En mars 2021, Venus Optics dévoilait ses optiques Laowa de la gamme Argus, composée de 4 focales fixes ouvrant à f/0,95 et destinées aux hybrides Micro 4/3, APS-C et plein format. Cette série d’optiques 100% manuelles à la construction premium promet un bokeh ultra-crémeux sans forcément casser sa tirelire. Le Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO est la première concrétisation de cette série. Pour mesurer sa qualité d’image, nous avons parcouru les rues de Paris avec cette optique, montée sur un Fujifilm X-T4.

Voici donc notre test complet du Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO.

Présentation du Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO

Le Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO est le premier objectif de la série Argus, quatuor de focales fixes ouvrant à f/0,95. Conçu pour les hybrides APS-C, cet objectif 33 mm offre un champ de vue et un bokeh comparable à un 50mm f/1,4 sur plein format. Il est disponible en monture Fujifilm X, Sony FE, Nikon Z et Canon RF. Sur un hybride Canon ou Nikon plein format, le boîtier est utilisé en crop APS-C.

La popularité des focales fixes manuelles et ultra-lumineuses est grandissante. En effet, la généralisation d’aides de type focus peaking rend l’usage d’optiques 100% manuelles plus accessible au grand public. Surfant sur la promesse de reproduire le look du plein format sur petit capteur, nous avons vu arriver l’année dernière le 7artisans 35 mm f/0,95 et la deuxième itération du Mitakon Speedmaster 35 mm f/0,95 quelques années plus tôt.

C’est désormais à Laowa de rentrer dans l’arène – et ce d’une bien belle manière. À peine commercialisé, le Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO a gagné le prix EISA de la meilleur focale fixe manuelle 2021-2022.

EISA Awards : les meilleurs produits photo 2021-2022 annoncés

Le Laowa Argus se présente comme la proposition la plus ambitieuse à cette ouverture, notamment via la désignation APO (apochromatique), promesse d’une efficacité accrue contre les aberrations chromatiques et sphériques. La contrepartie est un encombrement bien supérieur aux deux autres objectifs cités plus haut.

La formule optique est composée de 14 éléments répartis en 9 groupes, dont 1 lentille en verre ED et 3 lentilles en verre à haut indice de réfraction. L’ouverture f/0,95 est assurée par un diaphragme circulaire à 9 lamelles. Tout ceci tient dans un ensemble de 590 g et 8,3 cm de long. Ceci est significativement plus imposant que de coutume sur APS-C !

Chez Fujifilm, le Laowa est plus près de la taille du XF 16-55mm f/2.8 que du XF 35mm f/1.4

Comme anticipé sur ce type d’objectif 100% manuel, il n’y a aucune forme de communication électronique avec le boitier. Il sera donc impossible de retrouver des informations EXIF ou un quelconque profil de correction pour ses JPEG. La stabilisation est naturellement absente mais pour les boitiers équipés d’un capteur stabilisé (IBIS), il est possible d’en profiter en saisissant manuellement la focale.

Nous avons pu descendre aisément à des vitesses d’1/4 de seconde sur un X-T4

Plus étrangement, malgré le tarif premium de 629 € et une construction qui nous apparait très soignée, Laowa fait l’impasse sur la tropicalisation. Autre curiosité, le diaphragme offre une ouverture minimale de f/11 seulement.

Pas de joint d’étanchéité à la base de la monture

Le diamètre de filtre s’affiche à 62 mm. Cette valeur est très populaire chez Fujifilm car partagée par le 18 mm f/1.4, 23 mm f/1.4 et 56 mm f/1.2. Celles et ceux souhaitant travailler à la pleine ouverture en plein soleil sont a priori déjà équipés des filtres correspondants. Un pare-soleil carré est fourni à l’achat mais son couvercle en simili cuir ne tient pas très bien. Il a au moins le mérite d’être esthétique.

Voici les caractéristiques techniques du Laowa Argus 33 mm f/0,95 CF APO :

  • Distance focale : 33 mm (équivalent 50 mm en plein format)
  • Objectif pour capteur APS-C
  • Ouverture maximum : f/0,95
  • Ouverture minimale : f/11
  • Construction optique : 14 lentilles réparties en 9 groupes, dont une lentille asphérique, une lentille à très faible dispersion et trois lentilles à haut indice de réfraction
  • Diaphragme : circulaire, à 9 lamelles
  • Rapport de grossissement maximal : 0,125 x
  • Angle de champ : 46,2° (APS-C)
  • Distance de mise au point minimale : 35 cm
  • Diamètre du filtre : 62 mm
  • Tropicalisation : non
  • Autofocus : non, mise au point manuelle
  • Poids : 590 g
  • Pare-soleil : oui, amovible
  • Stabilisation : non
  • Dimensions : 71,5 x 83 mm (D x L)
  • Monture compatible : Sony E, Fuji X, Nikon Z, Canon RF
  • Accessoires fournis : bouchon arrière, cache objectif, pare soleil

Prise en main du Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO

Quand on pense à une optique « Made in China », les connotations du type « pas chère » et « pauvrement construite » arrivent assez vite à l’esprit. Proposé à 629 € en monture Fujifilm, le Laowa Argus 33 mm f/0,95 CF APO est très loin du « bas de gamme ».

