Comment supprimer les reflets lorsque l’on photographie à travers une vitre ? Voici une problématique qui touche de nombreux photographes et qui méritait bien qu’un esprit ingénieux se penche dessus. Lancé fin 2018, L’Ultimate Lens Hood (ou ULH) est un pare-soleil flexible en silicone qui vient se placer sur l’objectif photo et supprimer les reflets gênants lorsque l’on photographie à travers une vitre. Il est disponible en deux tailles : une version Mini pour hybride APS-C et micro 4/3 (diamètre de 60mm) et pour reflex (diamètre de 72mm). Nous avons testé l’Ultimate Lens Hood version reflex, et voici notre test complet de cet accessoire photo souple qui peut transformer certaines de vos images.

Pour lutter contre les reflets très présents sur la vitre de cette télécabine, l’Ultimate Lens Hood a été d’un grand secours.

L’Ultimate Lens Hood, un disque dépliable en silicone

L’Ultimate Lens Hood est livré dans un carton extrêmement plat. En effet, cet accessoire photo se présente sous la forme d’un disque en silicone – muni d’un pliage en accordéon – d’environ 1 cm d’épaisseur. Il peut ainsi se transporter extrêmement facilement, pouvant être glissé à l’arrière d’un sac à dos pour être emporté partout, sans risquer de l’abimer et pour un poids de 232 g.

L’Ultimate Lens Hood classique mesure environ 30 cm de diamètre pour un poids de 232g. La plus petite version, l’ULH Mini, mesure seulement 14 cm de diamètre pour un poids inférieur à 100g, bien plus adapté aux hybrides et leurs petits objectifs.

L’Ultimate Lens Hood se fixe sur l’objectif grâce à son cercle en silicone avec un diamètre extensible de 6 cm et plus. Il se déplie vers l’avant et peut être appliqué sur la surface en verre dont vous souhaitez éliminer les reflets parasites. Le pare-soleil ULH vient ainsi masquer les reflets parasites sur l’ensemble de l’image, et ne touche pas la lentille frontale de l’objectif. On notera également que le silicone employé par l’Ultimate Lens Hood ne laisse aucune marque sur la vitre.

Mais l’Ultimate Lens Hood peut également être déployé vers l’arrière, et permet ainsi de protéger efficacement le boîtier et l’objectif contre les projections d’eau, de neige, de boue, de sable… L’accessoire peut sans problème être lavé à l’eau pour le débarrasser des éventuelles traces laissées par les éléments.

À noter que la seconde version de l’ULH est censée attirer beaucoup moins la poussière que la version dévoilée en 2018. Sur le terrain, on constate malgré tout que le silicone capture avec beaucoup (trop) d’efficacité les particules en suspension.

Dans la pratique, il suffit d’ajuster (avec plus ou moins de facilité) le ULH sur l’objectif de votre choix en passant la main à travers l’ouverture pour installer l’ULH sur votre objectif, même lorsque celui-ci est monté sur votre boîtier.

Attention toutefois : l’ouverture de la « grande » version est davantage conçue pour des objectifs de 60 à 77 mm de diamètre. Prudence donc si vous essayez de le monter sur un objectif de 82 mm de diamètre, car vous risquez de tendre un peu trop le silicone avec un risque de déchirure.

Ainsi, nous avons pu utiliser sans problème l’Ultimate Lens Hood sur les objectifs Canon 70-200 mm f/4 L USM, Canon 16-35 mm f/4 L IS USM et Canon 100 mm Macro f/2,8 L IS USM. En revanche, nous n’avons pas réussi à la monter sans forcer sur un objectif Sigma 24-70 mm f/2,8 DG EX HSM, de par le diamètre de sa lentille frontale (82 mm).

Voici une vidéo de démonstration sur l’usage du Ultimate Lens Hood :

Éliminer efficacement les reflets créés par les surfaces vitrées

Que vous soyez un photographe débutant ou expert, vous avez forcément été confronté à la présence de reflets sur les surfaces en verre. Dans les faits, les sources de lumière sont renvoyées par les vitres et ne permettent pas de capturer facilement les sujets situés derrière la surface vitrée.

Sans l’Ultimate Lens Hood, cette photo de la Tour Eiffel paraît difficilement exploitable…

Pour pallier ce problème, bon nombre de photographes utilisent des filtres polarisants circulaires, qui viennent se visser devant la lentille frontale de l’objectif. Cependant, cette solution ne parvient pas à éliminer totalement les reflets. D’autres utilisent un linge sombre placé par dessus l’objectif, mais il faut avouer que c’est souvent peu pratique.

