À la rentrée 2020, Tamron a levé le voile sur un nouveau zoom en monture E : le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD. Il vise à incarner le meilleur compromis entre compacité, légèreté et performances pour les hybrides plein format de Sony. Pour cela, il mise sur une très large plage focale, un poids de seulement 545 g, et un prix très intéressant de 749 €.

Nous avons pu le tester en avant-première, et voici notre verdict quant au nouveau Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Présentation du Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Est-il encore besoin de présenter la focale 70-300 mm ? Véritable incontournable, elle offre une rare polyvalence, et convient aussi bien pour la photographie de paysage, de portrait, de sport, d’animaux ou encore en proxiphotographie.

Avec ce nouveau zoom téléobjectif, Tamron continue d’agrandir son portfolio d’optiques en monture E. Le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est ainsi le 2e télézoom de l’opticien japonais. Il vient se ranger aux côtés du 70-180 mm f/2,8 Di III VXD, lancé au printemps dernier. Mais il vient aussi tenir compagnie au zoom polyvalent Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD ainsi que compléter le 28-75 mm f/2,8 Di III RXD lancé en 2018 pour une plage focale plus longue.

Test Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD, l’objectif tout-en-un pour hybrides Sony plein format

Par le passé, Tamron avait déjà livré plusieurs objectifs similaires pour reflex. On pense notamment au SP AF 70-300 mm f/4-5,6 Di VC USD, ou au zoom AF 70-300 mm f/4-5,6 Di LD MACRO 1:2. Cependant, ce nouveau 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD se distingue en étant le tout premier télézoom 70-300 mm de Tamron pour les hybrides plein format.

En toute logique, ce nouveau téléobjectif hérite des traits stylistiques et de l’ergonomie des autres optiques Tamron pour Sony E. On retrouve donc la finition Human Touch et son toucher assez particulier, mais agréable et cette optique entre dans la philosophie FE 67 mm mise en place par Tamron avec désormais ses 8 optiques conçues nativement pour les hybrides Sony) et qui partagent la même taille de filtre.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

On notera évidemment son ouverture glissante f/4,5-6,3, assurée par un diaphragme circulaire à 7 lamelles. Cette ouverture est commune sur ce genre de zoom 70-300 mm de voyage. Elle se montre cependant légèrement moins lumineuse à bout de zoom par rapport au Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS, son concurrent direct. Tamron mise cependant sur un tarif largement plus accessible que Sony, avec une différence de plus de 500 €.

Pour offrir un rapport encombrement / poids et prix très intéressant, Tamron a pris le choix de réduire l’ouverture à 300 mm et fait ici l’impasse sur la stabilisation optique. Un point que l’on notait déjà sur les autres zooms de Tamron, qui se reposent entièrement sur le capteur des récents hybrides Sony Alpha, qui est stabilisé sur 5 axes.

Ce nouveau zoom 70-300 mm dispose d’une distance minimale de mise au point assez classique : comptez 80 cm à 70 mm et 1,5 m à fond de zoom. Aussi, l’objectif ne reprend donc pas la « botte secrète » du 70-180 mm f/2,8 Di III RXD, capable d’effectuer la mise au point à seulement 27 cm à 70 mm, mais propose une distance minimum plus courte à 70 mm par rapport au 70-300 mm de Sony, avec 80 cm contre 90 cm. Cette distance est cependant plus longue à fond de zoom, là où Sony conserve une distance minimale de 90 cm sur toute la plage focale.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est constitué de 15 lentilles réparties en 10 groupes. Il inclut une lentille LD (Low Dispersion), destinée à limiter l’apparition d’aberrations chromatiques. Grâce à elle, l’objectif doit également offrir des performances optimales avec les capteurs à haute résolution, comme les Sony A7R par exemple. Les différents éléments bénéficient d’un traitement antireflet BBAR, qui doit réduire l’apparition du flare et des effets de ghosting. En revanche, point de lentilles asphériques à l’horizon.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

À l’instar des autres optiques de la marque pour les hybrides de Sony, ce nouveau 70-300 mm bénéficie d’une construction résistante à l’humidité et à la poussière grâce à 6 joints d’étanchéité. De même, la lentille frontale profite d’un traitement au fluor pour être plus facile à nettoyer.

