La pénurie de semi-conducteurs impacte tout le monde, y compris les fabricants de matériel photo. Après avoir suspendu fin novembre les commandes pour plusieurs boîtiers photo et accessoires, dont les Sony A7 II, A6400 et A6100, Sony Japon a annoncé vendredi dernier que le ZV-E10, un hybride APS-C vidéo/vlogging, subissait également cette pénurie, seulement 5 mois après le début de sa commercialisation.

Sony A6400

Sony A7 II, A6400 et A6100 : trois modèles dans la tourmente

Si cette pénurie de semi-conducteurs dure déjà depuis plusieurs mois, Sony tenait le coup jusqu’ici, du moins publiquement, avec quelques retards dans la livraison des commandes – comme la majorité des acteurs du secteur – mais sans interruption de production, du moins en apparence.

En effet, les Sony A9 et A7R II, toujours officiellement produits, sont de plus en plus difficiles à trouver. De plus, le 19 novembre dernier, Sony Japon a publié un communiqué indiquant la suspension temporaire des commandes sur plusieurs appareils et accessoires photo. Parmi eux, l’hybride plein format Sony A7 II, les Sony A6400 et A6100 ainsi que le micro shotgun ECM-B1M et la caméra vidéo professionnelle PXW-Z190.

Sony A7 II

Le Sony A7 II, sorti en 2014, est un boîtier suffisamment ancien pour être « déprogrammé », d’autant plus avec l’arrivée du Sony A7 IV qui vient placer le Sony A7 III comme l’hybride plein format bon marché. De leur côté, les Sony A6400 et A6100, hybrides APS-C dévoilés en 2019, sont plus récents et souffrent directement de cette pénurie en réduisant les choix de boîtiers hybrides APS-C, même si la gamme se compose encore des A6300, A6500 et A6600 et même de l’A5100, encore présent sur le site de Sony France.

Économisez en photo : n’achetez pas le tout dernier boîtier

Avec cette pénurie, ce sont donc 3 boîtiers photo intéressants – et bon marché par rapport aux derniers modèles – qui disparaissent (temporairement) des rayons photo. A noter que l’A6400 fait toujours partie de notre guide d’achat des meilleurs appareils photo hybrides, si jamais vous arrivez à le trouver.

Sony ZV-E10, l’hybride suspendu seulement 5 mois après son lancement

Le 3 décembre, Sony Japon annonçait une nouvelle suspension de commandes. Cette fois-ci, il s’agissait du ZV-E10, le dernier boîtier hybride APS-C dévoilé par le constructeur, le 27 juillet dernier. Ce modèle, dédié à la vidéo et au vlogging, est disponible depuis moins de 5 mois et souffre déjà d’un problème d’approvisionnement.

Sony ZV-E10 : boîtier hybride APS-C vidéo/vlogging en monture E

Sur le web, certaines personnes commentent cette décision comme une manière pour Sony de suspendre un produit qui n’a pas trouvé son marché. Le ZV-E10, qui succède au compact 1 pouce Sony Z-V1, s’oriente vers les créateurs de contenu vidéo, avec un écran articulé, une ergonomie pensée pour le vlogging ainsi que la capture 4K30p avec la possibilité de monter des optiques en monture E.

Sony ZV-1 : quand le compact 1 pouce RX100 se transforme en caméra de vlog

Mais sur ce marché, les Sony Alpha APS-C sont déjà bien positionnés, et les hybrides plein format Sony, comme l’A7C, l’A7 III ou bien entendu la gamme A7S, sont tout à fait capables de réaliser de bonnes vidéos.

Pourquoi ces appareils photo ne sont-ils plus disponibles ?

Sony Japon invoque des retards dans l’approvisionnement de pièces détachées comme raison de cette suspension de commandes. Ces produits seront-ils de nouveau disponibles dans un futur proche ? Rien n’est moins sûr.

Le constructeur, via sa maison mère japonaise, est prudent dans sa communication : « nous considérerons la reprise des commandes en observant l’état de l’approvisionnement des pièces ». Lorsque l’on sait que cette pénurie, notamment sur certains connecteurs USB, n’est pas prête d’être terminée, nous sommes un peu pessimistes.

On remarque cependant – à l’exception du ZV-E10 – que les appareils concernés sont assez anciens. Sony a-t-il décidé de les suspendre pour rationaliser sa chaîne de production en se focalisant sur les modèles phares, comme l’A7 III et l’A7 IV récemment dévoilé ?

Une chose est certaine : tous les composants ne sont pas touchés par cette pénurie. En outre, de nombreux constructeurs évoquent une pénurie sur certains connecteurs USB-C, en raison notamment de la digitalisation de l’économie à la suite de la Covid-19. Plus d’ordinateurs, plus de tablettes ou plus de smartphones ont entraîné une énorme demande, à l’heure où l’USB-C se généralise, ce qui a pu entraîner cette pénurie. Sur certains véhicules automobiles neufs, les nombreuses prises USB-C sont également le maillon faible.

Pour les plus anciens modèles d’appareils photo, qui disposent de ports micro USB, la pénurie pourrait se retrouver ailleurs, par exemple sur les dalles d’écran. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Sony a renouvelé ses A7R III et IV avec des modèles A7R IIIa et IVa dotés d’écrans plus définis, sûrement disponibles en plus grande quantité.

De son côté, Fujifilm a renouvelé son X-T30 par un X-T30 II avec des évolutions assez timides, mais avec un écran LCD arrière plus défini, sûrement pour des raisons d’approvisionnement.

Quelque chose nous dit que Sony ne sera pas le dernier à annoncer publiquement des interruptions de commande sur certains boîtiers ou matériels photo, d’autant plus que la crise des semi-conducteurs devrait encore durer plusieurs trimestres, même pour les analystes les plus optimistes.