Guides d’achat photo : les meilleurs reflex full frame (ou plein format)

Guide d’achat mis à jour le 27 juin 2017

Après vous avoir présenté les meilleurs reflex APS-C, voici notre guide d’achat destiné aux reflex numériques plein format.

Les boîtiers reflex plein format disposent d’un capteur 24×36 mm pour une qualité d’image supérieure et ce sont également des boîtiers taillés pour la performance dans la durée. Il n’y a pas eu cette année de révolution technologique à proprement parlé dans ce domaine, si ce n’est la généralisation de capteurs sans filtres passe-bas. Mais on observe une réelle course à la performance, avec notamment Nikon qui ne propose pas moins de cinq boitiers full frame ! La concurrence est rude, pour le plus grand plaisir des photographes.

Pourquoi acheter un boitier reflex plein format ?

Avant de vous présenter les différents modèles, revenons sur les éléments qui font du reflex full frame un appareil photo dont les qualités ne sont plus à démontrer.

Tout d’abord, la surface du capteur d’un reflex full frame est plus de deux fois plus grande que celle d’un capteur APS-C (24×36 mm contre 16×24 mm). Cela permet à la fois d’y mettre plus de pixels pour une plus grande résolution (comme avec les 36 Mpx du Nikon D810) et également d’obtenir une meilleure qualité d’image. En effet, à définition égale, plus un capteur photo est grand et plus les photosites (pixels du capteur) sont étendus sur la surface du capteur. De cette manière, ils peuvent absorber plus de photons durant l’exposition, obtenant une meilleure sensibilité et une dynamique accrue.

Avec un boîtier full frame, la profondeur de champ est également plus courte, et vous obtiendrez un bokeh (flou artistique) beaucoup plus harmonieux sur vos images.

Au-delà des différences du capteur, les boîtiers full frame disposent d’un viseur plus grand et plus agréable, permettant d’apprécier au mieux la mise au point et la profondeur de champ de l’image (pensez à utiliser le testeur de profondeur de champ). La qualité de fabrication du boîtier est également souvent bien supérieure aux boîtiers reflex APS-C, avec une coque robuste (parfois en métal, même si les nouveaux reflex full frame utilisent des matériaux plus légers comme le polycarbonate ou le carbone), une tropicalisation avancée et un obturateur endurant testé pour des centaines de milliers de déclenchements.

Enfin, il existe une large gamme d’objectifs pour ces boitiers, qui peuvent potentiellement utiliser toutes les optiques de nos anciens boîtiers argentiques 35mm. Je dis potentiellement, car pour certains la mise au point sera manuelle, ou alors ils ne seront pas adaptés pour les derniers capteurs numériques et ne donneront pas une image très piquée. Mais une chose est sûre : avec un reflex plein format, il n’y a pas de facteur multiplicateur sur les optiques.

Plein-format-vs-APS-C

Avec un capteur plein format, on obtient des photos avec un plus grand angle à objectif égal

Un 50mm reste un 50mm, alors que sur un APS-C cela devient un 85mm. C’est un avantage pour utiliser des optiques grand-angles, mais cela devient un inconvénient si vous faites de la photographie animalière ou de sport, car un 200mm donnera une focale de 200mm et non un 300mm. Si vous choisissez un boîtier Nikon, sachez également qu’il est possible d’utiliser les optiques APS-C (nommées DX) au prix d’un recadrage dans l’image. Les autres constructeurs ne proposent malheureusement pas encore cette fonction. À noter pour finir que les optiques compatibles avec un capteur plein format sont plus chères que celles compatibles uniquement pour APS-C : vous pouvez en lire plus dans notre guide d’achat dédié aux objectifs (à venir).


Les reflex plein format « accessibles » : le Nikon D610 et le Canon EOS 6D

Si les boîtiers plein format restent relativement chers, ils n’ont jamais été aussi abordables qu’aujourd’hui, même neufs. On trouve ainsi des boîtiers à partir de 1300 euros, voire moins en cherchant bien.

