Un an après la vente de la division Image d’Olympus, OM-Digital Solutions annonce l’Olympus Pen E-P7. Ce nouvel hybride à capteur Micro 4/3 mise sur un design résolument rétro et sur une remarquable compacité. Retour sur ses caractéristiques techniques.

Olympus Pen E-P7

Olympus n’est pas mort !

Depuis le 1er janvier 2021, la division Image d’Olympus est devenue OM-Digital Solutions Corporation. Un changement de nom qui est venu officialiser sa revente au fonds d’investissement Japan Industrial Partners, après plusieurs mois de rumeurs.

Olympus Pen E-P7

Ce nouveau Pen E-P7 est donc le premier boîtier présenté par OM-Digital Solutions. Vendu sous la marque Olympus, ce boîtier vient ouvrir une nouvelle ère pour le constructeur japonais. En parallèle, le constructeur annonce également une nouvelle optique, le M.Zuiko Digital ED 8-25mm f/4 PRO.

Rachat de la division Image d’Olympus : qu’est-ce que ça change pour la photo ?

Olympus Pen E-P7 : un hybride au design rétro et très compact

L’Olympus Pen E-P7 vient succéder au vénérable Pen E-P5, sorti en 2013 (!). Cependant, il opte pour un look résolument rétro qui le rapproche de l’Olympus Pen-F, lancé en 2016. On est donc en présence d’un hybride compact, qui rappelle beaucoup les boîtiers argentiques d’antan. Deux coloris seront proposé : blanc/argent et noir/argent.

Affichant un poids plume de 337 grammes nu (et de 430 grammes avec le zoom de kit 14-42 mm), le Pen E-P7 mesure seulement 11,8 cm de large, 6,9 cm de haut et 3,8 cm d’épaisseur. Guère plus qu’un compact expert comme le Sony RX100 VII. Il pourra donc se glisser facilement dans une poche de veste et vous accompagner partout.

Olympus Pen E-P7

Point notable, l’Olympus Pen E-P7 fait l’impasse sur le viseur électronique. Pour cadrer, on devra donc s’en remettre à l’écran arrière (qui mesure 3 pouces de diagonale). Ce dernier est tactile et orientable à 80° vers le haut et à 180° vers le bas. Pratique pour les selfies et pour shooter à bout de bras… mais moins pour capturer des images au ras du sol ou lorsque l’appareil est sur un trépied.

Olympus Pen E-P7

Sur la tranche supérieure, on retrouve la traditionnelle molette PASM, un commutateur On/Off, ainsi que 2 molettes crantées en aluminium (l’une d’entre elles entourant le bouton du déclencheur).

Ces molettes doivent permettre de régler l’ouverture, la vitesse d’obturation ou la sensibilité ISO en fonction du mode utilisé. On retrouve également un bouton pour partager ses images à la volée, ainsi qu’un second bouton destiné à l’enregistrement vidéo. Enfin, l’Olympus Pen E-P7 dispose d’un flash pop-up et d’une griffe porte-accessoires.

Olympus Pen E-P7

Sur la face avant, on note la présence d’un petit commutateur pour passer de la prise de vue « standard » à l’utilisation de filtres créatifs, en couleur ou en noir et blanc.

Ce « mode créatif » permet d’accéder aux filtres Art d’Olympus – comme sur l’Olympus Pen-F en son temps. On retrouve avec plaisir la possibilité de créer ses propres profils, choisir l’intensité du contraste, de la netteté, du grain et régler finement la colorimétrie. Une façon pratique et pertinente pour personnaliser le rendu de ses photos dès la sortie du boîtier.

Capteur Micro 4/3 de 20 Mpx stabilisé sur 5 axes

L’Olympus Pen E-P7 s’équipe d’un capteur micro 4/3 Live MOS de 20,3 Mpx. Une définition qui rappelle beaucoup les autres boîtiers proposés par la marque. Ce capteur est stabilisé sur 5 axes (IBIS), facilitant la capture d’images à main levée en faible luminosité.

Olympus Pen E-P7

On retrouve également le processeur Truepic VIII, déjà vu sur les Olympus OM-D E-M10 Mark IV et OM-D E-M5 Mark III. L’appareil devrait ainsi permettre d’obtenir une bonne qualité d’image. Du côté de l’autofocus, Olympus continue (hélas) de miser sur un AF à détection de contraste, basé sur 121 points. Les portraitistes seront ravis de trouver des fonctionnalités de détection et de suivi du visage et de l’œil du sujet.

