Après avoir dévoilé son boîtier hybride X-Pro3 durant le X-Summit de Tokyo, Fujifilm vient d’officialiser le remplaçant du X-Pro2 et nous en dit plus sur cet hybride APS-C au look télémétrique, notamment sur ses caractéristiques techniques. Que nous réserve le X-Pro3 au-delà de sa construction en titane et de son écran arrière caché ? Voici un résumé des nouveautés apportées par ce nouveau boitier de la gamme X.

Finition titane et Duratect pour plus de résistance

Depuis le X-Pro1 lancé en 2012, la gamme X-Pro est plébiscitée par les photographe de rue et de reportage, pour qui la résistance du boîtier est importante. Avec le X-Pro3, Fujifilm intègre une nouvelle construction, en partie en titane, pour un boîtier plus léger mais surtout plus résistant.

Ainsi, le capot supérieur et la base du boîtier bénéficient d’une conception en titane alors que le châssis intérieur reste en alliage de magnésium pour sa rigidité et sa facilité d’usinage. Il faut savoir que la production de titane pour un appareil photo n’est pas aisée, et Fujifilm s’est associé à une société japonaise pour réaliser les parties dans ce métal sur le X-Pro3. Trois versions du boîtier sont proposées pour le X-Pro3 : Black, Dura Black et Dura Silver, deux versions plus résistantes qui font appel à un nouveau revêtement chez Fujifilm.

Le revêtement Duratect correspond à un traitement de surface à l’aide de carbone amorphe qui vient protéger le titane des chocs et rayures. Les parties les plus exposées, comme le capot, sont ainsi davantage protégées, comme nous l’a montré Fujifilm dans une vidéo où une lame de cutter venait essayer de rayer la version avec revêtement Duratect. Pour les plus scientifiques, ce traitement dispose d’un indice de dureté Vickers de 1600 Hv (en comparaison le saphir est à 2300 Hv et le quarts à 1100 Hv, le titane est à 100-150 Hv et l’aluminium à 50-75 Hv). Interrogé sur la possibilité d’appliquer ce revêtement sur d’autres produits, Fujifilm nous a indiqué qu’il fallait obligatoirement une surface en titane. Nous ne verrons donc pas de Duratect sur nos optiques avant quelques temps donc, mais peut-être que le Duratect viendra équiper d’autres boîtiers de la gamme.

Les entrailles du X-Pro3

Comme le X-Pro2, le X-Pro3 est tropicalisé et dispose de nombreux joints anti-ruissellement pour le protéger contre l’humidité et la poussière. Ce dernier devrait également fonctionner à des températures négatives jusqu’à -10°C.

Sur la balance, le X-Pro3 pèse 497g (batterie et carte SD inclus), soit 2 grammes de plus que le X-Pro2. Etant donné qu’une partie du boîtier est en titane, qui se veut plus léger que l’alliage de magnésium, Fujifilm a du placer d’autres éléments plus lourds dans le boîtier. Il mesure 140,5 x 82,8 x 46,1 mm, soit 2 mm plus épais que le X-Pro2.

En termes de disposition des commandes, peu de choses (ou presque) changent sur l’appareil. Le dessus est identique, si ce n’est que les touches Fn sont désormais noires et ne disposent plus d’indications, une référence au fait que chaque touche du boîtier est paramétrable, contrairement à ce que certaines personnes pouvaient penser.

C’est à l’arrière que l’on observe quelques changements : le boîtier dispose de moins de boutons que le X-Pro2, sûrement en raison de l’écran désormais tactile (mais caché par défaut…). Ainsi, le trèfle de commandes avec le bouton Menu et Drive disparait et ces options sont repositionnées sur le dos du boitier. La touche AF-L au niveau du pouce devient une touche paramètrable, l’option étant regroupée avec une fonction AE-L dans la partie supérieure derrière le boitier. Enfin, le bouton View Mode et le bouton pour choisir le mode de mesure de lumière disparaissent du dos du boîtier.

Le X-Pro3 dispose d’un grip un peu plus franc que la version précédente, même s’il sera toujours conseillé d’ajouter un grip additionnel pour augmenter la hauteur du boîtier et offrir une prise en main optimale.

