Test Fujifilm X-H2S : le plus sportif des hybrides APS-C

9
sur 10

En 2022, Fujifilm célèbre les 10 ans de la monture X. L’occasion pour le constructeur de dévoiler non pas un, mais deux hybrides APS-C haute performance : les Fujifilm X-H2 et X-H2S. Le X-H2S vise clairement à répondre aux besoins des photographes de sport et d’action les plus exigeants. Il se dote d’une fiche technique très ambitieuse, basée sur un capteur nouvelle génération de 26 Mpx, une rafale à 40 i/s sans crop et la vidéo jusqu’en 6,2K.

La partition composée par Fujifilm est-elle à la hauteur de nos espérances ? Quel niveau de performances pouvons-nous obtenir de ce boîtier (très) prometteur ? Nous avons utilisé le plus sportif des hybrides de Fujifilm pendant plusieurs semaines. De la France à l’Italie, des espaces montagneux à l’agitation des villes (avec un détour vers le lac de Côme), voici notre test complet du Fujifilm X-H2S

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Fujifilm X-H2 et X-H2S : deux frères jumeaux pour un anniversaire

Dire que le X-H2S était attendu était un doux euphémisme. Fujifilm avait livré ses premiers teasers lors du X Summit Prime 2021, sous la forme d’un capteur X-Trans rétroéclairé et empilé – Fujifilm mariant ces deux technologies pour la 1e fois. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Moins d’un an plus tard, en mai 2022, le constructeur japonais dévoilait en grande pompe son nouvel hybride sportif. Puis, en septembre 2022, son frère jumeau « haute définition », le X-H2. Deux boîtiers en apparence très similaires, mais qui possèdent chacun leur domaine de prédilection. Ils viennent aussi prendre la relève du Fujifilm X-H1, lancé en février 2018. Pour en savoir plus sur les points communs (et les différences) entre X-H2 et X-H2S, n’hésitez pas à consulter ce dossier complet.

Phototrend Fujifilm X-H2 vs X-H2S

D’emblée, mettons les points sur les i : le Fujifilm X-H2S n’est pas qu’un simple X-T4 sous stéroïdes. Capteur X-Transstacked BSI (rétroéclairé et empilé) et X-Processor de 5e génération, rafale ultra-rapide, AF entièrement revu, support du format CFexpress Type B, vidéo 6,2K à 30 fps… Fujifilm sort l’artillerie lourde pour séduire les photographes et vidéastes les plus exigeants. Et, au passage, tailler des croupières aux acteurs très établis du plein format, dont les prix ne cessent de s’envoler. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Voici la liste complète des caractéristiques du Fujifilm X-H2S :

  • Capteur : X-Trans CMOS 5 HS
  • Technologie capteur : Stacked BSI
  • Définition capteur : 26,16 Mpx
  • Processeur : X Processor 5
  • Filtre passe-bas : non
  • Stabilisation capteur : oui, 5 axes et gain jusqu’à 6,5 stops
  • Viseur électronique : 5,76 millions de points, 120 fps/240 fps
  • Écran LCD : 3 pouces, 1,62 million de points
  • Nombre de pixels AF : 2,16 Mpx
  • Couverture AF : 100 %
  • Plage de fonctionnement AF : -7,0 EV à 20 IL
  • Détection de l’œil : Oui (humains et animaux)
  • Détection des sujets : Animaux, oiseaux, autos, motos/vélos, avions, trains
  • Pixel Shift : Non
  • Sensibilité capteur : 160-12800 ISO (80-51200 ISO en mode étendu)
  • Rafale (mécanique) : jusqu’à 15 i/s
  • Rafale (électronique) : jusqu’à 40 i/s (sans crop)
  • Obturation mécanique : 15 min – 1/8000s
  • Obturation électronique : 15 min – 1/32000s
  • Buffer (à cadence maximale) : 140 RAW non-compressés, 175 RAW compressés
  • Vidéo :
    • 6,2K 30p
    • 4K/4K DCI 60p
    • 4K DCI 120p
      FHD 60p/120p/240p
  • Formats Vidéo :
    • Interne : Apple ProRes 6,2 K 30p 4:2:2 10 bits
    • HDMI : Apple ProRes Raw ou Blackmagic Raw 6,2K 30p 4:2:2 12 bits
  • Stockage : 1 x CFexpress Type B, 1 x SDXC UHS-II
  • Connectivité sans-fil : Wifi 5 (2,4 Ghz), Bluetooth 4.2
  • Batterie : NP-W235
  • Dimensions : 136,3 x 92,9 x 84,6 mm
  • Poids (avec batterie et carte mémoire) : 660 g
  • Monture Fujifilm X
Le plateau de Beauregard : un écran de rêve pour un boîtier hors-normes – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 130 mm, f/4, /1300s, 160 ISO

Ergonomie et prise en main du Fujifilm X-H2S

Extérieurement, rien ne permet de différencier les Fujifilm X-H2 et X-H2S. Seule la présence du logo S en façade permet de reconnaître facilement la version conçue pour la vitesse (Speed). Du reste, les deux boîtiers ont peu en commun avec les boîtiers de la série X-T.

