Au courant de son événement virtuel X Summit OMIYA 2020, organisé au coeur des nouveaux bureaux Fujifilm Corp à Omiya au nord de Tokyo, les équipes de Fujifilm ont dévoilé leurs dernières actualités. Au programme, l’annonce du nouveau boîtier X-S10, la disponibilité du XF50 mm f/1.0 R WR, l’annonce d’un nouvel objectif XF 10-24 mm f/4 R OIS WR ainsi que les prochaines optiques prévues sur la roadmap. C’est parti pour le tour des nouveautés !

Fujinon XF 50 mm f/1,0 R WR, désormais disponible

Présenté en septembre dernier, le nouvel objectif XF 50 mm f/1,0 R WR, disposant d’une ouverture extrêmement lumineuse et d’un autofocus intégré, est désormais disponible à la vente. Vendu à un tarif de 1599 €, cette focale fixe dédiée au portrait, à la photo de nuit ou aux amateurs de bokeh rencontre un certain succès selon Fujifilm, qui s’excuse par avance pour le retard sur certaines commandes. La firme a indiqué avoir accéléré la production de ce nouvel objectif pour répondre à la demande.


Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir notre article sur ce XF 50 mm f/1,0 R WR pour hybride Fujifilm APS-C.

Fujinon XF 50 mm f/1.0 R WR : l’objectif XF le plus lumineux pour hybrides Fujifilm APS-C

Fujinon XF 10-24 mm f/4 R OIS WR, nouvelle version tropicalisée

Le zoom ultra grand angle référence chez Fujifilm se modernise. Fujifilm vient d’annoncer le XF 10-24 mm f/4 R OIS WR, une nouvelle version de cette optique appréciée par les paysagistes et les photographes d’architectures.

Couvrant la plage focale 10-24 mm (équivalent 15-36 mm en 24×36), ce nouvel objectif conserve la formule optique initiale avec 14 lentilles en 10 groupes (dont 4 lentilles asphériques et 4 lentilles en verre ED). L’objectif gagne cependant une nouvelle conception résistante aux intempéries (WR pour Weather Resistant) et pourra fonctionner jusqu’à -10°C.

Il dispose désormais d’une meilleure ergonomie, grâce à une bague de diaphragme graduée, pour un réglage plus facile sans regarder l’écran. Cette bague est donc désormais à course fixe, et peut également être verrouillée en position automatique (A) comme sur les optiques moyen format GF.

On notera également que cet objectif dispose d’une meilleure stabilisation optique, grâce à un nouveau capteur gyroscopique intégré qui permet de gagner 1 stop de plus, soit un gain de 3,5 IL. Cet objectif, combiné à une stabilisation capteur comme celle du X-T4, permet d’obtenir jusqu’à 6,5 stop de stabilisation.

Par rapport à la première version, le commutateur pour activer/désactiver la stabilisation disparaît de l’objectif. Le réglage peut désormais être effectué dans les paramètres du boîtier, pour permettre au boîtier de mieux choisir quand la stabilisation doit être désactivée, par exemple avec le mode trépied.

Enfin, le design de l’objectif a été lègèrement revu, notamment avec des bagues de mise au point et de zoom plus fines de quelques millimètres, pour un aspect « plus élégant » selon Fujifilm.

Pour les performances optiques et autofocus, rien ne change et vous pouvez retrouver notre test du XF 10-24 mm f/4 R OIS 1ère génération sur Phototrend.

Test du zoom ultra grand-angle Fujifilm Fujinon XF 10-24mm f/4 R OIS

L’objectif Fujinon XF 10-24mm f/4 R OIS WR sera disponible à partir de fin novembre 2020 au tarif de 999 €. Il viendra remplacer la version non WR.

Fujifilm X-S10, l’hybride pensé pour les utilisateurs de reflex

Le gros de l’annonce du jour concernait le X-S10, un nouvel appareil photo hybride APS-C compact et léger, mais qui intègre un capteur X-Trans CMOS 4 de 26,1 Mpx doté d’une stabilisation 5 axes pouvant offrir un gain de 6 stops. Cet appareil reprend ainsi le couple capteur + processeur X-Processor 4 déjà présent dans les Fujifilm X-T30, X-T3, X-Pro3 et X-T4. On sait donc déjà que la qualité d’image sera au rendez-vous.

Stabilisation capteur 5 axes efficace et compacte

A l’intérieur du X-S10, les ingénieurs de Fujifilm ont intégré un tout nouveau mécanisme de stabilisation du capteur, plus compact de 30% par rapport à celui du X-T4, qui était déjà plus compact que celui du X-H1. On le voit, Fujifilm réduit l’encombrement de sa stabilisation capteur sans compromettre ses performances, avec un gain jusqu’à 6 stops lorsque combiné avec la stabilisation OIS de certains objectifs.

