Après Nikon et ses hybrides Z, Canon vient d’annoncer la sortie de son premier appareil photo hybride plein format, le Canon EOS R. Doté d’un capteur CMOS plein format de 30,3 Mpx, du processeur DIGIC 8 et d’une nouvelle monture RF, ce nouveau boîtier est présenté comme une nouvelle base sur laquelle Canon souhaite innover. Nous avons pu utiliser le boîtier le temps d’une journée et voici notre prise en main et notre premier avis sur le Canon EOS R.

Nouveau système, nouvelle monture RF

À nouveau système, nouvelle monture. C’est le choix de Canon, qui lance avec l’EOS R une nouvelle monture RF disposant d’un tirage de 20mm et d’un diamètre interne de 54mm. C’est 24mm de moins en tirage mécanique que la monture EF lancée en 1987, mais Canon conserve le même diamètre, déjà conséquent. Comparé à la monture Sony (tirage de 18mm pour un diamètre de 46mm) et la monture Nikon Z (tirage de 16mm pour un diamètre de 55mm), Canon dispose avec la monture RF d’un tirage plus important, avec un bon diamètre interne.

Cette nouvelle monture dispose de 12 contacteurs électroniques, permettant une meilleure communication entre l’objectif et le boîtier et des innovations à venir. Canon utilise notamment une nouvelle bague personnalisable sur ses objectifs pour une ergonomie améliorée et des réglages au bout des doigts.

Cette monture fraichement dévoilée permet à Canon de proposer des objectifs lumineux et innovants, avec déjà quatre optiques disponibles lors du lancement en octobre (ou peu après) : RF 50 mm f/1.2L USM, RF 24-105 mm f/4L IS USM, RF 28-70 mm f/2L USM et RF 35 mm f/1.8 MACRO IS STM.

La monture RF est compatible avec toutes les optiques EF et EF-S déjà disponibles. Pour cela, il faudra utiliser l’une des bagues d’adaptations Canon disponibles. Bonne nouvelle, une bague simple est fournie lorsque vous achetez le boîtier nu ou en kit.

Par contre, les objectifs EF-M utilisés ses les hybrides APS-C Canon ne pourront être montés sur ce boîtier. Il fallait s’y attendre, la monture EF-M n’était pas adaptée pour du plein format chez Canon. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de la gamme EOS M ? Canon ne semble pas prêt à nous répondre, et a également annoncé une nouvelle optique EF-M 32mm f/1.4 STM pour cette monture…

L’ensemble des accessoires Canon pour reflex EOS (télécommandes, flashs Speedlite et autres) restent compatibles avec ce nouveau boîtier.

Canon EOS R, un hybride plein format inspiré du Canon EOS Mark IV

L’hybride plein format Canon EOS R s’est peut-être fait attendre, son arrivée semble pourtant avoir été mûrement réfléchie, en créant les briques nécessaires à son développement. Doté de la monture RF, ce boîtier dispose d’un capteur CMOS plein format de 30,3 Mpx (6720 x 4480 px) qui semble être hérité de l’EOS 5D Mark IV. C’est à l’heure actuelle l’un des meilleurs capteurs plein format développé par Canon. Étonnant, Canon a décidé de conserver le filtre passe-bas sur ce boîtier.

Pas de capteur rétroéclairé ou de nouvelle génération donc, ni d’IBIS. Oui, le capteur n’est pas stabilisé et cette tâche est réservée aux objectifs. Un choix qui va à contre-courant de ce que la concurrence fait, même Nikon s’y est mis avec le Nikon Z.

Le boîtier reprend le format d’image C-RAW de Canon, introduite avec l’EOS M50. Elle permet, en utilisant un RAW compressé, de réduire le poids d’une image de 40% par rapport au RAW classique. Une perte d’information est cependant à attendre, car Canon utilise un algorithme de compression avec perte sur ce nouveau format.

La fonction Dual Pixel RAW, utilisée par l’EOS 5D Mark IV, est également disponible. Elle permet d’enregistrer deux RAW dans une seule image pour permettre de corriger des décalages minimes de mise au point (à main levée) et ainsi obtenir un piqué optimal. Cette fonction nécessite de passer par le logiciel Digital Photo Professional, mais peu également servir, dans le workflow d’impression Canon, à améliorer le piqué des tirages (DPRAW Print).

La sensibilité ISO du boîtier va de 100 à 40 000 ISO, extensible de 50 à 102 400 ISO.