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Fujifilm a eu la bonne idée de miser sur une poignée très creusée et très ergonomique. On dispose ainsi d’une excellente prise en main en toute circonstance. Le boîtier est également assez trapu. Comptez  136,3 mm de large, 92,9 mm de haut, 84,6 mm de profondeur (et 42,8 mm hors poignée). Heureusement, le poids est assez contenu : 579 g nu, et 660 g avec batterie et carte mémoire.

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Comme une certaine filiation avec le X-S10 et les hybrides moyen format GFX

En termes d’ergonomie, les X-H2 et X-H2S se rapprochent beaucoup… du X-S10 et des boîtiers GFX. Aussi, on est plus proche d’une expérience « reflex ». La présence d’une molette PASM en est le signe le plus évident. Les utilisateurs d’un X-T3 ou X-T4 pourraient être un poil déroutés… Mais ceci permet à Fujifilm de proposer une expérience plus simple – avec un certain gain de temps sur le terrain.

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Concrètement, les X-H2S et X-H2S se débarrassent donc des molettes dédiées à la sensibilité ISO et à la vitesse d’obturation. On dispose donc seulement d’une roue dédiée à la sélection des modes, placée à gauche du viseur. Bon point, pas moins de 7 préréglages personnalisables (notés de C1 à C7) sont disponibles. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Juste à droite du viseur, on retrouve l’écran de contrôle LCD monochrome. Très pratique, il regroupe les principales informations de prise de vue. Dommage, le niveau de batterie n’est pas affiché lorsque l’appareil est allumé ! Tout à droite, 4 boutons prennent place : enregistrement vidéo, ISO, balance des blancs et un bouton de raccourci Fn. Une fois éteint, l’écran affiche par défaut l’espace restant, à la fois en termes de nombre d’images que de durée d’enregistrement vidéo, ainsi que le niveau de la batterie (ouf !).

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

À l’arrière, en revanche, on retrouve certains points communs avec le X-T4. Mais surtout, un nouveau joystick, très agréable à l’usage, est placé plus proche du viseur. De fait, le pouce tombe plus naturellement sur le bouton AF-ON. Si vous n’avez pas un grand pouce, ce joystick impose un léger mouvement de la main. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Enfin, on regrette (mais c’est subjectif) que le réglage du mode de déclenchement (rafale, bracketing, etc) soit toujours regroupé avec le bouton « Corbeille » et ne dispose pas d’une commande dédiée. Un comble sur un boîtier aussi sportif !

Écran orientable et viseur confortable

À l’instar des récents boîtiers de Fujifilm, le X-H2S troque l’écran inclinable pour un écran tactile et orientable monté sur rotule. Un système plus adapté à la vidéo. La dalle (tactile) de 3 pouces affiche 1,62 million de points. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

De son côté, le viseur électronique est basé sur un écran OLED de 0,5 pouce affichant 5,76 millions de points, avec un grossissement de 0,80x et un dégagement oculaire de 24 mm. La défintiion du viseur est de 1600 x 1200 px. Toutefois, Fujifilm pratique l’oversampling en mode boost. Le flux vidéo envoyé par le capteur au viseur OLED passe ainsi à 3108 x 2072 px pour une meilleure lisibilité. Par ailleurs, la cadence de rafraichissement monte à 120 fps. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Dans tous les cas, ce viseur s’avère confortable avec une bonne restitution de la scène. Certes, certains boîtiers s’offrent un viseur encore plus défini, mais celui du X-H2S est très satisfaisant. Heureusement, aucun lag, aucun décalage entre le viseur et l’action ne sont à déplorer. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Sur la tranche gauche, on note la présence d’un « vrai » port HDMI type A, et d’un port USB-C 3.2 Gen 2x1. Le boîtier s’équipe aussi d’une prise casque et d’une prise micro – ce que les vidéastes devraient apprécier. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Sur la tranche droite, on dispose d’un double-slot pour cartes mémoires. Et c’est là que se loge l’une des plus grosses nouveautés du X-H2S. Grâce au X-Processor 5, le boîtier est capable de gérer les cartes CFexpress Type B, indispensables pour encaisser la rafale à 40 i/s et la vidéo en 6,2K, notamment en Apple ProRes.

