Récemment dévoilé lors du Mobile Word Congress (MWC), qui se tient chaque année à Barcelone, le Xiaomi Mi 9 incarne parfaitement la définition d’un flagship killer. Son but : offrir des prestations dignes des appareils les plus haut de gamme tout en affichant un ticket d’entrée particulièrement accessible, aux environs de 500€. Point notable : il embarque notamment un triple module photo dorsal basé sur un capteur de 48 millions de pixels. Petit tour d’horizon de ce nouveau smartphone aux grandes ambitions.

Récemment implantée en France, la marque Xiaomi s’est constituée une communauté de fans très active grâce à des smartphones très complets vendus à des tarifs raisonnables. Ce Mi 9 ne fait pas exception : il dispose d’un grand écran AMOLED de 6,39 pouces (fourni par Samsung), qui occupe la quasi-totalité de la face avant.

On notera la présence d’une encoche en forme de goutte d’eau, et qui est destinée à accueillir le capteur photo frontal… ce qui n’est pas sans rappeler le OnePlus 6T ou le Huawei Mate 20. Cet écran offre une résolution maximale de 1080 x 2340 pixels et est compatible avec la norme HDR10.

Enfin, le capteur d’empreinte digitale se trouve intégré à l’écran, à l’image des récents Samsung Galaxy S10… ou du Huawei Mate 20 Pro. Toutefois, le Mi 9 n’intègre aucun mécanisme de reconnaissance faciale sécurisé analogue au Face ID d’Apple. Le dos de l’appareil est en verre, permettant au Mi 9 de disposer de la recharge sans-fil : une première sur un appareil de cette gamme.

Caractéristiques techniques du Xiaomi Mi 9 :

  • Écran : Dynamic AMOLED, 6,39 pouces de 1080 x 2340 pixels
  • Module photo dorsal :
    • Capteur principal équivalent 27 mm 1/2 pouce : 48 Mpx, f/1,8, laser PDAF
    • Ultra grand-angle équivalent 13 mm : 16 Mpx, f/2,2, laser PDAF
    • Télézoom x2 équivalent 54 mm : 12 Mpx, f/2,2, laser PDAF
  • Appareil photo frontal : 20 Mpx, f/2,0
  • OS : Android 9.0, surcouche MIUI 10
  • Processeur : Snapdragon 855
  • Mémoire vive : 6 Go
  • Stockage : 64 ou 128 Go (non-extensible)
  • Batterie : 3300 mAh
  • Dimensions : 157,5 x 74,7 x 7,6 mm
  • Poids : 173 g

Triple module dorsal et capteur Sony IMX 586

C’est aussi (et surtout) du côté de son appareil photo que ce Xiaomi Mi 9 se montre impressionnant. Il repose sur un trio de capteurs photo dorsaux : un capteur principal, un télézoom et un ultra grand-angle. Une configuration qui n’est pas sans rappeler les derniers smartphones de Samsung… comme de Huawei.

Capteurs photo Xiaomi Mi 9

Le trio de caméras du Xiaomi, dont l’emplacement et la disposition ne sont pas sans rappeler le Huawei P20 Pro et l’iPhone X

Mais ce Mi 9 se distingue par la présence d’un capteur principal d’un demi-pouce de 48 millions de pixels (là où la concurrence se contente de « seulement » 40 Mpx pour le Mate 20 Pro ou 12 Mpx pour le dernier Galaxy S10). Ce capteur à la résolution impressionnante est surmonté d’une optique équivalent à 27 mm et ouvrant à f/1,8. Il est secondé par un capteur de 16 Mpx doté d’un objectif ultra grand-angle (équivalent 13 mm) avec ouverture à f/2,2, ainsi que par un 3e capteur de 12 Mpx muni d’un télézoom x2 (équivalent 54 mm) avec ouverture à f/2,2.

Le capteur de 48 millions de pixels de ce Xiaomi Mi 9 ne nous est pas inconnu. Il s’agit en effet du capteur Sony IMX 586, dont nous vous parlions en juillet dernier… et qui équipe également le Honor View 20. Ce capteur mesure 1/2 pouce (8 mm de large), largement plus que les capteurs dont sont habituellement équipés nos smartphones. Chaque pixel de ce capteur mesurant seulement 8 nanomètres, on pourrait s’interroger sur la qualité des photos, notamment en basses lumières.

Capteur Sony IMX 586 Xiaomi Mi 9

Le capteur Sony IMX 586, utilisé notamment par le Xiaomi Mi 9

Mais ce capteur est basé sur la technologie CMOS empilé (stacked CMOS), et est de type « quad bayer », qui repose sur un procédé de regroupement matriciel : les pixels contigus sont ainsi regroupés en un seul. La hauteur réelle des pixels atteint ainsi 1,6 nanomètres, permettant d’atteindre (théoriquement) une plage dynamique quatre fois supérieure à celle des autres capteurs pour smartphone. Sony met aussi en avant la combinaison des pixels adjacents pour obtenir une meilleure sensibilité… et ainsi réduire l’apparition du bruit numérique.