Nous sommes ici en territoire Voigtländer, Zeiss ou Leica. Le métal brossé est qualitatif, les assemblages solides et l’attention prêtée au design est manifeste. Le pare soleil carré inclus à l’achat accentue cette impression premium. Clairement, cet objectif est élégant.

Les bagues sont fluides et offrent une résistance suffisante. La bague d’ouverture est linéaire et n’a pas de clic. Il est impossible d’avoir un retour tactile lorsque l’on souhaite changer d’ouverture à la volée ou en gardant l’œil dans le viseur : on ne sait jamais vraiment à quelle ouverture on travaille. Chez Fujifilm, nous avons une longue tradition de bagues capricieuses donc ceci ne surprendra pas grand monde. Les utilisateurs Canon, Nikon et Sony auront besoin d’un petit peu plus de temps d’adaptation.

Au même chapitre, la bague de mise au point a une amplitude de rotation d’environ 320 degrés pour passer de la position 35 cm à l’infini. L’appréciation de cette amplitude sera très variable selon les individus. Si vous faites de la photo de rue, devoir faire 3 rotations de la bague pour passer d’une position à une autre vous laisse le temps de louper beaucoup de scènes.

Selon nous, l’amplitude de la bague est trop importante. Elle est plus adaptée à une pratique paysage sur trépied qu’à un style reportage à la volée. En cas de portraits avec un modèle patient qui pose pour vous et vous laisse le temps d’être précis dans votre manœuvre, une large amplitude peut devenir un atout car offrant plus de précision. Autrement, nous ne sommes pas ravis de cette caractéristique.

À titre de comparaison, le 7artisans 35mm f/0,95 affiche une amplitude de rotation de 140 degrés, le Mitakon 35mm f/0,95 Speedmaster II 150 degrés et en plein format argentique, le Canon FD 50mm f/1,4 demande une rotation de 230 degrés. Nous utilisons les deux derniers régulièrement et ils s’avèrent tous deux plus pratiques sur le terrain. Nous sommes obligés d’avouer que les nombreuses rotations de mise au point avec cet objectif ont rendu nos sorties photos épuisantes et plus courtes qu’à l’accoutumé. Au risque de nous répéter, cette considération sera très variable selon les cas d’usage des photographes.

La position 35 cm est située à presque un tour complet de l’infini

Enfin, l’équilibre ou plus globalement le confort de prise en main est peut-être la dernière critique à formuler selon le boitier utilisé. Le Laowa Argus 33 mm f/0,95 CF APO peut devenir très désagréable sur un X-Pro 3, X-E4 ou tout autre boitier sans grip proéminent parce que long et lourd.

Il s’adresse davantage aux utilisateurs de X-T4, X-H1 ou Nikon Z50 dotés d’une poignée confortable et autorisant des longues séances à main levée.

Qualité d’image du Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO

Commercialisé à 629 €, il parait impossible d’apprécier les performances du Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO sans les mettre en rapport avec la concurrence tant son positionnement est particulier. Il est de très loin le plus volumineux, le plus lourd et le plus cher (avec le Mitakon Speedmaster 35mm f/0.95 II). Et ceci, même en l’absence d’autofocus.

Nous avons testé cet objectif sur un Fujifilm X-T4 de 26,2 Mpx. En plus de notre appréciation de ses performances optiques, nous introduirons des éléments de comparaison avec le Mitakon qui est significativement plus petit, discret et léger. De même, nous le mettrons en parallèle avec le Fujinon XF 35mm f/1.4 R, certes moins lumineux de 1 IL… mais un peu plus abordable et plus pratique car doté de l’autofocus.

Vous pouvez cliquer sur chaque image pour la voir en meilleure qualité.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 1600 – f/2 – 1/15s

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 1250 – f/0.95 – 1/160s

Oh ce bokeh !!! – Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 1000 – f/0.95 – 1/100s

Nous avons coutume en photographie d’estimer la luminosité d’un objectif par son f-stop mais cette mesure est imparfaite. Le f-stop est une équation mathématique exprimée comme le rapport entre la distance focale de la lentille sur le diamètre du diaphragme par lequel la lumière pénètre. Ceci ne dit rien sur la quantité de lumière réelle qui atteint le capteur.