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Built to last

En termes de construction, le Fujifilm X-H2S est conçu pour durer – et ça se voit. Le boîtier est construit en alliage de magnésium. Il dispose de nombreux joints d’étanchéité afin de résister à une averse ou la poussière. Prudence cependant si vous envisagez de l’utiliser sous les pluies diluviennes de la mousson… Last but not least, l’obturateur mécanique est garanti 500 000 déclenchements. Soit une marge confortable compte tenu de la vitesse en rafale, et du fait que l’obturateur électronique est de plus en plus utilisé. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

In fine, Fujifilm nous livre un boîtier particulièrement bien pensé, et qui inspire confiance. Très robuste, le Fujifilm X-H2S est un boîtier séduisant, très agréable à utiliser au quotidien, que vous soyez un photographe (ou vidéaste) amateur ou professionnel. 

Performances et qualité d’image du Fujifilm X-H2S

Jusque récemment, les photographes étaient confrontés à un choix cornélien, entre qualité d’image et réactivité. Seulement voilà : depuis quelques temps, ce dilemme est en train de s’évaporer.

Disons-le d’emblée : le Fujifilm X-H2S nous a surpris par sa qualité d’image. La restitution des détails est excellente, et le boîtier est capable de produire de très belles images. De même, l’autofocus est particulièrement véloce – y compris avec des optiques un peu anciennes. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
This is not the last goodbye – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 36 mm, f/5, 1/30s, 3200 ISO

À ce sujet, nous avons utilisé le X-H2S avec un large panel d’objectifs en monture X. Ainsi, nous avons employé le Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, mais aussi le téléobjectif XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR (dont nous avions pu apprécier les performances lors de notre test du X-T4). Ou encore la focale fixe Viltrox 13 mm f/1,4 AF, ainsi que le 7artisans 35 mm f/1,2 pour une dose supplémentaire de créativité. 

N’hésitez pas à cliquer sur les photos présentes dans ce test pour les afficher en qualité supérieure. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Fast ride – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/4, 1/1500s, 160 ISO
Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Tremedous sunrise, Como Lake – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 100 mm, f/13, 1/80s, 320 ISO
Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Roserio – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 28 mm, f/3,2, 1/4s, 500 ISO

Un nouveau capteur paré pour les vitesses les plus élevées

Le Fujifilm X-H2S inaugure un nouveau capteur CMOS X-Trans de 5e génération, fourni par Sony. Mais surtout, ce capteur de 26 Mpx est de type « rétroéclairé » et « empilé » (stacked BSI). Le principe : le capteur est placé directement sur une puce DRAM. Le but : offrir une vitesse de lecture plus élevée. Avec, à la clé, une réactivité accrue

1) photosites ; 2) mémoire DRAM ; 3) circuit haute vitesse ; 4) processeur d’image. Source : Sony

Chaque cliché mesure 6240 x 4160 pixels. Un fichier RAW pèse entre 50 et 55 Mo – de quoi remplir assez rapidement sa carte mémoire – et son disque dur. Enfin, le capteur est stabilisé sur 5 axes, avec un gain maximal de 6,5 stops. Un point que nous étudierons un peu plus loin. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Moody – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/5, 1/550s, 320 ISO

Sur le terrain, l’emploi de ce capteur stacked fait toute la différence. Ainsi, nous n’avons noté aucun effet de banding sous lumière artificielle. On peut donc utiliser l’obturateur électronique en intérieur en toute confiance. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Lunettier milanais – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 18 mm, f/2,8, 1/200s, 3200 ISO

Par ailleurs, le phénomène de rolling shutter est très réduit. Dans la majorité des situations, le boîtier s’en tire très bien, et les lignes verticales restent bien droites. Néanmoins, si le sujet traverse le champ à très grande vitesse, on observe une légère inclinaison des lignes verticales. Heureusement, l’effet reste marginal. De ce point de vue, le Fujifilm X-H2S fait un peu moins bien que le Sony A1, qui demeure la référence en la matière. 

Splendide exemple de rolling shutter. Le camion est parfaitement droit, mais les verticales à droite ont la bougeotte. Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 72 mm, f/7,1, 1/1100s, 320 ISO

Qualité d’image : un excellent niveau de détails 

La qualité d’image était déjà très élevée sur les précédents boîtiers Fujifilm. Cependant, certains esprits chagrins (et certains de nos confrères…) déploraient un léger manque de peps au niveau de la précision des détails. 

Clairement, le nouveau capteur + processeur de 5e génération fait toute la différence. Nous sommes impressionnés par la restitution de la scène. Les clichés fourmillent de détails et s’avèrent extrêmement précis. De ce point de vue, les photos sont un régal au post-traitement.

Partly cloudy – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/7,1, 1/1100s, 320 ISO

Du côté du rendu des couleurs, on constate une subtile différence par rapport au Fujifilm X-T4. Les couleurs sont légèrement plus franches, avec des images un peu plus contrastées. Quoi qu’il en soit, les JPEG sont toujours aussi séduisants… mais les RAW aussi ! Ces derniers nécessitent très peu de correction dans Lightroom.

