Huawei vient de dévoiler en grande pompe (mais à huis clos) trois nouveaux smartphones photo, les Huawei P40, P40 Pro et P40 Pro+. Ils misent sur un module photo dorsal à 2, 3 voire 4 optiques et sur un capteur principal de 50 Mpx. Si les P40 et P40 Pro seront disponibles en France à partir du 7 avril, ils ne bénéficieront pas des services de Google et seront donc privés de son immense catalogue d’applications. Retour sur les caractéristiques complètes de ces trois nouveaux modèles résolument orientés photo.

Huawei P40 et Huawei P40 Pro

Les Huawei P40 et Huawei P40 Pro

Trois nouveaux photophones signés Huawei

6 mois après le Mate 30 Pro (distribué confidentiellement en France) et un an après l’excellent P30 Pro, Huawei revient sur le devant de la scène et dévoile trois nouveaux smartphones haut de gamme : les Huawei P40, P40 Pro et P40 Pro+.

Comme à son habitude, c’est au printemps que Huawei dévoile ses modèles les plus performants en photo – et ces 3 nouveaux smartphones viennent une nouvelle fois confirmer cette tendance.

Plus de pixels, plus de capteurs photo, plus de fonctionnalités, plus de puissance… au cours de sa présentation, Huawei n’a pas lésiné sur les superlatifs pour évoquer ses 3 nouveaux terminaux – et n’a pas hésité à les comparer plusieurs fois à ses concurrents directs.

Huawei P40 Pro+

Design borderless et écrans poinçonnés

Exit la « traditionnelle » encoche présente sur ses terminaux depuis 2018. Pour ses 3 nouveaux modèles, Huawei fait place à un nouveau design où les bordures sont (encore) plus réduites à leur strict minimum. On notera l’apparition d’un « poinçon » assez large sur la partie supérieure gauche – qui rappelle beaucoup les derniers terminaux de Samsung.

Poinçon Huawei P40 Pro

Le Huawei P40 Pro (et son grand frère le P40+) se pare d’un très grand écran OLED de 6,58 pouces dont les 4 côtés sont incurvés. Les angles disposent d’une très légère bordure destinée sans doute à renforcer la solidité de l’écran. D’une résolution de 2640 x 1200 pixels (441 dpi), il offre un ratio de 19,8 : 9. Il dispose d’un taux de rafraîchissement de 90 Hz… et reste inférieur aux derniers modèles d’Apple ou de Samsung, qui montent à 120 Hz.

Écran Huawei P40 Pro

De son côté, le « petit » Huawei P40 est doté d’un écran plus raisonnable de 6,1 pouces. Contrairement à la version « Pro », cet afficheur n’est pas incurvé et présente un profil totalement plat. On notera aussi la présence de légères bordures noires, analogues à celles des récents iPhone 11 Pro et 11 Pro Max. La fréquence de rafraîchissement est également limitée à 60 Hz.

Au bas des 3 modèles, on retrouve un simple port USB-C – la prise jack 3,5 mm étant portée disparu. Le Huawei P40 présente une certification IP53 (résistance à la pluie et aux projections d’eau) ; son grand frère, quant à lui, affiche une certification IP68 et pourra davantage résister à la poussière et à une chute dans votre baignoire.

Du côté de la biométrie, Huawei propose (à nouveau) la reconnaissance faciale et un capteur d’empreinte digitale sous l’écran, là où bon nombre de ses concurrents n’utilisent que l’une des deux solutions.

Pour mémoire, le P30 Pro était uniquement doté d’un lecteur d’empreinte sous l’écran – et ce dernier se montrait à la fois rapide et efficace.

Dans la pratique, le large poinçon du P40 Pro abrite le capteur photo frontal, les capteurs de luminosité et de proximité – mais aussi un capteur infrarouge destiné à la reconnaissance faciale façon Face ID.

À notre connaissance, il s’agit de la première fois qu’un terminal est doté de cette technologie sans avoir recours à une large encoche frontale – comme les derniers iPhone ou les Mate 20 Pro et Mate 30 Pro.

