Interview Tamron au Salon de la Photo 2022 : « Nous allons continuer de développer des optiques en monture Fuji X et Nikon Z »

Alors que la transition vers l’hybride se poursuit à grands pas, en se matérialisant notamment sur les stands du Salon de la Photo édition 2022, nous nous sommes entretenus avec Jean-Christophe Thiry, PDG de Tamron France. Il revient avec nous sur les dernières nouveautés Tamron, tant en monture Sony E qu’en monture Fujifilm X et Nikon Z. Une étape importante pour la marque, dont les optiques rencontrent actuellement un certain succès.

Interview Tamron Salon de la Photo

À l’ouverture de cette nouvelle édition du Salon de la Photo, quel est votre état d’esprit ?

Je pense que c’est bien que vous fassiez l’état des lieux, que vous nous permettiez de prendre la parole. Ça fait trois ans que nous tous étions en restrictions d’échanges sociaux, et ça nous fait très plaisir. Et on voit aujourd’hui que le public est là, à la Villette, qu’il a répondu à l’appel. Et c’est ça pour moi le signe le plus encourageant que j’ai vu de ces trois dernières années. L’amour de la photographie est perceptible au Salon de la Photo. Ce que les gens aiment, ils le font avec beaucoup de passion.

Comment Tamron a-t-elle traversé l’époque du Covid ?

D’une manière générale, Tamron a traversé l’épreuve du Covid avec beaucoup de courage, en s’adaptant, en recréant des manières de travailler, en essayant de préserver du lien social là où il était impossible d’en avoir. La marque dans le monde a fait front et a réussi à sortir les nouveaux produits annoncés dans les temps. Et ça, c’était de gros challenges.

Du côté de la pénurie des composants, on voit que l’industrie de l’automobile est toujours touchée. De son côté, Tamron a souffert du manque de composants de septembre 2021 au début de cet été, mais les choses sont bien rentrées dans l’ordre. Reste la question de la pénurie des produits, qui est due à leur succès, mais ça c’est autre chose. 

Interview Tamron Salon de la Photo

Quel est l’état du marché de la photographie en France en 2022 ?

On voit une demande très forte sur les nouveaux produits. A chaque fois qu’on lance un nouvel objectif, il y a de la part de la distribution et des utilisateurs une forte demande. Il y a donc une forte attente des amateurs de photo en France pour s’équiper et faire de l’image. Chez Tamron, c’est ce que l’on ressent.

On sait cependant que c’est un marché qui a maintenant mûrit sa mutation et qui, amené par des locomotives comme Canon et Sony, donne beaucoup à rêver aux utilisateurs. Maintenant il va falloir que le marché se développe vers des produits plus accessibles, plus démocratiques, pour achever cette mutation.

Interview Tamron Salon de la Photo

Quelles sont les gammes de Tamron les plus dynamiques aujourd’hui ?

Le marché est définitivement tourné vers le haut de gamme, vers les produits personnalisables, de haute qualité. Deux exemples à cela : le 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD et le 50-400 mm f/4,5-6,3 Di III VC VXD.

Après, il y a une forte dynamique en France sur la monture Fujifilm X, sur des produits qui n’ont pas d’équivalent, comme le 18-300 mm f/3,5-6,3 Di III-A VC VXD. C’est un zoom de voyage. Tamron est pionnier sur ce segment – et est perçu comme tel tant sur la monture Sony E que sur la monture Fuji X.

Cette dynamique est aussi liée au fait qu’on est pionniers sur les montures Fuji X et Nikon Z. On a été les premiers à annoncer et à lancer – et dans les temps – ces produits qui sont adaptés à la demande des utilisateurs.

Interview Tamron Salon de la Photo

Tamron Japon indiquait récemment sa quête d’objectifs atypiques  : quel est votre point de vue sur cet aspect, et quelle est la réception par les photographes ?

L’approche de Tamron de concevoir des optiques atypiques est judicieuse, mais risquée. Maintenant, un 35-150 mm f/2-2,8 est totalement unique. On enlève le grand-angle, on va davantage vers le télé et on a une qualité digne des focales fixes à toutes les focales. Et il est personnalisable.

C’est une optique qui a séduit les utilisateurs. C’est l’ovni de cette année. Grâce aux photographes équipés en Sony A7R IV et A1 et par des pratiques professionnelles de la photo et vidéo, on arrive à créer de la valeur. 

Tamron 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD

Parmi nos lecteurs, certains nous interrogent au sujet d’objectifs Tamron en monture Canon EF et Nikon F : selon vous, ces montures sont-elles encore « vivantes » ?

Il reste une demande, mais il est compliqué de la quantifier car l’offre globale du marché se réduit. Même si le volume est stable et qu’on a moins de concurrents on va maintenir l’offre, même si la demande baisse. On est là pour servir les utilisateurs qui veulent un 24-70 mm f/2,8, un 70-200 mm, un 150-600 mm ou un 100-400 mm. Ces derniers se vendent encore beaucoup – puisqu’il n’y a plus de concurrence sur ce marché. 

L’ultra téléobjectif Tamron 150-500 mm f/5-6,7 DI III VC VXD Sony FE

Aujourd’hui, la tendance chez les différentes marques est d’enlever des boîtiers reflex pour les remplacer par des boîtiers hybrides. Chez Canon, par exemple, il ont commencé avec deux boîtiers, les EOS R et RP, avec des technologies « standard ». En parallèle, ils ont développé leur parc optique.