Double arc-en-ciel – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 36 mm, f/4, 1/640s, 160 ISO

Du reste, on retrouve les simulations de films chères à Fujifilm. La marque ne profite aussi pour ajouter des « filtres avancés », mais ces derniers sont assez gadgets. Et pour un boîtier aussi haut de gamme, on se demande légèrement ce qu’ils font là !

Classic Neg – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 49 mm, f/4, 1/10s, 1250 ISO

Montée en ISO : le X-H2S, très à l’aise en basse lumière

La plage de sensibilité native s’étend de 160 à 12800 ISO. Elle peut être étendue de 64 à 51200 ISO. La monté en ISO est assez satisfaisante. 

Astro fever – Fujifilm X-H2S, Viltrox 13 mm f/1,4 AF – 13 mm, f/1,8, 8s, 1000 ISO

Le bruit fait discrètement son apparition à 1250 ISO, et devient plus présent à 2000 ISO, avec un grain perceptible sur les zones les plus sombres. Le grain devient cependant plus « palpable » à 3200 ISO… et atteint une sorte de plateau.

Argegno, l’église du village – Fujifilm X-H2SFujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 110 mm, f/8, 4,3s, 1600 ISO

À 5000 ou 6400 ISO, nos images nocturnes demeurent pleinement exploitables, tant la perte de détails est raisonnable.

Milano – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 61 mm, f/2,8, 1/70s, 6400 ISO

Les choses se compliquent un petit peu à l’extrémité de la plage ISO native, vers 10 000 ISO. Le grain devient plus présent, moins facile à rattraper. Et la baisse de détails est assez notable. 

Night speed – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR, 106 mm, f/2,8, 1/160s, 1000 ISO

La situation est encore plus intéressante à étudier en plage ISO étendue. En effet, les capteurs modernes autorisent la capture d’images sportives en intérieur avec une vitesse très élevée (plus de 1/500s). Ce qui était encore impensable il y a quelques années. 

Patinage nocturne – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 19 mm, f/5, 1/680s, 12800 ISO

Sur le terrain, l’appareil rencontre quelques difficultés à 12800 ISO… mais parvient à sortir des clichés exploitables – bien que le grain soit très présent. À 25600 ISO, en revanche, la perte de détails est notable. Les visages sont totalement brouillés, le bruit très difficile à rattraper. 

Patinage nocturne (2) – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 18 mm, f/5, 1/259s, 25600 ISO

Enfin, les images capturées à 51 200 ISO sont difficilement exploitables. Si la scène est globalement bien restituée (notamment au niveau des couleurs), les détails sont gommés par le bruit. Néanmoins, ce cas d’usage pourra sans douter aider certains photographes sur des situations sportives en très basse lumière. 

ISO maximal – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 18 mm, f/5, 1/1500s, 51200 ISO

Plage dynamique : en léger retrait par rapport au X-T4 ?

Le seul vrai souci vient de la plage dynamique du capteur, qui s’avère (un peu) plus réduite qu’avec le X-T4. Sur le terrain, le boîtier offre une bonne gestion des forts écarts de luminosité. Les RAW se montre assez flexibles… sauf exception notable.

Voûte céleste en montagne – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 55 mm, f/4, 5s, 5000 ISO

Dans certains cas, il est très difficile de rattraper les hautes et basses lumières. De fait, certains photographes de paysage pourraient être un peu gênés. La solution est alors d’utiliser les modes de « plage dynamique étendue ». Ou encore le mode HDR, qui génère des images en JPEG, mais aussi en RAW. 

Not your average sunset – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR, 120 mm, f/9, 1/500s, 320 ISO

En définitive, le Fujifilm X-H2S se montre un peu moins performant que le X-T4 sur ce point. Mais il faut rappeler que les deux boîtiers n’utilisent pas le même type de capteur. Celui du X-H2S est de type stacked – et ce type de capteur semble jusqu’ici en (léger) retrait en termes de dynamique

Slice of heaven – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 91 mm, f/10, 1/149s, 640 ISO

Un point que nous avions déjà constaté sur le Nikon Z 9 et sur Canon EOS R3. Si cet aspect est crucial pour vous, le X-H2 sera sans doute une meilleure option. 

Autofocus, rafale et buffer du Fujifilm X-H2S : de très hautes performances

En tant que boîtier sportif, le X-H2S était évidemment très attendu sur trois critères que sont l’autofocus, la rafale et la taille de la mémoire tampon (buffer). D’autant que son capteur stacked BSI doit lui permettre d’offrir des performances de haut vol. Rassurez-vous : nous n’avons pas été déçus, loin de là

Un autofocus ultra-rapide et polyvalent

Grâce à son nouveau duo capteur + processeur de 5e génération, le Fujifilm X-H2S est paré pour la photo d’action. Pour encore plus de précision dans la détection du sujet, il se dote de 2,16 Mpx à détection de phase. À la clé, une mise au point effectuée en 0,02 s seulement (dixit Fuji). Bon point, l’autofocus fonctionne jusqu’à -4 EV en détection de contraste – et jusqu’à -7 EV en détection de phase.