C’est pour cette raison que l’on peut avoir plusieurs optiques affichant les mêmes caractéristiques mais dont l’une produit des images plus sombres qu’une autre. Cette différence peut atteindre 25 % en raison de la variété de formules optiques, des revêtements sur les lentilles ou de la qualité de celles-ci. Cette différence se traduit sur le terrain par un delta plus ou moins important sur la montée en ISO.

Le t-stop est une mesure beaucoup plus fiable de la lumière transmise par un objectif. Il est d’ailleurs utilisé dans l’univers du cinéma. Si nous ne sommes pas en mesure de vous donner précisément la valeur t-stop du Laowa, nous notons que lors de nos tests, pour reproduire la même exposition qu’un XF 35mm f/1.4, nous n’avons réalisé qu’un gain d’ISO entre 1/3 et 1/2 IL.

Concrètement, celui qui aurait une photo à 3200 ISO avec l’objectif Fujifilm, se retrouvera avec une image autour de 2500 ISO avec le Laowa à la pleine ouverture (à vitesse d’obturation égale). Si le bokeh est beaucoup plus prononcé, au chapitre de la lumière transmise, le gain réel n’est pas d’un IL. Ce constat reste similaire pour le Mitakon qui fait à peine 0,1 IL mieux.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 5000 – f/0.95 – 1/160s

La qualité du bokeh de cette optique est, comme attendu, très bonne. On note un peu d’oeil de chat mais le bokeh est doux, progressif et ce, quel que soit l’arrière-plan. Le Mitakon parait un peu plus prononcé du fait de sa focale 35mm (contre 33mm sur celle de Laowa). Ceci ne se remarque que si les images sont vues cote à cote, les deux objectifs livrant de magnifiques images.

Le Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO simule à merveille un look plein format, le XF 35mm f/1.4 en comparaison offre un look un peu moins doux.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 2000 – f/0.95 – 1/400s

Effet oeil de chat très prononcé – Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 1250 – f/0.95 – 1/160s

 

Avec un tel embonpoint, on s’attendait à une excellente gestion des aberrations et du flare. Toutefois, la désignation APO (apochromatique) nous laisse… songeurs. Si les aberrations chromatiques sont marginalement moindre que le Mitakon et Fujifilm, ses performances ne sont pas grandioses pour autant. Aucun des objectifs comparés ici n’est vraiment un bon élève.

image redimensionnée – L’enseigne Kebab dans le coin n’est absolument pas lisible – franges violettes autours de toutes les sources lumineuses, tables et chaises – Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 500 – f/0.95 – 1/60s

Les aberrations chromatiques sur les chromes de cette Mini sont visibles sur les 3 objectifs.

Le flare est clairement une faiblesse, et il est préférable d’éviter les sources de lumières vives à la pleine ouverture, surtout de nuit.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 1600 – f/0.95 – 1/60s

C’est ici que Fujifilm rattrape son déficit de bokeh, car le niveau de contraste à sa pleine ouverture est bien meilleur.

 

Le Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO présente un certain niveau de distorsions que vous ne manquerez pas de remarquer en cas de lignes horizontales.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 800 – f/0.95 – 1/160s

Au moment de l’écriture de ces lignes, l’objectif n’est pas encore pris en charge automatiquement dans Lightroom mais les distorsions se corrigent manuellement sans trop de difficulté pour celui/celle qui a un minimum d’expérience en post-traitement.

Correction manuelle de distorsions – Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 160 – f/5.6 – 1/220s

On ne s’offre pas un objectif de ce type pour sa performance dans les coins à f/0,95. En l’occurence, les résultats sont TRÈS mauvais et le vignettage n’aide pas à apprécier les bords de l’image. Heureusement, le centre des clichés est très bon.

À condition de réussir sa mise au point, le centre est sur nos tests meilleur que le Mitakon et presque aussi piqué que le XF 35mm f/1,4 à sa pleine ouverture. Le Fujifilm commence peut-être ici à afficher son âge.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 160 – f/0.95 – 1/150s

Les coins deviennent sympathiques à partir de f/2,8 et la performance à f/5,6 est conforme à ce que l’on peut attendre à ce niveau.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 800 – f/5.6 – 1/400s

Si l’homogénéité est importante pour vous, restez chez Fujifilm. De leur côté, Laowa et Mitakon se dégustent à la pleine ouverture avec un tiers central très correct et beaucoup de douceur dans le rendu.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 160 – f/0.95 – 1/4400s

Quelles sont les alternatives au Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO ?

