Quels sont les boîtiers photo les plus utilisés par les professionnels de l’image ? Quelles sont les grandes tendances, en termes matériel, pour le photojournalisme ? Alors que le World Press Photo vient de récompenser la photo de Yasuyoshi Chiba, l’analyse des métadonnées des photos primées permet de comprendre le matériel photo qu’utilisent les professionnels de l’image.

Le cliché Straight Voice de Yasuyoshi Chiba, lauréat du World Press Photo 2020

Comme les années précédentes, le site espagnol Photolari a compilé toutes les métadonnées issues des photographies primées lors du concours World Press Photo. Le site a ainsi pu établir son classement par marque, par système, par format de capteur et par boîtier.

Classement World Press Photo : Canon et Nikon s’accrochent, Sony et Fujifilm progressent nettement

Ce classement 2020 vient illustrer la recomposition du paysage photographique. Largement majoritaire en 2018 avec 52 % des photos gagnantes, Nikon continue de reculer et passe cette année de 36,8 % (2019) à 26,2 %. Canon reste en tête du classement mais voit sa part baisser à 38,1 % (contre 46,4 % l’an passé).

World Press Photo classement Photolari marques

Ces chiffres sont à relier avec la hausse constante de la part des hybrides. Deux marques tirent particulièrement leur épingle du jeu : Sony passe de 2,6 % à 7,1 %, tandis que Fujifilm passe de 10 % à 16 % cette année. Une progression notable qui confirme le succès des hybrides des boîtiers de la gamme Alpha de Sony, ainsi que des gammes X-T et X-Pro de Fuji.

Signe des temps, la photographie gagnante de cette édition 2020, capturée par Yasuyoshi Chiba, a justement été prise avec un Fujifilm X-H1. De même, la série de photos en noir et blanc de Romain Laurendeau a été réalisée avec différents modèles Fuji X100.

World Press Photo 2020 : découvrez la Photo de l’année et tous les lauréats

On notera aussi l’apparition dans ce classement de Hasselblad et de DJI : deux données qui viennent conforter les choix stratégiques opérés par les deux marques.

Du côté des boîtiers photo, les choses semblent évoluer progressivement. Une grande majorité de photos primées ont été capturées avec le Canon EOS 5D Mark IV. En 2e et 3e place, on notera la présence du Nikon D5 et du Canon 5D Mark III – qui, malgré son âge, reste très apprécié des professionnels.

World Press Photo classement Photolari boîtiers

Toutefois, 2 boîtiers de Fujifilm, les X-Pro2 et X100T, font leur apparition cette année à la 4e et 5e place de classement. D’une manière fort intéressante, on assiste aussi à la montée spectaculaire du Sony A7R III, mais aussi du drone DJI Phantom 4.

Le classement par système est certainement celui qui enregistre la plus forte évolution. En 2019, les reflex étaient largement dominants. Les hybrides n’arrivaient qu’en 3e position, dépassés par… les compacts experts. Cette année, les reflex « traditionnels » restent en tête avec 64,3 % des photos gagnantes. Mais les hybrides marquent une très nette progression, passant de 4,4 % à 23,7 %. Une évolution qui devrait se poursuivre dans les années à venir, au fur et à mesure que les différentes marques complètent leur catalogue de boîtiers hybrides et d’optiques dédiées.

World Press Photo classement Photolari systèmes

Enfin, le classement des photos gagnantes par type de capteur indique toujours une nette domination des boîtiers plein format (73,8 %). Toutefois, le format APS-C enregistre un bond spectaculaire et passe à 16,7 % (contre 11,1 % en 2019). Une hausse qui n’est pas sans lien avec la montée des hybrides Fujifilm.

World Press Photo classement Photolari capteurs

La lente adoption des boîtiers hybrides par les photographes professionnels

Toutes ces données s’avèrent extrêmement intéressantes à analyser. Ainsi, les tendances du marché des professionnels ne font que refléter celui des appareils grand-public – à quelques nuances près.

La part des hybrides ne cesse de croître auprès du grand public, porté par des marques comme Sony, Fujifilm, Panasonic ou Olympus – et plus récemment Canon et Nikon. Mais les hybrides commencent à être de plus en plus adoptés par les photographes professionnels : ces derniers commencent à adopter les solutions proposées notamment par Sony et par Fujifilm. Comme indiqué ci-dessus, les photographies de Yasuyoshi Chiba et Romain Laurendeau, récompensées cette année, ont justement été capturées avec des boîtiers Fujifilm.

Le Fujifilm X-H1, un boîtier APS-C qui semble de plus en plus plébiscité par les professionnels

Malgré tout, la grande majorité des photographes professionnels demeure fidèle à l’écosystème reflex « traditionnel ». Le duopole Canon-Nikon reste toujours bel et bien présent, avec une surreprésentation de boîtiers comme les Canon EOS 5D Mark III et Mark IV ou les Nikon D4, D5, D750, D800 ou D810. Autant de boîtiers connus et reconnus par les professionnels. Ces derniers semblent apprécier non seulement leur qualité d’image, mais aussi leur impressionnant parc optique. Sans oublier, bien sûr, l’étendue de leur réseau mondial de distribution et de réparation.

Comme nous le notions l’année dernière, l’aspect financier est aussi à prendre en compte : au vu des sommes engagées, les grandes rédactions choisissent souvent une solution technique ayant déjà fait ses preuves depuis de nombreuses années. Malgré tout, la réputation des boîtiers Sony contribue à la croissance des parts de marché auprès des professionnels.

Dévoilé en juillet dernier, le Sony A7R IV vient succéder à l’A7R III, de plus en plus adopté par les photojournalistes

Quelles tendances pour les années à venir ?

Les tendances que nous observons aujourd’hui devraient a priori se consolider au cours des prochaines années. La part des reflex devrait continuer à se réduire ; à l’inverse, celle des hybrides devrait logiquement progresser.

Cependant, il sera intéressant de voir comment seront accueillis les efforts de Canon, Nikon – et Panasonic – pour tenter d’imposer leurs systèmes hybrides auprès des professionnels. Le Nikon Z 7, les Panasonic S1/S1R ou le Canon EOS R5 pourraient peut-être à nouveau rebattre les cartes. Et, peut-être, parachever la mutation du paysage photographique.

Retrouvez l’ensemble des données de ce classement sur le site Internet de Photolari.