La Clusaz vue d’en haut – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 99 mm, f/5, 1/5s, 3200 ISO

Mais surtout, le Fujifilm X-H2S inaugure de nouveaux algorithmes de détection et de suivi du sujet (et de son œil). Un point que les portraitistes devraient apprécier.

Chloé – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 30 mm, f/5, 1/600s, 320 ISO

En plus des humains, le boîtier s’équipe de modes dédiés aux animaux (enfin !), aux oiseaux aux véhicules, aux vélos/motos, aux avions et aux trains. De quoi satisfaire les aficionados de toutes les disciplines. 

Serie 1500 – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 18 mm, f/11, 0,3s, 3200 ISO

Sur le terrain, les performances du boîtier sont remarquables. L’appareil effectue la mise au point instantanément. Le déclenchement s’effectue sans délai. Le suivi est particulièrement précis, y compris sur les sujets aux mouvements aléatoires. 

Jump – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 130 mm, f/2,8, 1/2900s, 160 ISO

Nous avons obtenu de très bonnes performances avec les modes dédiés aux animaux et aux oiseaux, grands ou petits.

Moineaux superposés – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/5,6, 1/400s, 160 ISO

De même, le mode vélos/motos est très efficace, avec une MAP impeccablement calée sur le casque du pilote.

Yellow speed – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/4, 1/1250s, 160 ISO

De même, le mode « train » est très bien pensé, l’appareil se basant sur le pare-brise de la machine. 

Genève, ici Genève – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/8, 1/110s, 160 ISO

Nous avons seulement rencontré quelques légers soucis avec le mode de détection dédiés aux avions. Si l’aéronef occupe une très faible place dans le cadre, l’appareil peine à le détecter. Enfin, il semble mal à l’aise avec les hélicoptères. Vous voilà prévenus !

Hydravion sur Lac de Côme – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/7,1, 1/1900s, 160 ISO

Notre véritable interrogation concernait la gestion des optiques les plus anciennes en monture X. Heureusement, le boîtier s’en sort très bien. Avec notre XF 50-140 mm f/2,8 R LM WR, aucune difficulté particulière.

Instant tendresse – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 53 mm, f/4,5, 1/80s, 320 ISO

Nous avons seulement obtenu quelques francs ratés avec un vélo arrivant droit sur nous. Heureusement, le phénomène est très rare. Sur plus de 8000 photos, nous n’avons (presque) jamais eu de souci lié à l’AF, même en très basse lumière. 

Lightspeed – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 18 mm, f/3,6, 0,5s, 320 ISO

Rafale à 40 i/s sans crop et sans blackout

La vitesse de lecture du capteur étant sensiblement plus élevée, le Fujifilm X-H2S peut se vanter d’une cadence en rafale ultra-élevée. Avec l’obturateur mécanique, la rafale monte déjà à 15 i/s. Le bruit de l’obturateur est très discret – et très agréable à l’oreille. 

En descente – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 55 mm, f/4, 1/1100s, 160 ISO

Mais c’est certainement avec l’obturateur électronique que le boîtier montre tout son potentiel. Le Fujifilm X-H2S monte ainsi à 40 i/s, sans recadrage de l’image et sans blackout dans le viseur. Une performance à laquelle on s’habitue très vite. Notez cependant que l’AF décroche parfois en rafale à 40 i/s ; un phénomène qui ne se rencontre pas à 20 ou 30 i/s.

Ceci n’est pas une vidéo, mais le résultat d’une rafale à 40 i/s avec le Fujifilm X-H2S

On peut ainsi décomposer chaque scène dans ses moindres détails. Et grâce à l’autofocus ultra-réactif, la capture de photos d’action et de sport est un véritable plaisir. Sans oublier le mode « pré-shoot », toujours très utile puisque capable de capturer jusqu’à 40 images dès l’appui sur le déclencheur à mi-course. 

Black ride – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 61 mm, f/4, 1/1400s, 160 ISO

Comme toujours, nous vous recommandons de bien « cibler » le début de votre rafale, afin de ne pas remplir trop rapidement vos supports de stockage. 

Buffer (virtuellement) illimité

L’autre bonne nouvelle, c’est que le buffer du Fujifilm X-H2S est particulièrement généreux. Le constructeur annonce une capacité de 64 Go – une donnée rarement rendue publique. Le buffer peut encaisser jusqu’à 170 RAW (avec compression sans perte), ou 140 RAW non-compressés, ou encore 138 fichiers en RAW+JPEG. Le tout avec la rafale ultra-impressionnante à 40 i/s. 

