La start-up Color a déjà fait couler beaucoup d’encre (numérique) : après une création en fanfare, les mois se sont enchaînés avec une succession de mauvaises nouvelles.

Nous vous en avons déjà parlé sur Photoangel et elle avait tout pour réussir. Tout commence par l’achat pour 350 000 € de color.com. Une bouchée de pain diront certains : co-fondé par le créacteur de Lala, Bill Nguyen, la start-up a levé 41 millions d’euros et se lance mi-mars 2011. Le concept de partage photographique était simplifié au maximum : il suffisait de déclencher pour partager et l’accès aux images se faisait en fonction de votre localisation. Les personnes autour de vous pouvaient alors participer et ajouter leurs propres images. Ici, pas besoin d’amis ou de comptes pour créer un réseau.

Las, les déconvenues se sont accumulées : mise à jour seulement 2 semaines après sa sortie pour de nombreux problèmes d’ergonomie, les actions de communication ont eu du mal à faire décoller le buzz (comme la couverture mitigée du mariage royal de Kate et William). Pire, le co-fondateur Peter Pham quitte le navire mi-juin et la société annonce un gros revirement dans la foulée, sans vraiment réussir à rassurer. Pour enfoncer le clou, elle se montre très agressive envers les autres développeurs et notamment Instalook (Instacolor à l’époque), craignant une confusion dans l’esprit des consommateurs (mais lesquels…). Le service et l’application du même nom sont sortis par la petite porte.

Aujourd’hui, Color se réinvente et propose une formule complètement différente, Color for Facebook (iOS uniquement). Comme son nom l’indique, il faut d’abord et nécessairement s’identifier avec un compte Facebook. Mais surtout la photo est morte, vive la vidéo ! Ainsi, on partage une « visite » avec ses amis ou le grand public, et ceux-ci peuvent voir cette visite en temps réel au fur et à mesure que la vidéo est envoyée au réseau. Evidemment, elle reste disponible pour un visionnage sur Facebook, tout simplement dans le flux habituel.

Mais comme pour Color, les ingénieurs n’ont pas fait les choses comme tout le monde : les visites sont limitées à 30 sec, ce qui est pertinent pour maintenir une certaine concision, mais surtout elles sont partagées… sans le son ! Et oui, les visites de Color sont muettes et c’est une limitation que l’on ne pourra pas contourner. Pour info, l’application n’est pour l’instant disponible qu’aux USA. Nous verrons dans les semaines et mois qui viennent si cette nouvelle formule prend mieux que la précédente.