Pour le cinquantième anniversaire du mouvement social de mai 68, la BnF revient sur ses icônes dans une exposition photo jusqu’au 26 août 2018 : Icônes de mai 68, les images ont une histoire.

Avec près de 200 supports, la Bibliothèque nationale François Mitterand cherche à comprendre le processus iconographique qui a documenté, mais aussi nourrit les contestations du printemps 1968. Pourquoi des icônes ont-elles émergé ? Comment se sont-elles forgé une identité et une voix ? Qui sont-elles ?

Les deux principales icônes qui sont évoquées dans l’exposition sont Daniel Cohn-Bendit et la « Marianne de 68 ». Deux étudiants engagés pour un changement radical des mœurs dans une société d’après-guerre encore très rigide et peu ouverte.

Les deux personnages clés des manifestations ont chacun un carré très détaillé qui explique l’émergence des icônes ainsi que leur identité et celles des photographes.

Icônes de Mai 68 BnF

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, le 6 mai 1968
Photographie de Gilles Caron. Tirage argentique de presse, vers 1977, avec indications de cadrage au crayon. Fondation Gilles Caron © Gilles Caron

Au-delà de cette perspective de l’icône, l’exposition cherche à comprendre le développement de cette mémoire photographique qui a parcouru cinq décennies jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, la plupart des photographies qui nous sont parvenues sont en noir et blanc, bien que la photographie couleur était largement répandue dans les médias.

Cela s’explique principalement par le fait que les diapositives, support pour les photos couleur, sont difficiles à conserver et donc rapidement oubliées dans les archives des journaux. De plus, certains journaux comme Paris Match qui avaient l’habitude de publier beaucoup de photographies en couleurs ont été obligés de publier en monochrome en raison des grèves liées du mouvement.

L’exposition est donc principalement illustrée par des photographies en noir et blanc, bien que quelques diapositives soient en exposition sur une plaque éclairée.

Ainsi, des clichés connus de grands photojournalistes sont exposés à côté de photographies amateurs prises par des manifestants ou des habitants proches des passages des manifestations. Cela nous permet d’avoir également un autre point de vue sur le mouvement.

Icônes de Mai 68 BnF

Planche contact. Étudiant pourchassé par un CRS.
Photographie de Gilles Caron. Fondation Gilles Caron © Gilles Caron

Il en va de même pour les photographies des barricades, moment important dans la lutte, mais très peu représenté. Des photographes étaient présents, mais les photos étaient souvent trop sombres et peu évocatrices pour être dans les journaux de l’époque.

L’exposition, bien qu’elle soit assez restreinte, est intéressante et aborde plusieurs thèmes iconographiques de cette période charnière pour l’histoire de l’image et du photojournalisme. Une frise chronologique vous plonge dès l’entrée dans les évènements du printemps 68. Des journaux d’époque sont exposés et retracent l’évolution de la lutte en photo ainsi que les différents hommages apparus au fil des décennies.

Pour en savoir plus sur l’exposition, n’hésitez pas à visiter le site de la BnF.

Informations pratiques
Icônes de Mai 68 à la Bibliothèque nationale de France
Du 17 avril au 26 août 2018
Quai François-Mauriac dans le 13e arrondissement de Paris, Galerie 1
Du mardi au samedi de 10h à 19h
Et le dimanche de 13h à 19h
Plein tarif : 9€ et tarif réduit : 7€