Autofocus rapide et rafale limitée à 8 i/s

Du coté du processeur, Canon a par contre intégré le nouveau DIGIC 8 à ce boîtier, qui permet d’utiliser l’autofocus AF Dual Pixel (à détection de phase) et d’offrir un autofocus annoncé par Canon comme « le plus rapide du monde » (à 0,05s) et surtout très sensible, capable de faire la mise au point dans des conditions de lumière difficile jusqu’à -6 EV (à f/1.2).

La combinaison est intéressante, et dans les faits, l’autofocus est très très rapide, avec notamment un mode suivi + détection de visage redoutable pour faire la mise au point, verrouiller et shooter.

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₃₂₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₃₂₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 – Photo prise avec le mode détection de visage + suivi

Seulement, la rafale du Canon EOS R est relativement faible, avec 8 i/s sans suivi AF et seulement 5 i/s avec AF Servo. Le buffer, en utilisant une carte SD UHS-II permet d’enregistrer jusqu’à 47 RAW de suite et 100 JPEG. Face à lui, Nikon et ses Z6 et Z7 montent jusqu’à 12 et 9 i/s en conservant le suivi AF.

La couverture AF du capteur est de 100% à la verticale et 88% à l’horizontale, couvrant ainsi une belle partie de l’image. Il est possible de choisir parmi jusqu’à 5 655 points AF, à une condition : utiliser le l’AF 1 collimateur en format « petit ». Pour choisir le collimateur, pas de joystick, mais deux options : la roue directionnelle (en combinaison de la touche de choix des collimateurs) ou bien le glisser-déplacer sur l’écran tactile pendant la visée. En sélectionnant la partie supérieure droite de l’écran, il est possible de déplacer le collimateur tout en gardant l’oeil dans le viseur. À l’usage, on aurait apprécié un joystick, mais on s’habitue à utiliser l’écran et cela fonctionne.

Viseur électronique confortable

En passant l’oeil dans le viseur, on découvre un EVF OLED de 3,69 millions de points assurant une couverture de 100% de la scène. Ce dernier est très confortable (agrandissement 0,76x et 23mm de dégagement oculaire) et son activation est réactive. Son taux de rafraichissement à 60 i/s (et 30 i/s en économie d’énergie) n’est pas des plus réactifs. En passant du mode paysage au mode portrait, on découvre que les informations affichées dans le viseur (vitesse, sensibilité, etc.) basculent pour se retrouver « à l’endroit » en bas de l’image. C’est la première fois (de mémoire) que je trouve ce comportement sur un hybride et c’est très bien pensé.

Pour être silencieux, le Canon EOS R dispose bien entendu d’un obturateur électronique. La vitesse d’obturation maximale est de 1/8000s et le boîtier possède une fonction anti-flickering (non disponible avec l’obturation électronique) pour photographier des scènes sous éclairage artificiel. En obturateur mécanique, le déclenchement reste relativement peu bruyant.

Ergonomie et prise en main

En première prise en main, le Canon EOS R ressemble davantage à un boîtier reflex qu’à un hybride, et c’est tant mieux. Comme Nikon, Canon a privilégié l’ergonomie du boîtier et l’EOS R offre une prise en main rassurante et agréable grâce à une poignée bien creusée.

Le boîtier mesure 135.8 x 98.3 x 84.4 mm et pèse 660g avec batterie et carte mémoire. C’est dans la norme des hybrides plein format et en encombrement, il n’est pas beaucoup plus gros qu’un Sony A7III par exemple :

Sony A7III vs Canon EOS R

Comparatif EOS 5D Mark IV contre EOS R

Comparatif EOS 5D Mark IV contre EOS R

Le boîtier en constitué d’un alliage de magnésium et polycarbonate avec des pièces en fibre de verre. Il n’est pas présenté comme tropicalisé, mais dispose de joints d’étanchéités pour le protéger des éclaboussures et de la poussière. Le toucher est vraiment agréable et on ressent la solidité du boîtier entre les mains.

En termes de style, nous trouvons ce boîtier plutôt réussi, avec un style très racé qui le place à la fois en héritage de la gamme EOS et en vision futuristique de l’hybride.