La solution proposée par l’Ultimate Lens Hood s’avère beaucoup plus polyvalente… et permet d’éliminer les reflets avec beaucoup plus d’efficacité.

La Tour Eiffel et, en arrière-plan, le quartier de la Défense vus depuis la Tour Montparnasse – © Jean-Nicolas Lehec

Sur le terrain, il suffit de déployer vers l’avant le cône en silicone et de l’appuyer contre la fenêtre. En reculant légèrement l’appareil photo, un effet ventouse se produit et permet au cône de se maintenir accroché à la vitre – en théorie tout du moins.

On apprécie également l’amplitude de mouvement laissée par l’Ultimate Lens Hood : une fois positionné contre la vitre, vous pouvez faire pivoter l’appareil pour capturer un sujet placé sur les côtés, au-dessus ou en-dessous de l’appareil. De même, l’ULH vous permet de prendre vos photos indépendamment de la position du soleil ou de la source de lumière dominante : ce point vient gommer l’un des défauts des filtres polarisants… et qui rassurera sûrement de nombreux photographes.

De sorte, il devient possible de photographier depuis la vitre d’une tour, d’un bus, d’un café… ou encore derrière la vitre d’un musée (attention toutefois à ne pas vous attirer les foudres des gardiens qui pourraient être effrayés par ce grand disque noir), et d’éliminer totalement les reflets parasites.

Sans l’ULH…

…et avec : la disparition des reflets est frappante

Une solution (un peu trop) flexible

En théorie, l’Ultimate Lens Hood doit pouvoir être utilisé extrêmement facilement, ne nécessitant qu’un nombre d’opérations limité de la part du photographe. Dans la pratique, est-ce réellement le cas ? Oui… et non.

Commençons par les aspects positifs : comme évoqué précédemment, l’ULH peut être ajusté assez facilement sur l’objectif et peut donc être employé rapidement, même dans les espaces confinés (dans les transports par exemple). Une fois prêt, il suffit d’apposer le cône en silicone sur la vitre pour faire obstacle aux lumières environnantes et ainsi effacer les reflets parasites.

Malheureusement, la prise en main est quelque peu gâchée par la trop grande souplesse (pour ne pas dire la mollesse) du cône en silicone. Sa grande flexibilité lui permet d’être plié et déplié très facilement ; cependant, il vous faudra vous habituer à photographier d’une seule main, l’autre étant nécessaire pour manipuler l’ULH.

Le pare-soleil flexible s’avère en effet trop mou pour rester tout seul en place sur la vitre – et ainsi créer l’effet ventouse recherché. Dans la pratique, il faut donc le maintenir avec une main contre la vitre… ce qui, certaines fois, n’est pas suffisant pour empêcher la lumière d’entrer par l’autre côté du disque.

Dans les faits, le manque de rigidité de l’Ultimate Lens Hood rend son utilisation assez contraignante dans certaines circonstances. Il faut parfois recourir à plusieurs tentatives avant de réussir à capturer la scène désirée. Toutefois, avec un peu de pratique, il devient (presque) facile de supprimer tous les reflets du premier coup.

Panorama parisien à l’heure bleue – © Jean-Nicolas Lehec

Il semblerait que la faible densité du matériau utilisé par rapport au diamètre de la « grande » version soit à l’origine de la souplesse excessive de l’Ultimate Lens Hood. Il aurait sans doute fallu que le silicone et les rebords du disque soient plus épais : ainsi, l’effet de ventouse aurait été plus facile à obtenir… ce qui aurait facilité l’utilisation de l’accessoire.

En effet, il est important de souligner que la version « mini » de l’ULH n’est pas aussi soumise à ce problème : au contraire de la « grande » version, vous pourrez donc tenir votre boîtier à deux mains tout en laissant le disque en contact avec la vitre. Ne reste donc plus à espérer que la marque développera une nouvelle itération de l’ULH qui vienne apporter plus de rigidité à la « grande » version de cet accessoire.

Le quartier Montparnasse et la perspective de la rue de Rennes – © Jean-Nicolas Lehec

À qui se destine l’Ultimate Lens Hood ?

L’Ultimate Lens Hood se destine à tous les photographes ayant un jour souhaité faire disparaître les reflets créés par les vitres et les fenêtres. Plateforme d’observation au sommet d’un gratte-ciel, aquarium, télécabines, expositions… Cet accessoire particulièrement polyvalent sera d’une grande aide pour supprimer tous les éclats lumineux parasites se reflétant sur les surfaces vitrées.

