À une époque où les hybrides sont rois, et particulièrement cette année pour l’hybride 24×36 mm , est ce que les reflex sont toujours dans le coup ? La question est tout à fait légitime et on pourrait même être encore plus radical en se demandant si nous ne sommes pas en train de vivre les dernières années de ce type d’appareils. Les constructeurs de reflex se comptent sur les doigts d’une main (Canon, Nikon, Pentax et dans une certaine mesure Leica, Hasselblad et Phase One), les annonces de nouveaux produits se font plus rares, les différentes gammes sont déjà bien établies et ont tendance à se simplifier.

Nous allons ici nous intéresser au Canon EOS 6D Mark II, seconde génération du boîtier emblématique de Canon et entrée de gamme de l’univers tant convoité par les photographes : le 24 x 36 mm. C’est parti pour notre test du Canon EOS 6D Mark II.

Présentation du Canon EOS 6D Mark II

Le Canon EOS 6D Mark II a été annoncé il y a un peu moins de deux ans, en juin 2017 et est venu remplacer le 6D, premier du nom qui lui a été annoncé en 2012. Si on suit cette fréquence de renouvellement, on comprend tout de suite que cet appareil a encore quelques années devant lui.

Le Canon EOS 6D Mark II et l’objectif Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM

La philosophie première de ce boîtier n’a pas changé. L’idée de Canon : proposer un produit plein format « accessible » au plus grand nombre. Au moment de sa sortie, cet appareil était proposé sous la barre des 2200€ nu. Aujourd’hui, à l’heure où sont rédigées ces lignes, on le trouve aux alentours des 2000€ et Canon, avec son réseau de revendeurs, propose régulièrement des opérations promotionnelles.

Le Canon EOS 6D Mark II est un appareil photo numérique de type reflex petit format (avec une véritable visée optique qui couvre 98% du champ) en monture Canon EF et équipé d’un capteur CMOS plein format de 26 millions de pixels avec la technologie Dual Pixel AF (on y reviendra). C’est le petit dernier de la famille des reflex 24×36 mm de Canon. Au-dessus de lui on trouve l’EOS 5D Mark IV, le 5Ds et 5Ds R et l’1Dx Mark II.

La gamme des reflex Canon 24 x 36 mm : EOS 6D II, EOS 5D IV, EOS 5Ds/R, 1Dx II.

Associé à ce capteur, on retrouve le processeur d’image DIGIC 7. Il permet de faire fonctionner les deux systèmes autofocus (reflex avec jusqu’à 45 collimateurs croisés et numérique avec 63 collimateurs en détection de phase sur le capteur), d’assurer une cadence d’acquisition montant à 6,5 images par seconde, de proposer une plage ISO montant à 40 000 ISO (extensible à 102 400 ISO), et permettant de réaliser des vidéos en Full HD 1920 x 1080 pixels à 60 images par seconde (MPEG4-AVC / H.264). Voilà pour les grandes lignes. Pour le reste, on peut souligner la présence d’un écran arrière orientable, d’une connexion Wi-Fi, d’un GPS et d’un mode Time-Lapse 4K.

Prise en main du Canon EOS 6D Mark II

Commençons par la prise en main de cet appareil.

L’EOS 6D Mark II est un reflex 24×36 mm : on est donc loin des mensurations minimalistes de certains hybrides ou même des boîtiers reflex APS-C les plus compacts comme le dernier EOS 250D. L’appareil est relativement imposant (11 cm de haut, 14 cm de long) et lourd (675 grammes sur la balance) ce qui lui confère une excellente prise en main grâce à sa généreuse poignée latérale (7,5 cm de profondeur).

Il est possible de l’utiliser avec un grip, qui vient se positionner sous le boîtier, afin d’améliorer la prise en main pour les personnes avec de grandes mains. Ce grip améliore aussi le confort d’utilisation en mode portrait avec un rappel des commandes principales et augmente l’autonomie (2 batteries). L’utilisation de ce grip peut aussi s’avérer utile lorsque de très lourds objectifs sont installés dessus : cela améliore la répartition des charges de l’ensemble et donc l’équilibre. Quoi qu’il en soit, on peut dire que ce boitier associé à un zoom standard pèsera tout de même près ou plus de 1 kg. Sur de longues séances de prises de vues à main levée ou autour du cou, cela peut tirer !

