Test Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR : une focale populaire renouvelée avec brio ?

8.7
sur 10
Où acheter

En septembre 2021, Fujifilm dévoilait la seconde génération d’une optique incontournable de la monture X. Particulièrement attendu, le Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR a la lourde tâche de succéder à un pilier de son écosystème APS-C. Un renouvellement rendu nécessaire par l’arrivée d’hybrides au capteur plus défini. La marque japonaise en profite pour rajouter une construction optique moderne, un autofocus plus rapide, ainsi que la tropicalisation. Le tout, sans trop accroître les dimensions et le poids de l’objectif.

Quelles performances pouvons-nous obtenir avec cette focale fixe de 2e génération ? Voici notre test complet du Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR.

Présentation du XF 23 mm f/1,4 R LM WR

Un objectif 23 mm sur un capteur APS-C offre un champ de vision équivalent à 35 mm sur un plein format. Cette focale s’est ainsi imposée comme une incontournable tant son champ d’utilisation est varié. Elle se prête aisément au portrait environnemental, reportage, évènementiel, photographie de rue et même aux voyages .

La principale évolution introduite sur le XF 23 mm f/1,4 R LM WR est annoncée dans le nom. La mention « LM » indique la présence d’un autofocus « Linear Motor ». Une technologie qui a déjà fait ses preuves sur les XF 50-140 mm f/2,8 R LM WR, XF 33 mm f/1,4 R LM WR ou XF 18 mm f/1,4 R LM WR. Elle offre un autofocus plus rapide, plus précis et plus adapté à la video, avec des transitions plus douces. Ce faisant, Fujifilm corrige l’un des défauts souvent formulés à l’encontre de ses focales fixes les plus anciennes.

La deuxième nouveauté est la formule optique totalement revisitée. Ce nouveau 23 mm comporte ainsi 15 lentilles réparties en 10 groupes. Par ailleurs, on dénombre 2 lentilles asphériques et 3 lentilles ED, visant à réduire les aberrations chromatiques que nous avions notées sur la 1ère version de l’objectif – qui reposait sur 11 éléments réparties en 8 groupes (dont 1 lentille asphérique). L’ambition clairement affichée est de délivrer une performance digne du capteur de 40 Mpx des X-H2 et X-T5, même à la pleine ouverture.

Le diaphragme, de type circulaire, passe de 7 à 9 lamelles et devrait ainsi aider à adoucir le bokeh. La qualité de la séparation des plans doit aussi être améliorée par une réduction de la distance minimale de mise au point, qui passe de 29 cm à 19 cm seulement.

Le dernier point notable est l’arrivée de la tropicalisation. Le précédent objectif était déjà très bien fini mais celui-ci donnera un surplus de tranquillité à ceux qui bravent régulièrement poussière et éclaboussures. Ces améliorations ajoutent tout de même 75 g de plus sur la balance (375 g vs 300 g). Mais soyez rassurés : ce 23 mm reste très compact avec des dimensions de seulement 77,8 mm de long et 67 mm de diamètre.

La suite après cette publicité

Voici les caractéristiques techniques de l’objectif Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR :

  • distance focale : 23 mm (équivalent 35 mm en plein format)
  • ouverture max : f/1,4
  • ouverture min : f/16
  • construction optique : 15 éléments répartis en 10 groupes dont 2 lentilles asphériques et 3 lentilles ED
  • diaphragme : circulaire, 9 lamelles
  • rapport de grossissement maximal : 0,1 x
  • distance de mise au point minimale : 0,19 m
  • diamètre du filtre : 58 mm
  • tropicalisation : oui
  • autofocus : oui, moteur linéaire
  • poids : 375 g
  • pare-soleil : oui
  • stabilisation : non
  • dimensions : 77,8 x 67 mm
  • monture compatible : Fuji X
  • accessoires fournis : bouchon arrière, cache objectif, pare soleil

Prise en main

Nos tests des focales fixes Fujifilm se ressemblent étrangement. L’attention que sait porter la marque à la finition et au look de ses produits n’est plus à commenter et cet objectif ne déroge pas à l’alliage de métal/polycarbonate que nous connaissons par ailleurs. Le ressenti est beaucoup moins métallique qu’avec la version précédente. Mais la présence de nombreux joints d’étanchéité est bienvenue : la tropicalisation est désormais la norme chez Fujifilm.

