Trois ans après le Fujifilm X100F, quatrième itération du compact expert à focale fixe, Fujifilm dévoile à Londres durant son X Summit le X100V (V pour 5 en chiffres romains), une mise à jour majeure.

Au programme, un nouveau un capteur APS-C X-Trans CMOS 4, le X-Processor 4, une nouvelle optique 23mm f/2, un viseur hybride amélioré, un écran orientable et la tropicalisation. Voici en détails les nouveautés présentes sur ce nouveau modèle pensé pour « rendre les moments de la vie quotidienne remarquables » selon Fujifilm.

Les précédentes versions du X100

Capteur APS-C X-Trans BSI CMOS 4 de 26,1 Mpx et X-Processor 4

Fidèle à sa stratégie, Fujifilm réutilise au coeur du Fuji X100F la dernière génération de capteur photo et de processeur. On retrouve ainsi le capteur APS-C X-Trans CMOS 4 de 26,1 Mpx présent dans les X-T3, X-T30 et X-Pro3 offrant une résolution jusqu’à 6240 x 4160 pixels. Ce capteur est rétro-éclairé pour une meilleure qualité d’image et une plage dynamique étendue.

Cette génération de capteur est également dotée, rappelons-le, de 4 fois plus de pixels à détection de phase par rapport à la version précédente, offrant un gain de réactivité, notamment pour le suivi AF et la mise au point en basse lumière. Il est épaulé par le processeur X-Processor 4, lui aussi apparu avec le X-T3, qui dispose de 4 coeurs pour un traitement rapide des fichiers. Grâce à un nouvel algorithme, l’autofocus est capable d’accrocher son sujet jusqu’à -5 EV en détection de phase.

La sensibilité du capteur est donnée de 160 à 12 800 ISO, extensible de 80 à 51 200 ISO. Le X100V est capable de déclencher à 1/4 000 s en obturateur mécanique, et jusqu’à 1/32 000 s avec l’obturateur électronique.

Au niveau de la rafale, ce nouveau X100V est capable d’enregistrer des rafales jusqu’à 11 i/s avec un tampon de 38 images en JPEG et 17 images en RAW) en obturateur mécanique. En obturateur électronique, l’appareil peut réaliser des rafales de 20 i/s et jusqu’à 30 i/s moyennant un recadrage 1,25x au coeur de l’image (jusqu’à 29 JPEG ou 17 RAW).

Le X100V dispose toujours d’un filtre ND intégré, offrant désormais un assombrissement de 4 stops (contre 3 stops pour le X100F), utile pour photographier des paysages lumineux à des vitesses plus lentes, notamment pour obtenir un flou de mouvement par exemple. Ce filtre est activable dans les menus.

Nouvelle optique 23mm f/2

Depuis la première version en 2010, la série X100 a toujours disposé d’une focale fixe Fujinon 23mm à ouverture f/2 (équivalent 35mm en 24×36). Compact et lumineux, cet objectif fait partie du design de cette série et offre une solution polyvalente, à la fois pour de la photographie de rue, du reportage, ou encore du paysage.

Avec le X100V, Fujifilm a amélioré cette optique afin de tirer parti du dernier capteur X-Trans 4. L’optique dispose toujours de 8 éléments répartis en 6 groupes, mais comprend désormais 2 lentilles asphériques. Ainsi, le fabricant indique avoir amélioré l’optique pour une meilleure résolution, moins de distorsion et affirme qu’il s’agit d’une évolution majeure par rapport aux précédentes versions de la série X100 avec notamment une meilleure homogénéité et netteté sur l’ensemble de l’image.

Cet objectif reste toutefois compatible avec le convertisseur grand-angle WCL-X100 II et le téléconvertisseur TCL-X100 II qui permettent de transformer le 23mm en un 18mm ou un 35mm, avec une qualité d’image conservée sans modifier l’ouverture, et le cadrage modifié dans le viseur optique.

L’appareil dispose de plusieurs options de bracketing, permettant notamment un bracketing d’exposition, de simulation de films (3 films sélectionnables), de plage dynamique, de sensibilité ISO, de balance des blancs et de mise au point. Un intervallomètre est toujours intégré au boîtier, ainsi qu’un flash interne pour déboucher les ombres (NG 4.4).

Viseur hybride amélioré

L’autre grande amélioration du boîtier se trouve dans son viseur hybride, l’un des éléments différenciant du X100 par rapport à la concurrence. Couplant un viseur optique et un viseur électronique qu’il est possible d’activer grâce au levier situé à l’avant de l’appareil, ce viseur hybride a été largement amélioré.

Ainsi, le viseur optique (OVF) couvre désormais 95% de l’image avec un agrandissement de 0,52x, contre 92% et 0,5x sur le X100F. Le viseur optique dispose toujours d’une fonction de correction en temps réel de la parallaxe lorsque vous photographiez des éléments proches.

Le viseur électronique (EVF) est désormais doté d’une dalle OLED de 3,69 millions de points (bien mieux que les 2,36 millions de points en LCD de la dalle précédente) et affiche 100% de l’image sur une diagonale d’environ 1,27 cm. Le dégagement oculaire est de 16,8 mm. Il dispose également d’un contraste jusqu’à 1:5000 avec un espace calorimétrique couvrant 97% du sRGB et offre une fréquence de 100fps.

