Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo
Park Avenue Garage, New York, 1950 © Estate of Louis Faurer/ Courtesy Deborah Bell Gallery / Courtesy les Douches la Galerie, Paris

Louis Faurer : mélancolie new-yorkaise à la Galerie des Douches

Jusqu’au 26 octobre, la Galerie des Douches présente une rétrospective sur le photographe américain Louis Faurer intitulée « Le Guetteur Mélancolique ». Son œuvre, plutôt méconnue malgré l’importance de son travail, s’inscrit dans l’École de New York, dont les membres ont été pionniers de la photo de rue et ont façonné les codes du genre dans les années 40-50. En contradiction avec les photojournalistes documentaires de son époque, Louis Faurer et ses pairs ont refusé la prétendue objectivité du médium pour offrir un regard personnel sur leurs contemporains.

Louis Faurer, New York
Broadway Convertible, New York, NY, 1949-50
© Estate of Louis Faurer/ Courtesy Deborah Bell Gallery / Courtesy les Douches la Galerie, Paris

Son regard entre dans le vif de la ville de New York – la solitude de ces « gens de Times Square », à qui Louis Faurer portait une profonde affection. Chaque photographie montre la compassion et l’obsession qui l’ont accompagné comme son ombre tout au long de sa vie.

Robert Frank, avril 1994
Louis Faurer, New York
Victoria Movie Theatre Marquee, Times Square, N.Y.C, 1949
© Estate of Louis Faurer/ Courtesy Deborah Bell Gallery / Courtesy les Douches la Galerie, Paris

Louis Faurer, guetteur mélancolique

En traversant l’exposition, on imagine aisément le photographe sortir à la tombée de la nuit dans les rues new-yorkaises, armé seulement de son appareil photo et d’une pellicule noir & blanc à la forte sensibilité. Louis Faurer, qualifié de « guetteur mélancolique », discret et au regard précis, semble savoir parfaitement quoi capturer pour toucher à ce sentiment étrange, la mélancolie – Victor Hugo le définissait comme le bonheur d’être triste.

Louis Faurer, New York
« Win, Place, and Show », 3rd Avenue El at 53rd Street, New York, c.1946-1948
© Estate of Louis Faurer/ Courtesy Howard Greenberg Gallery / Courtesy les Douches la Galerie, Paris

Devenus mythiques, emblématiques, les lumières artificielles des néons, des affiches publicitaires et des devantures des théâtres de Time Square sont les seules sources de lumière de ses photographies nocturnes, éclairant les capots noirs des voitures et les visages, seuls marqueurs historiques de ses images souvent qualifiées d’intemporelles.

Esthétique de la rue

Avec Louis Faurer, le photographe s’efface dans la rue, prend les photos et disparaît comme s’il n’était jamais passé par là. Le regard n’est pas neutre, mais il n’écrase pas non plus le sujet d’une image ; il est juste là où il faut, en équilibre, il offre des photographies à la composition rigoureuse qui sert une esthétique recherchée et qui s’assume en tant que telle.

Chaque détail compte et requiert un temps pour se révéler : Louis Faurer se sert volontiers des vitres pour superposer les plans et produire une image composite. Et bien entendu, dans un reflet, apparaissent Mary Frank et Robert Frank, compagnons de route de son éveil artistique et de son parcours photographique.

Robert and Mary Frank, San Genaro Festival, New York, 1950
© Estate of Louis Faurer/ Courtesy Howard Greenberg Gallery / Courtesy les Douches la Galerie, Paris

Infos pratiques :
Louis Faurer – Le Guetteur Mélancolique
Du 9 septembre au 26 octobre 2022
Les Douches la Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
Entrée libre

À noter que la galerie présente également ces jours-ci une rétrospective sur la photographie de mode de Frank Horvat.