Voici les caractéristiques techniques du Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD (Modèle A047) :

  • Plage focale (en équivalent 35mm) : 70-300 mm
  • Angle de champ : 8°15′-34°21′
  • Ouverture max : f/4,5-6,3
  • Ouverture min : f/22-32
  • Formule optique : 15 éléments répartis en 10 groupes
  • Nombre de lamelles : 7, diaphragme circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 0,8 m (à 70 mm), 1,5 m (à 300 mm)
  • Stabilisation d’image : non
  • Tropicalisation : construction résistante à l’humidité et à la poussière grâce à 6 joints d’étanchéité
  • Grossissement max : 1:9.4 (à 70 mm) / 1:5.1 (à 300 mm)
  • Monture compatible : Sony E
  • Mise au point : autofocus ou manuelle
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions : 148 mm x 77 mm
  • Poids : 545 g

Prise en main du Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

S’il y a bien un élément que nous avons (volontairement) laissé de côté pour l’instant, c’est le gabarit de ce nouveau télézoom. Et pour cause : ce point mérite amplement que l’on s’y attarde plus longtement.

Au premier abord, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est particulièrement étonnant. Pesant seulement 545 grammes, il se montre très léger et compact. Face au Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS qui pèse 854 grammes, il est bien plus léger et cela se sent !

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Monté sur un Sony A7 III, l’ensemble pèse seulement 1195 grammes, et trouve donc tout naturellement sa place dans notre sac photo. Il forme également un tandem bien assorti avec un Sony A7c, pesant au total à peine plus d’un kilo. Saluons ici la prouesse des ingénieurs de Tamron, qui réussissent à nous livrer un téléobjectif d’une remarquable légèreté.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Côté dimensions, l’objectif se montre très raisonnable. Ainsi, il mesure 14,8 cm de long et 7,7 cm de diamètre. D’après Tamron, il s’agit tout simplement du 70-300 mm le plus léger et le plus compact de sa catégorie. Il peut ainsi se glisser facilement dans n’importe quel sac photo sans l’alourdir. Face à lui, le Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS est un peu moins long (14,35 cm) mais surtout beaucoup plus imposant avec un diamètre maximum du fût de 8,4 cm. 

De quoi « raviver le plaisir de prendre facilement des photos au téléobjectif », selon l’opticien japonais. On notera aussi que cet objectif reprend le diamètre de filtre de 67 mm. Ce diamètre est commun à toutes les optiques de Tamron pour les hybrides plein format de Sony, facilitant l’échange de bouchons d’objectifs ou de filtres.

Pour simplifier la construction de son téléobjectif, Tamron a fait l’impasse sur le zoom interne. À fond de zoom, l’optique s’allonge d’environ 6 cm – auxquels il faut ajouter 7,5 cm quand on installe le pare-soleil fourni. Dans ce cas de figure, l’objectif prend un aspect assez impressionnant, ce qui est cependant la norme sur un 70-300 mm à ouverture variable.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXDPhototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

De par son gabarit et son poids très contenus, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD n’a pas besoin d’être équipé d’un collier de pied. Lorsque l’on monte le boîtier sur un trépied, l’optique ne donne pas l’impression de « tirer » sur le boîtier. L’ensemble s’avère très équilibré.

Tout de noir vêtu, le téléobjectif arbore une livrée toujours aussi sobre, et qui s’accorde très bien avec les boîtiers de la gamme Sony Alpha. Les rares inscriptions rappellent le nom de l’objectif, son design au Japon (et sa fabrication en Chine) et la longueur focale choisie. Les finitions sont bonnes et l’objectif inspire confiance.

Située à l’avant de l’objectif, la bague de zoom est très large. À l’usage, elle offre une excellente préhension… et se montre particulièrement souple. À noter que la bague de zoom reste accessible lorsque le pare-soleil est replié.

Malheureusement, Tamron n’intègre pas – comme sur ses autres télézooms en monture Sony E – de bouton « Lock » pour sécuriser l’optique pendant le transport.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Située près de la baïonnette, la bague de mise au point est plus étroite, mais reste agréable à utiliser. Elle actionne un moteur pour effectuer le réglage du point et ne possède donc pas de butée.

Sa course (virtuelle) dépend de la vitesse de rotation de la bague. Ainsi, il est possible d’aller très rapidement de la distance minimale de MAP à l’infini en tournant rapidement la bague.