La sensibilité ISO s’étend de 200 à 25 600 ISO (avec la possibilité de descendre à 100 ISO si besoin). L’obturateur mécanique permet de déclencher à des vitesses comprises entre 60 secondes et 1/4000 s, tandis que l’obturateur électronique est capable de monter à 1/16000 s.

Un mode Bulb est également présent ; ce dernier « débloque » un mode nommé Live Composite, qui permet de voir en temps réel la capture des images en pose longue. Pratique pour la photographie nocturne ou l’astrophotographie, par exemple. Un mode Live Time doit aussi être capable de fusionner les images, afin de faciliter la capture d’images en pose longue à main levée – à la manière du « mode Nuit » de nos smartphones.

En termes de performances, Olympus annonce une rafale à 8,7 i/s avec l’obturateur mécanique, et à 15 i/s avec l’obturateur électronique (avec suivi AE/AF).

Vidéo : 4K à 30 i/s

Du côté de la vidéo, l’Olympus Pen E-P7 est capable de filmer en 4K à 30, 25 ou 24 i/s. Pour obtenir des séquences en 60 i/s, il faudra filmer en Full HD. Un mode de ralenti à 120 i/s est également disponible, mais il livre seulement des images en 720p.

Grâce à la stabilisation 5 axes de son capteur, l’Olympus Pen E-P7 devrait permettre d’obtenir des images 4K plus fluides

L’appareil dispose également d’un mode de vidéos en Time-Lapse en 4K (à 5 i/s), en Full HD (jusqu’à 15 i/s) et en 720p (jusqu’à 30 i/s). Les vidéos sont livrées au format H.264 : hélas, point de mode « haute efficacité » en H.265. L’enregistrement est limité à 29 minutes en continu.

Connectivité : Wifi, Bluetooth et port micro-USB

Pour vous permettre de partager facilement vos images vers votre smartphone, l’Olympus Pen E-P7 s’équipe du Wifi et du Bluetooth. Point de prise casque ou télécommande : le contrôle à distance se fait via le smartphone et l’application OI.Share, disponible pour iOS et Android.

Du côté de la connectivité filaire, on retrouve un port micro HDMI. Mais surtout, Olympus persiste à intégrer un port micro-USB, alors que le standard USB-C se répand de plus en plus. L’appareil se recharge via ce port USB – d’autant qu’Olympus ne livre plus de chargeur externe dans la boîte. De fait, il est regrettable que le boîtier ne soit pas compatible USB Power Delivery. On devra donc prendre son mal en patience en attendant que la recharge se termine.

On retrouve d’ailleurs la batterie BLS-50, déjà croisée sur les précédents boîtiers Pen E-PL5, Pen E-PL6 et Pen E-PL7 – ainsi que sur l’Olympus OM-D E-M10 Mark IV. SI vous possédez un stock de batteries, vous n’aurez donc pas besoin de le renouveler. Comptez une autonomie de 360 vues (norme CIPA).

Enfin, l’appareil dispose d’un seul emplacement pour cartes mémoire, compatible SD UHS-II.

Prix et disponibilité de l’Olympus Pen E-P7

L’Olympus Pen E-P7 sera disponible à partir de la mi-juin 2021 au tarif de 799 € nu et de 899 € en kit avec l’objectif M.Zuiko Digital ED 14-42 mm f/3,5-5,6 EZ.

Enfin, Olympus vous offre une extension de garantie de 6 mois si vous vous abonnez à sa newsletter.

Notre premier avis sur l’Olympus Pen E-P7

8 ans après l’Olympus Pen E-5 et 5 ans après le regretté Pen-F, OM-Digital Solutions nous livre un nouvel hybride d’entrée de gamme séduisant. Ce nouvel Olympus Pen E-P7 reprend le trio look rétro, compacité et légèreté de ses prédécesseurs, tout en misant sur une fiche technique remise au goût du jour.

Malgré cela, les photographes habitués au viseur électronique déploreront sa disparition, sûrement liée à une réduction du prix du boîtier (en kit, l’E-P5 était vendu à sa sortie 1099 € contre 899 € pour l’E-P7).

Accompagné de l’objectif de kit 14-42 mm, il s’agit sans doute de l’une des solutions les plus compactes du marché. Olympus nous rappelle ainsi l’époque où les hybrides étaient encore désignés sous le nom de « compacts à objectifs interchangeables ».

Cependant, l’Olympus Pen E-P7 devra se différencier de son cousin l’Olympus OM-D E-M10 Mark IV, dévoilé il y presque un an – et dont il reprend un certain nombre de caractéristiques. Et surtout, il aura fort à faire pour trouver sa place au milieu d’une concurrence acérée, dominée par les boîtiers APS-C de Sony, Fujifilm et Canon.