Après avoir sorti l’EOS R doté de sa nouvelle monture RF, Canon était attendu sur un second boîtier hybride plein format. Certains professionnels attendaient une bête de course, mais Canon nous livre l’EOS RP, l’hybride plein format le plus compact et le plus accessible de Canon, avec un prix plancher de 1499€ nu avec adapteur EF-EOS R.

Précision pour certains lecteurs : on parle bien de l‘hybride le plus accessible en rapport avec son prix au moment du lancement. Aujourd’hui, les Sony A7 et A7II restent moins chers, mais il est intéressant de rappeler que les Sony A7 et A7 II ont été commercialisés respectivement à 1500€ et 1700€ à leur lancement.

Nous avons pu prendre en main un modèle de pré-série pendant quelques jours et voici notre présentation, prise en main et premiers retours sur cet EOS RP qui montre que Canon est agressif pour conquérir des parts de marché sur le mirrorless plein format.

Un boîtier compact et léger destiné au grand public

Commencer un article en parlant du poids d’un boîtier, c’est peu commun. Mais pourtant, cette caractéristique de l’EOS RP est à souligner, car le boîtier ne pèse que 440g boîtier seul, 485g avec batterie et carte mémoire, soit presque 200g de moins que l’EOS R (660g avec batterie et carte mémoire) et presque 300g de moins que l’EOS 6D Mark II (765g avec batterie et carte mémoire) duquel s’inspire grandement cet EOS RP dans son positionnement dans la famille des plein format Canon. Cela reste un peu plus lourd que l’EOS M50 de Canon qui est à 387g avec batterie et carte, mais il s’agit d’APS-C rappelons-le.

Cette légèreté est obtenue grâce à l’usage d’un alliage de magnésium pour le châssis du boitier couplé à des éléments en aluminium et en fibre de verre et polycarbonate, ce qui lui confère une certaine rigidité.

En main, la légèreté de l’EOS RP est vraiment impressionnante. Avec un RF 35mm F1.8 Macro IS STM, on obtient une solution vraiment compacte et pesant moins de 800g pour du plein format, on apprécie.

Au-delà du poids, les dimensions de l’EOS RP sont également très intéressantes : 132,5 x 85 x 70 mm (largeur x hauteur x épaisseur). Cela le place parmi les hybrides plein format les plus compacts du marché que l’on peut trouver chez Sony avec par exemple l’A7 III dont les mensurations sont de 126,9 x 95,6 x 73,7 mm.

Malgré le positionnement en entrée de gamme plein format, Canon a placé des joints d’étanchéité sur ce boîtier pour lui permettre d’être résistant à la poussière et à l’humidité, un très bon point pour les plus baroudeurs d’entre nous.

L’obturateur à plan focale à commande électronique dispose d’une vitesse maximale de 1/4000s, avec la possibilité d’utiliser un premier rideau électronique.

Dédié au grand public, le boîtier dispose de nombreux modes scènes : scène de nuit à main levée (l’appareil réalise 4 photos, les aligne et les fusionne pour obtenir une image nette et lumineuse), HDR pour zones contrastées, mode silencieux, portrait (priorité ouverture, adoucit le teint et les cheveux), photo de groupe, paysage, enfants (l’appareil réalise une rafale), filé, gros-plan macro, aliments et portrait de nuit.

L’ergonomie d’un EOS R, à quelques détails près

Second boîtier mirrorless plein format à monture RF chez Canon, nous avons comparé l’ergonomie de ce boîtier à celle de l’EOS R. Concrètement, les deux boîtiers se ressemblent beaucoup, avec bien sûr une compacité supérieure pour l’EOS RP (P pour Petit, ou Premier car cela pourrait être le premier boîtier plein format pour de nombreux photographes…).

Canon EOS RP vs EOS R

A l’arrière du boîtier, on retrouve exactement les mêmes boutons que sur l’EOS R, avec un seul absent : la barre M-Fn, une zone tactile à laquelle on peut assigner différents réglages et différents comportements sur l’EOS R. Pour le reste, les boutons sont les mêmes et se retrouvent au même endroit. Il n’y a donc pas de joystick et il faudra déplacer le collimateur AF à l’aide de l’écran tactile ou de la roue arrière.