En tournant la bague plus doucement, il devient possible de régler finement la mise au point. Sur le terrain ce fonctionnement « intelligent » de la bague de mise au point est très agréable. Avec l’aide du focus peaking et du zoom de visée, il est possible de régler facilement la mise au point manuellement avec précision.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Comme sur ses autres zooms, Tamron continue de faire l’impasse sur le commutateur pour activer/désactiver l’autofocus. Pour cela, il faudra passer par l’interface du boîtier. L’objectif se passe également de la fonction de limitation de la plage de mise au point. In fine, l’objectif n’intègre aucun bouton physique, ce qui peut parfois être contraignant. Sur ce point, le Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS est bien plus pratique avec ses 3 commutateurs et son bouton de verrouillage de mise au point.

Avec sa longueur focale de 70-300 mm, cet objectif s’avère d’une grande polyvalence. Monté sur un hybride APS-C Sony, l’objectif sera équivalent à un 105-450 mm. De quoi voir encore plus loin, tout en demeurant suffisamment léger pour être emporté partout. La qualité d’image est-elle au rendez-vous ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Qualité d’image du Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Fidèle à ses bonnes habitudes, Tamron livre une copie soignée, capable de produire de belles images. Nous avons testé le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD sur un Sony A7 III – et sur un Sony A7c, tous deux dotés d’un capteur de 24 Mpx.

N’hésitez pas à cliquer sur chaque image pour la voir en qualité supérieure.

Comme une éclaircie sur la Butte Montmartre – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/1250s, 200 ISO

Avec sa longueur focale de 70-300 mm, cet objectif peut convenir pour une multitude de sujets – et de pratiques photographiques. Paysage, urbex, sport – sans oublier les portraits, bien sûr – ce téléobjectif pourra stimuler votre créativité.

Rivoli, Golden Hour – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/320s, 125 ISO

Ça pique au centre, moins dans les angles

En termes de qualité d’image, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD offre un bon niveau de performances, et est un bon allié au quotidien.

Perspective dorée – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 70 mm, f/8, 1/400s, 100 ISO

Si le piqué – la sensation de netteté – est bon au centre dès la pleine ouverture, le piqué est en net retrait aux bords de l’image, particulièrement à 70 mm. Ce point est peut-être lié à l’absence de lentille asphérique au sein de ce téléobjectif.

Bir-Hakeim à l’heure dorée – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/13, 1/320s, 8000 ISO

Entre 70 et 100 mm, les résultats sont… contrastés. Le centre de l’image est de bonne facture, avec une sensation de netteté honorable dès la pleine ouverture. Cependant, le piqué s’améliore dès f/8, et atteint son paroxysme à partir de f/10. En revanche, la netteté sur les bords de l’image est bien moins bonne. À la pleine ouverture (f/4,5), les coins manquent de netteté. Ils s’améliorent progressivement en fermant le diaphragme, mais ne parviennent jamais à rattraper le centre de l’image, loin de là.

Japan Bridge (centre) – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 141 mm, f/11, 3,2s, 250 ISO

Toutefois, entre 150 et 200 mm, le comportement de l’optique est plus satisfaisant. Le centre de l’image est bon dès la pleine ouverture. Toutefois, la netteté s’améliore nettement à partir de f/8 – f/9. Là encore, les bords demeurent sensiblement en retrait. La netteté devient (légèrement) meilleure vers f/10, mais le manque d’homogénéité de l’optique est assez flagrant.

Japan Bridge (right) – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 112 mm, f/11, 3,2s, 250 ISO

À fond de zoom, enfin, le piqué maximal au centre de l’image s’atteint vers f/10. Sans surprise, la netteté dans les angles demeure en retrait, et s’améliore seulement entre f/11 et f/14.

Japan Bridge (left) – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 289 mm, f/8, 2s, 160 ISO

Au final, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD offre une bonne qualité d’image au centre et livre une meilleure prestation à fond de zoom qu’au grand-angle. Malgré tout, il manque d’homogénéité sur les bords à pleine ouverture. 

Vignettage, aberrations chromatiques et distorsions : allegro ma non troppo

Au niveau de la gestion du vignettage et des aberrations chromatiques, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est un assez bon élève… mais pourrait faire mieux en la matière. Quelle que soit la longueur focale choisie, les bords tendent à s’assombrir aux ouvertures les plus grandes. Le vignettage tend à s’estomper vers f/7,1-f/8.

Palais Garnier – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 109 mm, f/4,5, 1/1600, 100 ISO

De la même manière, les images sont globalement dénuées d’artefacts roses et bleus. Mais dans les situations les plus complexes, un fin liseré rose tend à apparaître.

