Après pas mal d’hésitations sur le premier thème sur lequel écrire pour Phototrend, Virginie de L’OEil Derrière le Miroir s’est demandée quel était le sujet qui lui tenait vraiment à coeur, et qu’elle avait envie de partager…

Etant photographe de mariage et lifestyle, je suis habituée à rechercher la matière à mes photos dans l’environnement qui m’entoure. La réponse a été assez évidente et spontanée ; Back to basics : la lumière.

Photographier signifie littéralement “écrire avec la lumière”. C’est l’élément qui peut complètement transformer une photographie. C’est ce que chaque photographe essaie de maîtriser, de travailler comme une matière première, et dont l’impalpabilité et la subtilité confère une magie. Sans lumière : l’ombre, l’obscurité. Sans lumière, pas de contraste. Sans lumière, pas de couleur.

Mais je remarque souvent que, chez les personnes qui commencent la photo, cet aspect est négligé. On s’attarde sur la qualité de l’image, la netteté, les règles de cadrage. On s’attache à maîtriser les fonctions de son APN. On mitraille. Mais on apprend que très rarement à observer la lumière.

S’il y a un très bon conseil que je m’exerce à appliquer jour après jour, c’est celui-ci : regarder la lumière. Je ne veux pas vous parler ici de techniques d’utilisation des flashs ou autres astuces strictement techniques. Ce que je veux vous dire est beaucoup plus simple. Ouvrez votre regard sur la lumière. C’est un exercice au-delà de la prise de vue photographique, qui doit devenir instinctif et quotidien, pour ne pas dire permanent. Un entraînement de l’oeil qui permet de “voir” plus vite des opportunités de prises de vue, de jauger le rendu photographique d’un environnement à un instant t, en fonction de la qualité de la lumière.

D’une terrasse au dessus du marché, j’ai vu ce carré de lumière provenant d’une verrière. Je l’ai laissé parcourir les étales jusqu’à être le ‘spot de lumière’ idéal pour éclairer mon sujet.

D’une terrasse au dessus du marché, j’ai vu ce carré de lumière provenant d’une verrière. Je l’ai laissé parcourir les étales jusqu’à être le ‘spot de lumière’ idéal pour éclairer mon sujet.

Pourquoi regarder la lumière ?

Outre les règles de composition, ce qui construit une image et guide le regard c’est la luminosité ou son absence, et a fortiori l’emploi du contraste qui en découle. Il est primordial d’y être attentif pour améliorer le contenu et la qualité de ses photos. Observer la lumière va vous permettre d’éviter de commettre les erreurs qui compromettent une photo : une ombre disgracieuse qui casse un visage, des tâches de lumière dans un cadrage qui vont “appeler” l’oeil et détourner la lecture. C’est aussi utile afin d’anticiper une contrainte et la contourner, voire en “jouer” (contre-jour, faible ou trop forte luminosité, forts contrastes dans un même plan, etc.).

Lorsque le soleil n’est pas trop haut et se place bien dans ma composition, j’utilise les contre-jours pour apporter une belle luminosité à mes photos. Une façon subtile de mettre en lumière un sujet.

Lorsque le soleil n’est pas trop haut et se place bien dans ma composition, j’utilise les contre-jours pour apporter une belle luminosité à mes photos. Une façon subtile de mettre en lumière un sujet.

Que rechercher ?

La lumière n’est jamais la même. D’une journée à l’autre, d’un environnement à l’autre, de seconde en seconde suivant la course du soleil. On peut la ressentir plus ou moins intensément : douce ou forte.
Notre environnement y réagit en l’exprimant : globalement dans “l’ambiance lumineuse” puis plus finement par des reflets, des rayons, des ombres. Entraînez-vous à observer les subtilités de la lumière dans tous les moments de votre quotidien : un reflet sur un parquet, des rayons qui passent à travers des feuillages, l’éclat d’un support métallique, les rayons à travers une fenêtre, l’aspect miroir d’une flaque d’eau, la lueur d’une bougie… Imaginez comment vous pourriez les utiliser dans une photo. Posez-vous souvent la question : “là, maintenant, si je devais faire une photo : qu’est-ce que je ferais ? Quelles seraient les contraintes de lumière ? Qu’est-ce qui serait intéressant ? Quelle pourrait être la traduction artistique de cette lumière ?”