Rafale quasi-illimitée et buffer ultra-capacitaire – Fujifilm X-H2S

En diminuant la cadence, le buffer devient virtuellement illimité, avec plus de 1000 fichiers en rafale à 20 i/s. Pour une rafale ultra-longue, ce compromis est très intéressant. 

Diagonale – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 140 mm, f/4, 1/1900s, 160 ISO

Sur le terrain, ce buffer est incomparablement plus confortable que sur le Fujifilm X-T4. La seule limite réelle se situe au niveau du support de stockage. Avec une carte CFexpress Type B, aucun ralentissement à déplorer. De même, si vous utilisez une carte SD UHS-II, pas de danger de saturation. En revanche, si vous tentez de capturer une longue rafale avec une carte un peu lente (UHS-I), point de mystère : le transfert depuis le buffer est assez poussif. 

Papillon ou colibri ? Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 55 mm, f/4, 1/3000s, 160 ISO

En d’autres termes, n’hésitez surtout pas à investir dans des cartes (très) rapides. Ces dernières sont chères, mais votre boîtier vous remerciera.

Une stabilisation capteur 5 axes efficace

Comme le X-H1, le Fujifilm X-H2S intègre un mécanisme de stabilisation du capteur (IBIS) sur 5 axes. Point notable, le X-Processor 5 intègre une puce « secondaire », dédiée au mécanisme de stabilisation. Ce dernier est cadencé à 600 MHz (comme le X-Processor 4), tandis que la puce principale monte à 1 GHz. Dans tous les cas, le gain maximal est de 6,5 stops

Bien évidemment, l’IBIS fonctionne de concert avec la stabilisation des optiques OIS Fujifilm. Notez d’ailleurs qu’il n’est pas possible de dissocier les deux systèmes. Sur le terrain, nous avons réussi à obtenir des photos nettes sans difficulté à 0,5s (à 55 mm). En revanche, la capture de clichés exploitables à des vitesses encore plus lentes était très difficile. 

Milano, ancienne poste – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 55 mm, f/4, 0,5s, 320 ISO

Sommes-nous comme le rat du bon Horace ? Face aux excellentes performances globales du boîtiers, nous sommes un peu déçus quant à la stabilisation du X-H2S. Pourtant, les données obtenues ici ne sont pas mauvaises, loin de là ! 

Petite ou grande cascade à main levée – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 33 mm, f/18, 0,3s, 80 ISO

Mais du côté du plein format, certains acteurs font encore mieux. On pense au Canon EOS R3, avec ses 3 secondes (!) de pose à main levée sans aucune difficulté. 

Retrouvez ci-dessous une sélection de photos capturées avec le Fujifilm X-H2S :

Le Fujifilm X-H2S, nouvel ami des vidéastes sportifs ?

Ce n’est un mystère pour personne : de plus en plus de photographes se tournent aujourd’hui vers le vidéo. De même, bon nombre de vidéastes ont recours aux hybrides pour des tournages à un seul opérateur. Et de ce point de vue, le Fujifilm X-H2S est particulièrement bien doté. 

6,2K à 30 fps et 4K à 60 fps : on aime

Pour commencer en douceur, le boîtier livre de très belles séquences en 4K à 60 fps. Comme en photos, les vidéos fourmillent de détails. Grâce aux différents systèmes de stabilisation, les images sont d’une grande fluidité. Néanmoins, comme sur le X-T4, la stabilisation tend parfois à « lutter » contre les mouvements en panning, ce que nous regrettons.

Fujifilm X-H2S : vidéo 4K 60 fps

En termes de modes de prise de vue, le Fujifilm X-H2S est une vraie machine. Le boîtier peut filmer en 6,2K en utilisant la totalité du capteur jusqu’en 30p, en 4:2:2 10 bits – et en interne. Sur le terrain, les images sont particulièrement belles. Et surtout, les vidéastes chevronnés seront aux anges avec le F-Log2, qui offre une dynamique très large (14+ stops), idéale pour l’étalonnage précis des couleurs. Sans oublier le format HLG et les simulations de films.

Fujifilm X-H2S : vidéo 6,2K 30p

Les amateurs de slow motion devraient aussi être aux anges, avec la 4K à 120 fps et la Full HD à 240 fps. Dans les deux cas, comptez sur un léger crop de 1,29x – ce qui reste très raisonnable. On est à des années-lumière du recadrage de certains boîtiers d’il y a 2 ou 3 ans !

Enfin, la sortie HDMI accroît encore davantage les performances vidéo du boîtier. Le Fujifilm X-H2S peut ainsi livrer des séquences en 4:2:2 12 bits en 6,2K 30p (et en 4,8K 60p), aux formats Apple ProRes RAW ou Blackmagic RAW.

Quid de la (sur)chauffe ?

