Sur le trottoir, quelques jeunes étudiants de l’école de commerce voisine discutent. Au numéro précédent, le Studio Harcourt Paris a installé son studio depuis le mois de mai 2016. Situé 6 rue de Lota dans le quartier huppé du 16e arrondissement de Paris, le Studio Harcourt a investi un hôtel particulier où est également installé le Café Harcourt by Dalloyau.

Voilà, le portrait est posé. Mais loin d’être réservé à quelques happy few et aux clients Harcourt, ce nouveau lieu se veut être une véritable vitrine pour le style Harcourt, et la maison compte bien en profiter pour présenter son fond impressionnant de photographies noir et blanc (et en couleur) qui ont fait la renommée du studio.

C’est dans ce cadre que le Studio Harcourt ouvre ses portes au public pour sa première exposition : Perspectives, du 24 septembre 2016 au 23 janvier 2017.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–1

L’entrée du Studio Harcourt, 6 rue de Lota dans le 16e arrondissement de Paris – © Damien Roué

Studio Harcourt, toute une histoire

Harcourt, c’est avant tout une histoire. Fondé en 1934 par Germaine Hirschfeld (qui se fait appeler Cosette Harcourt), Robert Ricci et les frères Jacques et Jean Lacroix, le Studio Harcourt débute comme véritable atelier de portraits d’art. Y défilent les personnalités françaises et surtout parisiennes du cinéma et du milieu de la culture, à tel point que le philosophe Roland Barthes écrit en 1957 dans ses Mythologies « En France, on n’est pas acteur si l’on n’a pas été photographié par les Studios Harcourt. »

S’en suivent des années de prospérité, puis des années plus difficiles, notamment avec la démocratisation de la photographie. Mais depuis quelques années, le Studio Harcourt revient sur le devant de la scène, avec ses fameuses séances photo, mais également en se démocratisant, avec les cabines Harcourt permettant d’obtenir un cliché Harcourt pour « seulement 10 euros ».

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–2

Portraits iconiques du Studio Harcourt – © Damien Roué

Le portrait façon Harcourt

Qu’est-ce qui caractérise un portrait Harcourt ? Pour Agnès Brouard, en charge de la valorisation des collections, Harcourt c’est trois choses : « la lumière, la retouche et la signature ».

Sur toutes les photos réalisées par les photographes du Studio Harcourt, la lumière est travaillée pour sculpter le visage, souvent en clair-obscur. Les éclairages utilisés, généralement des projecteurs de cinéma en lumière continue, permettent au photographe de dessiner les ombres et apporter du relief au portrait avec un effet de halo bien reconnaissable. L’objectif est de faire LE portrait qui traversera le temps.

Harcourt-studio

© Harcourt

Ensuite, toutes les photos passent par la case retouche, et le studio n’a aucun complexe à ce sujet. « Toutes les photos Harcourt sont retouchées ». L’idée n’est bien sûr pas de dénaturer l’image, qui est pensée et créée par le photographe, mais de retoucher les petits détails, « pour ne pas arrêter l’oeil du public sur un point précis de l’image ».

Enfin, Harcourt est une signature. Le photographe s’efface derrière la signature Harcourt, c’est un collectif. Depuis sa création, plus de 150 photographes ont collaboré avec le Studio Harcourt, ce qui fait d’ailleurs la richesse du studio. C’est cette richesse que le studio Harcourt Paris veut montrer au grand jour à travers sa série d’expositions photo.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–6

© Damien Roué

Expo photo « Perspectives » : Harcourt ne fait pas que du Harcourt

Pour sa première exposition temporaire, qui se tient au premier étage du Studio Harcourt pendant 4 mois, l’équipe du Studio Harcourt a voulu montrer un autre visage : celui de l’expérimentation. Derrière le cliché Harcourt du portrait de stars, le studio expérimente, avec toujours comme soucis premier la lumière et le noir et blanc.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–5

© Damien Roué

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–12

Reconstitution du portrait de Nadar, Pierrot photographe dit aussi Le Mime Debureau avec un appareil photographique, 2007 – © Damien Roué

« Perspectives », à travers neuf chapitres, est une exposition visant à montrer cette hétérogénéité dans les projets menés à bien par Harcourt, en mettant en avant des photos moins connues de sa collection. L’exposition débute bien entendu par une série de portraits de stars, avec un titre Masques qui en dit long. Les stars, même photographiées, gardent toujours un masque qu’il est difficile de faire tomber.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–11

Jean-Michel Wilmotte 1996 – © Damien Roué

S’en suit Kitsch, une sélection de photos où les stars se mêlent aux icônes de la culture : Minnie, le Lapin Duracell, la chouette Hedwige d’Harry Potter côtoient les mannequins/stars de cire du Musée Grevin de Schwarzenegger, Ray Charles et Benigni. À l’origine de cette idée, Bertrand Lavier, qui voulait qu’Harcourt photographie et donne vie à l’inanimé.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–7

© Damien Roué

Harcourt ne photographie pas que des portraits, mais aussi des objets, comme les chapitres Sans corps, avec esprit et Sublimation du quotidien nous le montrent. Ici, un pot de moutarde Maille, là une chaussure de rugby. On reconnait tout de même « la patte Harcourt. » Enfin, Harcourt sort également du studio de temps en temps, et l’exposition nous présente quelques clichés réalisés à l’extérieur, un peu comme des photos de plateau cinéma.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–10

© Damien Roué

En sortant de l’exposition, on découvre un autre visage du Studio Harcourt, un studio qui n’a pas peur d’expérimenter, mais dont les expériences étaient – un peu trop – gardées secrètes jusqu’à maintenant. Avec ce nouveau lieu, le studio compte s’ouvrir au public, public qui constitue déjà une grande partie de sa clientèle – seuls 5% des clichés réalisés actuellement sont des stars.

Plus tard dans l’année, une « curiothèque » ouvrira, sorte de salle des curiosités, où l’histoire du Studio Harcourt se dévoilera encore plus aux visiteurs.

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–3

Café Harcourt by Dalloyau – © Damien Roué

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–4

Des portraits dans les moindres détails – © Damien Roué

Studio-Harcourt-Perspectives-Expo–8

© Damien Roué

Infos pratiques
Exposition « Perspectives »
Studio Harcourt Paris
6 rue de Lota
75016 Paris
Du 24 septembre 2016 au 23 janvier 2017
Ouvert les mercredi, vendredi et samedi de 10h à 18h
Tarif unique : 7€