Le châssis du boîtier est réalisé en alliage d’aluminium et résine polycarbonate avec fibre de verre alors que le boîtier en lui-même est en polycarbonate (plastique donc) et quelques dérivés. Il n’est pas spécialement protégé contre les intempéries, il faudra donc être précautionneux dans des conditions de prises de vues un peu extrêmes. En main, l’appareil semble robuste et bien fini. Son design est tout ce qu’il y a de plus classique pour Canon. Il reprend les grandes lignes de la gamme 5D. C’est assez élégant et discret.

Le Canon EOS 6D Mark II : vue du dessus.

Bien qu’il appartienne à la gamme des boîtiers amateurs, on retrouve une conception qui s’approche plus d’un modèle professionnel au niveau de l’ergonomie et des nombreuses commandes directes. Sur le dessus de l’appareil pour commencer, on dispose sur la gauche du viseur d’une molette des modes de prises de vue verrouillable (pour éviter les changements de modes intempestifs) et juste en dessous l’interrupteur général.

Pour ce qui est des modes, tous les niveaux de photographes seront satisfaits. Les plus novices joueront avec le mode automatique (avec reconnaissance de sujet), les différents modes scènes et le mode créatif auto (CA) qui permet de se sensibiliser simplement à la gestion de la profondeur de champ et aux intentions de rendu des images. Les plus experts utiliseront les traditionnels modes P, Av, Tv, M. On retrouve même un mode B ou Bulb pour les poses longues et deux modes personnalisables C1 et C2.

Sur la droite du viseur est disposé un écran de rappel des paramètres rétroéclairé très pratique, des touches d’accès direct pour les modes autofocus, l’acquisition, la sensibilité ISO, la mesure de lumière. On retrouve aussi une molette de réglage et le déclencheur. Notons au passage que cet appareil est dépourvu de flash d’appoint. En effet, l’imposant viseur optique de type pentaprisme qui couvre 98 % du champ prend toute la place. Impossible donc de venir déboucher les ombres d’un portrait sans utiliser un flash cobra externe.

À l’arrière on trouve le viseur, un interrupteur/déclencheur pour la vidéo, une grande molette de réglage associée à une roue multi-directionnelle pour la navigation, une touche pour la mémorisation d’exposition, une autre pour paramétrer les collimateurs autofocus, la fameuse touche du mode Quick Menu (réglage rapide) et les boutons de rigueur pour accéder aux menus. L’écran arrière est ultra confortable et toutes options : orientable avec position selfie, tactile (pour la navigation dans le menu, la visualisation des photos ou la zone de mise au point en visée écran), avec une définition de plus de 1 million de pixels.

Le Canon EOS 6D Mark II : vue de l’arrière.

Sur les côtés se trouvent les interfaces : entrée micro (mais où est la prise de retour casque ?), prise USB, mini HDMI et télécommande filaire. L’appareil fonctionne avec des cartes mémoires au format SD (UHS-1), les plus répandues, mais il ne dispose que d’un seul emplacement cartes. Sur le dessous se trouve la trappe d’accès à la batterie rechargeable (chargeur externe fourni) annoncée pour plus de 1000 photos en autonomie. On est bien loin des derniers hybrides qui ont du mal à dépasser les 500 images avec une seule batterie.

Le Canon EOS 6D Mark II : vue de l’arrière, écran orientable.

Niveau interfaces, il n’y a pas que du filaire puisque l’EOS 6D II intègre le WiFi et le Bluetooth. L’appareil est donc totalement pilotable à distance depuis un smartphone ou une tablette avec l’application Camera Connect qui peut servir de télécommande ou pour décharger et partager ses photos rapidement. Le GPS est aussi de la partie, un bon point pour les explorateurs ou bien seulement pour se souvenir du lieu où une photo a été prise.

Le Canon EOS 6D Mark II : Canon Camera Connect.