Nombreux sont les objectifs à offrir une focale de 35 mm. Pour les hybrides APS-C de Fujifilm, on retrouve le Fujinon XF 35 mm f/1.4 R à 569 €, ainsi que le XF 35 mm f/2 à 399 €. Mentionnons aussi le Viltrox 33 mm f/1.4, disponible à 274 €, le 7artisans 35 mm f/0.95 à 269 €, ainsi que le Mitakon 35 mm f/0.95 Speedmaster II à 649 €.

Ceci reste une situation similaire sur la plateforme Sony FE car les optiques Viltrox, Mitakon et 7artisans sont également disponibles, en plus du Sigma 30mm f/1,4 DC DN Contemporary à 329 € et du Sony FE 35mm f/1,8 OSS à 419 €. 7artisans et Mitakon étant les 2 seules autres optiques à cette ouverture, nous limiterons cette section à celles-ci.

Le Mitakon auquel nous l’avons directement comparé est pour nous plus intéressant car plus pratique sur le terrain. Plus petit, plus léger, plus discret, il a surtout (selon nous) l’avantage d’une bague de mise au point dont l’amplitude est mieux calibrée. Il maintient un bon niveau de contraste qui rend le focus peaking très efficace. Si le flare et les aberrations chromatiques sont des faiblesses, le Laowa fait légèrement mieux mais pas suffisamment pour justifier son embonpoint. Attention toutefois, le Mitakon est de loin le pire dans les coins à f/0,95 et toujours en léger retrait face au Laowa en termes de piqué à toutes les ouvertures. Il est proposé au tarif de 649 €.

De son côté, le 7artisans 35mm f/0,95 possède des dimensions et des caractéristiques assez voisines du Mitakon. Vendu 269 €, c’est assurément le pari le plus facile à faire pour celui qui veut expérimenter avec ce type de focale sans se ruiner.

À qui s’adresse le Laowa 33mm f/0,95 Argus CF APO ?

De l’ensemble des propositions à cette focale, le Laowa 33mm f/0,95 Argus CF APO offre l’ergonomie la moins agréable, le tarif le moins compétitif – en plus de faire l’impasse sur la praticité d’un autofocus. Il ne vise assurément pas le grand public ni ceux qui ont une approche très rationnelle de la photographie.

Avec un focus breathing relativement contenu et un piqué de haute volée, les vidéastes pourraient être séduits par ce cocktail même si beaucoup seront rebutés par la nécessité de s’y prendre à 3 reprises pour passer d’une extrémité à l’autre de la plage de mise au point.

Les portraitistes sont assurément la catégorie qui profiteront le mieux de ce Laowa. Ses facultés de séparation des plans sont inédites sur petit capteur. Le piqué est suffisant et le look à la pleine ouverture peut être très singulier.

Monté sur un X-T4 au capteur stabilisé, le photographe de rue attaché aux virées nocturnes trouve ici un joli compagnon, encore faut-il accepter d’être limité à des scènes affichant peu de mouvement.

Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO – ISO 5000 – f/0.95 – 1/160s

Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO, une proposition différente

Le Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO a le mérite d’offrir quelque chose d’un peu différent. Sa tarification n’est pas des plus accessibles, son utilisation exige patience et dextérité mais le résultat peut être très qualitatif et original.

Notre principal grief n’est pas son niveau de résolution mais sa bague de mise au point trop longue et pénible. Toutefois, il répond très bien aux envies des photographes qui souhaitent davantage de bokeh avec assez peu de compromis sur la qualité au centre de l’image. Il répond également au photographe qui a besoin de limiter au maximum la montée en ISO de son petit capteur.

Ceux d’entre nous qui sont attachés aux possibilités créatives de ce type d’objectif, qui ont un minimum d’expérience et surtout la patience qui va avec, pourront tirer de belles images au look bien particulier… à condition d’en accepter les limitations.

Le Laowa 33mm f/0.95 Argus CF APO est disponible à partir de 599 € en monture Fujifilm X, Sony FE, Nikon Z et Canon RF.

Test Laowa Argus CF 33 mm f/0,95 APO : un cocktail particulier
Ouverture à f/0.95Belle finitionPiqué toujours satisfaisant dans le centreBokeh délicieux
Bague de mise au point beaucoup trop longueBague de mise au point beaucoup trop longueBague de mise au point beaucoup trop longueEncombrement conséquentRésistance au flare décevanteTarif élevéAvons-nous parlé de la bague de mise au point ?
7.5Note finale
Fabrication / finitions8
Qualité d'image7.5
Ergonomie générale / praticité 7