Nikon D610

Sur le segment du full-frame grand public, Nikon et Canon font jeu égal. Le Nikon D610 reprend les mêmes caractéristiques que le D600, cette fois sans risque de poussières. Il offre des performances sans commune mesure pour un budget raisonnable (à partir de 1399 euros nu). Le tout dans un boîtier bien plus polyvalent et léger que les exigeants D810 & co. Car finalement c’est une sorte de gros D7100 auquel Nikon aurait greffé le capteur d’un petit D810 : capteur de 24 Mpx full-frame, rafale 6 i/s, autofocus performant (à la croisée du D7100 et du D4s), viseur 100%, flash intégré, double slots SD et vidéo full HD jusqu’à 30 i/s… La montée en ISO est particulièrement remarquable, semblable au D810, avec un bruit très bien géré (à bruit égal, il semble souvent plus doux ou diffus sur le D610/D810 que chez la concurrence). Enfin, pour conclure, Nikon propose une optique intermédiaire 24-85mm f/3,5-4,5, bon compromis entre les optiques DX et le haut de gamme FX (nous vous conseillons tout de même de faire le maximum pour l’équiper d’optiques haut de gamme).

Canon EOS 6D

Le Canon 6D est très séduisant et a également tout pour plaire. Un peu plus cher que le Nikon D610 (à partir de 1354 euros nu, et en kit avec un objectif 24-105 f/4 pour 1980 euros), il est doté d’un capteur full-frame de 20 Mpx, soit un peu moins que son concurrent le D610, mais se démarque par l’ajout du Wifi (qui permet notamment un pilotage à distance et du GPS au boîtier. Son viseur « n’est que de » 97% et comme souvent chez Canon, le boîtier ne propose pas de flash intégré. Tout comme le Nikon D610, il gère très bien la montée en ISO. Le boîtier de Canon n’accepte qu’une seule carte SD, ce qui est dommage quand la concurrence propose deux slots.

Si vous mettez à jour votre matériel en passant à un boîtier full frame, n’oubliez pas de vérifier que vos objectifs sont compatibles et de bonne qualité, ces boîtiers étant extrêmement exigeants (gros capteurs et de nombreux mégapixels).


Des appareils full frame pour les plus exigeants : le Canon 5D Mark III et le Nikon D750

Si vous êtes exigeant et souhaitez utiliser un boîtier full frame sans concession sur la qualité et la réactivité, voici une sélection de boîtiers taillés pour la performance.

Canon EOS 5D Mark III

Sorti en 2011, le Canon 5D Mark III fait de la résistance. Ce boîtier a eu la lourde tâche de succéder à l’excellent 5D Mark II qu’on ne présente plus. Et il l’a fait avec brio, en améliorant certains points comme l’autofocus ou la qualité d’image en basse lumière. Doté d’un capteur de 22 Mpx, d’une rafale de 6 i/s, et d’un autofocus à 61 collimateurs, ce boîtier est reconnu par les adeptes du reportage ; ses performances et réglages approfondis en vidéo font de lui un outil pour les professionnels. Il lui manque cependant quelques éléments par rapport à la concurrence, comme un flash intégré ou bien un mode Wifi. Malgré son âge, le 5D Mark III n’est pas donné et on le trouve nu à partir de 2470 euros. Nous le trouvons légèrement trop cher par rapport à la concurrence plus récente (D750), mais si vous êtes un aficionado de Canon, alors allez-y, c’est un excellent boîtier.

En août 2016, Canon a lancé le Canon 5D Mark IV. Véritable montée en gamme, avec un nouveau capteur de 30 Mpx contre 22 Mpx, un autofocus Dual Pixel, l’ajout de la vidéo 4K, un écran arrière désormais tactile et différentes options empruntées à l’EOS-1D X Mark II. Malheureusement, son prix, supérieur à 4000€, nous fait dire que si vous ne faites pas spécialement de vidéo, le Mark III est suffisant. En économisant plus 1500€, vous pourrez vous acheter une optique de qualité, option bien plus réfléchie.

Nikon D750

Jusqu’au 15 janvier 2017, Nikon rembourse 100€ pour l’achat d’un Nikon D750.

Lancé à la Photokina 2014, le Nikon D750 est une très belle surprise. S’insérant dans la gamme plein format de Nikon entre le D610 et le D810, il réussit à être plus compact et plus léger que le D610 tout en étant supérieur à ce dernier sur tous les points de vue : rafale 6,5i/s, autofocus rapide et sensible (jusqu’à -3IL), déclenchement plus silencieux, écran orientable à 90°, Wifi. Il reprend le capteur 24 Mpx du D610, mais une version améliorée couplée au processeur Expeed 4, ce qui permet d’obtenir une excellente qualité d’image même jusqu’à 12 800 ISO. Concernant l’autonomie, l’appareil peut prendre plus de 1000 photos sur une seule batterie : Nikon a ici fait le choix d’utiliser la batterie EL-EN15 déjà en place dans nombre de ses boîtiers, un bon point si vous en possédez plusieurs.