Canon EOS RP (en haut) vs EOS R (en bas)

Sur le dessus de l’appareil, on retrouve ici encore les mêmes boutons principaux (On/Off, M-Fn, double roue crantée et une fonction Lock). Contrairement au EOS R, le RP ne dispose pas d’écran de contrôle mais se contente d’une roue de sélection des modes offrant les modes B, M, Av, Tv, P, Fv, Auto+, Scènes, Vidéo et 3 modes C1, C2 et C3 personnalisables.

Canon EOS RP vs EOS R

Dans les menus par contre, on est davantage en présence d’un EOS M50, un choix assumé par Canon qui s’adresse à des amateurs qui sont parfois passés par ce type de boîtier, et ne sont donc pas perdus. Dans les menus, pour accéder à tous les réglages vidéo par exemple, il faudra bien se mettre sur le mode Vidéo du boîtier. Aussi, si l’on souhaite filmer en 4K rapidement en appuyant sur le bouton rouge situé sur le dessus du boitier mais que l’on n’est pas en mode vidéo, le boîtier en débloque pas la 4K mais se limite au Full HD, choix étrange.

Enfin, pour confirmer l’ADN du M50 présent dans cet EOS R, l’obturateur électronique du boîtier n’est activable qu’en passant par le mode scène Silencieux… Oui oui, impossible de photographier sans bruit en mode Av, Tv ou même M, pour cela il faudra passer par le mode automatique Silencieux, sans possibilité de régler la vitesse d’obturation ou l’ouverture. C’est vraiment dommage, car une fois qu’on a gouté à ce mode silencieux et que l’on souhaite évoluer en mode semi-automatique, on se retrouve à utiliser l’obturateur mécanique, dont le bruit nous fait d’ailleurs penser à un jouet (difficile de le décrire, mais il est très mou et long), mais rappelons que nous avions testé un modèle de pré-série (mais avec les menus finalisés), donc peut-être que ce point sera amélioré sur une version finale, nous le saurons bien assez tôt.

Bref, l’EOS RP s’inspire grandement de l’EOS R pour son ergonomie, mais son logiciel est davantage inspiré d’un boîtier expert voire entrée de gamme, comme son positionnement dans la gamme hybride plein format de Canon, ce que le constructeur n’a cessé de nous répéter lors de la présentation. En clair : si vous êtes un pro ou semi-pro et que vous cherchez un boîtier plein format, ce boîtier n’est peut-être pas pour vous, malgré pourtant des specs très intéressantes.

Capteur plein format de 26,2 Mpx et AF à double pixel véloce

L’EOS RP dispose d’un capteur CMOS plein format de 26,2 Mpx, soit la même résolution que pour l’EOS 6D Mark II. Il est doté d’un filtre passe-bas et n’est pas stabilisé. La taille des pixels sur ce boîtier est de 5,76 μm, contre 5,73 μm pour l’EOS 6D Mark II. Le capteur est épaulé par le processeur Digic 8, qui selon Canon offre jusqu’à 40 fois plus de puissance de calcul que le Digic 7 présent dans l’EOS 6D Mark II. Ce nouveau processeur, qui équipe déjà l’EOS RP, permet de disposer de la fonction d’optimiseur d’objectif numérique sans incidence sur la cadence de prise de vue.

La sensibilité ISO est de 100 à 40 000 ISO, extensible jusqu’à 50 – 102 400 ISO en photo. En vidéo 4K, la plage ISO va de 100 à 12 800, et en Full HD jusqu’à 25 600 ISO, avec une possibilité de l’étendre jusqu’à 102 400 ISO.

Canon EOS RP avec le 24-105mm f/14

La rafale est de 5 i/s en mode AF simple, et de 4 i/s en mode AF servo, ce qui est assez faible, malgré le processeur récent. Bonne nouvelle pour les amateurs de rafale, le tampon permet une prise de vue illimitée en JPEG si vous utilisez une carte SD UHS-II, et jusqu’à 50 images en RAW. Le boîtier utilise le format RAW et C-RAW (en 14 bits).