Les réglages et dispositions des molettes sont différents des reflex Canon. Sur le dessus du boîtier, un commutateur ON/OFF à gauche se retrouve seul, alors que sur la droite le boîtier dispose d’un écran de contrôle en noir et blanc (écriture blanche sur fond noir, avec la possibilité d’inverser les couleurs pour consulter les informations en condition lumineuse difficile.

L’écran affiche le mode (et la vitesse/ouverture selon le mode choisi) ainsi que l’échelle de correction d’exposition, le niveau de batterie et la sensibilité ISO. En appuyant une fois sur le bouton situé à côté, on bascule sur un affichage plus complet avec les principaux réglages (format d’image, réglage AF, mode d’entrainement, mode AF, balance des blancs, style photo, mode de mesure, photos restantes, etc. À l’usage, c’est assez pratique, même si on aurait aimé avoir sur le premier écran le nombre de photos restantes, l’option n’étant pas personnalisable. Désormais, seul Sony ne dispose pas d’un écran de contrôle sur le dessus de ses boîtiers hybrides plein format.

Les autres boutons sur le dessus du boîtier sont le déclencheur, un bouton M-Fn personnalisable, une molette, un bouton d’enregistrement vidéo, un bouton Lock pour verrouiller certains boutons importants (à configurer), ainsi qu’un bouton MODE (pour choisir le mode) entouré d’une molette sans butée qui sert de correction d’exposition.

L’écran LCD arrière mesure 8 cm de diagonale 3,15 pouces) pour 2,1 millions de points. Il est à la fois tactile et orientable sur rotule. À l’arrière du boîtier, on note les boutons habituels MENU, AF ON, mémorisation d’exposition, collimateurs AF, etc., et une bande avec une double flèche sur le côté droit du viseur fait son apparition. Il s’agit de la barre M-Fn, une zone tactile à laquelle on peut assigner différents réglages, et différents comportements. Il est possible d’appuyer sur chaque flèche, mais également de balayer la barre, un peu à la manière de la Touch Bar des derniers MacBook Pro, pour contrôler un réglage.

Parmi les réglages possibles, on peut notamment choisir le réglage ISO, affecter un raccourci pour les ISO Auto ou ISO 100. Si vous choisissez le réglage d’exposition, vous pouvez la changer avec cette zone tactile, ou bien encore choisir le réglage AF pour défiler parmi les différents réglages, etc.

De nombreuses personnalisations sont possibles, même avec des réglages sans lieu direct entre eux. Cette barre tactile est-elle utile ? Difficile d’y répondre après une prise en main de quelques heures, car il faut s’y habituer. Une chose est sûre : c’est un comportement totalement nouveau sur un hybride et Canon joue ici son caractère « innovateur ».

En parlant d’innovation, Canon a également intégré une bague de contrôle sur ses optiques RF (juste sous la bande rouge), qui permet d’ajuster les réglages du boîtier directement sur l’objectif, en plus des bagues de mise au point et de zoom.

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₁₆₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 –

Située à l’extrémité de l’optique, cette bague permet par exemple de varier l’ouverture de l’optique, ou bien de choisir la sensibilité ISO, ou bien encore de régler la correction d’exposition. Après cette première prise en main, nous avons trouvé cette fonction très innovante et surtout très utile, car selon votre usage, vous pouvez choisir un réglage rapide qui tombe sous la main lorsque vous utilisez votre optique. Cette nouvelle bague de contrôle est rendue possible par la nouvelle monture RF, qui dispose de 12 connecteurs pour des fonctions étendues sur les objectifs.

Petit détail ergonomique bien pensé : lorsque l’on met l’appareil hors tension, le rideau de l’obturateur se ferme devant le capteur, ce qui permet de changer d’optique sans risquer de mettre les doigts sur le capteur (il faut y aller quand même) ou surtout de faire entrer une poussière sur ce dernier. Bien entendu, il faut toujours faire attention à ne pas faire rentrer de particule dans la cage du capteur, mais cette petite ingéniosité devrait éviter de nombreux retours SAV pour nettoyage de capteur. Le boîtier est également doté d’une fonction de nettoyage automatique du capteur à l’allumage ou à l’extinction.

Autonomie : 370 clichés en théorie, davantage en pratique

En termes d’autonomie, une batterie du Canon EOS R est annoncée pour environ 370 clichés. L’autonomie peut aller jusqu’à 540 images en mode économie d’énergie. Le boîtier utilise les batteries LP-E6N / LP-E6, les mêmes que pour ses reflex, une bonne chose si vous utilisez déjà un second boîtier reflex.