L’Ultimate Lens Hood permet aussi d’éliminer très efficacement les reflets de la vitre frontale des rames automatiques de la ligne 14 du métro parisien !

Fabriqué en silicone, il se montre réversible et pourra aussi vous servir occasionnellement pour protéger votre boîtier et votre objectif contre les éléments. Une fois à plat, vous pourrez également l’utiliser pour stabiliser votre appareil et éviter de l’abîmer au contact de surfaces abrasives comme un sol en béton. Enfin, un simple passage à l’eau permet de le débarrasser des poussières qui auraient pu se déposer à sa surface (ce qui arrive assez souvent).

ULHgo et ULHmobile, deux nouvelles tailles

Au moment de clôturer ce test, nous avons appris l’arrivée prochaine de nouvelles versions de l’Ultimate Lens Hood, baptisées ULHgo et ULHmobile. La première offre une taille intermédiaire, destinée prioritairement aux objectifs pour appareils hybrides dont le diamètre est compris entre 52 et 58 mm.

© Ultimate Lens Hood

La seconde version, ULHmobile, est conçue pour les smartphones et se présente sous la forme d’un mini-cône (avec ouverture 30 mm) à monter sur une pince, et qui s’adapte à virtuellement tous les terminaux, même s’ils possèdent plusieurs optiques dorsales (comme l’iPhone 11 Pro ou le Huawei P30 Pro). Toutes deux sont actuellement disponibles en pré-commande sur le site de la marque au tarif de 15 et 20 livres.

Ces deux nouveaux cônes viendront agrandir la famille des Ultimate Lens Hood, et permettront sans doute à de très nombreux photographes de disposer d’une solution simple et pratique pour supprimer tous les reflets des surfaces vitrées.

Ultimate Lens Hood : accessoire utile ou gadget ?

À l’heure du bilan, L’Ultimate Lens Hood nous laisse une impression partagée.

L’Ultimate Lens Hood est-il utile ? Oui, assurément ! Il permet d’éliminer efficacement les reflets des vitres, sans avoir à prendre en compte l’orientation de l’objectif et la position des sources lumineuses. Il se montre donc beaucoup moins contraignant qu’un filtre polarisant et considérablement plus efficace.

L’Ultimate Lens Hood est-il pratique ? La réponse est également positive : il peut être transporté extrêmement facilement – une fois replié, il ne prend pas de place et ne pèse que quelques grammes – et se montre assez facile à ajuster sur l’objectif (à condition qu’il fasse moins de 82 mm de diamètre). Il peut aussi servir de protection contre la pluie ou être placé sous le boîtier pour le protéger face à une surface abrasive.

L’Ultimate Lens Hood est-il facile à utiliser sur le terrain ? Pas totalement, et c’est bien là le problème. Avec un peu de pratique, il est possible d’obtenir l’effet ventouse et de maintenir efficacement le cône sur la vitre. Toutefois, ce dernier se montre trop flexible et nécessite souvent d’être maintenu à une main pour rester contre la surface vitrée. Trop souvent, il faut donc utiliser son boîtier à une seule main, ce qui nuit au confort d’utilisation de cet accessoire et rend le cadrage assez difficile

Cela étant, ce souci de rigidité ne concerne que la « grande » version de l’Ultimate Lens Hood : la « petite » version ne semble pas souffrir de ce problème et peut donc être utilisée très facilement en toutes circonstances.

Cet accessoire original et très utile nous a malgré tout convaincu, puisqu’il permet de supprimer tous les reflets des surfaces vitrées avec une redoutable efficacité. Sa légèreté et sa compacité vous permettront de l’emporter partout avec vous.

L’Ultimate Lens Hood est disponible en France sur la boutique Digixo. Comptez 27,99 € pour l’ULHmini, et 39,99 € pour la « grande version » que nous avons testée. Un tarif suffisamment serré qui permettra à tous les photographes de bénéficier de cette solution à la fois très simple et très pratique.

Test de l'Ultimate Lens Hood, pour photographier à travers une vitre sans reflet
Élimine efficacement les reflets sur n'importe quelle surface vitréeCompacité et légèretéAdaptabilité à de (très) nombreuses optiquesAmplitude de mouvement autorisée par le côneSilicone de qualitéSe lave à l'eauPeut aussi servir pour protéger le boîtier et l'objectif
Silicone trop soupleOblige trop souvent à devoir utiliser l'appareil d'une seule mainUn peu difficile à monter sur des objectifs de 82 mm de diamètre et plus
7.5Note finale
Fabrication / finitions7
Fonctionnalités9
Ergonomie générale / Praticité6.5