Tout l’intérêt et le plaisir d’utiliser un reflex réside dans la présence d’un véritable viseur optique. Viseur au travers duquel on peut « s’isoler » et se concentrer uniquement sur son cadre. Un viseur ancré dans un univers analogique qui retranscrit physiquement et en temps réel la scène cadrée pour déterminer le temps exact du déclenchement. Pas de pixels donc ici mais bien du verre. Le viseur du 6D II, de type pentaprisme, est très confortable. Il couvre 98% du champ, dispose d’un grossissement de 0,71X et d’un dégagement oculaire de 2,1 cm. À l’intérieur on retrouve un rappel des paramètres de prises de vues en cours et on a la possibilité d’afficher, par exemple, un quadrillage pour faciliter la composition.

Le Canon EOS 6D Mark II : viseur optique ou écran.

Pour ce qui est de l’interface menu et des réglages, Canon propose sur son 6D II quelque chose de bien pensé, logique et pratique. Les réglages « durs » de l’appareil sont accessibles via le menu qui est organisé en volets thématiques : prise de vue, affichage, paramètres généraux, fonctions personnalisables, mon menu personnel.

Les fonctions tactiles de l’écran sont très pratiques pour naviguer dedans mais on peut tout aussi bien utiliser la roue multidirectionnelle. Même si l’intitulé des paramètres est assez clair, on aurait aimé disposer d’informations d’aides pour toutes les fonctions. Au niveau de la prise de vue, pour régler les différents paramètres, on peut soit utiliser les touches d’accès rapides concernées ou bien la touche Q et naviguer dans l’écran résumé. Des informations permettent de comprendre leur fonctionnement. Enfin les différents modes automatiques sont très clairs avec des photos exemples.

Légende : Le Canon EOS 6D Mark II : les menus.

Qualité d’image du Canon EOS 6D Mark II

Nous avons testé ce Canon EOS 6D Mark II avec un objectif de type zoom : le Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM. Il s’agit d’une optique trans-standard en gamme professionnelle Canon L qui dispose d’une ouverture constante f/4, d’une stabilisation optique et d’une motorisation autofocus en technologie USM.

Le Canon EOS 6D Mark II et l’objectif Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM.

Pour ce qui est de la qualité d’image, le 6D II part avec de bons points pour commencer avec sa fiche technique et son capteur. Il s’agit d’un grand capteur  au format 24×36 mm en technologie CMOS de près de 26 millions de pixels capable donc de produire des images avec une définition de 6240 x 4160 pixels.

Il dispose d’un filtre passe bas et d’une matrice de Bayer pour la restitution des couleurs. La définition de 26 Mpx est largement suffisante pour une très grande majorité de photographes, même en 2019. Les possibilités de recadrage des images ou de tirages géants seront naturellement moins élevées qu’avec un 50 millions de pixels.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f/10, 100 ISO, 1/500 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f/10, 100 ISO, 1/500 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 105 mm, f/4, 100 ISO, 1/250 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 105 mm, f/4, 100 ISO, 1/250 s

Qui dit grand capteur et définition mesurée dit grands pixels : comptez environ 5,8 micromètres de côté. Associé à un processeur d’images récent, voilà une bonne recette pour de très bonnes performances en faible lumière (hautes sensibilités ISO) et une bonne dynamique de capture. Le 6D II grimpe à 40 000 ISO et peut être poussé à 102 400 ISO (H2). En appliquant les algorithmes de correction du bruit standard, on observe de très bonnes performances jusqu’à environ 6 400 ISO. Au delà, le bruit se fait ressentir et la qualité d’image baisse et au delà des 25 600 ISO, on se retrouve avec une indigeste bouillie de pixels. Niveau dynamique, nous avons estimé visuellement à 5 IL, de quoi récupérer des détails dans les ombres (surtout avec 3 IL) et les hautes lumières (2 IL maximum) sur des sujets contrastés et en RAW.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 45 mm, f/8, 2000 ISO, 1/40 s

Bon point, l’EOS 6D II propose des corrections optiques numériques embarquées dans le boîtier : vignetage, aberrations chromatiques, distorsions et diffraction. Bien entendu, cela ne fonctionne que si l’appareil reconnaît l’objectif qui lui est associé : seulement des modèles Canon donc.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 35 mm, f/4, 800 ISO, 1/40 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f5,6, 2500 ISO, 1/40 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f5,6, 2500 ISO, 1/40 s

L’EOS 6D II est assez bien armé niveau autofocus que ce soit en visée optique ou numérique. En optique, il utilise un traditionnel système à détection de phase avec un capteur dédié. Le module est composé de 45 collimateurs croisés f/5,6.