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₅₀₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₅₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 –

Durant notre prise en main, nous avons noté que l’autonomie pouvait être bien supérieure à ce qui est annoncé par Canon, avec plutôt 600 clichés réalisés avec une seule batterie. Cela dépend bien sûr de votre usage, si vous utilisez beaucoup l’écran, le tactile, l’EVF, la rafale, etc. Bonne nouvelle, il est possible de recharger le boîtier en USB grâce à l’USB-C.

Une poignée grip additionnelle BG-E22 permet d’augmenter l’autonomie du boîtier et offre une meilleure prise en main verticale, tout en ajoutant une prise synchro flash. Cette poignée pèse 330g et sera commercialisée à partir du 9 octobre au tarif de 329€. 1€ le gramme donc.

Connectiques du Canon EOS R

Passons maintenant aux connectiques de ce boîtier hybride plein format. Canon propose bien entendu le Wifi et une connectivité Bluetooth permanente grâce à laquelle vous pouvez transférer vos images sur mobile / tablette et ajouter des coordonnées GPS à vos images grâce au smartphone. Pour transférer vos images de manière filaire (et recharger en USB), une connexion USB 3.1 Type-C est disponible.

Une sortie HDMI Mini Type C, une entrée micro mini-jack, une prise casque et une prise télécommande complètent ce boîtier.

Pour enregistrer vos photos, Canon ne propose qu’un seul slot pour carte mémoire, au format SDXC et compatible UHS-II. Tout comme Nikon, le constructeur nippon fait l’impasse sur le double slot, mais propose un format plus répandu (Nikon utilise sur ses Z6/Z7 un unique slot XQD) ou plus obsolète, selon vos positions arrêtées sur le sujet. On aurait apprécié un second slot, pour notamment pouvoir enregistrer la vidéo sur une carte séparée, ou profiter de plus de sécurité. Cette absence pourrait freiner plus d’un photographe, c’est dommage.

Les premiers objectifs Canon RF

Avec le lancement de l’EOS R, Canon lance également quatre nouveaux objectifs :

  • RF 24-105mm F4L IS USM : un zoom transstandard à ouverture constante f/4 et stabilisé
  • RF 28-70mm F2L USM : un zoom transstandard à ouverture constante f/2 très lumineux (non stabilisé)
  • RF 50mm F1.2L USM : une focale fixe 50mm f/1.2
  • RF 35mm F1.8 Macro IS STM : une focale fixe 35mm f/1.8 stabilisé pour faire de la macro

Nous avons pu découvrir et photographier avec le RF 24-105mm F4L IS USM et RF 50mm F1.2L USM durant cette prise en main. Ces quatre optiques sont des Séries L, ce qui pour Canon est un message d’investissement fort. La monture RF a besoin d’optiques de qualité, et Canon les propose dès sa sortie ou presque. Canon n’a cependant pas dévoilé de roadmap optique comme l’a fait Nikon.

RF 24-105mm F4L IS USM

L’objectif RF 24-105mm F4L IS USM est celui qui est proposé en kit avec le boîtier. Il constitue le meilleur compromis en termes de plage focale, encombrement et luminosité, avec une stabilisation optique permettant de gagner 5 stops. Il dispose d’un moteur Nano USM pour une mise au point rapide en photo et douce en vidéo.

Voici ses caractéristiques techniques principales :

  • plage focale : 24-105mm
  • angle de champ : 74° – 19°20′, 53° – 13°, 84° – 23°20′
  • construction optique : 18 éléments répartis en 14 groupes
  • diaphragme : 9 lamelles
  • ouverture minimale : f/22
  • ouverture maximale : f/4
  • grossissement maximal : 0,24x
  • distance de mise au point minimale : 45 cm
  • stabilisation d’image : IS, jusqu’à 5 stops
  • autofocus : oui, Nano USM
  • tropicalisation : étanche à la poussière et à l’humidité
  • diamètre du filtre : 77mm
  • dimensions : 83,5 × 107,3 mm
  • poids : 700g

L’objectif RF 24-105mm f/4 L nano USM sera vendu seul à 1199€ à partir du 9 octobre 2018 ainsi qu’en kit avec l’EOS R à 3499€.

