Le magazine Soixante-Quinze est un mensuel qui s’est immiscé dans les kiosques parisiens depuis trois mois. La jeune équipe s’est associée au Studio Hans Lucas pour sa rubrique « Une ville, trois regards » et se dévoile dans une vidéo pour nous permettre d’appréhender le travail d’édition d’un magazine indépendant.

Installés à trois autour d’une table avec les photographies en version papier, la dimension locale et citoyenne de ce magazine se distingue des trente mille photos qui défilent sur les ordinateurs du New York Times pour le blog de photojournalisme LENS. Les deux éditorialistes Mathieu Génon et David Even découvrent les clichés sélectionnés par le photographe Wilfrid Estève. Ces images traitent de différentes thématiques relatives à l’actualité et à la vie sociale parisienne.

Les photos présentent une dimension esthétique forte, elles sont issues de séries dont l’approche principale n’est pas forcément la ville et relèvent d’un véritable travail de la part des photographes. Il s’agit pour eux de partager un regard et une approche de Paris loin des illustrations médiatiques, d’en saisir la singularité et l’humanité.

©Simon Guillemin

©Simon Guillemin, Comédie Française, Paris, 26 avril 2016 – Nuit Debout

La ligne éditoriale de ce nouveau magazine considère comme essentielle la place de la photographie pour transmettre la mouvance parisienne. La sélection des photos relève d’une réflexion sur les ambiances, la chaleur et « le contre-pied visuel » de l’actualité brûlante de ces derniers mois. De nombreux travaux se focalisent sur la présence des réfugiés, Nuit debout ou encore la prostitution et la dimension nocturne qui se dégage de la majorité d’entre eux donne à réfléchir sur l’appellation de « Ville Lumière » et son illustration dans les photographies de rue, et même plus intimistes, de cette sélection.

Soixante-Quinze ouvre également son champ photographique au-delà de Paris intra-muros et choisit de promouvoir des clichés de la capitale pris depuis les hauteurs des immeubles de l’autre côté du périphérique, une manière de retourner son viseur.

©Maria-Letizia Piantoni

©Maria-Letizia Piantoni, Démolition des barres de l’Ile Marante, Colombes, Ile de France – Paris Hors les Murs

Retrouvez les photos choisies dans le troisième numéro de Soixante-Quinze, « Pourquoi Paris n’est pas la capitale du foot ».