On retrouve une gestion très précise de ces derniers et on a la possibilité de choisir un collimateur, un groupe ou une zone de travail pour l’autofocus. C’est extrêmement pratique notamment pour de la photo de sport en mode continu avec suivi du sujet. Pas moins de 16 fonctions personnalisées dans le boîtier sont dédiées au système AF. Pour les sujets les plus rapides, l’appareil peut assurer une cadence d’acquisition de 6,5 images par seconde en rafale sur 150 photos en JPEG ou 21 en RAW. Ce n’est pas ce qui se fait de mieux en la matière mais c’est déjà plus que suffisant pour bon nombre de photographes.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f/4, 5000 ISO, 1/40 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f/4, 5000 ISO, 1/40 s

En visée directe (Live View), c’est le capteur qui prend le relais de l’autofocus avec une technologie hybride mêlant détection de contraste (100 % du champ couvert) et détection de phase grâce à la technologie Dual Pixel. 63 collimateurs sont disponibles. La visée écran ouvre aussi la porte à la détection de visage, très efficace. Tout ce système fonctionne naturellement très bien en photo mais c’est surtout en vidéo que cela prend du sens : un AF précis, rapide, réactif et avec suivi du sujet.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 31 mm, f/8, 160 ISO, 1/40 s

Capacités vidéo de l’EOS 6D Mark II

En vidéo, l’EOS 6D Mark II a aussi de quoi se défendre bien que ses fonctions soient limitées à un enregistrement de séquences en Full HD 1920 x 1080 pixels. Dans cette définition, il peut proposer une cadence d’acquisition pouvant aller jusqu’à 60 images par seconde.

On retrouve aussi une stabilisation numérique 5 axes (attention, elle n’est pas compatible avec tous les objectifs notamment les téléobjectifs focales fixes) et un mode Time-lapse 4K. Au delà de ces fonctions, ce sont surtout les performances générales du capteur 24×36 mm, le Dual Pixel avec le suivi du visage pour l’AF et l’écran orientable qui en font un choix tout trouvé pour la vidéo en Full HD !

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 105 mm, f/4, 100 ISO, 1/100 s

Quelles sont les alternatives au Canon EOS 6D Mark II ?

Chez Canon, l’EOS 6D Mark II est la porte d’entrée de l’univers plein format reflex, tout du moins dans le neuf. Ceux qui ne sont pas effrayés par l’occasion auront plus de choix de modèles plus ou moins éprouvés selon leur budget : EOS 6D premier du nom, dans le même gabarit les EOS 5D Mark III / Mark IV / S ou même les imposants boîtiers professionnels EOS 1Dx / 1Ds III / 1Ds II.

Canon n’est évidemment pas le seul constructeur à proposer une solution reflex 24×36 mm « abordable », c’est à dire sous la barre des 2000 euros nu. Nikon est aussi positionné sur ce segment avec son D610 ou son D750 et leurs capteurs format FX. Pentax propose aussi son K-1 Mark II.

Le Nikon D610, le D750 et le Pentax K1 Mark II.

Enfin, le monde de l’hybride 24×36 mm (sans visée reflex optique donc) est en pleine mutation et de plus en plus d’acteurs se positionnent sur ce marché. Sous la barre des 2000 euros on peut trouver par exemple le tout nouveau Canon EOS RP et le Sony A7 II. Avec un budget légèrement plus élevé, on peut se tourner vers le Sony A7 III, le Nikon Z6, le Canon EOS R ou encore le Panasonic Lumix S1.

À noter que les propriétaires d’objectifs Canon en monture EF (Canon, Tamron, Sigma ou Tokina par exemple) pourront tout aussi bien les utiliser (avec plus ou moins de compromis) sur des hybrides Canon, Sony ou Panasonic. Il faudra alors les combiner à des bagues d’adaptation, plus ou moins exotiques, qui pour certaines permettent de conserver les automatismes des objectifs (autofocus, gestion du diaphragme).