Cerise sur le glaçage du pompon, la taxe imposée par l’UE sur les caméscopes est de l’histoire ancienne. De fait, la limite de 30 minutes par séquence n’est plus qu’un lointain souvenir. 

La véritable limite se situe aujourd’hui davantage du côté de la capacité du support de stockage. Mais aussi – et surtout – par la chauffe du boîtier. Et de ce point de vue, le Fujifilm X-H2S livre des résultats… contrastés. Par température « normale » (25° C), la chauffe n’est pas excessive.  

Est-ce une vraie villa ou un décor de cinéma ? J’hésite encore – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 50 mm, f/5,6, 1/340s, 320 ISO

Utilisé à l’ombre, le boîtier a rencontré quelques difficultés après un tournage d’environ 10 minutes en 6,2K. Ce qui, en soi, n’est déjà pas si mal. En revanche, ne songez même pas à filmer avec une carte UHS-I (même en Full HD) : cette dernière devient très chaude. Pire, l’engorgement du buffer cause le blocage complet du boîtier !

It’s too beautiful to be real – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 54 mm, f/5,6, 1/550s, 160 ISO

Heureusement, Fujifilm propose un ventilateur externe afin de dissiper plus efficacement la chaleur du boîtier. On passe ainsi de 20 à 50 minutes en 4K 60p (dixit Fuji), même à 40° C. Voire même à 240 minutes à 25°. Dommage qu’un accessoire aussi indispensable soit vendu si cher (200 €) !

Dernier point : si vous avez des besoins spécifiques en vidéo ultra-définie, notez que le X-H2 sera sans doute plus adapté. En effet, ce dernier est capable de filmer en 8K 30p pendant 160 minutes (dixit Fujifilm), avec le ventilateur externe mentionné ci-dessus.

Autonomie du Fujifilm X-H2S

Bonne nouvelle pour les utilisateurs d’un X-T4 : le Fujifilm X-H2S reprend la même batterie NP-W235. D’une capacité de 2200 mAh, elle doit offrir (en théorie) 10 % d’autonomie supplémentaire, grâce au X-Processor 5 moins énergivore. D’après les chiffres fournis par Fuji (selon les normes de la CIPA), une batterie doit supporter 390 images avec le viseur, et 580 clichés avec l’écran LCD (voire 720 en mode éco). 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

L’ennui, c’est que ces chiffres sont un peu bas… et qu’ils se vérifient sur le terrain ! Plus d’une fois, l’indicateur de batterie s’est mis à clignoter alors que nous avions capturé environ 300 photos (dont plusieurs en pose longue il est vrai). Sur une journée « chargée », nous avons utilisé 2 batteries pour capturer environ 800 photos. 

La bonne nouvelle, c’est que la rafale à 40 i/s n’est pas « trop » énergivore. On peut ainsi capturer un grand nombre de rafales sans trop se soucier de l’autonomie. Un point qui devrait nettement rassurer les photographes de sport. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

En revanche, la vidéo en 6,2K est particulièrement gourmande, 10 minutes de tournage pouvant engloutir jusqu’à 40 % de batterie ! Dans tous les cas, n’hésitez surtout pas à investir dans 3 ou 4 batteries supplémentaires pour être certain de ne pas tomber à court de jus. 

À ce titre, les professionnels auront tôt fait de s’équiper du grip VG-XH, qui permet de tripler l’autonomie en ajoutant deux batteries. 

Enfin, notez que Fujifilm ne fournit plus de chargeur externe avec le boîtier. Via le port USB-C, la recharge complète prend environ 3 h. Si vous avez plusieurs batteries à charger, le chargeur de batterie double BC-W235 s’imposera rapidement de lui-même. On peut aussi alimenter le boîtier en continu (sans recharge) – pratique pour la vidéo.

Connectivité sans-fil du Fujifilm X-H2S

C’est sans doute de ce point de vue que le X-H2S évolue le moins (par rapport à ses prédécesseurs). Certes, le boîtier passe au Wifi 5 – mais conserve le Bluetooth 4.2

Dans la pratique, on utilise toujours l’application Camera Remote (pour iOS et Android). Elle permet de contrôler le boîtier à distance ou de parcourir les images de l’appareil photo – et les télécharger sur votre smartphone. L’appli permet également d’ajouter les informations de géolocalisation à vos images, et peut aussi servir comme déclencheur à distance. 

Notre constat demeure identique : l’appli est efficace, mais sans plus. La faute à une ergonomie parfois discutable, et à une interface un peu aride. 

Les professionnels, de leur côté, s’équiperont rapidement de la poignée FT-XH. Cette dernière accroît sensiblement les capacités du X-H2S. En effet, elle supporte le transfert FTP via une connexion Ethernet 600 Mbps, ou sans fil via 2 antennes MiMO. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
c;

Ce grip ouvre aussi la porte à l’enregistrement vidéo en multicam, ainsi que le contrôle complet de 4 appareils à distance – via un simple navigateur web. On peut aussi utiliser le boîtier comme webcam sans application, ou encore uploader ses images vers un stockage cloud. Ouf !