Lire notre test du Nikon D750

Ce reflex 24×36, sous ses airs de reflex tranquille, pourrait être l’alchimie parfaite entre D610, D810 et D4s. Nikon aurait-elle trouvé son nouveau fer de lance polyvalent, digne successeur du D700 ? Reste le prix, et là nous sommes surpris par sa douceur : on le trouve nu à moins de 2000 euros nu.


Sony et sa gamme A7, l’outsider avec ses hybrides full frame ?

Depuis avril 2013, Sony est venu chambouler les acteurs établis avec un boîtier doté d’un capteur plein format dans le format d’un hybride numérique.

SonyA7lineup

La gamme Sony A7

Le trio A7 II/A7R II/A7S II est prometteur et nous en parlons plus en détail dans le guide d’achat sur les appareils hybrides. Full-frames de 12, 24 ou 42Mpx selon la version, le tout dans un boîtier très compact, ils représentent une belle concurrence à ces reflex établis. Vous pouvez consulter notre test du Sony A7 II, la version disposant d’un capteur de 24 Mpx.

Sony Alpha 99

Si vous cherchez un reflex plein format plus traditionnel chez Sony, la marque propose l’Alpha 99 (la version II vient d’être annoncée, mais trop chère, aux alentours de 3600€). Même s’il se situe au même niveau que la concurrence en termes de fonctionnalités, il pêche sur un point primordial en photographie : le viseur. Électronique, c’est pour de nombreux photographes pros un obstacle sur cette gamme d’appareils, et sa gamme d’optiques limitée ne vient pas le défendre. Dommage, car Sony a réellement un coup à jouer sur ce marché des boîtiers full-frame, mais peut-être plus avec sa gamme A7 qu’avec son Alpha 99, à moins qu’une mise à jour arrive dans l’année. L’Alpha 99 est disponible nu à partir de 1900 euros.


Les spécialistes : le Nikon Df rétro et le Nikon D810 haute définition

Nikon Df

Annoncé fin 2013, le Nikon Df est un boîtier plein format au look rétro. Sa qualité d’image est excellente, notamment en basse lumière, mais pour le reste, nous pensons que Nikon a créé ce produit pour une niche de photographes à la recherche d’un appareil moderne au look et à l’ergonomie résolument rétro, et pour qui il est avant tout important de posséder un bel objet. Disponible en kit édition limitée avec un objectif 50mm f/1.8 à partir de 2619 euros, ce boîtier a un avantage : son côté rétro lui permet d’être passe-partout. Pour en savoir plus sur ce boîtier, nous vous invitons à lire notre test du Nikon Df. Avec plus de 3 ans d’ancienneté, nous attendons avec impatience que Nikon annonce un nouveau Df version 2.

Nikon D810

Jusqu’au 15 janvier 2017, Nikon rembourse 100€ pour l’achat d’un Nikon D810.

À sa sortie, nous avions peur que le Nikon D810 ne soit qu’une petite amélioration du D800/E. Mais ce n’est pas le cas et ce boîtier s’améliore dans de nombreux domaines, à la fois en termes de réactivité, de qualité d’image, mais aussi de gestion du bruit, d’autonomie et de nouvelles fonctionnalités vidéos. L’abandon du filtre passe-bas et l’amélioration du déclencheur font que les images sont désormais encore plus nettes que celles du D800, sans forcément avoir à utiliser des vitesses rapides. Malheureusement, si ce boîtier fut l’une des bonnes nouvelles en milieu d’année, l’arrivée du Nikon D750 semble changer la donne, avec un boîtier plus accessible et plus léger (en poids et en pixels). Reste que le D810, avec ses 36 Mpx, est toujours une solution idéale pour les photographes exigeants à la recherche de la qualité optimale. Le Nikon D810 est disponible à partir de 3199 euros boîtier nu. Pour en savoir plus sur ce boîtier, vous pouvez consulter notre test terrain réalisé en Islande.


Comme vous pouvez le voir, il y a de plus en plus de reflex plein format disponibles sur le marché, et la qualité est véritablement en progression, pour le plus grand bonheur des photographes (et de nos banquiers qui risquent de nous voir à découvert). Comme à notre habitude, nous n’aborderons pas les appareils de type Nikon D5 ou Canon 1Dx Mark II, car ils touchent à nos yeux une cible exclusivement professionnelle et ne les ayant jamais utilisés, nous ne serions en mesure de vous conseiller sur de tels boîtiers.

Dans le prochain guide d’achat, nous parlons des objectifs indispensables à avoir : un guide indispensable pour accompagner ces reflex !

Les autres guides d’achat photo