Le procédé Quad Bayer du capteur Sony IMX 586, qui repose sur la combinaison des pixels juxtaposés pour restituer le plus de détails possibles de la scène

Grâce à cette configuration, le Xiaomi Mi 9 a obtenu un excellent score auprès de l’organisme français DxOMark, qui lui a attribué une note globale de 107 (112 en photo et 99 en vidéo). Il devance ainsi des terminaux comme l’iPhone Xs Max, qui n’avait obtenu qu’une note globale de 105 (110 en photo et 96 en vidéo). Il reste toutefois devancé par les derniers appareils haut de gamme de Huawei, les Mate 20 Pro et P20 Pro, qui avaient tous deux obtenu une note de 109.

Les trois optiques disposent d’un mécanisme de mise au point laser (et non par détection de phase ou de contrastes), afin d’optimiser les performances de l’autofocus. Toutefois, ces trois capteurs du Mi 9 ne semblent pas disposer de la stabilisation optique, ce qui pourrait se montrer contraignant pour les images réalisées en basses lumières.

Du côté de la vidéo, le Xiaomi Mi 9 est capable de filmer en 4K 2160p en 30 ou 60 fps, mais permet également de capturer des séquences en slow motion en 240 fps ou en 960 fps en 1080p.

Enfin, l’appareil photo frontal est muni d’un capteur de 20 Mpx avec ouverture à f/2,0.

À l’image de beaucoup de smartphones récents, le Xiaomi Mi 9 est doté d’un mode portrait tirant parti d’un mécanisme d’intelligence artificielle. Le but : appliquer des effets d’embellissements du sujet et améliorer l’impression de profondeur de champ (voir photo ci-dessous). On notera également l’apparition d’un mode macro… qui n’est pas sans rappeler, là aussi, le Mate 20 Pro.

Processeur Snapdragon 855 de dernière génération et recharge sans fil

Du côté des autres caractéristiques techniques, soulignons la présence du processeur Snapdragon 855. Celui-ci est gravé en 7 µm, promettant des performances accrues et une meilleure gestion de l’autonomie. Cette puce est assistée par 6 Go de mémoire vive. Du côté du stockage, le Mi 9 propose 64 Go de stockage (une version offrant 128 Go devrait également être disponible). Malheureusement, l’appareil ne propose pas de slot pour insérer une carte Micro-SD.

La batterie de 3300 mAh devrait assurer à l’appareil une autonomie relativement confortable. En outre, le Mi 9 est muni d’un mécanisme de charge rapide Quick Charge 4+ (27 W), mais aussi de la recharge sans fil accélérée (20 W). L’appareil est doté d’un port USB type C… mais celui-ci est seulement en USB 2.0 : une limitation technique qui permet de faire diminuer le coût de l’appareil, mais qui pourra s’avérer pénalisante si vous souhaitez transférer d’importants volumes de données depuis le smartphone sur un ordinateur et inversement. On déplorera également l’absence de certification de résistance à l’eau et à la poussière (IP 67 ou 68), ainsi que celle de la prise jack 3,5 mm.

L’ensemble est propulsé par la dernière version d’Android (9.0) recouverte par la surcouche maison de Xiaomi, nommée MIUI (en version 10). Celle-ci modifie l’apparence d’Android en apportant un look sobre et minimaliste et des fonctionnalités supplémentaires.

Prix et disponibilité

Fort de toutes ces caractéristiques techniques, on aurait pu craindre que le prix du Xiaomi Mi 9 n’atteigne des sommets. Bien au contraire, ce nouveau modèle sera disponible début mars à partir de 499€ pour la version dotée de 64 Go de stockage et de 6 Go de RAM (469€ pendant la phase de précommande). Une version équipée de 128 Go de stockage et de 8 Go de RAM devrait également être disponible, sans que nous n’ayons plus d’informations sur ce sujet. Plusieurs coloris seront proposés : noir, bleu, bleu brillant et rose brillant.

Ce positionnement tarifaire permet au Mi 9 d’afficher un rapport qualité-prix particulièrement intéressant… tout en proposant des innovations jusque-là réservées aux terminaux les plus onéreux, comme le capteur d’empreinte intégré à l’écran, la recharge sans fil, ou un triple capteur photo dorsal.

En tant que flagship killer, le Xiaomi Mi 9 s’attaque donc frontalement à des terminaux comme le OnePlus 6T… dont le tarif s’avère légèrement supérieur (à partir de 559€). Avec ce nouveau terminal, firme chinoise dispose donc de sérieux arguments pour s’implanter durablement sur le marché des smartphones haut de gamme à prix réduit. Est-il toutefois de taille à lutter avec les meilleurs photophones du moment, comme le Pixel 3 XL ou le Huawei Mate 20 Pro ? Réponse dans un prochain test photo !