RF 28-70mm F2L USM

L’objectif RF 28-70mm F2L USM remplace l’équivalent 24-70 f/2.8 que les professionnels sont habitués à avoir. Avec une ouverture f/2 (mais pas de stabilisation optique), cet objectif est pour Canon une opportunité de redéfinir les limites du zoom standard professionnel. Il utilise un moteur AF USM et dispose de joints d’étanchéité contre l’humidité et la poussière.

Voici ses caractéristiques techniques principales :

  • plage focale : 28-70mm
  • angle de champ : 65° – 29°, 46° – 19° 30′, 75° – 34°
  • construction optique : 19 éléments répartis en 12 groupes
  • diaphragme : 9 lamelles
  • ouverture minimale : f/22
  • ouverture maximale : f/2
  • grossissement maximal : 0,18x
  • distance de mise au point minimale : 39 cm
  • stabilisation d’image : non
  • autofocus : oui, USM
  • tropicalisation : étanche à la poussière et à l’humidité
  • diamètre du filtre : 95mm
  • dimensions : 103,8 × 139,8 mm
  • poids : 1430g

L’objectif RF 28-70mm f/2 L USM sera vendu 3249€ à partir de décembre 2018.

RF 50mm F1.2L USM

L’objectif RF 50mm F1.2L USM est l’optique la plus lumineuse en monture Canon RF pour le moment. C’est l’optique de choix pour réaliser des portraits nocturnes à l’aide de l’AF actif jusqu’à -6 EV à f/1.2 du Canon EOS R. Cet objectif est volumineux et lourd mais offre des bokeh de qualité.

Voici ses caractéristiques techniques principales :

  • plage focale : 50mm
  • angle de champ : 40°, 27°, 46°
  • construction optique : 15 éléments répartis en 9 groupes
  • diaphragme : 10 lamelles
  • ouverture minimale : f/16
  • ouverture maximale : f/1.2
  • grossissement maximal : 0,19x
  • distance de mise au point minimale : 40 cm
  • stabilisation d’image : non
  • autofocus : oui, USM
  • tropicalisation : étanche à la poussière et à l’humidité
  • diamètre du filtre : 77mm
  • dimensions : 89,8 × 108 mm
  • poids : 1480g

Voici quelques photos prises au RF 50mm f/1.2 L USM :

L’objectif RF 50mm f/1.2 L USM sera vendu 2499€  à partir de fin octobre 2018.

RF 35mm F1.8 Macro IS STM

L’objectif RF 35mm F1.8 Macro IS STM est la solution la plus légère en monture RF. Cette optique, adaptée à la phographie de rue ou de voyage grâce à un faible encombrement et un angle de 35mm, sert également en macro grâce à un grossissement maximal de 0,5x.

Voici ses caractéristiques techniques principales :

  • plage focale : 35mm
  • angle de champ : 63°, 38°, 54°
  • construction optique : 11 éléments répartis en 9 groupes
  • diaphragme : 9 lamelles
  • ouverture minimale : f/22
  • ouverture maximale : f/1.8
  • grossissement maximal : 0,5x
  • distance de mise au point minimale : 17 cm
  • stabilisation d’image : IS, jusqu’à 5 stops
  • autofocus : oui, STM
  • tropicalisation : non
  • diamètre du filtre : 52mm
  • dimensions : 74,4 × 62,8 mm
  • poids : 305g

L’objectif RF 35mm F1.8 Macro IS STM sera vendu 549€ à partir de décembre 2018.

Trois bagues d’adaptation pour objectifs EF/EF-S

En proposant une nouvelle monture « pour le futur », Canon est conscient qu’il peut se mettre à dos tous les photographes ayant déjà investis dans le système EOS et ses nombreuses optiques parfois coûteuses. C’est pour cette raison que le boîtier EOS R sera vendu d’emblée avec l’un des adaptateurs proposés par Canon, la bague d’adaptation EF-EOS R. Cette bague permet d’utiliser les objectifs Canon EF/EF-S sans perdre d’information ni d’autofocus. C’est la bague la plus simple, mais Canon propose 2 bagues d’adaptation supplémentaires :

  • une bague d’adaptation avec bague de réglage (Contrôle Premium) : pour utiliser la fonction de réglages directs sur l’objectif présentée plus haut
  • une bague d’adaptation EF-EOS R avec filtre insérable polarisant circulaire ou à densité neutre (ND) : notamment utile pour la vidéo