Il devient quasiment impossible de distinguer les 18mm (a gauche), 23mm (au centre) et 33mm (à droite) ouvrant à f/1.4

Ici aussi, nous avons la désormais traditionnelle bague d’ouverture crantée par 1/3 de stop avec un bouton de verrouillage à la position A. Celui-ci permet de régler l’ouverture via le boitier. Nous apprécions cette solution, qui apporte enfin une réponse crédible au souci récurrent de bagues trop faciles à bouger par inadvertance sur les premières générations d’objectifs Fuji.

Un élémént marquant sur cette 2e version du 23 mm est la disparition du système d’embrayage (ou clutch) pour passer en mise au point manuelle. Celui-ci avait été introduit par le XF 23 mm f/1,4 R puis repris sur le XF 16 mm f/1,4 R WR. Il permettait de faire glisser la bague de mise au point vers soi pour activer la mise au point manuelle, dévoiler une échelle de distance et activer les aides de type « focus peaking ». Choix malheureux selon nous pour deux raisons :

  • Nous perdons désormais ce raccourci d’exécution et devrons utiliser la molette M/C/S à l’avant des boitiers X-T et X-Pro. Cette molette ayant disparu de certains boîtiers comme le Fujifilm X-H2/X-H2S, X-E4 ou X-T200, les utilisateurs de ces derniers devront passer par le menu ou assigner un bouton du boitier ;
  • Ce mécanisme avait aussi la vertu de laisser pratiquer la mise au point par zone via les marqueurs de distance, technique assez populaire en photo de rue. Pour une focale qui s’adresse en priorité aux photographes de rue, l’objectif oblige à utiliser l’écran pour consulter les marqueurs de distance… sauf si l’on utilise un X-Pro3, dont l’écran est caché par défaut. On n’est plus à une contradiction près.

La mise au point sur cette version est désormais électronique et le ressenti assez flou. La rotation est très molle et pas des plus précises.

Le design minimaliste et le gabarit contenu s’associe assez bien à un boitier comme le X-Pro 3 ou X-T4 malgré le peu de grip qu’offrent ces boitiers. Ces combinaisons restent entre 800 et 900 grammes et forment des ensembles plutôt bien équilibrés et faciles en emporter sur de longues journées de reportage.

Qualité d’image du Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR

Nous avons testé cet objectif sur un Fujifilm X-T4, doté d’un capteur de 26,2 Mpx. Vous pouvez cliquer sur chaque image pour la voir en meilleure qualité.

La suite après cette publicité
XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 320 – f/2,8 – 1/200s
XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/2,8 – 1/800s
XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/1,4 – 1/6000s

Analysons cet objectif en termes de piqué. À la pleine ouverture, l’objectif offre un niveau de détails très élevé au centre. Le gain de résolution est impressionnant, comparé au modèle qu’il remplace. Même les coins ne déméritent pas. Le bokeh est doux, sans texture et les aberrations chromatiques sont imperceptibles.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/1,4 – 1/8000s

Bokeh séduisant, pas de distraction. Malgré le capteur APS-C et la focale relativement large, nous sommes séduits par la capacité de séparation des plans offerte par cet objectif.

Le piqué va continuer de s’améliorer pour devenir éblouissant à f/2,8 où l’on atteint l’homogénéité maximale. On pourra ici recadrer fortement une image sans craindre de dégradation de celle-ci.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 640 – f/2,8 – 1/160s

Ensuite, la sensation de piqué à plutôt tendance à diminuer à partir de là. Il reste très bon à f/4 et f/5,6 mais comme les autres objectifs de cette série, f/8 commence à nous paraitre faible. « Faible » est ici relatif. La performance est toujours bonne mais moins punchy qu’avec les ouvertures plus larges. Il appartiendra à chacun de choisir entre une large profondeur de champ et une résolution maximale.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/8 – 1/500s

Nous avons relativement peu de points à noter au chapitre des aberrations. Vignetage et distorsion paraissent contenus. La correction est directement appliquée dans les RAW (en utilisant un logiciel comme Lightroom) et nous ne notons pas de dégradations extrêmes ou de bruitage dans les coins.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 640 – f/4 – 1/500s

Coma et astigmatisme sont un peu présents : l’astrophotographie à f/1,4 peut en souffrir mais à f/2 nous n’en n’observons plus. C’est l’un des rares points où son cousin, le 18 mm s’en sort mieux. Nous n’avons malheureusement pas pu avoir un ciel dégagé sur la période de ce test.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 400 – f/1,4 – 15s

Enfin, la résistance au flare n’est pas la plus séduisante du marché – mais pas la plus alarmante non plus. La perte de contraste en contre-jour est très limitée. Le XF 23 mm f/1.4 R LM WR conserve les très longs rayons lumineux observés sur les 18 mm et 33 mm f/1,4. Nous avons déjà noté lors du test du 33 mm que ceux-ci pouvaient occuper la moitié de l’image. C’est assurément un look particulier.