Attention, petit rappel : le passage de l’univers reflex Canon APS-C avec des objectifs en gamme EF-S vers le reflex 24×36 mm est impossible !

Le Canon EOS RP et le Sony A7 II.

Le Canon EOS R, le Nikon Z6, le Panasonic S1 et le Sony A7 III.

À qui s’adresse le Canon EOS 6D Mark II ?

Ce boîtier a été pensé et conçu pour différents types de photographes qui souhaitent pratiquer la photographie (que ce soit une passion et/ou un métier) avec un reflex. On pense en premier lieu aux utilisateurs de reflex Canon APS-C déjà équipés en objectifs monture EF et qui ont envie de franchir le cap du 24×36 mm.

Pour rappel, et dans les grandes lignes, l’utilisation d’un capteur plein format assure une qualité d’image optimale (dynamique de capture, performances dans les basses lumières), permet de jouer de manière idéale avec les effets de profondeur de champ et de s’affranchir de ce terrible coefficient de conversion de 1,6X sur les focales qui réduit à néant les grands angles.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM @ 24 mm, f/4, 100 ISO, 1/3200 s

Cet appareil saura aussi séduire les novices en utilisation reflex qui veulent se faire plaisir dès le début avec un modèle complet équipé d’un capteur 24×36 mm. Enfin, c’est aussi une solution tout à fait pertinente pour un photographe professionnel qui souhaite disposer d’un second boitier de sécurité à moindre frais.

Bien que les performances en matière de vidéo soient au rendez-vous, l’EOS 6D Mark II aura peine à rivaliser avec les hybrides spécialisés et leurs fonctions vidéos professionnelles ultra performantes (4K, ultra haute vitesse par exemple). Mais pour la réalisation de vidéos assez simples de grande qualité en Full HD, il fera parfaitement l’affaire. Il est d’ailleurs utilisé par de nombreux « youtubeurs vlogeurs » qui apprécient, entre autre, la présence du capteur Dual Pixel pour l’autofocus et l’écran orientable avec position selfie.

Canon EOS 6D Mark II : le choix de la raison !

Le Canon EOS 6D Mark II est donc le choix de la raison pour toutes les personnes qui souhaitent mettre un pied dans le monde de la photographie 24×36 mm avec visée optique.

Le boîtier, assez abordable financièrement, dispose de toutes les fonctions et technologies nécessaires pour affronter la grande majorité des situations de prises de vue et produire des images de qualité en photo et vidéo. Il est en outre, avec sa monture EF, compatible avec l’un des plus grands parcs optiques disponible (neuf et/ou occasion) actuellement.

Malgré tout, ce boîtier manque un peu d’audace que ce soit au niveau de sa conception, de sa prise en main que de ses fonctionnalités. Si vous aimez être au top de la tendance, passez votre chemin et préférez un hybride chez Canon ou non. Si vous voulez un boîtier rassurant, un bon investissement (rapport qualité/prix) et ne pas prendre de risque, le 6D II est pour vous.

Le Canon EOS 6D Mark II est disponible au tarif de 1499€ nu et 1898€ en kit avec l’objectif 24-105 mm f/3.5-5.6 EF IS STM.

Et jusqu’au 31 juillet, profitez de 100€ de remboursement avec l’offre de remboursement de Canon :

ODR Canon été 2019 : jusqu’à 600€ remboursés sur une large sélection de matériels

Test du Canon EOS 6D Mark II, le reflex plein format accessible de Canon
confort d'utilisationencombrement et poids mesurés pour un reflex 24x36 mmqualité de fabricationergonomie généraleécran arrière toutes options (tactile et orientable)s'adapte bien à tous les niveaux de photographiemenus clairs et logiquesbonne dynamique et gestion des hautes sensibilités ISOAF complet et efficacece qu’il faut en vidéo FHD (la base)
pas de protection tous tempspas de flash d'appointpas de prise retour casquepas de mode ou fonction avec effet wahouupas d'aide au niveau des menuspas de mode 4K ou de fonctions avancées en vidéo
8Note finale
Fabrication / Finitions8
Qualité d’image8
Ergonomie générale / praticité8