Capteur X-Trans BSI CMOS 4 et X-Processor 4 taillés pour la performance

Fidèle à sa philosophie de gamme, Fujifilm intègre au X-Pro3 le capteur X-Trans BSI CMOS 4e génération déjà présent sur les X-T3 et X-T30. Il est au format APS-C et dispose d’une définition de 26,1 Mpx. Pour l’épauler, on retrouve le processeur X-Processor 4. On ne présente plus ce duo qui permet d’offrir des images de très grande qualité mais Fujifilm indique que le X-Pro3 sera plus réactif que le X-T3, notamment en raison d’un logiciel interne optimisé.

La sensibilité du boîtier va de 160 à 12800 ISO, avec la possibilité de l’étendre de 80 à 51200 ISO.

La rafale est donnée pour 11 i/s en obturateur mécanique avec suivi AF/AE (jusqu’à 145 images en JPEG, 36 images en RAW) et jusqu’à 20 i/s en obturateur électronique silencieux avec la mesure sur la première photo (jusqu’à 79 images en JPEG, 34 images en RAW). Avec un recadrage 1,25x, il est même possible d’atteindre 30 i/s (jusqu’à 60 images en JPEG, 33 images en RAW). L’obturateur mécanique permet de photographier jusqu’à 1/8 000s et vous pouvez monter à 1/32 000s en obturateur électronique.

Au niveau de l’autofocus à détection de phase, le X-Pro3 est sensible jusqu’à -6IL grâce à un algorithme amélioré, ce qui permet de photographier même dans des situations d’obscurité, en accrochant son sujet. Un mode HDR intégré permet également de réaliser des prises de vue multiples pour étendre la plage dynamique (jusqu’à 800% en photo et 400% en vidéo). L’ensemble est ensuite combiné sous la forme d’un seul fichier, avec un respect des tonalités pour éviter un rendu HDR excessif. Il y a de fortes chances que ces améliorations soient proposées dans un prochain firmware pour le X-T3 et X-T30 puisqu’elles sont le fruit d’un travail logiciel effectué par les ingénieurs de Fujifilm.

En parlant d’expositions multiples, le X-Pro3 inaugure un nouveau mode capable de réaliser jusqu’à 9 vues pour les associer avec différent modes de fusion (addition, moyenne, éclaircissement ou assombrissement relatif). Il est également possible d’utiliser l’exposition multiple avec différentes simulations de film, pour un rendu créatif décuplé. Un mode de bracketing de mise au point, pour réaliser du focus stacking, est également intégré au boîtier.

Exposition multiple réalisée avec le X-Pro3

Un mode Couleur Monochrome permet de réaliser des images monochromes en choisissant la dominante de couleur selon un diagramme précis. Pour les amateurs de l’outil clarté sur leur logiciel de développement photo favori, un nouveau paramètre « clarté » vient compléter les réglages « ton lumière », « ton ombre » et «détail » afin de créer des JPEG personnalisés au sein du boîtier. La simulation de grain a également été améliorée avec désormais la possibilité de régler la force du grain et sa taille.

Un nouveau viseur hybride plus avancé

Le viseur hybride fait partie de l’ADN de la gamme X-Pro de Fujifilm. Combinant un viseur électronique offrant un aperçu de l’exposition de l’image dans le viseur, avec notamment la simulation du film, et un viseur optique permettant de suivre la scène en continu et bien au-delà du cadre, le viseur hybride est un véritable élément différenciant des appareils photo Fujifilm X-Pro.

Viseur optique

Avec le X-Pro3, Fujifilm propose un viseur optique plus large (angle de vue de 27° contre 24,4° pour le X-Pro2), plus clair et avec moins de distorsion pour un meilleur confort en visée optique. Le dégagement oculaire est également amélioré et passe à 17mm contre 16mm.

L’EVF dispose également d’une belle amélioration avec un écran de 0,50 pouces qui passe à la technologie OLED avec une résolution de 3,69 millions de points (2,36 millions pour le X-Pro2) et un contraste amélioré à 1:5000. Il est également plus lumineux (800cd) et offre un gamut de couleurs plus étendu (97% du sRGB). Enfin, le viseur électronique dispose d’un taux de rafraichissement jusqu’à 100 fps et d’une option « priorité à la fluidité » qui s’active en mode Boost et insère une image noire entre chaque image affichée pour offrir un aperçu plus fluide. Fujifilm indique que grâce à cette option de réduction du flou de mouvement, l’écran donne l’impression de fonctionner à un taux de rafraichissement de 200 fps. Une option toute trouvée pour photographier un sujet en mouvement et nous ne manquerons pas de vérifier le comportement de l’EVF lors de notre prochaine prise en main.