Bague avec bague de réglage / Bague simple / Bague avec filtre CPL ou ND

Nous avons utilisé la bague simple EF-EOS R lors de notre prise en main et la stabilisation fonctionnait parfaitement avec les objectifs stabilisés. En termes d’autofocus, le gros point de questionnement, cet adaptateur s’en sort haut à la main, sans dégrader la réactivité des objectifs. J’ai testé le EF 16-35mm f/2.8L III USM ainsi que le 70-200mm f/2.8L IS II USM dans des conditions d’éclairage difficile, voici quelques images réalisées avec l’adaptateur :

Canon EOS R - EF16-35mm f/2.8L III USM - 16 mm - ¹⁄₆₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 1600 -

Canon EOS R – EF16-35mm f/2.8L III USM – 16 mm – ¹⁄₆₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1600 –

Canon EOS R – EF16-35mm f/2.8L III USM – 16 mm – ¹⁄₆₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 2000 –

Canon EOS R - EF16-35mm f/2.8L III USM - 35 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 1600 -

Canon EOS R – EF16-35mm f/2.8L III USM – 35 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1600 –

Canon EOS R - EF16-35mm f/2.8L III USM - 16 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 4,5 - ISO 10000 -

Canon EOS R – EF16-35mm f/2.8L III USM – 16 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 10000 –

Canon EOS R - EF70-200mm f/2.8L IS II USM - 70 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 2,8 - ISO 1000 -

Canon EOS R – EF70-200mm f/2.8L IS II USM – 70 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,8 – ISO 1000 –

Nous ignorons encore comment se comportent ces bagues d’adaptation avec les optiques EF/EF-S de Sigma, Tamron et autres. Les optiques EF-S pourront être utilisées avec un crop 1,6x.

Les bagues d’adaptation EF/EF-S et Contrôle Premium seront disponibles à partir du 9 octobre 2018 au tarif de 109€ et 219€. La bague d’adaptation avec filtre insérable sera disponible à partir de février 2019, au tarif de 329€ avec filtre polarisant circulaire et 449€ avec filtre à densité neutre.

Modes vidéo du Canon EOS R

En vidéo, le Canon EOS R est capable de sortir de la 4K UHD à 24, 25 ou 30 fps ainsi que de la Full HD à 60 fps et de la HD jusqu’à 120 fps. Malheureusement, la vidéo entraine un crop 1,66x et n’exploite pas l’ensemble du capteur. Des modes de stabilisation numérique sont proposés, mais obligeants à un recadrage supplémentaire.

En interne, l’appareil peut enregistrer en 4:2:2 8 bits pour la 4K, 4:2:0 8 bits pour HD et Full HD. En sortie HDMI, le Canon EOS R utilise le 4:2:2 non compressé 10 bits. Le boîtier enregistre les vidéos au format Mov et MPEG4 AVC / H.264. Il est possible d’utiliser les formats ALL-I et IPB pour des débits jusqu’à 480 Mbps en 4K UHD. Le C-Log (pour un enregistrement plat utile en post-production) est disponible.

Le focus peaking est disponible en vidéo, mais nous n’avons pas trouvé de trace d’une fonction zébra pour afficher à l’écran les zones sous-exposées ou sur-exposées lors de la capture vidéo.

Premières photos prises au Canon EOS R

Canon a invité la presse européenne à Londres pour découvrir le boîtier et nous avons pu le prendre en main lors d’une session libre dans la ville et en intérieur sur un événement photographique organisé par le constructeur. Nous avons utilisé un modèle définitif, mais les fichiers RAW ne sont pas encore supportés par Lightroom, donc voici une sélection de JPEGs bruts, sortis du boîtier.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour voir le fichier JPEG en taille complète et le télécharger en faisant un clic-droit.

Voici une sélection de photos que nous avons réalisées durant notre prise en main :

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 24 mm – ¹⁄₂₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 –

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 24 mm - ¹⁄₃₂₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 24 mm – ¹⁄₃₂₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 –

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₂₀₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₂₀₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 200 –

Nous sommes montés jusqu’à 12 800 ISO sans vraiment nous soucier du bruit numérique, et les JPEG sont très propres à cette sensibilité, comme vous pouvez le voir dans ces photos.