La suite après cette publicité
XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 500 – f/14 – 1/320s

Ce nouveau 23 mm répond ainsi bien présent où on l’attend et n’est pas particulièrement handicapé par les défauts traditionnels. Pour nous, cet objectif est particulièrement réussi et potentiellement l’un des plus piqués de la gamme, juste après l’excellent XF 18 mm f/1,4 R LM WR.

Autofocus

Pas de suspens : le moteur LM qui équipe cet objectif est totalement silencieux et un régal à l’utilisation. On sent qu’il a été pensé pour la vidéo car en plus de transitions douces, nous ne constatons pas de focus breathing. Cerise sur le gâteau, l’acquisition en faible luminosité n’a pas posé de problème particulier.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 320 – f/5,6 – 1/500s

Sur le Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR, le déplacement des lentilles lors de la mise au point s’opère en interne, faisant de lui un objectif à encombrement constant. Par ailleurs, le fonctionnement de l’AF est très silencieux. Seul point de regret, il n’est pas possible de faire une retouche du point lorsque l’appareil est en mode autofocus.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 320 – f/2,8 – 1/500s

D’une manière générale, l’autofocus est efficace, avec une réactivité semblable à celle du XF 18 mm. Les progrès par rapport au XF 23 mm de 1e génération sont réels. L’accroche du sujet est rapide et efficace – à condition que le sujet ne se déplace pas trop rapidement dans le cadre. En effet, la détection et le suivi dépendent (un peu trop) du boîtier sur lequel l’objectif est monté.

À ce jour, seul le Fujifilm X-H2S tire pleinement parti des capacités AF introduites par le moteur linéaire de cet objectif. Sur un X-T4, malheureusement, les fonctions de suivi du sujet sont moins évoluées. De fait, l’appareil et l’objectif sont parfois hésitants. Le niveau de déchets reste plus élevé qu’avec les boîtiers de la concurrence.

Quelles sont les alternatives au Fujinon XF 23 mm f/1.4 R LM WR ?

Si le tarif de 949 € est passablement élevé pour une focale fixe APS-C, les alternatives à 23 mm sont nombreuses sur la monture X.

A gauche, Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/2 R WR. A droite, Fujinon XF 23 mm F1.4 R

L’ancienne version de cet objectif, le XF 23 mm f/1,4 R (non-WR) n’est plus produit. Cependant, il peut encore se trouver neuf chez les quelques revendeurs physiques qui ont du stock. Dans notre test, nous lui reprochions un piqué en retrait à la pleine ouverture, une bague d’ouverture très souple et des aberrations chromatiques assez visibles. Ces aspects sont corrigés par le nouveau venu, qui justifie pleinement de dépenser un peu plus pour acquérir cette nouvelle version. En revanche, il s’avère très pertinent en occasion, étant proposé aux environs de 500 €.

La suite après cette publicité

Le Fujinon XF 23 mm f/2 R WR a l’atout d’une construction tout temps et d’un autofocus vif – même s’il se montre moins fluide en vidéo. À 449 €, il est certainement beaucoup plus abordable. Néanmoins, l’écart se mesure en termes de luminosité… et de résolution. Il ne figure d’ailleurs pas sur les objectifs recommandés par Fujifilm pour son nouveau capteur de 40 Mpx. Il reste cependant un objectif performant (avec un piqué comparable à f/4 et f/5.6). Pesant 180 grammes, il fournit une solution convaincante en voyage.

Les deux principaux challengers de ce nouveau XF 23 mm f/1,4 R LM WR ne sont peut-être pas ceux auxquels on pense immédiatement. Citons d’abord le Fujifilm X100V. Pour 1449 €, il est un peu plus cher… mais vous avez un boitier avec ! De plus, l’ensemble qui ne pèse pas beaucoup plus que notre 23 mm tout seul. Certes, il faudra concéder 1 IL de luminosité et tolérer un autofocus bruyant. Mais si discrétion et portabilité sont importants pour vous, c’est une excellente alternative car au seul chapitre de la qualité d’image, il n’est pas très loin derrière notre objectif du jour et s’impose face aux 2 alternatives citées plus haut.