Côté photo : la démesure façon Huawei

En 2016, Huawei dévoilait son P9, le premier smartphone doté d’un double module photo dorsal, inaugurant un partenariat stratégique avec Leica.

En 2018, le constructeur chinois dévoilait les P20 Pro et Mate 20 Pro, deux très bons photophones dotés d’un triple module dorsal. L’année dernière, Huawei continuait sur sa lancée et innovait avec un zoom périscopique x5 sur son P30 Pro.

Test du Huawei P30 Pro, le plus polyvalent des smartphones photo

En cette année 2020, Huawei continue de plus belle : le « petit » P40 est doté de 3 capteurs photo, le P40 Pro de 4 capteurs photo et le P40 Pro+ de… 5 capteurs photo ! Cependant, leurs caractéristiques techniques méritent d’être passées à la loupe pour y voir un peu plus clair.

Ces trois nouveaux modèles disposent ainsi d’une même caméra frontale de 32 Mpx et d’un même capteur principal de 50 Mpx. Pour le reste, ils sont assez différents.

Capteur photo Huawei P40 Pro+

Capteur photo principal des Huawei P40, P40 Pro et P40 Plus : une base technique commune

50 Mpx et une matrice de Bayer revisitée

Ainsi, les 3 modèles héritent du même capteur photo principal de 50 Mpx. À l’instar des P30 Pro et Mate 30 Pro, ce capteur est doté d’une matrice de Bayer revisitée de type RJJB, où les pixels verts sont remplacés par des pixels jaunes pour capter davantage de luminosité.

Capteur photo Huawei P40

La taille de ce capteur est également en hausse – et se rapproche dangereusement du seuil des 1 pouce. Ainsi, le capteur de cette nouvelle génération de smartphones mesure 1/1,28 pouce de diagonale, là où le P30 Pro faisait « seulement » 1/1,7 pouce. Ce nouveau capteur est donc très légèrement plus grand que celui du Samsung Galaxy S20 Ultra – mais la différence est extrêmement ténue, ce dernier mesurant en effet 1/1,33 pouce.

Si l’on en croit Huawei, le nouveau capteur de la série des P40 serait deux fois plus grand que celui d’un iPhone 11 Pro Max.

Pour tenter de damer le pion à Samsung et Sony, Huawei fait également appel au pixel binning et combine pas moins de 16 pixels en un. Ainsi, la taille des photosites atteint 2,44 µm.

Sur le terrain, la sensibilité ISO demeure identique à celle du P30 Pro et atteint la bagatelle de 409 600 ISO sur les P40 Pro et P40 Pro+ – et « seulement » 204 800 ISO sur le P40. À noter que cette sensibilité ne pouvait toutefois être débloquée qu’en mode manuel sur le P30 Pro.

Mise au point Octa PD AF : Huawei fait évoluer le Dual Pixel AF

Huawei inaugure également un nouveau mécanisme autofocus à corrélation de phase, nommé Octa PD AF. Évolution de la technologie Dual Pixel AF, développée par Canon et présent sur ses reflex et hybrides, elle permet à chaque pixel du capteur d’être utilisée à la fois pour la mesure du point et la capture de l’image.

Mais contrairement au Dual Pixel, le système Octa PD AF de Huawei vient diviser chaque photosites non pas en 2 mais en 8 photodiodes pour effectuer la corrélation de phase et faire la mise au point. À la clé, selon Huawei, un autofocus sensiblement plus rapide, notamment pour la capture de vidéos et/ou en basse luminosité. Reste à voir sur le terrain ce que donne cette déferlante de technologies.

Huawei P40 Octa PD Autofocus

8 canaux de couleurs et un nouveau mode XD Fusion Image Engine

Last but not least, les trois nouveaux smartphones de Huawei misent sur un nouveau principe de captation des couleurs avec une balance des blancs divisée non plus en 3 canaux (rouge, bleu, vert) mais en 8 nuances de couleurs grâce à de nouveaux algorithmes dédiés. Selon la marque chinoise, ces derniers devraient ainsi se montrer plus efficaces dans la restitution des couleurs.