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 61 mm - ¹⁄₆₀ s - ƒ / 4,5 - ISO 2000 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 61 mm – ¹⁄₆₀ s – ƒ / 4,5 – ISO 2000 –

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₁₆₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 1250 –

Canon EOS R - RF50mm F1.2 L USM - 50 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 2,0 - ISO 2000 -

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,0 – ISO 2000 –

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,2 – ISO 400 –

Canon EOS R - RF50mm F1.2 L USM - 50 mm - ¹⁄₆₀ s - ƒ / 1,2 - ISO 250 -

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₆₀ s – ƒ / 1,2 – ISO 250 –

Canon EOS R - RF50mm F1.2 L USM - 50 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 2,0 - ISO 800 -

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 2,0 – ISO 800 –

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₃₀ s - ƒ / 4,0 - ISO 12800 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₃₀ s – ƒ / 4,0 – ISO 12800 –

Canon EOS R - RF24-105mm F4 L IS USM - 105 mm - ¹⁄₁₂₅ s - ƒ / 4,0 - ISO 12800 -

Canon EOS R – RF24-105mm F4 L IS USM – 105 mm – ¹⁄₁₂₅ s – ƒ / 4,0 – ISO 12800 –

Canon EOS R - RF50mm F1.2 L USM - 50 mm - ¹⁄₈₀ s - ƒ / 1,8 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₈₀ s – ƒ / 1,8 – ISO 200 –

Canon EOS R - RF50mm F1.2 L USM - 50 mm - ¹⁄₁₀₀ s - ƒ / 1,2 - ISO 200 -

Canon EOS R – RF50mm F1.2 L USM – 50 mm – ¹⁄₁₀₀ s – ƒ / 1,2 – ISO 200 –

Le boîtier est très réactif et le point AF accroche bien avec les optiques RF, mais aussi avec la bague d’adaptation, même en condition de faibles lumières. Sur certaines des images, vous pourrez apprécier le piqué du 50mm f/1.2.

Prix et disponibilité du Canon EOS R

Le Canon EOS R sera disponible à partir du 9 octobre 2018 aux tarifs suivants :

  • Canon EOS R nu + bague d’adaptation : 2499€
  • Canon EOS R nu + RF24-105mm f/4 L IS USM + bague d’adaptation : 3499€

Notre premier avis sur le Canon EOS R et la monture RF

5 ans après Sony, Canon dégaine son premier appareil photo mirrorless plein format avec le Canon EOS R. Si l’on regarde l’ensemble des caractéristiques, on pourrait dire que cet EOS R est en fait une version hybride basée sur le Canon EOS 5D Mark IV, avec quelques améliorations, notamment en termes d’autofocus, et surtout avec une nouvelle monture. Mais cela ne s’arrête bien sûr pas là, et Canon propose plusieurs innovations et remaniements avec cette nouvelle monture, comme la bague de réglage sur l’optique qui vient compléter la bague de mise au point et de zoom et est très pratique à l’usage.

Il est encore difficile de se faire un avis sur la nouvelle monture RF, mais Canon propose avec l’EOS R un beau boîtier, agréable à utiliser et dont la réactivité et la fiabilité nous ont convaincu. Le constructeur nippon a finalement décidé de prendre le pas de l’hybride FF, en tenant la main de Nikon qui a annoncé deux modèles à quelques semaines d’écart. Cette monture, prévue pour le futur proche, mais aussi lointain selon Canon, est un portail vers le futur, comme les représentants de la marque n’ont cessé de nous le rappeler.

Avec l’EOS R, Canon lance un modèle hybride plein format qui se positionnera sûrement en moyen de gamme, au niveau d’un 6D Mark II hybride, pour séduire le photographe amateur/passionné. Mais il y a encore des choses à travailler pour que le boîtier puisse s’adresser aux professionnelles. Canon prend son temps, voulant faire de cette nouvelle monture RF une monture aussi durable que la monture EF, qui existe depuis plus de 30 ans. En allant sur ce marché le frein à main un peu serré, le constructeur essaie également de ménager ses utilisateurs disposant de reflex EOS qui ne veulent pas se sentir abandonnés. Ce boîtier pourrait convaincre les clients Canon de passer à l’hybride en réutilisant leur parc optique.

Décidément, cette année 2018 sera à marquer d’une croix rouge pour les photographes et constructeurs. Maintenant que Sony, Nikon et Canon ont dévoilé leur jeu, il ne reste plus qu’au consommateur à choisir.

Autre annonce de Canon cette semaine :

Canon EF 400 mm f/2,8 IS III USM, EF 600 mm f/4 IS III USM et EF-M 32 mm f/1,4 STM : deux zooms plus légers et un objectif standard