Le X-Pro3 reprend la fonction de télémètre électronique du X-Pro2 qui permet d’ajouter une zone électronique dans un angle du viseur optique pour vérifier par exemple la mise au point et la balance des blancs.

Fujifilm X-Pro3, l’approche « Pure Photography »

Durant l’événement X-Summit organisé par Fujifilm à Tokyo le 20 septembre dernier, le constructeur a dévoilé sa roadmap optique, le développement d’un nouveau 50mm f/1.0 et les mises à jour firmware à venir.

X-Pro3, XF 50mm f/1.0 et mises à jour firmware à venir : tout ce qu’il fallait retenir du Fujifilm X-Summit à Shibuya

Mais c’est sur le X-Pro3 que tous les regards se sont tournés, et notamment sur l’approche « Pure Photography » que Fujifilm a présenté avec cette mise à jour de la gamme X-Pro. L’objectif ? Opérer un retour aux règles basiques de la photographie selon Fujifilm, qui sont de pouvoir accéder rapidement à son appareil photo, pouvoir cadrer facilement et déclencher sans encombre.

Le Fuji X-Pro3, notamment avec son écran LCD arrière caché, met davantage en avant la prise de vue au viseur que le chimping, cette habitude que de nombreux photographes ont pris de regarder leur écran après chaque image. Au lieu de cela, Fujifilm a placé un petit écran LCD non rétroéclairé de 3,3 pouces (que l’on a découvert sur le X-H1 et la gamme GFX) qui permet d’afficher les réglages de prise de vue (vitesse, sensibilité, nombres d’images restantes, etc.) ainsi qu’un mode « Classic » qui indique le mode de simulation de film choisi, un peu à la manière du petit carton que l’on plaçait en photographie argentique pour se souvenir de la pellicule utilisée. Cet écran reste allumé, que l’appareil soit sous tension ou non.

Heureusement, Fujifilm n’a pas abandonné l’écran principal arrière, qui se dévoile à l’aide d’une charnière offrant une inclinaison à 180° vers le bas. D’une résolution de 1,62 millions de points et désormais tactile, cet écran peut être utilisé pour une visée discrète au niveau de taille à 90°, au ras du sol ou en hauteur (mais pas tant que cela puisque l’écran ne s’incline pas plus qu’à 180°. Le but de cet écran caché, selon Fujifilm, est de réhabituer le photographe à la visée optique, en réduisant les distractions.

Par défaut, ce que vous verrez à l’arrière du boîtier sera la petite fenêtre de réglages (ou la simulation de film choisie) et non l’écran traditionnel, qui sera disponible uniquement en le dépliant. On aurait aimé avoir le choix, comme sur certains appareils où l’on peut dispose de l’écran ou le retourner afin de le protéger, mais finalement, n’est-ce pas là l’élément différenciant du boîtier, qui entrainera une pratique différente plus centrée sur l’instant ? La seule limite pourrait être si vous faites beaucoup de photos à l’aide d’un trépied ou utilisez l’écran pour faire le point précisément. Mais dans ce cas, le viseur électronique est là pour vous aider.

Une nouvelle simulation de film est proposée avec le X-Pro3 : Négatif Classique, qui offre un rendu avec des couleurs « nostalgiques » qui rappelle la chimie d’une pellicule négative couleur. Cela porte à dix le nombre de simulations de film présentes sur ce boîtier, et qui devrait peut-être être intégré à d’autres boîtiers déjà sortis via une mise à jour

Modes Vidéo : X-T30 bis

Etant donné sa philosophie photo, le X-Pro3 fait le service minimum en vidéo, avec des caractéristiques calquées sur celles du Fuji X-T30. Il est ainsi capable de filmer en utilisant l’ensemble du capteur en 4K DCI 30p durant 15 min mais pas de 60p. En Full HD, la cadence monte à 60p et un mode slow motion 120p est disponible pour une durée d’enregistrement de 6min en Full HD.

L’enregistrement se fait en 4:2:0 8 bits en interne, mais le boîtier ne dispose pas de prise micro-HDMI pour enregistrer en F-Log ni de prise casque pour suivre le son. Si la vidéo vous intéresse, il faudra plutôt vous tourner vers le X-T3.