Autofocus rapide et sensible jusqu’à -7 IL

Doté du même couple capteur / processeur que le X-T4 ainsi que des derniers algorithmes, le X-S10 offre un autofocus aussi rapide que ce dernier. La mise en point peut se faire en 0,02 sec et l’autofocus est sensible jusqu’à -7 IL, offrant des possibilités très intéressantes dans la pénombre.

Le X-S10 dispose également des technologies de suivi des yeux et des visages ainsi qu’un AF capable de verrouiller des sujets en mouvement pour capturer l’action.

Enfin, l’appareil est capable de réaliser des rafales jusqu’à 8 i/s en obturateur mécanique, 10 i/s en obturateur électronique et jusqu’à 30 i/s en obturateur électronique avec un recadrage 1,25x. Pour avoir la rafale la plus endurante, il faudra opter pour 10 i/s e,n obturateur électronique avec recadrage 1,25x, ce qui permet d’enregistrer jusqu’à 153 JPEG ou 26 RAW compressés.

Design compact, mais avec du grip

Malgré son mécanisme de stabilisation capteur, ce boîtier Fujifilm dispose d’un design compact. Il mesure ainsi 126 x 85,1 x 65,4 mm (L x H x P), ce qui le place entre le X-T30 et le X-T4 en termes d’encombrement. Sur la balance, l’appareil pèse seulement 465 g (batterie et carte SD inclus), ici encore bien moins que le X-T4.

Pour autant, cet appareil dispose d’une construction en alliage de magnésium qui lui assure une bonne robustesse et il dispose surtout d’une poignée et d’un grip bien plus creusé que les boîtiers Fujifilm X conçus jusqu’à maintenant, ce qui devrait lui assurer une très bonne prise en main. Il nous rappelle celui du X-H1.

Le X-S10 dispose également d’une nouvelle ergonomie, pensée selon Fujifilm pour attirer les utilisateurs de reflex à l’hybride Fujifilm. Comparé aux autres boitiers disposant de commandes inspirées du monde de l’argentique, le X-S10 abandonne les commandes et molettes manuelles comme la vitesse et les ISOs au profit d’une molette PASM plus classique – PSAM pour être précis – pour le choix des modes.

Le boitier dispose cependant toujours de molettes de réglages, d’un joystick ainsi que de nombreuses possibilités pour personnaliser les boutons, comme c’est le cas avec le bouton View Mode près du viseur qui peut être personnalisé. C’est vrai qu’une fois qu’on a trouvé son réglage, pourquoi ne pas utiliser ce bouton pour régler d’autres options ?

Le X-S10 dispose d’un écran LCD 3 pouces de 1,04 millions de points. Ce dernier est tactile et monté sur rotule pour une rotation à 180°. Le viseur électronique du X-S1 n’est rien d’autre que celui du X-T30, avec une dalle OLED de 2,36 millions de points avec un grossissement de 0,62 x. L’EVF dispose de trois modes de réglages pour choisir parmi la priorité à la faible luminosité, à la résolution ou à la continuité des images pour réduire le blackout lors d’une rafale.

Mode « auto » avancé : le cadrage et puis c’est tout

Avec ce boîtier, Fujifilm tente une nouvelle approche avec un mode Auto dit « intelligent ». Ce dernier utilise un nouvel algorithme qui permet d’analyser la scène et d’appliquer de nombreux réglages à l’image pour un rendu flatteur. L’appareil va ainsi choisir, en fonction de la scène détectée, la simulation de film retenue, quel réglage de plage dynamique utiliser, si la netteté doit être renforcée, s’il faut appliquer un filtre Color Chrome Blue – sorte de filtre UV numérique – etc. L’objectif ultime pour Fujifilm est de vous laisser une seule liberté : le cadrage.

Bien entendu, l’appareil reste capable d’enregistrer vos images au format RAW pour une retouche ultérieure, même si, on l’aura senti, Fujifilm veut pousser au maximum sa philosophie SOOC (Straight Out Of Camera) qui consiste à dire que les fichiers JPEG sortis du boîtier sont parfaitement exploitables dans la majorité des cas, surtout grâce à la maîtrise colorimétrique des boîtiers Fujifilm.

A ce sujet, le X-S10 reprend les 18 simulations de film lancées par Fujifilm jusqu’à maintenant, notamment les derniers Eterna, Velvia et Eternal Bleach Bypass. L’interface des menus a également été revue pour mieux expliquer les différentes simulations avant de les choisir.

Mode vidéo 4K 30p

En vidéo, le X-S10 se positionne plutôt bien, même s’il ne faut pas aussi bien que le X-T4. Il est ainsi capable de filmer en 4K DCI 30p ainsi qu’en Full HD jusqu’à 240p. En 4K, l’appareil est capable d’enregistrer du 4:2:0 8 bits en interne et peut offrir une sortie en 4:2:2 10 bits en utilisant le port HDMI.

Le boîtier dispose d’un mode vidéo séparé – accessible via la molette de sélection des modes – ainsi que d’un bouton d’enregistrement vidéo en mode P pour ne pas rater de petits moments en raison d’un réglage antérieur.

