Canon continue d’entretenir le suspense autour de l’EOS R5. Au cours d’une conférence virtuelle qui s’est tenue lundi 20 avril, la marque japonaise a dévoilé (ou confirmé) un certain nombre de caractéristiques techniques, notamment autour de la vidéo. 8K en RAW sans recadrage, 4K à 120 i/s, stabilisation IBIS… Faisons le point sur les informations dont nous disposons à l’heure actuelle sur le futur hybride très haut de gamme de Canon.

© DC Watch

Canon EOS R5 : le boîtier pro paré pour la vidéo

De nombreux photographes tendent à investir le terrain de la vidéo. En parallèle, de plus en plus de vidéastes délaissent les caméras vidéo « traditionnelles » et se dirigent vers l’univers des reflex et des hybrides plein format.

Aussi, Canon souhaite susciter le même engouement pour cet EOS R5 qu’avec l’EOS 5D Mark II (sorti en 2008), dont les capacités vidéo étaient extrêmement ambitieuses pour l’époque.

Selon Canon, ce nouvel hybride 24 x 36 mm devrait séduire aussi bien les photographes que les vidéastes professionnels. Pour ce faire, la marque a mis les petits plats dans les grands : l’EOS R5 affiche déjà des caractéristiques inédites pour un appareil photo.

Canon EOS R5 : 8K à 30 i/s sans recadrage

Grâce aux précédentes annonces de Canon, nous savions que le nouvel hybride de la marque sera capable de capturer des séquences vidéo en 8K. Grâce aux nouvelles annonces de Canon, nous apprenons que le boîtier sera capable d’enregistrer les séquences 8K en RAW, sans recadrage, en interne (c’est-à-dire sans enregistreur externe).

Le boîtier sera aussi capable de capturer les vidéos 8K en H.265 en 4:2:2 10 bits avec Canon Log ou en 4:2:2 10 bits HDR PQ.

Canon confirme l’hybride EOS R5 avec capteur haute définition stabilisé et vidéo 8K, aux côtés d’un futur zoom RF 100-500 mm

 

L’EOS R5 pourra également enregistrer (en interne) des vidéos en 4K à la cadence maximale de 120 i/s. Là aussi, on retrouve l’enregistrement en 4:2:2 10 bits avec Canon Log. Mais aussi en 4:2:2 10 bits HDR PQ.

La sortie vidéo HDMI, quant à elle, devrait être capable de supporter un flux vidéo en 4K à 60 i/s en 4:2:2 10 bits avec Canon Log ou en 4:2:2 10 bits HDR PQ.

Autofocus Dual Pixel

Au cours de cette présentation, Canon a également confirmé que l’autofocus Dual Pixel sera bel et bien présent pour tous les modes vidéo.

Ceci est une excellente nouvelle, car la fiabilité et les performances de ce système ne sont plus à démontrer. Ainsi, d’après Canon, « l’autofocus CMOS Dual Pixel sera disponible dans tous les modes vidéo, à toutes les résolutions et toutes les cadences d’acquisition« . Voilà qui devrait rassurer les vidéastes quant à l’autofocus de ce futur boîtier.

Canon EOS R5

© DC Watch

D’après le constructeur japonais, l’EOS R5 devrait également intégrer de nouveaux modes d’autofocus spécialement conçus pour la photographie d’animaux. Ainsi paré, l’AF devrait être capable de reconnaître – Et d’effectuer la mise au point automatiquement – sur la tête et les yeux des chats, des chiens et des oiseaux.

Toutefois, Canon n’a pas donné plus de détails sur ce point, et n’a pas précisé sur cette fonction eye-tracking sera présente en photo comme en vidéo.

Canon EOS R5 AF animaux

D’après Canon, l’EOS R5 devrait pouvoir faire la mise au point automatiquement sur l’œil des chiens, des chats et des oiseaux

Capteur stabilisé sur 5 axes

Rattrapant (enfin) son retard sur la quasi-totalité des boîtiers concurrents, l’EOS R5 sera équipé d’un capteur stabilisé sur 5 axes – ce dernier point ayant été confirmé par Canon au cours de cette conférence de presse virtuelle.

Devant être pourvu (a priori) d’une définition de 45 Mpx, le Canon EOS R5 sera donc muni d’un système IBIS (acronyme de In-Body Image Stabilization, stabilisation interne au boîtier), capable de fonctionner en photo comme en vidéo.