Citons également le 18 mm f/1.4 R LM WR. Il reste l’objectif Fujifilm le plus piqué de tous ceux testés jusqu’ici. Incroyablement performant en photo et vidéo, cet objectif fera le bonheur de ceux qui sont prêts à adopter une focale un poil plus large. Son bokeh est un peu moins crémeux que le 23 mm. Il est proposé au tarif de 1099 €.

Pour conclure, nous évoquerons le Viltrox 23 mm f/1,4 AF qui, à 349 €, présente un excellent rapport qualité/prix. Le centre à f/1,4 manque un peu de contraste, et il souffre d’un peu plus d’aberration chromatique et de flare. Toutefois, passé f/4, il devient difficile de le distinguer des objectifs Fujifilm.

À qui s’adresse le Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR ?

Un équivalent 35 mm est l’une des focales les plus polyvalentes. Bon nombre de photographes la gardent montée en permanence sur leur boîtier – et on comprend aisément pourquoi. Il est possible de tout faire avec et cet objectif pourrait à lui seul justifier de rejoindre la marque.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/1,4 – 1/12800s

Avec 375 grammes, il est petit et discret, peut passer inaperçu dans des lieux « sensibles » et est suffisamment léger pour l’avoir avec soi en permanence, au quotidien comme en voyage. Avec une ouverture à f/1,4, il reste pertinent dans une église ou une salle de spectacle peu éclairée, dans la rue de nuit ou comme « générateur de bokeh » en situation de portrait serré.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/1,4 – 1/20s

Le photographe documentaire / évènementiel ou photographe de rue trouvera ici un magnifique oiseau de nuit. Celui-ci limitera grandement la montée en ISO tout en offrant la discrétion indispensable à son activité.

La suite après cette publicité
XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 800 – f/1,4 – 1/80s

L’arrivée d’un moteur linéaire sur une focale fixe à grande ouverture est un appel du pied aux vidéastes. Ils font clairement partie du public visé par Fujifilm et cet objectif répond bien à leurs besoins.

Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR, polyvalent et excellent

Lors de notre test du 18 mm, en août 2021, nous écrivions : « si Fujifilm arrive à faire passer ces évolutions sur une deuxième édition des 23 mm f/1,4, 35 mm f/1,4 et 56 mm f/1,2, nous prédisons un bel avenir à la marque ».

Nous sommes heureux de voir cette prédiction se réaliser. Le 23 mm f/1.4 R LM WR reprend le format compact, la construction impeccable et l’autofocus efficace que nous avions tant appréciés. Le piqué n’est peut-être pas exactement au même niveau que sur le 18 mm, mais ceci n’apparaitra qu’aux yeux des plus entrainés d’entre nous. Même ceux-là sauront se satisfaire d’un bokeh un peu plus doux.

XF 23 mm f/1,4 R LM WR – ISO 160 – f/5,6 – 1/1400s

La polyvalence d’un objectif équivalent 35 mm n’est plus à démontrer. Si vous êtes aguerris à ce champ de vue et réussissez à avaler le ticket de 949 € demandé par Fujifilm, cet objectif et votre boîtier ne se quitteront plus.

La seule véritable critique, si nous devions en formuler une, est que les boitiers capables d’exploiter ce moteur LM sont encore rares et des mises à jour autofocus X-T4 ou X-Pro3 ne paraissent pas à l’ordre du jour. La facture devient vite salée si nous sommes tous contraints à migrer vers un X-H2S

Le Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR est disponible au tarif de 929 € à la Fnac, chez Digit-Photo, Miss Numérique, Digixo, Camara, Photo-Univers.

Test Fujinon XF 23 mm f/1,4 R LM WR : une focale populaire renouvelée avec brio ?
Fabrication / Finitions
9
Qualité d'image
8.5
Ergonomie générale / praticité
8.5
Points forts
Ouverture à f/1.4
Très bon piqué
Belle finition
Tropicalisation
Encombrement et poids contenus
Points faibles
Tarif élevé
L'embrayage et l'échelle de distance ont disparu
Le piqué retombe aux ouvertures médianes
8.7
sur 10
Où acheter