Lors des préparatifs d’un mariage, je fais toujours une photo des chaussures de la mariée. J’ai voulu conserver la simplicité de ces ballerines dans la composition, et j’ai choisi d’utiliser leur propre ombre et le reflet de la lumière sur le parquet pour donner de la matière à la photo.

Lors des préparatifs d’un mariage, je fais toujours une photo des chaussures de la mariée. J’ai voulu conserver la simplicité de ces ballerines dans la composition, et j’ai choisi d’utiliser leur propre ombre et le reflet de la lumière sur le parquet pour donner de la matière à la photo.

A force d’entraîner votre oeil à regarder la lumière, vous allez la voir et l’analyser spontanément, et en tenir compte dans vos photos. Vous allez aussi savoir davantage en jouer pour rendre le contenu de vos photos plus original, plus intéressant ou tout simplement plus esthétique. Vous saurez plus aisément comment placer un sujet suivant le rendu que vous souhaitez et le matériel dont vous disposez.

Comment utiliser au mieux la lumière?

Sur votre photo, les jeux de lumières peuvent être discrets, si la lumière est uniforme, ou en être une composante majeure.

Pour un portrait, des ombres peuvent être intéressantes et souhaitées, mais elles peuvent aussi gâcher le plus beau cliché. Soyez attentifs à la façon dont le nez, les arcades sourcilières ou les cheveux dessinent des ombres sur le visage. Si vous pouvez “orienter” votre modèle, cela sera forcément plus évident que si vous êtes dans un contexte de prise de vue en mode reportage. Vous apprécierez aussi différemment la lumière selon que le soleil soit au Zénith ou à l’horizon – d’où une préférence des portraitistes pour travailler aux lumières de lever et coucher du soleil.

J’ai orienté la mariée afin que son visage soit dans la lumière. Le fait que l’autre côté de la photo soit dans l’ombre a permis d’assombrir la blancheur de la robe, qui en pleine lumière aurait appelé le regard. Le sujet est ainsi bien défini.

J’ai orienté la mariée afin que son visage soit dans la lumière. Le fait que l’autre côté de la photo soit dans l’ombre a permis d’assombrir la blancheur de la robe, qui en pleine lumière aurait appelé le regard. Le sujet est ainsi bien défini.

La lumière ou les ombres peuvent enfin créer des lignes directrices qui, bien employées, prennent part à votre cadrage.

La lumière dessinée par la fenêtre offrait un “cadre” parfait pour mettre en relief ce bouquet de mariée.

La lumière dessinée par la fenêtre offrait un “cadre” parfait pour mettre en relief ce bouquet de mariée.

Ayez à l’esprit que, la lumière évoluant constamment, il faut savoir réagir rapidement : d’une minute à l’autre les rayons qui filtraient au travers d’un feuillage disparaissent, une ombre avance et modèle différemment l’espace.

En étant conscient des contrastes présents dans votre champ de prise de vue, et suivant le résultat escompté, vous pourrez plus facilement décider du réglage à utiliser.

Certaines situations me rappellent la célèbre citation de John Stuart Mill : “La Photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard.”

Certaines situations me rappellent la célèbre citation de John Stuart Mill : “La Photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard.” Lors de cette séance photo, il y a eu un instant où les rayons passant au travers des feuillages sont devenus “visibles”. Le bon moment pour un plan large et l’opportunité de créer une ambiance “féerique” pour cette séance en amoureux.

Lors de cette séance photo, il y a eu un instant où les rayons passant au travers des feuillages sont devenus “visibles”. Le bon moment pour un plan large et l’opportunité de créer une ambiance “féerique” pour cette séance en amoureux.

“S’entraîner à regarder la lumière” est le conseil que je voulais partager avec vous au-delà de tout autre. Parce qu’on photographie avec un appareil mais surtout avec son regard, et qu’on n’évolue pas uniquement avec l’oeil collé sur le viseur. Parce que “voir” précède “photographier”, et que pour voir, il faut d’abord regarder …

Alors ;  là, maintenant, levez les yeux et regardez : comment est la lumière autour de vous ? Quelle photo pourriez-vous faire ?