Limitation de la plage d’autofocus pour un meilleur contrôle

Parmi les innovations introduites sur le X-Pro3, notons la fonction de « limitation de la plage d’autofocus » qui était jusque-là limitée à certains téléobjectifs. Désormais, tous les objectifs XF peuvent être configurés sur le X-Pro3 avec une plage de mise au point limitée. Par exemple, cela permet en photographie de rue de ne pas faire la mise au point en-deçà de 1m, pour accélérer sa prise de vue. En photographie animalière, la distance pourra être plus grande, ou inversement pour de la macrophotographie.

Un mode Q personnalisé

Depuis le X-Pro1, le bouton « Q » d’accès rapide au menu est toujours là et il est désormais personnalisable avec la possibilité d’afficher 4, 8, 12 ou 16 tuiles. Il est même possible d’activer un mode « transparent » qui permet d’afficher en arrière-plan le cadrage lors des réglages pour garder son sujet en vue.

Connectique du X-Pro3

Le Fuji X-Pro3 dispose d’une connectivité assez limitée. Le boîtier est équipé d’une prise 2,5mm pour micro et télécommande ainsi que d’un port USB Type-C (USB 3.1 Gen1) qui permet de transférer ses images et de recharger l’appareil. Pas de port micro-HDMI ni de port casque, puisque cet appareil est, rappelons-le, davantage orienté photographie que vidéo.

Par contre, s’il est capable d’être rechargé en USB-C, l’appareil n’est plus fourni avec un chargeur secteur – seulement un câble USB-C, une petite pingrerie de la part de Fujifilm même si ce boîtier utilise les mêmes batteries que les X-Pro2, X-T30 et X-T3 et qu’il y a de fortes chances qu’un utilisateur Fujifilm dispose déjà d’un chargeur mural. Mais si vous êtes nouveau chez Fujifilm il faudra s’équiper d’un chargeur BC-W126S.

Le X-Pro3 dispose d’un double emplacement carte mémoire compatible UHS-II. En termes de connectivité sans-fil, le boîtier dispose du Wifi 802.11b/g/n et du Bluetooth 4.2 pour connecter le X-Pro3 à votre smartphone.

L’autonomie du X-Pro3 est donnée à 370 vues en utilisant le viseur électronique, et 440 vues en utilisant le viseur optique. C’est une belle évolution par rapport aux 250 / 350 vues données pour une charge complète sur le X-Pro2.

Prix et disponibilité du Fujifilm X-Pro3

Le Fujifilm X-Pro3 sera disponible à partir du 28 novembre 2019 en France pour la version Black au tarif de 1899€ nu. Il faudra attendre mi-décembre pour les versions Noir Dura et Argent Dura qui seront proposées au tarif de 2099€ nu.

Notre premier avis sur le Fujifilm X-Pro3

Après plus de 3 ans, la mise à jour du X-Pro2 était très attendue par les puristes et amateurs de la visée décalée et du look télémétrique. Avec le X-Pro3, Fujifilm remet au goût du jour son boîtier en l’équipant des derniers capteurs et processeurs pour une qualité d’image qui devrait être très proche du X-T3, voire supérieur tant que les firmwares différeront entre les deux boîtiers.

Nous avons pu prendre en main l’appareil durant sa présentation et il est intéressant de noter que Fujifilm a décidé de segmenter davantage sa gamme de boîtiers X en orientant le X-Pro3 vers la photographie – normal c’est un appareil photo – alors que le X-T3 est beaucoup plus polyvalent. La clientèle intéressée par le X-Pro3 est bien plus restreinte, avec ce boîtier de niche qui ne plaira pas à tous les photographes. Mais pour ceux qui apprécient la philosophie de la gamme X-Pro et souhaitent revenir à une pratique plus « pure » de la photographie, selon Fujifilm, ce boîtier est séduisant et même très différenciant. Reste que l’on aurait aimé avoir un écran monté sur rotule pour pouvoir l’utiliser dans des angles plus variés, si nécessaire.

N’en déplaise, ce X-Pro3 a son caractère et la finition titane en fait un objet à la fois élégant et résistant. Un détail pour certains, mais qui devrait séduire les photographes de reportage ou de photo de rue habitués à chahuter leur boîtier.

Vidéos sur le Fujifilm X-Pro3

Fujifilm a interviewé plusieurs de ses photographes ambassadeurs à propos du nouveau X-Pro3, dont le français Eric Bouvet. Voici ces vidéos de la série « Different Breed » :

Exemples de photos réalisées au Fujifilm X-Pro3 :