L’EOS RP est également doté du système AF Dual Pixel pour un autofocus réactif et précis à la fois en mode LiveView et vidéo. Cet autofocus est le même que celui présent sur l’EOS R en photo, ce qui permet d’offrir encore une fois « l’autofocus le plus rapide du monde » (à 0,05s, mesure effectuée avec le Canon RF 24-105mm f/4) pour le moment. L’autofocus est également sensible en permettant de faire la mise au point dans des conditions de lumière difficile jusqu’à -5EV en utilisant le collimateur central.

Tendance du moment, l’EOS RP dispose également d’une fonction d’AF à détection d’oeil qui fonctionne en AF Servo en photo ainsi qu’en vidéo. C’est mieux que l’EOS R qui ne dispose de cette fonction qu’en Single Shot en photo. Une mise à jour prochaine de firmware de l’EOS R devrait permettre de proposer l’AF à détection d’oeil également en AF Servo.

La couverture AF du capteur est de 100% à la verticale et 88% à l’horizontale, couvrant ainsi une belle partie de l’image, avec jusqu’à 4779 points AF en utilisant le petit collimateur

Pour les amateurs de macro ou d’images complètement nettes, l’EOS RP dispose d’une nouvelle fonction de bracketing de mise au point. Après avoir réglé la plage de mise au point souhaitée, l’appareil réalise des photos en rafale avec un décalage automatique de la mise au point. L’assemblage peut ensuite se faire à l’aide de l’application DPP sur ordinateur ou à l’aide d’un logiciel compatible, comme Photoshop – voire notre tutoriel sur le focus stacking.

Stabilisation à double détection

Voici une nouveauté qui permet de pallier l’absence de stabilisation du capteur. Canon utilise sur l’EOS RP un système de stabilisation à doubel détection qui permet de détecter les mouvements lents de l’appareil à l’aide du gyroscope présent dans les optiques stabilisées, et des données issues du capteur. Ce système, qui ne remplace pas une stabilisation du capteur, permet de mieux compenser les flous de bougé qu’un seul gyroscope n’est pas capable de détecter. Ce mode s’active lorsque le déclencheur est pressé à mi-course et permet, selon Canon, de gagner jusqu’à 5 stops avec une optique stabilisée, y compris les optiques EF et EF-S.

Viseur électronique de 2,36 millions de points et écran tactile sur rotule

Il fallait s’y attendre : ce modèle entrée de gamme ne reprend pas le viseur OLED confortable de 3,69 millions de points de l’EOS R, mais se contente d’un afficheur à 2,36 millions de points un peu étriqué pour du plein format, le même que celui présent sur l’EOS M50. Il dispose d’un dégagement oculaire de 22mm, d’une couverture de 100% de l’image et d’un grossissement de 0,70x. Un ajustement dioptrique est possible pour les porteurs de lunettes.

En termes d’écran, l’EOS RP dispose d’une dalle orientable sur rotule de 7,5 cm de diagonale avec seulement 1,04 million de points. Le tactile permet de naviguer dans les menus et de choisir le collimateur AF.

Vidéo 4K, oui mais…

Canon ne refera pas la même erreur qu’avec l’EOS 6D Mark II qui avait fait l’impasse sur la vidéo 4K. Ce boîtier permet de filmer en 4K 3840 x 2160 jusqu’à 25 fps en 120Mbps IPB, et en Full HD jusqu’à 60 fps. La 4K entraine un recadrage de 1,74x. En mode vidéo, l’autofocus continu est disponible et la mise au point peut se faire en touchant l’écran. Le boîtier est également capable de filmer en Full HD HDR, dispose d’un intervallomètre pour réaliser des timelapses Full HD ou 4K.

Le boîtier dispose des fonctions zebra et focus peaking. Comme sur d’autres boîtiers, il n’est pas possible de photographier en filmant, mais il est possible d’extraire directement depuis le boîtier une photo en 4K, soit une résolution de 8,3 Mpx. Le boitier ne dispose pas non plus du mode C-Log de Canon.