Tranchée d’Arcueil : la Petite Ceinture ferroviaire de Paris à Montsouris – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 83 mm, f/14, 0,5s, 200 ISO

Du côté des distorsions, ce téléobjectif enregistre des résultats corrects… mais sans plus. Malgré la correction automatique intégrée aux boîtiers Sony récents, on constate une légère distorsion en coussinet entre 90 et 200 mm.

Nuit et or – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 96 mm, f/14, 2s, 500 ISO

Si l’on se prend à désactiver cette correction automatique, les distorsions en coussinet sont particulièrement marquées, les lignes extérieures de l’image ayant tendance à converger vers l’intérieur de l’image.

Courbures modernistes – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 234 mm, f/14, 1/250s, 320 ISO

Ouverture variable f/4,5-6,3

Ce type de zoom 70-300 mm souffre d’une ouverture maximale assez faible – surtout à fond de zoom. De 70 mm à 100 mm, il est possible d’ouvrir à f/4,5 – idéal pour les photos de portrait notamment. De 110 mm à 145 mm, l’ouverture maximale est de f/5, avant de passer à f/5,6 entre 145 et 230 mm. Enfin, entre 230 et 300 mm, l’ouverture maximale passe à f/6,3.

Bokeh vélib – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 272 mm, f/6,3, 1/800s, 200 ISO

À 300 mm, l’ouverture à f/6,3 est plus faible que le Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS et peut devenir un frein lors de la capture d’images nocturnes. Cela impose de monter très haut en ISO, sous peine d’obtenir des photos floues à main levée. Dans bien des cas, utiliser un trépied s’avère obligatoire pour obtenir des images nettes et de belle facture.

Avant qu’ils ne s’en aillent… – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 91 mm, f/14, 2s, 1000 ISO

La distance minimale de mise au point, quant à elle, est classique pour ce type d’optique. À une focale de 70 mm, la mesure du point peut être effectuée à un minimum de 80 cm. À fond de zoom, elle passe à 1,5 mètre. Dans tous les cas, l’objectif permettra de pratiquer un peu de proxiphotographie, mais les portes de la photo en macro lui sont fermées.

Poussière d’or – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/160s, 1600 ISO

Heureusement, l’objectif se rattrape en permettant de jouer aisément avec la profondeur de champ. Grâce à son diaphragme à 7 lamelles, l’objectif permet d’obtenir un effet de bokeh assez esthétique.

Rail et verdure – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 119 mm, f/5, 1/125s, 640 ISO

De même, nous avons beaucoup apprécié la possibilité de composer des images en jouant sur la séparation des différents plans. Ce faisant, le téléobjectif permettra aux amateurs du genre de laisser parler leur créativité.

Take me to Japan – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/11, 1/320s, 125 ISO

Autofocus du Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Comme certains de ses aînés, ce téléobjectif Tamron emploie une motorisation autofocus RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive). Derrière cet acronyme se cache un moteur AF pas-à-pas. Nous avions déjà rencontré cet autofocus lors de nos test du 17-28 mm f/2,8 Di III RXD, du 28-75 mm f/2,8 Di III RXD ou du 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD.

Test du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le zoom le plus équilibré en monture Sony FE

Selon Tamron, cette motorisation présente un double-avantage. D’une part, elle se montre très compacte, permettant au téléobjectif d’afficher des mensurations très réduites. D’autre part, elle doit se montrer à la fois rapide et silencieuse.

Sur le terrain, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD offre des performances autofocus honorables. L’AF se montre réactif, quelle que soit l’ouverture, la longueur focale ou le mode de mise au point utilisé. De même, son fonctionnement est quasi-inaudible.

Début de matinée, Île aux Cygnes – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 150 mm, f/10, 1/160s, 1250 ISO

En plein jour, l’autofocus se montre suffisamment véloce – même si nous avons observé quelques petits ratés, la mise au point étant effectuée ailleurs que sur le sujet principal si ce dernier occupe assez peu de place dans le champ.

Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/320s, 250 ISO

Malheureusement, les choses se compliquent en basses lumières. En effet, l’autofocus perd en précision et a parfois du mal à effectuer correctement la mise au point. Plus d’une fois, l’autofocus s’est complètement perdu et n’a pas été capable de faire la MAP. Un point qui s’est vérifié aussi bien sur des sujets statiques que dynamiques.

Hommage aux rames de banlieue Z6400 de la gare Saint-Lazare – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 125 mm, f/5, 1/25s, 2000 ISO

Dans certains cas, j’ai préféré effectuer la mise au point manuellement pour éviter d’obtenir une photo dé-focusée.

