiques AF pour la monture X

Dans la pratique, les constructeurs tiers pourront donc s’appuyer sur les spécifications techniques livrées par Fujifilm pour permettre une communication optimale entre le boîtier et l’optique – et permettre à l’autofocus de fonctionner correctement. De même, ces constructeurs pourront ajuster leurs futures optiques pour mieux gérer la stabilisation du capteur (introduite avec le récent X-T4).

Fujifilm X-T4 : l’hybride APS-C au capteur stabilisé 5 axes taillé pour la performance

« Tokina a déjà annoncé trois nouvelles optiques pour la monture X équipés de l’autofocus« , précise Toshihisa Iida. En mars dernier, en effet, Tokina avait dévoilé une nouvelle feuille de route pour l’année 2020. On y découvrait ainsi un 23 mm, un 33 mm et un 56 mm, tous trois dotés d’une ouverture à f/1,4, conçus pour les hybrides de Fujifilm et d’un moteur AF.

En mars dernier, on découvrait également le Viltrox AF 33 mm f/1,4, équipé d’un autofocus et conçu pour les hybrides de Fujifilm.

Nouvelle roadmap d’objectifs Tokina : les hybrides à l’honneur

Pour l’heure, Sigma et Tamron n’ont pas encore dévoilé leurs intentions quant à la monture X. Les deux marques n’ayant pas des moyens illimités, elles doivent opérer des choix quant aux montures à privilégier. Pour le moment, Sigma semble intensifier ses efforts en faveur de la monture L (dans le cadre de la L-Mount Alliance). De son côté, Tamron semble en faveur de la monture E des hybrides de Sony. Ce qui, bien évidemment, ne signifie pas que les deux marques feraient l’impasse sur la monture X de Fujifilm.

L’ouverture de la monture X, un enjeu stratégique pour Fujifilm

Pour Fujifilm, l’ouverture de la monture X est une manière d’accélérer le développement de son écosystème hybride APS-C. Avec ces nouveaux objectifs développés par des constructeurs « tiers », Fujifilm peut continuer à attirer de nouveaux clients vers ses boîtiers grâce à son large choix d’objectifs pour tous les budgets.

Par ailleurs, ce mouvement stratégique intervient alors que les coûts de développement de la monture X (et de ses optiques) ont déjà été amortis. Lancé à partir de 2011, la gamme d’objectifs XF parvient à une certaine maturité – et compte près d’une trentaine de références. En confiant le développement d’autres d’objectifs à d’autres constructeurs, Fujifilm peut consacrer ses ressources à d’autres projets, comme le développement de la gamme XC ou le renouvellement d’une partie de son parc optique de la gamme XF.

© Chris Upton

Les récentes déclarations de Toshihisa Iida vont dans ce sens. « Nous sommes pleinement conscients de la nécessité de donner un coup de jeune à nos optiques les plus anciennes. Pour l’instant, notre feuille de route ne mentionne aucune « V2 » mais nous allons œuvrer au développement d’une nouvelle version de nos principales optiques. Dans certains cas, nous devrons opter pour un nouveau design optique, et dans certains autres nous procèderons à des changements au niveau mécanique« , a-t-il expliqué.

Fuji X-Pro 2 avec le XF 35mm f/2 R WR

Au sujet du développement de la nouvelle gamme XC, Toshihisa Iida fait preuve d’un certain pragmatisme. « Nous devons d’abord voir l’accueil réservé par nos clients au XC 35 mm f/2″, lancé par la marque aux côtés du nouveau Fujfilm X-T200 en janvier dernier. « Si les réactions sont positives, peut-être pourrons-nous envisager d’autres optiques dans cette gamme. Pour le moment, il est trop tôt pour nous prononcer« . Pour mémoire, les optiques de la gamme XC incarnent des alternatives plus légères plus abordables à celles de la gamme XF, tout en conservant la même qualité optique.

Fujifilm X-T200 : le nouvel hybride APS-C compact et léger

Un signe positif envoyé au monde de la photo ?

Avec ce virage stratégique, Fujifilm souhaite sans doute envoyer un message positif à sa communauté d’utilisateurs. Mais aussi à ses potentiels (futurs) clients, qui pourront bénéficier d’un vaste parc optique correspondant à leurs besoins.

L’ouverture de la monture X aux constructeurs tiers témoigne – et vient encore accroître – le dynamisme de l’écosystème hybride de Fujifilm. Ses appareils sont de plus en plus plébiscités. Et ce, aussi bien par les amateurs que par les professionnels de l’image. La spectaculaire percée des Fujifilm X-Pro2 et X100T dans le classement établi en marge du World Press Photo en est l’un des signes les plus représentatifs.

World Press Photo 2020 : les reflex restent en tête mais les hybrides progressent inexorablement

Ce faisant, Fujifilm souhaite peut-être imiter l’initiative de Sony. Dès 2011, la marque avait partagé les principales caractéristiques de sa monture E, encourageant l’arrivée d’un grand nombre d’optiques compatibles avec ses hybrides APS-C et plein format – avec le succès que l’on connaît. À l’inverse, Canon et Nikon tardent toujours à ouvrir leur monture RF et Z, malgré les demandes insistantes de nombreux photographes.

Pour Fujifilm, l’objectif s’avère donc limpide : continuer sa croissance sur le marché des hybrides et accroître la diversification de son parc optique pour séduire les photographes.