Enfin, les P40, P40 Pro et P40 Pro+ sont munis d’un mode nommé « XD Fusion Image Engine« , qui exploite les données de 2 capteurs. Ils capturent un grand nombre d’images et les fusionnent pour produire des images plus nettes et plus riches en détails – ce qui n’est pas sans nous rappeler le mode Deep Fusion dévoilé par Apple en novembre dernier.

Huawei P40 XD Fusion Image Engine

Trois modèles aux caractéristiques photo différentes

En dépit de cette base commune, les trois modèles de Huawei intègrent des modules photo assez différents.

Huawei P40 capteurs photo

Huawei P40 : un module photo « classique » à 3 capteurs

Le terminal haut de gamme « accessible » de Huawei se place dans les pas du Mate 20 Pro et se pare d’un triple module photo – devenu au fil du temps assez classique. Le Huawei P40 intègre donc :

  • Le capteur principal de 50 Mpx évoqué ci-dessus, surmonté d’une optique « standard » équivalent 23 mm ouvrant à f/1,9
  • Un capteur secondaire de 8 Mpx, muni d’un zoom x3 (équivalent 80 mm) avec stabilisation optique et ouvrant à f/2,4
  • Un troisième capteur de 16 Mpx servant de base à une optique ultra grand-angle (équivalent 17 mm) avec ouverture à f/2,2

Huawei P40 capteurs photo

Fidèle à ses bonne habitudes, Huawei continue de faire appel au zoom « hybride » (qui combine les données de plusieurs capteurs) pour accroître la portée du zoom x3. Ainsi, le Huawei P40 se dote d’un zoom hybride x5 et d’un zoom numérique x30 – entraînant de fait une forte dégradation de l’image.

On notera toutefois la faible définition du capteur du télézoom x3 (8 Mpx seulement) ainsi que l’ouverture relativement restreinte à f/2,8, Huawei ayant préféré mettre l’accent sur l’objectif ultra grand-angle – de plus en plus plébiscité par les utilisateurs.

Huawei P40 Pro : une évolution en douceur du P30 Pro

Le Huawei P40 Pro, de son côté, est le digne hériter du P30 Pro – et en reprend la philosophie.

Ainsi, son module photo dorsal, placé sous une large plaque noire très visible, est doté de 3 capteurs photo (plus un capteur ToF), permettant à Huawei de dire que le P40 Pro est doté d’un « quadruple » module photo. Dans la pratique, on retrouve :

  • Le capteur de 50 Mpx évoqué précédemment, surmonté d’une optique principale équivalent 23 mm avec ouverture à f/1,9 et stabilisation optique
  • Un capteur de 40 Mpx dédié à un objectif ultra grand-angle (équivalent 18 mm) avec ouverture à f/1,8
  • Un capteur de 12 Mpx à matrice de Bayer RYYB, dévolu à un télézoom périscopique x5 stabilisé et ouvrant à f/3,4.

Huawei P40 Pro capteurs photo

Plusieurs choses sont ici à noter. D’une part, on notera la définition de 40 Mpx du capteur de l’ultra grand-angle (dont les images sont sans doute ramenées à 12 Mpx). Le zoom périsopique fait également son grand retour avec ce modèle : inauguré avec le P30 Pro (et repris par Samsung sur le Galaxy S20 Ultra), il aurait toutefois été revu par Huawei pour une meilleure luminosité.

Samsung Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra : décryptage des caractéristiques photo

Son principe de fonctionnement est particulièrement ingénieux : les lentilles sont placées perpendiculairement au dos de l’appareil et la lumière est réfléchie par un ensemble de prismes avant de parvenir au capteur.

Huawei P40 Pro zoom périscopique

Mentionnons aussi le zoom « hybride » x10 ainsi que le zoom numérique x50 (malgré une certaine dégradation de la qualité de l’image).

Malgré tout, on regrettera la faible définition de 12 Mpx du capteur du télézoom – certes doté d’une matrice de Bayer revisitée a priori plus sensible. Néanmoins, on mentionnera l’ouverture à f/3,4 du télézoom, franchement limitée.

Le capteur ToF (Time of Flight), quant à lui, se base sur la réverbération des ondes sur le sujet pour permettre à l’appareil de mieux détecter les contours d’un objet ou d’une personne. À la clé, un détourage plus réaliste, notamment en mode Portrait.