Où donc ai-je pu prendre cette photo ? Impossible de m’en souvenir… Sony A7c, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 150 mm, f/6,3, 1/160s, 6400 ISO

L’optique récupère des points en étant pleinement compatible avec les fonctionnalités de Sony de détection du visage et de l’œil du sujet. Ainsi, l’objectif permet de capturer de belles photos de portrait.

Julien – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 261 mm, f/6,3, 1/320s, 800 ISO

À noter que l’appareil parvient à détecter correctement les yeux et les visages même lorsque le sujet est situé à une certaine distance et en mouvement.

Need for Speed – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/320s, 125 ISO

Le bal masqué – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/60s, 8000 ISO

L’absence de stabilisation optique sur ce Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD s’avère assez préjudiciable : à 300 mm et à main levée, il sera beaucoup plus difficile d’obtenir des images nettes lorsque la lumière vient à diminuer.

Une pépite à Paris – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 70 mm, f/14, 1/6s, 400 ISO

Certes, l’optique s’appuie sur la stabilisation 5 axes du capteur des hybrides Sony. Seulement, cette stabilisation capteur (IBIS) est moins efficace avec de longues focales, ici à 300 mm. Ainsi, si vous aimez capturer des photos dans des environnements peu lumineux, l’utilisation d’un trépied devient quasiment indispensable, surtout à fond de zoom.

Petite Ceinture de Paris, Parc Montsouris (1867) – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 271 mm, f/14, 1/4s, 400 ISO

Le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD face à la concurrence

En monture E, le nombre de téléobjectifs est encore relativement réduit. Ainsi, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est le premier objectif à venir concurrencer le Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS, objectif phare de Sony pour cette longueur focale.

Ce téléobjectif offre est une très belle qualité d’image, avec un excellent piqué dès la pleine ouverture à 70 mm. Son autofocus s’avère très réactif en toute circonstance, et son bokeh est d’une grande douceur. Il se montre également un peu plus lumineux à fond de zoom (ouverture maximale de f/5,6 à 300 mm pour le Sony, contre f/6,3 sur le Tamron). Ce télézoom se démarque également en étant doté de la stabilisation optique – qui est absente sur l’optique de Tamron.

Seulement voilà : le téléobjectif de Sony est sensiblement plus lourd : 854 grammes côté Sony, contre 545 grammes côté Tamron. Une différence qui se fera sentir à la fin d’une journée de shooting. Enfin, la vraie différence se joue au niveau du tarif. Là où Tamron réussit à descendre à seulement 749 €, l’optique de Sony est vendue environ 500 € plus cher et est disponible à partir de 1319 €.

Test Sony FE 70-300 mm f/4,5-5,6 G OSS, téléobjectif polyvalent pour hybrides Sony

Mentionnons aussi le Sony 70-200 mm f/4 G OSS. Certes, cet objectif n’est pas le plus récent proposé par Sony. Mais il demeure un incontournable pour qui désire bénéficier d’un téléobjectif de très belle facture. Il profite d’une excellente qualité d’image avec un très bon niveau de piqué et une superbe restitution des détails. Il profite par ailleurs d’un autofocus très rapide et d’une stabilisation optique efficace.

Sa longueur focale est certes plus réduite (200 mm contre 300 mm), ce qui pourrait peut-être handicaper les photographes de sport ou d’animaux. Il se montre assez lourd et encombrant (175 x 80 mm, 840 g). Cependant, son ouverture constante à f/4 et son tarif relativement contenu en font un choix très intéressant pour les possesseurs d’un hybride Sony plein format. Le Sony 70-200 mm f/4 G OSS est disponible à partir de 1125 €.

Test Sony FE 70-200 mm f/4 G OSS, le téléobjectif pro accessible pour hybrides Sony

Enfin, n’oublions pas l’autre télézoom de Tamron en monture E, le Tamron 70-180 mm f/2,8 Di III VXD – que nous avions testé l’été dernier. Disposant d’une plage focale plus réduite, cet objectif plus haut de gamme offre une excellente qualité d’image.

En outre, il se pare d’une « botte secrète » avec sa distance minimale de mise au point très réduite (85 cm), qui peut être encore ramenée à seulement 27 cm (à 70 mm) en désactivant l’autofocus. Enfin, il dispose d’une très belle qualité de construction et se montre compact et léger. Il est proposé au tarif de 1299 €.

