Nous sommes allés visiter l’exposition « Sur face » du photographe français abstrait Martin d’Orgeval. Elle est à découvrir en ce moment à la Galerie Hussenot, située dans le Marais à Paris et ce, jusqu’au 12 janvier 2019.

C’est la seconde exposition en solo du photographe français depuis celle de 2016 à la Maison Européenne de la Photographie (MEP). On peut y découvrir ses photographies abstraites et son incroyable travail de la couleur, de la matière ainsi que de la lumière.

La Galerie Hussenot vaut le détour, pour y accéder il faut passer une porte cochère puis traverser la cour pour atteindre cette verrière qui se dresse sur deux étages grâce à sa mezzanine. Un lieu idéal pour l’éclairage des photographies relevées par la lumière naturelle.

© Martin d’Orgeval

« Mais où voit-il cela ? A quels endroits ces photographies existent-elles ? Je parcours le monde depuis plus longtemps que lui et je n’ai rien rencontré qui ressemble, qui me rappelle les manifestations de ces surfaces. Ce sont des expressions de la matière qui se révèlent à lui en disant : voilà ce que je suis. Mais elle ne le dit qu’à lui, à sa pupille. Son premier talent est qu’à ce moment-là, avant le déclic, Martin se rend compte que la matière se révèle à lui. » c’est l’introduction à l’exposition proposée par le poète et écrivain Erri de Luca.

© Martin d’Orgeval

« Sur face », le nouveau travail de Martin d’Orgeval tranche avec les séries qu’il était habitué à produire. Le photographe a eu besoin de créer une rupture pour se mettre en danger. Habitué au travail en série, il a cette fois décidé de « fuir l’ordre pour mieux appréhender le chaos ». Ses photographies sont la rencontre de la matière et de la lumière, tantôt blanche, tantôt rouge ou jaune, parfois pâle ou claire/obscure.

Faisant référence au « Temps scellé », le livre de Andrei Tarkovski, qui plutôt que de parler de spectateur emploie le terme de « témoin » — celui qui aurait une individualité spirituelle, un libre-arbitre — l’artiste souhaite s’adresser à ce témoin en parlant à son imagination, à son cœur et à sa conscience. C’est au ressenti qu’en appelle le photographe français, ainsi qu’à l’imagination, laissant libre cours au « témoin » d’interpréter ce qu’il voit.

© Martin d’Orgeval

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition de Martin d’Orgeval ?

L’exposition de Martin d’Orgeval ce sont des couleurs, des matières, des chiffres mystérieux inscrits sur un pare-brise poussiéreux, un miroir qui renvoie de la lumière, ou un mur couleur pâle tagué d’inscriptions à la craie. On retrouve également un travail avec la lumière qui vient modifier la matière en la confrontant dans le travail du photographe.

« Partout, la lumière caresse, envahit la surface, la coupe en deux et l’ouvre – sur les profondeurs de la matière et du temps »

© Martin d’Orgeval

En regardant les tableaux, les uns après les autres, la nature graphique des éléments laisse songeur quant à l’objet photographié.

Martin d’Orgeval surprend avec « Sur face », en s’adressant à nos sens et à notre imagination. Il s’intéresse aux différents aspects et facettes des éléments engendrant des photographies abstraites saisissantes. Pour en savoir plus sur le travail du photographe, vous pouvez visiter son site web.

Infos pratiques
« Sur face » de Martin d’Orgeval
Jusqu’au 12 janvier 2019
Galerie Hussenot
5 bis rue des Haudriettes
75003 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 19h
Entrée libre