Au final, la fiche technique du triple module photo du Huawei P40 Pro s’avère assez équilibrée – mais un test terrain s’impose pour juger de ses performances réelles.

Huawei P40 Pro+ : 2 zooms pour un quintuple module photo

Le Huawei P40 Plus ne sera pas disponible en France. Cela étant, son module photo dorsal mérite qu’on s’y attarde car il s’avère particulièrement complet et innovant. Ainsi, ce modèle ultra haut de gamme inclut :

  • Le capteur de 50 Mpx que nous évoquions précédemment, surmonté d’une optique standard (équivalent 23 mm) stabilisée ouvrant à f/1,9
  • Le capteur de 40 Mpx – que l’on retrouve aussi sur le P40 Pro – accompagné d’un ultra-grand angle (18 mm) ouvrant à f/1,8
  • Un capteur de 8 Mpx dédié à un premier zoom x3 (80 mm) équipé de la stabilisation optique et ouvrant à f/2,4
  • Un autre capteur de 8 Mpx dédié à un second zoom x10 équivalent 240 mm, doté de la stabilisation optique et ouvrant à f/4,4

Sans oublier le capteur ToF – qui permet à Huawei de présenter son P40 Pro+ comme étant muni d’un quintuple module photo.

Huawei P40 Pro+ capteurs photo

Là encore, plusieurs éléments retiennent notre attention. En premier lieu, on ne pourra s’empêcher d’être admiratif devant la plage focale offert par les quatre optiques du Huawei P40 Pro+, qui s’étend de 18 à 240 mm.

L’une des nouveautés de ce modèle est évidemment ce double zoom inédit, offrant deux téléobjectifs sur un même smartphone (un zoom x3 et un zoom x10). Si la longueur focale du 1er zoom est plutôt standard (80 mm), on ne peut que constater l’impressionnante longueur focale de ce 2e téléobjectif, qui atteint les 240 mm.

Le fait de disposer de 2 zooms distincts semble particulièrement judicieux : ainsi, le « petit » zoom x3 à 80 mm vient combler le « vide » entre la focale standard de 23 mm et le télézoom x10 de 240 mm – corrigeant ainsi un défaut du P30 Pro, où l’écart entre la focale principale et le zoom x5 était seulement comblée par le zoom numérique.

Huawei P40 Pro+ zoom périscopique

On notera aussi que ce zoom x10 n’est autre qu’un zoom « périscopique », que nous évoquions ci-dessus avec le P40 Pro. Malgré tout, on ne pourra s’empêcher l’ouverture à f/4,4 de ce télézoom, qui laisse craindre une certaine baisse des performances en basses lumières – malgré la déferlante d’algorithmes de traitement intégrés par Huawei.

À ce titre, mentionnons le zoom « hybride » x20 ainsi que le zoom numérique x100 – réponse à Samsung et au « Space Zoom x100 » du Galaxy S20 Ultra.

Une profusion de modes de prise de vue

Comme sur ses précédents modèles, Huawei propose un (très) grand nombre de modes de prise de vue. La marque a notamment mis en exergue les performances de ses 3 modèles lorsque la lumière vient à baisser – une manière de répondre à Apple, Google ou Samsung avec leurs différents mode nuit.

Test du Google Pixel 4 XL, le smartphone photo dopé à l’algorithme

Cependant, le constructeur chinois a particulièrement mis l’accent sur un ensemble de 3 nouveaux modes, baptisé Golden Snap. Ils s’appuient sur une nouvelle puce NPU (Neural Processing Engine).

Le premier permet à l’appareil de sélectionner le meilleur cliché d’une série – et nous rappelle beaucoup la fonction Top Shot des Pixel 3 et Pixel 4 de Google. Dans la pratique, l’appareil capture en arrière-plan une série d’images et l’appareil sélectionne automatiquement les meilleurs clichés.

Huawei P40 Top Shot IA

Le 2e mode mis en exergue par Huawei est pour le moins original : il permet ni plus ni moins de supprimer les passants d’une photo, laissant seul le sujet dans son environnement.