Les vidéos 4K sont enregistrées en 4:2:0 8 bits sur la carte mémoire, et en 4:2:2 8 bits à l’aide de la sortie HDMI

Ce boîtier dispose d’une fonction instantané vidéo très pratique pour réaliser une vidéo de voyage en assemblant de petits clips de quelques secondes (de 4 à 8 secondes). L’appareil est également capable de transcoder les vidéos en interne, ce qui permet de les envoyer pour publication immédiate sur le web à l’aide de l’application Camera Connect.

Le capteur du boitier n’étant pas stabilisé, Canon propose deux modes de stabilisation numérique qui permettent de simuler une stabilisation 5 axes à l’aide d’un recadrage dans la vidéo. Cela fonctionne bien mais détériore bien entendu la qualité vidéo.

Nous avons testé la fonction vidéo sur l’EOS RP. Etant donné que nous étions en présence d’un boîtier de pré-série, nous ne pouvons pas encore tirer de conclusion et un test complet permettra d’évaluer complètement les fonctionnalités du boîtier. Mais nous pouvons noter que le mode 4K du boîtier est assez limité par l’usage exclusif de l’autofocus à détection de contraste dans ce format. Cet autofocus est relativement poussif et peu adapté à la vidéo sur ce boîtier, et en repassant en Full HD (qui utilise l’AF Dual Pixel à décision de contraste et de phase) on note de bien meilleures performances autofocus. Le mode 4K sera donc à réserver à des captures en mise au point manuelle, aidé par le focus peaking.

Connectique et autonomie

Tout comme l’EOS R, l’EOS RP ne dispose que d’un seul slot pour carte mémoire au format SDXC et compatible UHS-II. Le boîtier dispose bien entendu du Wifi et d’une connectique Bluetooth permanente permettant de transférer automatiquement ses clichés. Une fonction permet même de pouvoir transférer automatiquement ses photos vers son ordinateur une fois rentré chez soi, en Wifi.

Canon EOS RP avec le 24-105mm f/14

L’EOS RP dispose d’un port USB Type C mais uniquement USB 2.0. L’appareil est ainsi capable d’être rechargé en USB uniquement lorsqu’il est hors-tension. Une sortie HDMI Mini Type C, une entrée micro-jack, une prise casque et une prise télécommande complètent le boîtier.

L’EOS RP utilise la batterie LPE-17, la même que celle des EOS 200D, 800D, 80D et 77D, qui permet de capturer jusqu’à 270 images (norme CIPA) en utilisant principalement l’écran et en mode économie d’énergie. En utilisant l’écran normal ou le viseur, l’autonomie descend à 250 images, voire même à 200 images en utilisant le viseur avec le mode de rafraichissement 60 fps (contre 30 fps en mode éco).

Quelques photos réalisées au Canon EOS RP

Ces images ont été prises avec un boitier de pré-série donc nous ne pouvons pas tirer de conclusion sur la qualité d’image, ni vous présenter les images en pleine résolution en téléchargement, mais vous pouvez cliquer sur les photos pour avoir un premier aperçu.

Grip EG-E1 pour une confort supérieur de prise en main

L’EOS RP est un boîtier très compact, et Canon sait que cela peut ne pas plaire à certains utilisateurs. Pour cette raison, un grip EG-E1 est également annoncé pour améliorer la tenue en main du boîtier, sans pour autant obstruer l’emplacement pour la batterie (et carte SD) en-dessous de l’appareil. Même avec le grip, il reste possible d’utiliser un trépied sans gêner l’utilisation.

Le grip sera également disponible en bleu et rouge, un drôle de choix de couleurs mais pourquoi pas :

Un objectif RF 24-240mm f/4-6.3 IS USM à venir

A son lancement, l’EOS RP n’aura malheureusement que peu d’objectifs abordables avec lequel l’utiliser. Le 24-105mm f/4 en monture RF sera sûrement l’objectif le plus intéressant, d’ailleurs proposé en kit, mais Canon a dévoilé un prochain objectif 24-240mm f/4-6.3 IS USM qui est tout à fait adapté à cet hybride plein format grâce à une polyvalence très forte. L’EOS RP s’adressant à un public cherchant la simplicité en plein format, cet zoom très étendu devrait être l’objectif idéal.