Et une fois qu’ils ont tout bien calé, ils sortent leur « game changer », l’EOS R3. Et là le marché se crée, avec la sortie cette année des EOS R7 et R10. C’est seulement à ce moment-là qu’ils pourront éventuellement ouvrir la monture RF. Mais pour l’instant, on n’a aucune idée de quand ça arrivera.

Selon vous, de quoi sera fait l’avenir de la photographie ?

Je pense que la photographie restera toujours un medium de cœur. Elle retranscrira toujours les sentiments qu’on éprouve par les yeux. Elle s’échangera, elle se partagera – mais dans un monde qui est ultra-connecté, où la photographie s’est vraiment adaptée avec les smartphones. Il demeurera toujours ce noyau dur d’utilisateurs, qui sont très nombreux, qui veulent utiliser des produits, faire de belles images, retranscrire la sensibilité de la lumière, qui veulent faire parler leur cœur. Tout ça, c’est la photographie, et c’est immuable.

La jeune génération est fashion et fait le revival de l’argentique. Un Pentax MX, c’est super romantique. Idem pour un OM-1. Je fais de la photo depuis que je suis tout petit et ça montre la passion pour la photo. Et c’est pour ça qu’elle ne mourra jamais. 

Sans oublier cette fusion avec la vidéo. Le 20-40 mm f/2,8 Di III VXD, par exemple, c’est Tamron qui exprime cette tendance. C’est une optique qui est tournée vidéo rapide, réseaux sociaux… ce sont des focales flatteuses et dynamiques. Ça correspond à la jeune génération, aux nouveaux usages.

De plus en plus de photographes s’orientent vers la vidéo : selon vous, pourquoi, et que fait Tamron pour les accompagner ?

On a une tendance qui existe déjà depuis une petite dizaine d’années, avec à la fois des fonctions photo et vidéo et les utilisateurs choisissent entre les deux. Pour accompagner le développement de la vidéo, on propose notre Tamron Lens Utility, avec la personnalisation qui rend plus facile la prise de vidéos. On a des fonctions comme le follow focus, le A-B focus, l’optique et le logiciel permettent d’avoir des options qui facilitent la capture d’images pro. Et on est les seuls acteurs à proposer un ce niveau de personnalisation aujourd’hui.

C’est pour nous une véritable ligne directrice. Par exemple, sur le 28-75 mm f/2,8 G2, nous avons supprimé le focus breathing et ajouté toutes les fonctions liées à la personnalisation. Et c’est ce qui fait que ce zoom est le leader de sa catégorie aujourd’hui, justement parce qu’il a cette conception à la fois photo et vidéo.

Tamron s’est ouvert à la monture Fuji X et depuis peu à Nikon Z : pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la stratégie de la marque ? Pourquoi ces deux montures en particulier ?

L’objectif de Tamron est d’accompagner ses utilisateurs et de couvrir des segments de marché qui ne sont pas couverts par ces montures. Et donner des alternatives en termes d’utilisation en conservant une qualité native.

Par exemple, le 150-500 mm f/5-6,7 Di III VC VXD est beaucoup moins cher tout en conservant une très bonne qualité optique. Idem pour le 18-300 mm qui n’existe pas nativement chez Fujifilm, ou pour le 70-300 mm qui est absent de la gamme de Nikon. Nous allons donc continuer de développer ces montures, aussi loin qu’il sera pertinent de le faire. 

Comment voyez-vous l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché des optiques tierces, comme Samyang ou Laowa ?

Nous sommes contents de les voir arriver sur ce marché. Plus il y a d’acteurs, plus cela veut dire que le segment est porteur. Cela montre qu’il y une réelle dynamique sur le marché. 

De notre côté, nous avons des années de R&D derrière nous. Par exemple, avec nos traitements optiques qui s’améliorent un peu plus à chaque fois. Les recherches amènent avec elles une meilleure qualité, une plus grande compacité, une meilleure réactivité. En sachant que l’optique de précision va également servir à la mesure de précision, à la conduite autonome, à la surveillance… 

Revenons un instant sur les optiques « atypiques » de Tamron : n’y a-t-il pas un risque de lancer une optique qui ne serait pas réellement adaptée au marché ?

Depuis qu’on applique cette recette, depuis ces 2 dernières années, le succès est bien réel. Tout ce qu’on a sorti a très bien marché. Et puis il y a les différentes améliorations optiques ainsi que le Tamron Lens Utility, qui sont reconnues par les utilisateurs. 

D’une manière plus globale, quels sont les next steps pour Tamron ? A quoi peut-on s’attendre ?

Clairement, notre objectif est de continuer à appliquer cette politique d’expansion sur les marchés existants.

Interview Tamron Salon de la Photo

En conclusion, quel produit rêvez-vous d’annoncer un jour ?

Le produit dont je rêve existe déjà, et c’est le 35-150 mm f/2-2,8 Di III VXD. A mes yeux, cet objectif est vraiment incroyable. À l’usage, c’est vraiment un bon produit. Et c’est normal, vu que c’est le fer de lance de la marque.

Jean-Christophe Thiry, PDG de Tamron France

Merci Jean-Christophe Thiry d’avoir répondu à nos questions. Nous tenons également à remercier l’équipe de Tamron France pour cette interview.

Pour en savoir plus, retrouvez tous nos articles sur Tamron.

Advertisement