Le constructeur chinois n’a pas donné énormément de détails quant à cette fonctionnalité, mais celle-ci se base sans doute sur la capture et la fusion de nombreux clichés pour reconstituer la zone où sont situés les passants.

Enfin, le 3e mode devrait certainement plaire à de nombreux utilisateurs et vient supprimer les reflets disgracieux lors de la capture d’une photo à travers une vitre. Les algorithmes de Huawei seront-ils capables de faire mieux qu’un accessoire comme l’Ultimate Lens Hood ? Là encore, seul un test terrain permettra de le déterminer.

Test de l’Ultimate Lens Hood, pour photographier à travers une vitre sans reflet

Vidéo 4K à 60 i/s

Du côté de la vidéo, les 3 nouveaux modèles de Huawei se montrent (presque) raisonnables. Contrairement à Samsung, les nouveaux P40, P40 Pro et P40 Pro+ ne sont pas capables de filmer en 8K et doivent se cantonner à de la 4K à 60 i/s, certes en HDR.

On se consolera avec les différents modes de ralenti, qui permettent de capturer des vidéos ultra-ralenties à 7860 fps… mais en 720p uniquement. Une caractéristique que l’on trouvait déjà sur le Huawei Mate 30 Pro, dévoilé à l’automne dernier – et que seul le P40 Pro+ vient proposer.

On se consolera avec un mode supplémentaire, qui permet au P40 Pro de capturer une séquence vidéo divisée en deux. Ainsi, la partie gauche de l’image est en zoom x1, à gauche, l’image est générée avec l’ultra grand-angle ou le télézoom. Si ce mode peut être amusant, il est dommage que Huawei ne permette pas réellement de capturer le flux de deux capteurs dans deux fichiers séparés, ce que permettent les iPhones et iPad récents grâce à l’application DoubleTake de FilMic Pro.

Du côté du son, les derniers smartphones de Huawei intègrent 3 micros omnidirectionnels, offrant une restitution du son plus réaliste et plus immersive à vos vidéos.

Processeur Kirin 990 et connexion 5G

À l’instar du Mate 30 Pro, les trois nouveaux terminaux de Huawei sont propulsés par le processeur HiSilicon 990 – censé être beaucoup plus puissant que les puces de Qualcomm ou d’Apple, si l’on en croit le constructeur chinois.

Ce processeur est accompagné de 8 Go de mémoire vive, devant (en théorie) assurer une expérience utilisateur d’une grande fluidité. Côté stockage, le Huawei P40 Pro sera livré avec 256 Go (extensible par carte Nano Memory, le format propriétaire de Huawei). Le P40, de son côté, devra se contenter de 128 Go de stockage.

Batterie grande capacité et recharge sans fil accélérée

Les smartphones de Huawei offrent généralement une très bonne autonomie… et ces derniers modèles ne devraient (théoriquement) pas faire exception.

Le « petit » Huawei P40 dispose d’une batterie de 3800 mAh, tandis que son grand frère s’équipe d’une batterie de 4200 mAh. Des chiffres a priori satisfaisants, mais la concurrence se montre particulièrement agressive : ainsi, les récents Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra de Samsung se parent de batteries de 4000, 4500 et 5000 mAh…

Huawei se rattrape avec la charge filaire rapide 40W, mais aussi avec la recharge rapide sans-fil – elle aussi à 27W sur le P40 Pro et monte à 40W sur le P40 Pro+, une première. Comme sur les précédents modèles, les derniers terminaux de Huawei sont capables de recharger un autre smartphone ou des accessoires grâce à la charge rapide inversée.

Interface EMUI 10.1… mais sans les services de Google

Les Huawei P40, P40 Pro et P40 Plus misent tous les trois sur EMUI 10.1, la surcouche de Huawei basée sur Android 10. L’interface utilisateur se montre ainsi plus sobre que sur les précédents terminaux de la marque – et se rapproche beaucoup des effets de style proposés par Samsung. On notera l’arrivée de nouveaux modes d’interaction basés sur l’emploi des bordures de l’écran – ce qui, là aussi, rappelle certaines fonctionnalités des terminaux Samsung.