À qui s’adresse le Fujifilm X-H2S ?

Tant en termes de matériel que de fonctionnalités, le Fujifilm X-H2S est taillé pour l’action. De fait, ce boîtier cible directement les photographes et vidéastes chevronnés. Mais aussi (et surtout !) les professionnels de l’image souhaitant réduire le poids de leur équipement, sans faire de sacrifice, tant sur la qualité d’image que sur la réactivité de leur boîtier. 

Phototrend Test Fujifilm X-H2S
Reflections – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS, 30 mm, f/5, 1/150s, 320 ISO

Fujifilm ayant sciemment décidé de ne pas se lancer sur le marché plein format, c’est avec un hybride APS-C sous stéroïdes que la marque entend rivaliser pleinement avec les cadors du secteur. Certes, les Sony A1, Canon EOS R3 et Nikon Z 9 sont tous équipés d’un capteur full frame. Mais en termes de réactivité, le Fujifilm X-H2S n’a rien à leur envier

Beauregard ride – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 72 mm, f/4, 1/125s, 160 ISO

Avec sa rafale ultra-rapide, son buffer quasi-illimité et ses nouveaux modes AF, il se montrera un fidèle allié pour photographier athlètes, animaux, voitures, train, motos ou cyclistes. De même, la profusion d’options de prise de vue en fera un excellent boîtier vidéo, comparable au Panasonic Lumix GH6

Jumbo night – Fujifilm X-H2S, Fujifilm XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS – 28 mm, f/3,2, 0,4s, 500 ISO

Néanmoins, le X-H2S ne peut cocher toutes les cases (et c’est bien normal). Si vous n’avez pas besoin d’une rafale aussi élevée, si vous souhaitez capturer des photos et vidéos ultra-définies de sujets immobiles ou aux déplacements assez lents, dans ce cas, le Fujifilm X-H2 et son capteur 40 Mpx sont sans doute davantage faits pour vous. 

Surreal colors – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 84 mm, f/11, /140s, 400 ISO

Pour en savoir plus sur les points communs et différences entre ces 2 boîtiers hautes performances, n’hésitez pas à consulter ce dossier.

Conclusion

Difficile de ne pas succomber face aux nombreuses qualités du Fujifilm X-H2S. La marque japonaise place la barre très haut, avec un hybride APS-C particulièrement performant – et qui, sur bien des aspects, tient tête aux boîtiers plein format les plus haut de gamme. 

Certes, le tarif demandé par Fujifilm est élevé. Mais il est nettement inférieur à celui demandé dans l’univers du plein format. Et compte tenu de son niveau de performances hors-normes pour un boîtier APS-C, ce prix ne nous semble pas incohérent.

Phototrend Test Fujifilm X-H2S

Sur certains aspects (définition du capteur, plage dynamique), il cède le pas face à son jumeau, le X-H2. Mais c’est justement à cette fin que cette variante existe. 

Au terme de ce test, en termes d’ergonomie, de confort d’utilisation, de réactivité… le X-H2S est un excellent compagnon photographique, qui vous permettra de capturer sans faille une foultitude de sujets. Et surtout, il réussit à marier qualité d’image et réactivité, deux spécialités jusqu’ici peu compatibles.

Rocheuses françaises – Fujifilm X-H2S, Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR – 130 mm, f/13, 1/17s, 400 ISO

La marque en profite également pour rattraper son retard sur ses concurrents en matière d’autofocus et de modes de détection et de suivi du sujet (humains, animaux, véhicules, etc.). 

Au-delà, le Fujifilm X-H2S est un boîtier particulièrement agréable à utiliser, tant au quotidien que lors d’événements sportifs. De ce fait, nous le recommandons sans hésiter à tout photographe et vidéaste recherchant une solution assez légère mais ultra-réactive

Le Fujifilm X-H2S est disponible nu à partir de 2749 € à la Fnac, chez Digit-PhotoIPLNMiss NumériqueDigixoPhoto-Univers et Camara.

Test Fujifilm X-H2S : le plus sportif des hybrides APS-C
Fabrication / finitions
9
Qualité d'image
9.1
Ergonomie
8.2
Réactivité
9.5
Points forts
Excellente qualité d'image
Capteur stacked BSI novateur, réactivité hors-pair, buffer quasi-illimité
Suivi AF très performant
Très bonne ergonomie
Profusion de modes vidéo
Rolling shutter quasi-inexistant
Stabilisation très efficace
Points faibles
"Seulement" 26 Mpx
Autonomie parfois un peu juste
Quelques (rares) ratés de l'AF en rafale à 40 i/s
Prix un peu élevé (?)
Ne fait (toujours pas) le café
9
sur 10