Test Tamron 70-180 mm f/2,8 Di III VXD, le télézoom léger, compact et abordable pour hybrides Sony

À qui s’adresse le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD ?

Avec une aussi grande plage focale, ce téléobjectif permet de capturer une multitude de sujets. Sa grande polyvalence vous permettra de l’utiliser aussi bien pour capturer des photos de portrait, de paysage, de sport, d’animaux, d’urbex, d’architecture… Ce n’est clairement pas pour rien que la focale de 70-300 mm est un incontournable. À titre personnel, j’apprécie énormément de pouvoir jouer sur les perspectives – et je dois dire que je ne m’en suis pas privé !

Pont de Bir-Hakeim, heure dorée – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 244 mm, f/6,3, 1/250s, 800 ISO

 

L’objectif permettra aussi, dans une certaine mesure, de découvrir les joies de la proxiphotographie. Photos de fleurs et de feuille pourront ainsi être capturées en jouant sur la distance de mise au point – même si cette dernière aurait pu être encore plus courte (0,8 m à 70 mm, 1,5 m à 300 mm).

Après la pluie – Pont de Bir-Hakeim, heure dorée – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 283 mm, f/6,3, 1/100s, 640 ISO

Cependant, ce Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD ne vise pas les photographes professionnels. Ainsi, il s’adresse bien plus à celles et ceux disposant d’un hybride Sony Alpha plein format et voulant disposer d’un zoom à longue focale léger, compact et sans devoir braquer une banque.

Reflections – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/250s, 1600 ISO

Enfin, ce téléobjectif sera un excellent compagnon pour celles et ceux ayant facilement mal au dos – ce qui est souvent mon cas. Monté sur un Sony A7 III, il pèse environ 1,1 kg et se fait (presque) oublier dans un sac à dos et est prêt à vous suivre pour toutes vos sorties photo.

Phototrend Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD

Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD : un bon téléobjectif compact et abordable

Au terme de ce test, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD nous laisse une impression globalement positive. Sa qualité de construction, son bon niveau de finitions, mais aussi (et surtout) sa grande légèreté en font un objectif très agréable à utiliser au quotidien. Il forme ainsi un tandem très efficace avec un Sony A7 III ou A7c.

Explozoom – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 75 mm, f/11, 2s, 400 ISO

Pour parvenir à livrer un téléobjectif aussi léger, Tamron a dû consentir à quelques sacrifices. Ainsi, on déplorera la faible luminosité de cet objectif, surtout à fond de zoom. De même, l’absence de stabilisation devient rapidement pénalisante lorsque la lumière vient à baisser, obligeant à monter très haut dans les ISO. Enfin, si l’AF est réactif en pleine journée, les choses se compliquent en basse lumière.

À la faveur du changement d’heure – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 88 mm, f/11, 2s, 250 ISO

Ne ciblant pas les professionnels de l’image, ce téléobjectif permet toutefois de capturer de belles images en toute circonstance avec une bonne qualité optique, notamment au centre. De même, sa polyvalence est indéniable. Enfin, il bénéficie d’un tarif particulièrement agressif, qui en fait l’un des télézooms les plus abordables pour les hybrides Sony plein format.

Courbures – Sony A7 III, Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, 300 mm, f/6,3, 1/320s, 5000 ISO

De fait, le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est une belle addition au portfolio de Tamron en monture E. Il est donc une option judicieuse pour celles et ceux cherchant un zoom polyvalent, léger et abordable.

Le Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD est disponible en monture E au tarif de 749 € chez Digit-PhotoMiss NumériqueCamaraDigixo et tout magasin photo spécialisé.

Test Tamron 70-300 mm f/4,5-6,3 Di III RXD, téléobjectif léger et abordable pour hybrides Sony
Piqué honnête au centreTrès compact et équilibréBien construit et bien finiPlage focale 70-300 mm polyvalenteTarif très compétitifPare-soleil fourniBague de zoom confortableAutofocus satisfaisant
Piqué en retrait aux bords de l'imageObjectif peu lumineux, surtout à fond de zoomDistorsions en coussinet entre 90 et 200 mmVignettage jusqu'à f/8Absence de stabilisation optique pénalisante à 300 mmPas de boutons physiquesEncombrement à 300mm avec le pare-soleil
7.4Note finale
Fabrication / finitions7.5
Qualité d'image6.8
Ergonomie générale / praticité7.8