À l’instar de ce que propose Apple, les derniers terminaux de Huawei sont capables de transférer des informations, d’afficher des notifications, ou dupliquer leur écran facilement sur un ordinateur (Huawei) équipé de Windows 10. Pour ce faire, il devrait suffire de poser brièvement le smartphone sur le coin d’un ordinateur Huawei pour démarrer le partage d’informations. Les trois nouveaux terminaux se dotent également d’un nouvel assistant vocal, nommé Célia.

Cela étant, le point le plus marquant des Huawei P40, P40 Pro et P40 Plus est sans doute l’absence des services mobiles de Google (GMS, Google Mobile Services). Certes, les 3 terminaux du constructeur chinois sont basés sur l’OS de Google (Android 10) ; mais sans les services de Google, l’écrasante majorité des applications ne pourront pas fonctionner, tant ces derniers se basent sur les API implémentées par Google au sein de l’OS.

Google révoque la licence Android pour les smartphones Huawei et Honor : quelles conséquences ?

La marque tente de compenser ce point avec les Huawei Mobile Services et l’App Gallery, mais ces derniers ne pourront en aucun cas compenser l’absence de la boutique d’applications Google Play. Et, sanctions américaines obligent, vous ne pourrez pas bénéficier de vos applications préférées comme Facebook, Instagram ou Snapchat. De quoi limiter quelque peu les possibilités de ces trois nouveaux smartphones…

 

L’avertissement affiché par Huawei sur sa boutique en ligne – reprise par certains sites d’e-commerce – à propos de l’absence des services mobiles de Google

Prix et disponibilité des Huawei P40 et P40 Pro

Comme indiqué au début de cet article, seuls les Huawei P40 et P40 Pro seront distribués en France. Ils seront proposés à la vente à partir du 7 avril 2020 sur le site de Huawei et à partir du 21 avril 2020 sur les autres boutiques en ligne.

Dans la pratique, le Huawei P40 sera commercialisé au tarif de 799 €. L’appareil est d’ores et déjà disponible en précommande au tarif de 649,99 €.

Son grand-frère, le Huawei P40 Plus, sera vendu au tarif de 1099,99 €. Disponible en précommande, il dispose lui aussi d’une remise de 150 € jusqu’au 21 avril.

Des tarifs très agressifs – et inférieurs à ceux pratiqués par Samsung et Apple, destinés sans doute à séduire les consommateurs malgré l’absence des services de Google et le peu d’applications disponibles sur le Store de Huawei. 

À noter que pendant la période de précommande, une montre connectée Huawei Watch GT 2 Sport vous sera offerte sur simple demande.

Notre premier avis sur les Huawei P40, P40 Pro et P40 Plus

Ces trois nouveaux terminaux signés Huawei montrent indubitablement les (très grandes) ambitions du constructeur chinois, qui vise à prendre la 1e place du classement mondial des smartphones – trusté depuis de nombreuses années par le Sud-coréen Samsung.

Ainsi, les P40 et P40 Pro se parent de caractéristiques résolument haut de gamme, notamment sur la partie photo. Cependant, le modèle le plus innovant – et le plus étonnant – est sans doute leur grand frère le P40 Pro+.

Doté de 4 optiques dorsales, il se distingue par ses 2 télézoom x3 et x10 et sa plage focale inédite allant de 18 à 240 mm – et ce, sans devoir recourir au zoom « hybride » ou au zoom numérique. Cependant, le Huawei P40 Plus ne sera pas disponible en France, ce qui est bien dommage au vu de sa fiche technique particulièrement complète.

Ces nouveaux modèles viendront prendre place sur un marché ô combien concurrentiel, où les différents constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour tenter de séduire les amateurs de photo et de vidéo. Les P40 et P40 Pro devront ainsi rivaliser avec les derniers modèles de Samsung, les Galaxy S20, S20 Plus et S20 Ultra – et, bien sûr, avec les iPhone 11 Pro et 11 Pro Max.

Malgré tout, l’absence des services de Google risque d’être préjudiciable pour ces nouveaux terminaux, malgré une fiche technique et un design particulièrement alléchants.