La série « Temps d’arrêt » d’Etienne Buyse, finaliste du LensCulture’s Street Photography Awards 2017, offre à première vue au « regardeur » ainsi que le définissait Duchamp (celui qui prends le temps de regarder à la différence du « voyeur ») la banalité de l’attente. Mais ce temps de pose ouvre un nouvel espace, celui du temps de regard sur l’espace urbain et les individus qui le peuplent.

© Etienne Buyse

Floutées, mises à distance, les personnes attendant leur bus sont prises par le photographe à travers les vitres de l’abri-bus. « Pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder assez longtemps » écrivait Flaubert dans un courrier. Attendre un bus représente un moment de pause dans l’activité des citadins, et c’est justement cet entre-deux, ce moment de flottement que saisit l’objectif de Buyse.

Cet entre-deux est peuplé de silhouettes floues, car ce n’est pas l’individu qui intéresse le photographe, mais la situation. Cet instant banal se transforme à travers ses yeux en un territoire indéfini où se mélangent formes et couleurs dans la vitre granulée, tandis que les poteaux de l’abri structurent un cadre pour ses fantômes quotidiens pris dans l’attente.

©Etienne Buyse

© Etienne Buyse

Les moments capturés de chaque photographie sont néanmoins le résultat d’un ordre et d’une composition : le « hasard » rencontre l’art et le cliché, l’équilibre des formes. Des positions bien équilibrées, une harmonie singulière entre couleurs et chaleurs. A ce moment, rien n’est statique. Paradoxalement la vitre qui obstrue la vue nous révèle une vie vibrante. Ces fragments de vie sont des fragments choisis. L’œil chevronné du photographe prédit la rencontre entre sens et forme. Les compositions sont tout à fait justes. La vie urbaine révèle sa poésie.

Un monde duquel se tient à distance Etienne Buyse, comme pour mieux contempler ce fragment volé de vie : combien de temps dure cette attente, cela importe peu, car c’est l’instant en tant que fragment d’éternité qui est l’objet véritable de la série photo. Des instants de pause entre deux déplacements. L’attente comme fragment d’éternité et son reflet dans le quotidien, ainsi pourrait-on tenter de résumer ces clichés d’un monde paradoxalement figé dans son mouvement perpétuel.

Découvrez la série complète sur le site d’Etienne Buyse.