En vidéo, la stabilisation capteur du boîtier peut être accompagnée d’une stabilisation d’image numérique (DIS) en échange d’un léger recadrage. Un mode « IS Boost » permet de stabiliser davantage la scène, avec ici encore un recadrage supérieur.

Connectique et autonomie du Fujifilm X-S10

Le X-S10 dispose d’une entrée micro 3,5 mm, d’une prise micro-HDMI Type D et un port USB type C (USB3.2 Gen1 x 1) qui permet de recharger l’appareil. Un casque pourra être branché sur le boîtier à l’aide d’un adaptateur USB-C/jack 3,5 mm, un stratagème déjà utilisé sur le X-T4.

Avec la batterie NP-W126S, l’autonomie annoncée est de 325 images (norme CIPA). On est loin des 600 images possibles avec le X-T4, et même des 380 déclenchements avec un X-T30. Les images sont enregistrées sur un slot mémoire compatible SDXC UHS-I seulement.

Prix et disponibilité du Fujifilm X-S10

Le Fujifilm X-S10 sera disponible à partir de mi-novembre 2020 au tarif de 999 € nu.

Il sera également proposé en kit :

  • Fujifilm X-S10 + XC 15-45 mm f/3,5-5,6 OIS PZ à 1099 €
  • Fujifilm X-S10 + XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM à 1399 €
  • Fujifilm X-S10 + XF 16-80 mm f/4 R OIS WR à 1499 €

Notre premier avis sur le Fujifilm X-S10

Avec le X-S10, Fujifilm semble vouloir sortir de son image « manuelle » avec des commandes inspirées du monde de l’argentique qui peuvent rebuter certains photographes. Pour cela, le X-S10 s’équipe de réglages plus simples dans un boîtier compact, sans pour autant être moins-disant au niveau technologique, grâce à un capteur stabilisé, un AF véloce et une qualité d’image identique au Fujifilm X-T4.

Malgré tout, ce boîtier devra trouver sa place dans la gamme face aux X-T3, X-T4 et X-T30. Nous reviendrons plus en détails sur cet appareil photo après une prise en main.

X-S10, le récap

Nouvelle roadmap d’optiques Fujinon : XF 18 mm f/1,4 R et XF 70-300 mm f/4-5,6 OIS à venir en 2021

Si Fujifilm ne partage pas souvent sa roadmap sur les futurs développements en termes d’objectifs, les X Summit sont devenus un rendez-vous intéressant pour en savoir plus sur les prochains cailloux développés par la firme japonaise.

Aujourd’hui, nous apprenons donc que deux nouveaux objectifs seront disponibles en 2021 : une focale fixe grand-angle et un zoom téléobjectif stabilisé.

Le Fujinon XF 18 mm f/1,4 R n’est pas le premier 18 mm que Fujifilm produit, puisque le pancake f/2,0 R existe au catalogue depuis déjà un certain temps. Ici, la stratégie est différente : au lieu de proposer un obtenir très compact, Fujifilm mise avant tout sur la qualité d’image et la grande ouverture de ce nouveau 18 mm. Cet objectif a donc été conçu pour offrir le minimum de distorsions ainsi qu’un bokeh plaisant, qui l’orientent vers la photographie de paysage mais sera également utile pour du portrait ou de la photo « snapshot » type photographie de rue.

Le Fujinon XF 18 mm f/1,4 R est en cours de développement, nous n’en savons pas plus, si ce n’est qu’il devrait être disponible au milieu de l’année 2021.

Le XF 70-300 mm f/4-5,6 OIS est le 14e zoom de la série d’optiques X et c’est la première fois que l’on en entend parler. Ici, Fujifilm mise tout sur son format compact et léger pour un capteur APS-C et promet une polyvalence avancée, notamment grâce à sa compatibilité avec les télé-convertisseurs. Ainsi, avec le téléconvertisseur 2x cet objectif permet d’obtenir jusqu’à 900 mm en équivalent 24×36.

Le XF 70-300 mm f/4-5,6 OIS est en cours de développement et sera disponible début 2021.

X-T3, une mise à jour firmware v4.00 pour les mêmes performances que le X-T4 et le X-S10

En conclusion de ce X Summit à Omiya, Fujifilm a dévoilé que la mise à jour firmware du X-T3 était en chemin. Grâce à ce nouveau firmware en version 4.00, le boîtier vieux de plus de deux ans va bénéficier des mêmes performances autofocus que le X-T4 et le X-S10, à savoir la détection intelligente des yeux et des visages, la sensibilité en basse lumière jusqu’à -7 IL ainsi qu’une amélioration de la vitesse de mise au point automatique jusqu’à 0,02 sec.

Ce nouveau firmware du X-T3 sera disponible le 28 octobre prochain sur le site de Fujifilm.

Et voilà, c’est tout pour la présentation, bye bye Omiya !

La conférence X Summit OMIYA 2020 est à retrouver au complet sur Youtube :