Disposant d’une stabilisation optique et d’une ouverture variable, cet objectif à motorisation USM sera sûrement proposé en kit avec l’EOS RP à sa sortie durant le second semestre de 2019. Nous ignorons encore son tarif mais il devrait être plus abordable que toutes les optiques RF déjà commercialisées.

Cet objectif abordable rejoindra le Canon RF 24-105mm f/4L IS USM, proposé en kit avec l’EOS R. Toutefois, de par ses caractéristiques d’entrée de gamme, le positionnement marketing de ce nouvel objectif 24-240 est à comparer avec celui du Canon EF 24-105mm f/3.5-5.6 IS STM, disponible aux alentours de 400€ et qui est aussi vendu en kit avec le 6D Mark II (avec lequel le nouveau Canon EOS RP partage beaucoup de similarités). Toutefois, il se différencie de par sa plage focale bien plus importante et par l’intégration d’une motorisation USM, gage d’une mise au point plus rapide et plus silencieuse.

Prix et disponibilité de l’EOS RP

L’EOS RP sera disponible à partir du 27 février 2019 au prix conseillé de 1499€ avec adapteur EF-EOS R simple. Un kit EOS RP + RF 24-105mm f4 L IS USM est proposé au tarif de 2499€, également avec adaptateur EF-EOS R simple.

L’EOS RP est également disponible chez Digixo et Miss-Numérique.

Ainsi, l’EOS RP est proposé à un tarif plus avantageux que l’EOS 6D Mark II qui est actuellement en vente à 1599€.

Le 27 février prochain, la bague d’adaptation avec filtre insérable sera également enfin disponible, au tarif de 329€ avec filtre polarisant circulaire et 449€ avec filtre à densité neutre.

Le grip EG-E1 sera disponible à partir de mars 2019 au tarif de 79,99€.

Notre premier avis sur l’EOS RP

Avec l’EOS RP, Canon tente de prendre le marché de l’hybride plein format à sens inverse, avec un boitier compact, léger et abordable, tout en conservant tous les atouts du plein format ainsi que la nouvelle monture RF.

Cet EOS RP, vendu à son lancement au tarif de 1499€, offre une véritable alternative à tous les photographes Canonistes déjà équipés d’optiques Canon EF mais aussi EF-S pour « passer au plein format » tout en s’assurant une compatibilité avec la nouvelle plateforme de Canon. D’un point de vue marketing, c’est donc très bien joué.

Canon EOS RP vs EOS R

Comme expliqué en introduction, nous avons pu prendre en main ce modèle de pré-série pendant 2 jours seulement. Nous avons pu faire quelques photos avec, avec toutes les précautions pour ne pas dévoiler le boitier (gaffer, etc.) car le produit n’était pas encore annoncé (merci Canon France pour la confiance).

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions complètes, mais on note déjà que la qualité d’image est présente en photo. Par contre, en vidéo, ce boîtier est capable de filmer en 4K, mais ce ne sera clairement pas le meilleur boitier pour filmer en 4K, et même Canon en est sûrement conscient.

Il fallait cependant être capable d’apposer le logo 4K sur la boîte et voilà chose faite. Marketing, quand tu nous tiens. En attendant, sachant que l’usage photo sera prédominant pour ce type de boîtier dédié avant tout aux amateurs, je pense qu’il devrait séduire une grande partie des photographes amateurs et experts intéressée par le plein format. Dommage que le 24-240mm ne soit pas tout de suite disponible en kit, car cet ensemble est très intéressant.

En parallèle de cette annonce, Canon a également levé le voile sur six nouveaux objectifs en monture RF qui seront lancés en 2019, histoire de confirmer son implication sur cette nouvelle monture.

Roadmap 2019 Objectifs Canon