Fidèle à ses origines, le viseur optique permet toujours d’afficher en bas à droite du viseur un télémètre électronique pour afficher la zone de mise au point grossie entre 2,5 et 6x, afin de vérifier sa mise au point si nécessaire.

Vidéo 4K 30p et simulation de film ETERNA et Classic Neg.

Le Fujifilm X100V n’est sûrement pas un boîtier dédié à la vidéo, mais Fujifilm donne tout de même la capacité de filmer en 4K 30 i/s et jusqu’à 120 i/s en 1080p pour réaliser des vidéos. A l’aide d’un enregistreur HDMI, l’appareil est d’ailleurs capable d’enregistrer en 4:2:2 10 bits et bénéficie de la simulation de film ETERNA apparue avec le Fujifilm X-H1 ainsi que le film Classic Neg. apparu sur le X-Pro3.

Fujifilm X100V : les évolutions ergonomiques par rapport au X100F

Au premier abord, le X100V diffère peu du X100F. Avec des mensurations proches – 74,8 x 128 x 53,3 mm contre 74,8 x 126,5 x 52,4mm – ce boîtier prend un peu d’embonpoint, notamment en largeur et en profondeur. Il prend également 10 g sur la balance, avec un poids de 478 g (batterie et carte mémoire inclus).

Au niveau ergonomique, le X100V affiche quelques évolutions. A l’arrière du boîtier, l’œilleton du viseur devient circulaire contre un rectangle sur le X100F. L’arrière est simplifié, avec la disparition du pavé directionnel, qui abritait le bouton Drive et Menu. Ces derniers ont été relégués sur d’autres boutons. Le bouton Q pour accéder aux menus rapides se situe désormais plus près du bord, sous le pouce, laissant une zone plus large pour pouvoir positionner son pouce. Fujifilm a indiqué avoir travaillé sur ce bouton pour éviter un déclenchement intempestif.

A l’avant, les lignes sont plus pures et moins arrondies, avec un grip un peu plus prononcé pour laisser reposer ses doigts.

Le dessus du boîtier a quant à lui très peu changé, avec toujours une roue permettant de choisir la vitesse d’obturation ainsi que la sensibilité ISO, qui est désormais plus facile à manier. On retrouve aussi la roue de correction d’exposition. Le bouton déclencheur est toujours fileté, pour venir y visser un bouton de déclencheur souple.

Les plaques supérieure et inférieur du boîtier sont usinées à partir d’un seul morceau d’aluminium

Écran LCD arrière orientable et boîtier tropicalisé

Si la résolution de l’écran 3 pouces situé à l’arrière du X100V est proche de celle de son ainé, avec 1,62 million de points contre 1,04 million de points pour le X100F, il est désormais inclinable dans deux directions, à la manière du Fuji X-T3. Cet écran orientable est très fin (4,4 mm) et ne dépasse pas du boîtier, un véritable défi selon les équipes design de Fujifilm.

Fujifilm annonce que son boîtier est enfin tropicalisé (weather resistant), une bonne nouvelle pour les voyageurs et photographes de rue. Pour cela, il faudra cependant l’équiper du filtre de protection PRF-49S couplé à la bague d’adaptation AR-X100, déjà disponibles pour les précédentes versions qui permet de protéger l’optique.

Joints d’étanchéité sur le Fujifilm X100V

L’appareil est doté d’un emplacement pour carte mémoire SDXC, compatible UHS-I. Au niveau connectique, on retrouve un port HDMI Type D, un port USB 3.1 Gen 1 Type C, permettant la recharge USB, un port micro 2,5 mm ainsi que le WiFi et le Bluetooth 4.2 pour transférer ses données ou contrôler l’appareil grâce à l’application mobile Fujifilm.

Le X100V reprend les batteries NP-W126S de l’ancienne version. L’autonomie est annoncée pour 450 images, une belle évolution par rapport aux précédentes versions. En vidéo, l’autonomie est donnée pour 45 min en 4K et 50 min en Full HD 60p.

Prix et disponibilité du Fujifilm X100V

Le Fujifilm X100V sera disponible en coloris Silver et Black à partir du 27 février prochain au tarif de 1499€. La version Black sera disponible un peu plus tard en mars 2020. C’est 100€ de plus que le X100F au moment de sa sortie.

Notre premier avis sur le Fujifilm X100V

Attendu par une large communauté de photographes, le X100V de Fujifilm offre une belle mise à jour à un boîtier qui ne bouge que très peu en apparence extérieure, malgré une attention soignée sur de nombreux détails et l’ajout de la tropicalisation ainsi que l’écran orientable. C’est à l’intérieur que la majorité des changements sont opérés, avec un capteur X-Trans CMOS 4 et processeur remis au goût du jour pour offrir des performances en termes de qualité d’image et d’autofocus bien meilleure que la précédente version.

On peut ainsi s’attendre à la même réactivité que le Fuji X-T3, exemplaire dans ce domaine, avec une qualité d’image identique. Fujifilm respecte l’ADN de la série X100 et c’est tant mieux, même si on ignore si la disparition du pavé directionnel à l’arrière était vraiment nécessaire.