À l’instar de ses principaux concurrents, l’EOS R5 pourra donc tirer parti de la double-stabilisation en s’appuyant sur la stabilisation sur 5 axes du capteur et sur la stabilisation sur 2 axes des optiques des gammes RF et EF (grâce aux bagues d’adaptation EF-RF proposées par Canon).

Test Canon EOS RP, l’hybride plein format le plus abordable de Canon

Double emplacement pour cartes mémoires et rafale à 20 i/s

Cette conférence virtuelle vient également confirmer d’autres informations que nous connaissions déjà à propos de ce boîtier.

Ainsi, l’EOS R5 vient corriger un défaut de son aîné et opte pour un double emplacement pour cartes mémoires. Canon vient toutefois de dévoiler les cartes acceptées : le boîtier se dote d’un logement pour cartes CFexpress et d’un slot pour cartes SD.

Canon EOS R5

Le double logement pour cartes mémoires de l’EOS R5 peut être remarqué grâce au cache latéral aux dimensions imposantes – © DC Watch

Du côté de la vitesse d’obturation, ce nouveau boîtier devrait égaler – voire dépasser – la concurrence. Ainsi, son obturateur mécanique devrait atteindre les 12 i/s ; avec l’obturateur électronique, ce chiffre monte à 20 i/s. À titre de comparaison, le Sony A9 II n’est capable d’atteindre « que » 10 i/s avec l’obturateur mécanique et 20 i/s avec l’obturateur électronique.

Sony A9 II : hybride plein format professionnel à connectivité étendue

De même, Canon avait déjà indiqué en février que l’EOS R5 sera compatible avec la nouvelle plateforme image.canon. Il pourra ainsi transférer automatiquement les fichiers ou images dans le cloud.

Image.Canon, un nouveau service Cloud de Canon pour stocker, retoucher et partager vos photos

Le design du Canon EOS R5 se dévoile

D’après les premières images communiquées par Canon, la face arrière de l’EOS R5 devrait également offrir un nouveau joystick. Il devrait donc, en toute logique, abandonner la zone tactile que certains utilisateurs avaient peu appréciée sur l’EOS R.

Canon EOS R5

La face arrière de l’EOS R5 – © DC Watch

Cependant, une série de photos ayant été publiées par le magazine japonais DC Watch en mars dernier nous dévoilent bon nombre de détails quant à l’EOS R5. Ainsi, son design semble reprendre les grandes lignes de l’EOS R premier du nom.

On notera cependant l’arrivée d’une nouvelle molette crantée (semblable à celle de l’EOS 5D Mark IV) et un nouveau bouton « rate » qui permettrait sans doute de régler la vitesse de la rafale ou le nombre d’images par secondes en vidéo. Enfin, on notera la présence de l’écran rotatif sur rotule, semblable à celui de l’EOS R.

Un tarif et une date de lancement toujours inconnus

Ainsi paré, ce nouvel hybride devrait égaler – voire dépasser – les boîtiers proposés par la concurrence. Les ambitions de Canon sont claires : concurrencer frontalement les hybrides Sony et repousser les assauts du Nikon Z 7 ou du Panasonic Lumix S1H.

Panasonic Lumix S1H, hybride plein format avec vidéo 6K

Pour ce faire, Canon n’hésite plus à doter ce boîtier photo de caractéristiques dérivant de son écosystème cinéma, incarné par les caméras EOS C. Pourquoi Canon n’a-t-il pas opéré ce virage plus tôt, laissant la porte grande ouverte à des marques comme Sony ou Panasonic ?

La réponse est complexe et mérite d’être approfondie. Cependant, certains observateurs ont émis l’hypothèse d’un processeur Canon nouvelle génération. Ce dernier offrirait un meilleur équilibre entre compacité, puissance de calcul et consommation électrique suffisamment basse. Un équilibre que ne proposaient (peut-être) pas les anciens processeurs de Canon.

Si cette hypothèse est avérée, c’est cette nouvelle puce qui permettrait à l’EOS R5 de faire montre de caractéristiques aussi ambitieuses sur la vidéo.

Canon EOS R5

Look costaud et résistant : l’EOS R5 semble paré pour l’aventure – © DC Watch

Pour autant, la date de lancement de cet appareil – et son prix – demeurent inconnus. Les caractéristiques très haut de gamme de ce boîtier laissent présager un tarif bien supérieur à celui de l’EOS R premier du nom. Canon avait évoqué une disponibilité « au 1er semestre 2020 » ; toutefois, l’irruption du Covid-19 a dû chambouler ce planning.

Il nous faudra donc attendre encore un peu avant de pouvoir goûter à ce Canon EOS R5, en apparence très prometteur.